Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/07/2019

NOS AMIS...

 

 

 

 

 

 

Jacques et Anne-Marie:



 
 
Chaque été, depuis bientôt cinq ans, mon épouse et moi-même allons passer une journée chez Jacques et Anne-Marie à Bécon-les-Bruyères  et cela fait deux années qu'ils nous font l'honneur et la gentillesse de venir à l'assemblée générale de l'ASP prévue cette année le 29 septembre.

 

En attendant et comme de coutume, la splendide journée passée chez eux le week-end dernier fut un bouquet de rires et de chants, un panaché, bien frais, de discussions savantes et de bons mots. Et, n'oublions pas, bien sûr, le délicieux repas qu'ils avaient préparé. 

 

Dieu fasse que cette joie demeure. 

 

 

Ce n'est pas d'hier, c'est à l'époque du "Paquebot", du temps de "l'Entraide nationale" et des "Soupes de Nuit à Saint-Lazare" que j'ai rencontré Jacques et Anne-Marie Parizel. Ils venaient trier des vêtements et du linge pour les donner à nos compatriotes dans le besoin. Et réceptionner, trier, ranger vos dons, ce n'est pas une mince affaire, c'est même beaucoup de travail : merci aux amateurs*. Car les maraudes, cela ne s'improvise pas, c'est toute une chaîne.

 

Malgré ma traversée du désert, Jacques et Anne-Marie sont restés de fidèles soutiens. Nous nous sommes pas perdus de vue. 

 

Dieu fasse que cette amitié demeure.


 

Pasteur   Blanchard

16/07/2019

Âge légal de la retraite : l’arbre qui cache la forêt ou l’art de manipuler les futurs retraités:

 

 

 

 

old-people-1555705_960_720-845x475.jpg

 

 

 

Le gouvernement, en réduisant le problème global des retraites à l’âge légal qu’il faut préserver, avec une pression médiatique consistant à mettre en avant le vieillissement de la population, amène les futurs retraités vers la solution qui lui convient : baisser les retraites continuellement.

 

 

Il est évident que cette solution lésera les futurs retraités avec petite ou moyenne retraite, continuera de privilégier ceux qui n’ont jamais ou très peu travaillé (sans handicap, ou accident de la vie comme on dit, mais par choix ou confort), sans affecter réellement ceux qui touchent au moins 15.000 euros par mois de retraite, comme un ex-Président à scooter, qui a si mal conduit le bateau : la mérite-t-il ?

 

 

L’âge légal est bien de 62 ans, il peut et doit le rester ; le souci est que ceux qui ont travaillé touchent déjà une retraite plus petite, et que ce n’est pas fini, alors que ceux qui ne travaillent pas du tout, ou très peu, auront droit, à 65 ans, à l’ASPA, soit 868 euros.

 

 

Le problème n’est donc pas l’âge légal de la retraite, mais la baisse constante des retraites (surtaxe CSG) mais aussi le fait que les petites retraites viennent tangenter l’ASPA (ancien minimum vieillesse) : bientôt, la différence entre ceux qui ne travaillent jamais et ceux qui ont peiné toute leur vie se réduira à peau de chagrin sur les petits salaires…

 

 

Quelques chiffres

 

 

50 % des pauvres, en France, ont moins de 30 ans, et 10 % sont retraités.

08:46 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

05/07/2019

Ancienne maraude.......

 

 

 

 

 

 

Ma maraude avec le Pasteur, par Michel de Zuchowicz

 

 

 

me 1.jpg

 

 

 

Etant fidèle auditeur de Radio Courtoisie, je suis un jour tombé sur une émission où le pasteur parlait de ses maraudes.

 

 

Pour être franc, j’ai été très intrigué par ce personnage haut en couleur, ayant un débit verbal impressionnant et surtout un enthousiasme hors du commun. J’ai été séduit par cet homme simple et hors du commun qui voulait des vêtements pour ses maraudes.

 

 

J’ai voulu le connaître et fait donc mes placards pour récupérer les vêtements de toute ma famille gardés au cas où, mais ne servant jamais.

 

 

Et j’ai pris contact avec le Pasteur.

 

 

Arrivé chez lui vers 10h du matin, on entre dans un autre monde : tout juste réveillé (il y avait eu une maraude la veille), le Pasteur m’a ouvert et tout de suite, entre des amas de vêtements à ranger et avant que j’ai pu placer un mot, il a parlé comme si on se connaissait depuis toujours : des maraudes, de son parcours atypique et du …FN.

 

Quel personnage !

 

me 2.jpg

 

 

En partant, je lui ai dit qu’en cas de besoin, il pouvait m’appeler pour une maraude.

 

Ça n’a pas tardé, j’étais convoqué rapidement.

 

Je suis arrivé à l’heure dite, tout curieux de connaitre enfin ces fameuses maraudes.

 

 

Une incompréhension sur les dates nous a fait tourner à 5 dans l’antique voiture du Pasteur, pleine de vêtements, de soupe et de café.

Nous étions sérés, mais l’ambiance était excellente.

 

Et durant 5 heures, nous avons tourné avec le Pasteur, qui, entre 2 arrêts, nous communiquait avec force son projet et son enthousiasme.

Très vite, j’ai été à l’aise.

 

 

Distribuant vêtement, soupe ou café à ses « habitués », nous avons parcouru Paris sous la pluie.

 

 

Quelle ne fut pas ma première surprise : certains étaient là, sur le même trottoir, au même endroit depuis plus de …16 ans et semblaient se trouver bien ! Qu’ils soient français ou polonais ! Ne demandant rien, si ce n’est ce petit moment de convivialité et de chaleur que distillait le Pasteur, allant jusqu’à évoquer des souvenirs ; de bons moments, voire de mauvais quand la police ou des voleurs font leur œuvre, tout cela forgé tout au long des 7 années de maraude

 

Puis, la nuit passant, nous sommes arrivés au centre de Paris. Là, endormis sous de tristes couvertures, quelques pauvres gens, venant des pays de l’est, parlant à peine français, mais réclamant beaucoup.

 

 

Que retenir de cette maraude ? Bien sûr, ce ne sont pas ces quelques pauvres vêtements ou ce bol de café qui changeront quelque chose ! Mais l’amour fraternel apporté par le Pasteur pendant ces moments leur apporte une véritable chaleur humaine et une considération, voire une certaine amitié.

 

 

Je veux aussi citer l’épouse du Pasteur, aussi discrète que lui est volubile, très efficace et très présente.

 

 

Je termine en remerciant le Pasteur et son épouse de leur accueil et pour m’avoir fait partager ce moment qui m’a fait changer mon regard sur ces gens. J’en avais un peu peur et les évitais, craignant de me faire insulter. Maintenant, j’ai compris que beaucoup étaient gentils, aimables  et ne cherchant qu’à vivre paisiblement sur leur bout de trottoir.

 

Merci pasteur

 

 

 

Michel

 

me 3.jpg

 

 

 

 

02/07/2019

Patrick Buisson : « Jeanne d’Arc passionne car elle symbolise la cohésion nationale. »

 

 

 

Patrick_Buisson-1-540x475.jpg

 

 

 



Suite à la projection du film Être Jeanne d’Arc. Pourquoi cette figure emblématique de l’Histoire de France passionne-t-elle encore ?

 

 

Elle passionne car elle symbolise la cohésion nationale. C’est quelque chose que nous avons perdu puisqu’il y a eu un grand mouvement de déliaison sociale, accompagné aujourd’hui d’un phénomène d’élévation du niveau d’hétérogénéité de la population française, qui fait que la cohésion sociale devient quelque chose de très difficile aujourd’hui. On l’a vu? notamment? à travers les derniers événements : on a des communautés qui vivent séparées. Or? Jeanne, à travers l’Histoire, a su inspirer les figures aussi différentes que Maurras et Aragon, que Jaurès et Barrès, que Chateaubriand et Michelet. Chacun trouvait dans la figure de Jeanne quelque chose qui nourrissait son imaginaire, que ce soit l’imaginaire chrétien ou l’imaginaire national. L’imaginaire chrétien : les catholiques en ont fait une sainte avant que l’Église ne passe aux actes en 1920. Les républicains y voyaient une héroïne populaire incarnant le patriotisme enraciné. Les royalistes, celle dont le sens politique a permis de faire sacrer Charles VII à Reims et, donc, d’établir la légitimité du roi de France.

 

 

Est-ce que Jeanne peut être un modèle pour les politiques qui préfèrent se diviser plutôt que de s’unir pour l’intérêt de la nation ?

 

 

Le mythe de Jeanne d’Arc intervient dans un pays de chrétienté, c’est-à-dire qu’il partage un substrat culturel commun. Le pays de Jeanne d’Arc, c’est le pays où la religion est à la fois microcosme et macrocosme ; c’est-à-dire qu’elle relie les hommes entre eux. Il y a une idée d’unité qui relie les hommes à Dieu en même temps.

 

 

Jeanne a été abandonnée par une partie de l’Église. Pensez-vous qu’aujourd’hui, les chrétiens d’Orient subissent le même sort de la part du clergé, des fidèles et même de l’État français ?

 

 

Jeanne n’a pas été qu’abandonnée par l’Église. Elle a été martyrisée par les clercs. Il y a eu une violence dans l’épreuve qui lui a été imposée par les juges, qui étaient un évêque et des professeurs de théologie. La figure de Jeanne, par son universalité, incarne l’esprit de résistance. Résistance à l’occupant, à l’envahisseur, donc le désir de maintenir la souveraineté. Déjà, à l’époque, des politiques voulaient brader la souveraineté. Résistance à l’égard des puissances de l’argent, puisque ces puissances-là l’abandonnent. Jeanne n’est pas du parti de l’argent. Résistance, aussi, à des clercs corrompus qui ont renié leur foi pour rendre des services politiques. Des services de collaborateurs de l’occupant. Jeanne est la référence de tous les opprimés du monde. Qui est plus opprimé, aujourd’hui, que les chrétiens d’Orient ? Nous ne pouvons qu’être sensibles à l’injustice, à l’oppression qu’ils subissent. La référence de Jeanne est universelle et s’applique parfaitement bien à leurs combats à la fois pour leur identité que pour leur maintien de leur foi et, en même temps, pour leur survie. Or, c’était bien le combat de Jeanne. Il était là. D’ailleurs, la preuve : elle l’a payé de sa vie.

 

18:11 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

28/06/2019

Il y a 1 an,j’étais à la soirée d’anniversaire du « Diable de Montretout » !

 

 

 

 

 

jean-marie-le-pen-defilera-lui-le-1er-mai-youtube-thumbnail.jpg

 

 
 
 
 

On doit s’arracher les cheveux et la barbe (pour ceux qui compensent !) dans les milieux gauchos, bobos, macronistes, mondialistes et européistes de tous poils à la figure !

 

 

Figurez-vous que le Diable, Le Pen Jean-Marie lui-même, avait tenu, en cette soirée du 30 juin, à convier dans « l’enfer de Montretout » (comme l’avait qualifié un journaliste « mainstream » en mal d’hyperbole) nombre de ses amis, à l’occasion de son quatre-vingt-dixième anniversaire.

 

Les invités absents pourront le regretter amèrement.

 

 

Non seulement parce qu’ils auraient pu voir, écouter et parler à un « Menhir » affaibli mais toujours pugnace, et totalement dépourvu d’attributs diaboliques.

 

 

Non seulement parce que, pour la première fois, depuis des temps reculés, avant la réunion, il a pu étreindre ses trois filles réunies dans sa maison d’habitation et, toutes querelles et haches de guerre enterrées, les embrasser et leur tenir la main, la sérénité d’un pur bonheur familial inscrite sur les traits du patriarche.

 

 

Non seulement parce qu’ensuite, plus de 350 invités se pressèrent à Montretout pour dire les mots de l’amitié, vous savez, celle qui n’existe pas ailleurs que chez ceux qui font de la politique pour faire gagner leurs idées, et non pour s’arracher des places bien juteuses.

 

 

Non seulement parce qu’outre la présence du patriarche, de sa famille et des ses amis de toujours, nous eûmes la chance de pouvoir entendre et voir se produire Les Brigandes pour un concert alliant la qualité musicale et les chants d’amour pour notre nation, nos paysages, notre civilisation et notre inaliénable liberté de penser, déclenchant dans l’assistance un enthousiasme profond.

 

 

Non seulement parce que, si vous vous y étiez trouvé, vous auriez pu entendre parler aussi italien, russe, serbe et espagnol, certains participants n’ayant pas hésité à accourir de très loin pour venir dire leur affection à leur vieil ami.

 

Mais aussi parce qu’ils auraient pu assister à des prodiges !

 

Certes, dans « l’enfer de Montretout », Jean-Marie n’a pas réalisé de multiplication des petits fours ou des bouteilles de champagne.

 

Mais il a pu réunir des amis qui furent aussi, tout au long de son immense et longue carrière, des acteurs de la vie politique française au sein de sa création : le FN. Cela conduisit à des retrouvailles émues entre « anciens » que les circonstances de l’existence avaient amenés à se perdre de vue.

 

 

 

Seule cette invitation à l’anniversaire du Breton indomptable pouvait permettre de telles rencontres, de telles conjugaisons générationnelles entre les « vieux grognards » et les « jeunes pousses » qui viennent à peine de se lancer dans le combat d’une vie pour la survie et la grandeur de la France.

 

 

 

Le second prodige fut climatique. En cette soirée où pas le moindre souffle d’air ne venait desserrer l’étreinte de la touffeur d’une canicule propice à rappeler leur pays d’origine à certains touristes sans visas chouchoutés par l’Union européenne, personne n’a eu trop chaud !

 

Est-ce à dire que la droite nationale, c’est le frigo ?

 

Ou serait-ce plutôt que l’amour et l’amitié partagés sont si chauds qu’ils nous font oublier la canicule extérieure ?

 

Mais dans tout combat, fût-ce d’amitié, il est des victimes collatérales !

 

Bouteilles de champagne tombées au champ d’honneur, vous avez témoigné de l’âpreté de l’engagement !

 

Pour ta présence, pour ton tempérament indomptable, pour ton indéfectible amitié, merci à toi à jamais, « Diable de Montretout » !

 

 

 

Fête 90 ans Jean-Marie.jpg

 

 

 

 

 

25/06/2019

Femmes et hommes face à la culture de la virilité:

 

 

 

 

Capture-45.png

 

 

 

 

 

On ne cesse de nous rebattre les oreilles avec une crise de la masculinité, qui fragiliserait les hommes et les rendrait incertains de leur identité. À ce discours apparemment dominant, une réponse savante et pertinente est opposée par le professeur québécois de science politique Francis Dupuis-Déri. Celui-ci dénonce « une sorte de stratégie rhétorique pour délégitimer le mouvement des femmes et qui ne reflète pas la réalité » (L’Obs).

 

 

 

Il démontre qu’aussi bien pour le contrôle des institutions au sommet de la société – qui a le pouvoir et les ressources – que dans les relations interpersonnelles, la maîtrise demeure masculine.

 

 

 

Il est infiniment convaincant, tant cette vision d’un féminisme qui, de manière concrète et opératoire, aurait gagné m’apparaît plutôt comme une mousse artificielle qui serait venue recouvrir la réalité des comportements et des dépendances.

 

 

 

La masculinité n’est pas en crise.

 

 

 

Ce qui ne veut pas dire que je n’ai pas un compte à régler avec la virilité selon la définition que j’en donne. Ces traits s’attachent aux deux sexes au point que, parfois, on peut constater un mouvement paradoxal qui, ayant libéré les hommes d’une conception caricaturale de la virilité, a conduit un certain nombre de femmes à l’adopter, s’appropriant le pire de ce que l’autre sexe avait trop souvent cultivé.

 

 

 

Je ressens régulièrement un malaise, face à des postures du quotidien et/ou dans les débats médiatiques, devant une attitude commune à certains hommes et femmes qui pourrait se caractériser par l’instillation ostensible du rapport de force ou de la tonalité autoritaire dans les échanges. Cela ne tient pas à l’apparence physique même si des personnalités offrent ce qu’elles sont d’une manière telle qu’elles vous mettent immédiatement en état de faiblesse, par une voix trop assurée, un visage content de soi…

 

 

 

Généralement, cette virilité relève d’un déni renouvelé de ce dont la pensée et la parole doivent s’enrichir : doute, hésitation, scrupule, écoute de l’autre, curiosité, conviction qu’on n’assène pas comme un catéchisme ou une idéologie.

 

 

 

Mais cette détestation que j’éprouve et dont je perçois, quand je m’examine, le caractère excessif renvoie sans doute chez moi à une sorte de complexe d’infériorité qui me condamne, pour être pleinement et tranquillement moi-même, à n’admettre chez l’autre qu’une forme, une courtoisie, un style rendant possible l’échange et exemplaire le dialogue.

 

 

 

Quel bonheur quand cette alliance règne mais alors la déception, comme une blessure, d’une virilité qui, dans un pluriel aspirant à être riche, contradictoire et stimulant, projette un singulier impérieux et dérangeant.

 

 

 

Je n’aime pas, dans la masculinité, une virilité comique à force d’être outrancière. Je n’aime pas, chez certaines femmes, une virilité aux antipodes de la grâce, de l’intelligence et de la sensibilité d’une féminité sûre d’elle sans être militante et guerrière.

 

 

 

10:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

21/06/2019

Vilfredo Pareto:

 

 

 

Vilfredo Pareto génie et visionnaire.jpg

 

 

 

 

 

Vilfredo Pareto (né à Paris - France le 15 juillet 1848 ; décédé à Céligny - Suisse le 19 août 1923) était un sociologue et économiste italien. Il a apporté de nombreuses contributions importantes dans ces deux matières, particulièrement dans l'étude de la distribution du revenu et dans l'analyse des choix individuels. Il introduisit le concept de l'efficacité et aida le développement du champ de la microéconomie avec des idées telles que la courbe d'indifférence. Il est successeur de Léon Walras à la Chaire d'économie politique de l' Université de Lausanne.

 

 

 

Biographie:

 

 

 

Vilfredo Pareto est né en 1848 à Paris, l'épicentre des révolutions populaires de cette année. Son père était un ingénieur italien, noble, exilé d'Italie comme partisan de Mazzini, républicain et anti-piémontais, sa mère une femme française. Le grand-père paternel, Giovanni Benedetto Pareto avait été fait baron de l'Empire par Napoléon.

 

Pendant son enfance, en Italie, Pareto vécut dans un milieu de classe moyenne, recevant une éducation de niveau élevé.

 

En 1870 il est diplômé en ingénierie de l'université polytechnique de Turin. Sa thèse était intitulée « Principes fondamentaux de l'équilibre des corps solides ». Son intérêt dans l'analyse de l'équilibre en économie et sociologie y fait ses premières manifestations.

 

Pendant quelques années, il travaille comme ingénieur, d'abord pour la compagnie italienne des chemins de fer, publique, puis dans l'industrie privée et devient directeur des Ferriere italiane. Son travail le fait voyager.

 

En 1886 il devient maître de conférence à l'université de Florence. Son séjour à Florence fut marqué par son activité politique, largement alimentée par ses frustrations contre les régulateurs étatiques. Libéral, il attaque le socialisme, le militarisme et le protectionnisme du gouvernement.

 

En 1889, après la mort de ses parents, Pareto change de style de vie : il quitte son travail et se marie à une Russe, Alessandra Bakounine. Il commence à écrire de nombreux articles polémiques contre le gouvernement ce qui lui attire beaucoup d'ennuis comme l'interruption d'une de ses conférences par la police ou le refus d'une autorisation d'enseigner l'économie politique.

 

En 1893 il est nommé maître de conférence en économie à l'université de Lausanne en Suisse à la place de Walras qui le lui a proposé. Il y reste jusqu'à la fin de sa vie

En 1898, il héberge des socialistes italiens fuyant la répression des émeutes.

 

En 1902, sa femme le quitte. Il vivra jusqu'à sa mort avec Jeanne Régis.

 

En 1906, il fit la fameuse observation selon laquelle vingt pour cent de la population possédait quatre-vingt pour cent de la propriété en Italie, observation à l'origine de la loi qui porte son nom.

 

En 1917, l'université de Lausanne organise son jubilé.

 

En 1923, il conseille aux fascistes d'adopter une politique libérale.

 

Il meurt à Céligny (Suisse) la même année.

 

 

Sociologie

 

Actions logiques et non-logiques:

 

Son apport dans le domaine de la recherche sociologique se situe autour des concepts d'actions logiques étudiées à travers l'économie et des actions non-logiques étudiées par la sociologie. Les actions non-logiques étant constituées de résidus, c'est à dire tous les affects inhérents à l'homme. Tout son développement se trouvant dans son principal ouvrage: Traité de sociologie générale, publié en 1916 en italien et en 1917 en français.

 

Masse et élite:

 

Pareto distingue les classes sociales entre masse et élite, l'élite elle-même est séparée entre élite non gouvernementale et gouvernementale. De la masse montent perpétuellement de nouvelles élites que l'élite en place a le choix de combattre ou d'intégrer jusqu'à sa défaite et son remplacement. C'est cette lutte qui fait l'histoire. L'étude de la circulation des élites est souvent réduite à la fameuse phrase "L'histoire est un cimetière d'aristocraties".

 

La distinction entre élite et masse s'applique à toutes les sociétés dans des proportions similaires, et la répartition des richesses est inégalement la même partout: la seule façon d'enrichir les plus pauvres est donc d'enrichir la société toute entière plus vite qu'elle ne s'accroit.

 

Epistémologie:

 

A l'encontre des préjugés scientistes de son époque, Pareto dénie à la science la faculté de définir un système politique, une morale, une religion idéaux. Le scientisme dénature la science en la surestimant: la science ne peut déterminer les fins humaines.

 

Le cynisme et le pessimisme de Pareto attaquent de front l'optimisme et le rationalisme d'Émile DurkheimIllusions sont les tentatives d'organiser rationnellement la société, illusion que de croire l'homme animé par la raison, illusion que de croire la vertu progresser avec l'accroissement de la raison.

 

Pareto critique également les moralistes qui développent vainement des théories pour accorder les intérêts particuliers et collectifs. Le maximum d'utilité pour la collectivité n'est pas le maximum d'utilité de la collectivité.

 

Politique:

 

Pareto est l'auteur d'une étude du socialisme dans son ouvrage Les Systèmes socialistes.

 

Pareto critique tout au long de son oeuvre la faiblesse des élites en fin de règne qui cause leur perte : « Toute élite qui n'est pas prête à livrer bataille, pour défendre ses positions, est en pleine décadence, il ne lui reste plus qu'à laisser sa place à une autre élite ayant les qualité viriles qui lui manquent. C'est pure rêverie, si elle s'imagine que les principes humanitaires qu'elle a proclamés lui seront appliqués : les vainqueurs feront résonner à ses oreilles l'implacable vae victis. Le couperet de la guillotine s'aiguisait dans l'ombre quand, à la fin du siècle dernier (ndlr : fin XVIIIe donc), les classes dirigeantes françaises s'appliquaient à développer leur "sensibilité". Cette société oisive et frivole, qui vivait en parasite dans le pays, parlait, dans ses soupers élégants, de délivrer le monde de "la superstition et d'écraser l'infâme", sans se douter qu'elle-même allait être écrasée. » (in Les Systèmes socialistes T.I, p.40-41)

 

Les régimes autoritaires:

 

Les fascistes italiens se sont réclamés de Pareto, mort en 1923, et on dit souvent de lui qu'il justifie les régimes autoritaires.

 

Réduisant la théorie de Pareto sur les élites, ils justifient leur violence comme nécessaire pour maintenir l'ordre social. Le pouvoir qu'exerce l'élite, minoritaire, n'ayant in fine pas de fondement moral, la force peut être utilisée sans complexe et le régime trouve dès lors sa justification dans son succès.

 

Pareto vit dans l'avènement du fascisme une réaction contre la décadence bourgeoise et son humanitarisme, un gage d'ordre. D'abord très hostile, il accueille favorablement l'avènement de Mussolini mais met en garde les fascistes contre "les aventures guerrières, la restriction de la liberté de la presse, la surimposition des riches et des paysans, la soumission à l'Église et au cléricalisme, la limitation de la liberté d'enseignement" (in Gerarchia, revue fasciste, dans un article intitulé "Liberta").

 

Pareto est élevé représentant de l'Italie à la Commission du désarmement de la SDN en décembre 1922 et sénateur en mars 1923. Il meurt peu après, bien avant la proclamation des lois fascistissimes.

 

Le libéralisme:

 

Sur le plan économique, il estime que le libéralisme est le système le plus producteur de richesse et par conséquent celui qui enrichit le plus la société toute entière.

Sur le plan des idées politiques, Pareto semble préférer un régime fort et libéral c'est-à-dire capable de faire respecter les libertés.

 

 

Maurice Allais voit en Pareto un grand libéral qui a cherché à réduire au maximum et dans la mesure du possible la contrainte qu'exerce la collectivité sur l'individu.

L'étatisation:

 

Pareto annonce avec justesse l'interventionnisme croissant des États dans l'économie qui se produira au XXème siècle qui verra l'avènement de sociétés collectivistes. La bureaucratisation se substitue à la libre initiative. Pareto compare cette évolution à celle de Byzance et à celle du Bas-Empire.

 

 

Les outils statistiques "Pareto":

 

 

Il demeure célèbre pour son observation des 20% de la population qui possèdent 80% des richesses en Italie, généralisée plus tard (par Joseph Juran et d'autres) en distribution de Pareto. Cette observation a été étendue à d'autres domaines sous le terme de « loi de Pareto ». Par extension, on appelle diagramme de Pareto un type d'histogramme où les classes sont représentées par ordre décroissant de fréquence, ce qui permet de mettre en évidence les classes les plus importantes ; ce diagramme est utilisé en gestion de la qualité, où les classes représentent les défauts.

 

Il définit la notion d'optimum paretien comme une situation d'ensemble dans laquelle un individu ne peut améliorer sa situation sans détériorer celle d'un autre individu. Dans la théorie des jeux de John Forbes Nash, la situation est un optimum paretien si les agents sont satisfaits de leur choix et que les gains sont maximisés. Ces gains étant optimaux, si la situation d'un agent s'améliore, celle d'un autre doit se détériorer pour préserver l'équilibre. Un optimum de Pareto est également un équilibre de Nash (où la notion d'optimum n'intervient pas), l'inverse n'est pas vrai.

 

Le concept d'optimum de Pareto se démarque des thèses utilitaristes qui ne se préoccupent que de la quantité totale de « bien-être » de la société (et négligent le fait que le bien-être des uns peut se faire au détriment de celui d'une minorité).

 

Economie:

 

Représentant du courant néoclassique, et plus particulièrement avec le français Léon Walras de l’école de Lausanne, Vilfredo Pareto a laissé à la littérature économique plusieurs ouvrages majeurs comme son Cours d'économie politique (1896) et son Manuel d’économie politique (1909).

 

Un des ses plus importants apports a été de modifier les principes de la valeur utilité chez les néoclassiques. Auparavant, un des postulats néoclassiques était l'existence d'une fonction d'utilité cardinale : l’individu rationnel est capable de déterminer le niveau absolu d’utilité d’un produit. Pareto lui substitue le principe plus réaliste d'utilité ordinale : l’individu rationnel est en fait capable de hiérarchiser ses préférences, de dire s’il préfère le produit A au produit B ou inversement.

 

Ce raisonnement le pousse à l’utilisation des courbes d’indifférence imaginées par Francis Edgeworth. Le principe de la courbe d'indifférence représente l’ensemble des combinaisons de deux produits, permettant d’obtenir une utilité donnée.

 

La généralisation de ses raisonnements à l’échelle de la société permet de déterminer la situation où l’utilisation des ressources est optimale. L’optimum de Pareto est la situation dans laquelle l’utilité (le bien-être) d’aucun individu ne peut être augmentée sans que ne soit réduite l’utilité d’un autre individu. Ce point est obtenu par l’intersection de la droite représentant les contraintes matérielles (ressources/budget) et de la courbe d’indifférence la plus élevée possible.

 

 

La référence à l'optimum de Pareto a permis aux économistes néoclassiques de démontrer mathématiquement la supériorité théorique de la concurrence pure et parfaite sur les modèles économiques alternatifs, à partir de leurs postulats.

 

 

Citations:

 

  • « La tendance à personnifier les abstractions, ou même seulement à leur donner une réalité objective, est telle que beaucoup de personnes se représentent la classe gouvernante presque comme une personne, ou au moins comme une unité concrète qu'ils lui supposent une volonté unique, et croient qu'en prenant des mesures logiques, elle réalise les programmes. C'est ainsi que beaucoup d'antisémites se représentent les sémites, beaucoup de socialistes les bourgeois. » (in Traité de sociologie générale, §2254)

 

  • « Si en France on établit l’impôt sur le revenu, on commencera avec un taux progressif fort supportable, et puis, chaque année, à l’occasion du budget, on l’augmentera. »[1]
  • « Il est doux de prendre sa part d'un impôt qu'on ne paie pas. »

 

  • « Tous les révolutionnaires proclament à leur tour que les révolutions précédentes ont fini par tromper le peuple ; c'est leur révolution seule qui est la vraie révolution. « Tous les mouvements historiques précédents », déclarait le Manifeste communiste de 1848, « étaient des mouvements de minorités ou dans l'intérêt de minorités. Le mouvement prolétarien est le mouvement conscient et indépendant de l'immense majorité, dans l'intérêt de l'immense majorité ». Malheureusement cette vraie révolution, qui doit apporter aux hommes un bonheur sans mélange, n'est qu'un mirage trompeur qui ne devient jamais une réalité. Elle est apparentée à l'âge d'or des millénaristes : toujours attendue, elle est toujours perdue dans les brumes du futur, échappant toujours à ses adeptes au moment où ils pensent la tenir. »

 

  • « Même si on démontrait d'une façon tout à fait évidente que la protection entraîne toujours une destruction de richesse, si on arrivait à l'enseigner à tous les citoyens, tout comme on leur apprend l'ABC, la protection perdrait un si petit nombre de partisans, le libre-échange en gagnerait si peu, que l'effet peut en être à peu près négligé, ou complètement. Les raisons qui font agir les hommes sont tout autres. » (Manuel d'économie politique)

 

  • « Vilfredo Pareto, peut-être le fondateur d’une approche explicitement positiviste en économie, était le champion des deux erreurs. Rejetant l’approche de la préférence démontrée comme “tautologique”, il cherchait d’un côté à éliminer les préférences personnelles de la théorie économique, et de l’autre à étudier et à mesurer des échelles de préférences indépendamment de toute action réelle. Pareto est donc, à plus d’un égard, l’ancêtre spirituel de la plupart des théoriciens contemporains de la valeur. » Murray Rothbard (“Toward a Reconstruction of Utility and Welfare Economics”)

 

 

Œuvres:

 

 

  • 1892, “Considerazioni sui principii fondamentali dell’economia politica pura”, Giornale degli economisti, maggio 1892: 389-420, reproduit en 1982, in Ecrits d’économie politique pure, in Vilfredo Pareto, OEuvres complètes, tome XXVI, Genève: Librairie Droz
  • 1895, “La legge della domanda”, Giornale degli economisti, janvier 1895 : 59-68, reproduit en 1982, in Vilfredo Pareto, Ecrits d’économie politique pure, in Vilfredo Pareto, OEuvres complètes, tome XXVI, Genève: Librairie Droz
  • 1896, La courbe de la répartition de la richesse, Université de Lausanne, Recueil publié par la Faculté de Droit à l’occasion de l’exposition nationale suisse, Genève, 1896, reproduit en 1967, in Vilfredo Pareto, Écrits sur la courbe de la répartition de la richesse, in OEuvres complètes, tome III, Genève
  • 1896, Cours d’économie politique, Lausanne : Rouge, 1896-7, reproduit en 1964, in Vilfredo Pareto, OEuvres complètes, Genève : Librairie Droz
  • 1900, “Sul fenomeno economico, lettera a Benedetto Croce”, Giornale degli Economisti, août 1900: 139-162, p. 144, reproduit en 1982 in Ecrits d’économie politique pure, in Vilfredo Pareto, OEuvres complètes, tome XXVI, Genève: Librairie Droz
  • 1903, “Anwendungen der Mathematik auf Nationalökonomie”, Encyklopädie der mathematischen Wissenschaften mit Einschluss ihrer Anwendungen, Leipzig, vol. I, n° 7, traduction française en 1966, in Statistique et Économie Mathématique, OEuvres Complètes de Vilfredo Pareto, t. VIII, Genève : Librairie Droz
  • 1906, Manuel d’économie politique, Piccola Bibliotheca Scientifica, Milano : Società Editrice Libraria,
- 1ère édition française en 1909, Paris : Giard et Brière, 1909,
- 4ème édition en 1966, in OEuvres Complètes de Vilfredo Pareto, Genève : Librairie Droz
  • 1908, “Economia sperimentale”, Giornale degli Economisti, juillet : 6-18,
- Traduction française en 1976, in Faits et Théories, Genève : Librairie Droz
  • 1916, Trattato di Sociologia Generale, Florence : Barbera
- Traduction française en 1968, réédition in Œuvres Complètes de Vilfredo Pareto, Genève : Librairie Droz, 1968
  • 1918, “L’interpolazione per le ricerca delle leggi economiche”, Giornale degli economisti, maggio 1907: 366-385,
- Reproduit en 1982 in Ecrits d’économie politique pure, in Vilfredo Pareto, OEuvres complètes, tome XXVI, Genève: Librairie Droz
  • 2008Le Péril socialiste, recueil d'articles, éditions du Trident.

 

 

Littérature secondaire:

 

 

  • 1968, S. E. Finer, "Pareto and Pluto-Democracy: The Retreat to Galapagos", American Political Science Review, 62 (2), pp440–450
  • 1999,
    • Alban Bouvier, dir., Pareto aujourd'hui, Presses Universitaires de France, Paris
    • Carlo Lottieri, Elitisme classique (Mosca et Pareto) et élitisme libertarien: analogies et différences, In: Alban Bouvier, dir., Pareto aujourd'hui, Presses Universitaires de France, Paris, pp199-219

 

Notes et références:

 

 

 

  1.  Repris par Alain Laurent et Claude Reichman in Théories contre l'impôt, Les Belles Lettres, 2000, ISBN 2251390324

 

 

Vilfredo Pareto.jpg

 

09:31 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

18/06/2019

Évoquer le Grand Remplacement : de l’incitation à la haine raciale, maintenant !

 

 

 

Birth_of_Venus_Botticelli-845x475.jpg

 

 

 

Il fallait s’y attendre. Nous y voilà, donc : « Le thème du “grand remplacement” relève de l’incitation à la haine raciale. » C’est le titre d’une tribune de Louis-Georges Tin, président d’honneur du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), publiée dans Libération, le 22 mars. D’emblée, la couleur est annoncée : « Nous ne sommes plus dans un débat théorique, cette thèse est aujourd’hui un mobile pour terroristes, comme l’a montré l’attentat de Christchurch. »

 

 

Précisant sa pensée, Tin n’hésite pas à écrire, en évoquant la tuerie perpétrée par Tarrant en Nouvelle-Zélande, que « les auteurs réactionnaires français sont l’une des sources majeures des terroristes d’extrême droite à travers le monde : nos penseurs n’appuient pas sur la gâchette, mais ils fournissent les munitions, et orientent le canon. » De belles perspectives judiciaires…

Mais aussi parlementaires, car l’auteur de cette tribune en appelle au législateur qui « devrait explicitement inclure le “grand remplacement” parmi les thèmes relevant du discours raciste et de l’incitation à la haine. Ce serait une avancée salutaire. » Ainsi, si on écoutait M. Tin, le simple fait de comparer les chiffres sur l’immigration fournis par l’INSEE, année après année, deviendrait donc un délit. Un crime, pendant que nous y sommes, histoire de faire bon poids ! À ce compte, l’INSEE devrait cesser de comptabiliser la population immigrée, descendante d’immigrés et étrangère car, d’une certaine façon, c’est donner des munitions aux théoriciens du Grand Remplacement. Et l’on sait désormais, grâce à M. Tin, contre qui ces munitions sont utilisées. Un procès à l’INSEE en complicité d’incitation à la haine raciale est même envisageable. Si, si, réfléchissez bien.

 

 

Mais, au fond, il faudrait aller plus loin encore. À bien y réfléchir, il y a tant de choses, dans cette société, qui incitent à la haine, raciale ou pas. Prenez, par exemple, toutes ces peintures italiennes du Quattrocento. On est bien d’accord : peu, très peu, de personnes de couleur représentées sur ces tableaux de Fra Angelico, Botticelli, Bellini et tutti quanti. Toutes ces pépés à oilpé, plus blanches les unes que les autres… Qu’attend-on pour retirer toutes ces barbouilleries des galeries de peinture de Venise, Florence, Milan, Paris et autres lieux, qui pourraient laisser à penser que la population de notre vieille Europe a connu, comme qui dirait, un léger remplacement au fil des siècles ? Continuer à exposer ces tableaux, n’est-ce pas, alors, un peu inciter à la haine, si l’on suit bien le raisonnement de M. Tin ?

 

 

Et puis, en lisant cette tribune, une question vient à l’esprit : et si des démonstrations tirées par les cheveux comme celle de M. Tin n’étaient pas susceptibles de susciter « quelque part » de la haine ? À force de vouloir tout réprimer, judiciariser, criminaliser, ne risque-t-on pas les effets indésirés ? Et de susciter à inciter, il n’y a pas loin, vous savez. La question mérite peut-être d’être posée. Mais qu’on se rassure, l’humaniste qui tient cette plume est exempt de ce vilain sentiment, ou tout du moins fait son possible pour le contenir et le réprimer dans l’œuf. D’autant qu’il admet toutes les opinions, si tant est qu’elles reposent sur des réalités, sans penser qu’il soit nécessaire d’appeler au secours le législateur et le juge tous les quatre matins…

 

 

Il faut « éviter la banalisation du mal dans ce pays qui est le nôtre », conclut M. Tin. Le mal ? À se demander si, au fond, ce mal n’est pas la sottise. Elle devient d’une banalité affligeante dans ce pays qui se prétendait jusqu’à récemment l’un des plus intelligents de la Terre.

 

 

 

10:04 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

14/06/2019

Assemblée générale de « l Action Sociale et Populaire »

 

 

                            Le 25 mai 2019 a Paris

 

 

  A G 1.jpg

 

 

 

 

 Ordre du jour :

 

 

1)      regard sur les maraudes par Alexandre Simmonnot :

 

 

 notre secrétaire général Alexandre Simonnot  s’ excuse il est de mariage ou il tient l harmonium

 

notre vice présidant Gilles Clavel  lira  son  procès verbal

 

  • je constate que l association se porte bien
  • son principe de charité réel est bien affirmépar 30 maraudes par an , 500 maraudes depuis sa création
  • je remercie tous ceux qui nous aident etnos partenaire comme radio-Courtoisie
  • continuons notre combat comme l exclusion et la misère
  • que Dieu nous bénisse

 

le procès verbal est adopte

 

 

2)l image de l ASP par Emmanuel Perone membre du CA de l ASP :

 

je suis arrive a Paris en 2007  en tant que policier, J’ai rencontre des gens dans la rue  , j avais vu cela en Yougoslavie , mais cela existe donc même ici ?,

 

j ai voulu savoir ce que c était de distribuer des soupes sans structures officielles  en 2013 j ai fait ma première maraude avec le pasteur Blanchard  je me suis dit « ca c’est un homme «  j ai fait venir ma belle mère et elle a apprécie même si elle n était du même bord

 

j ai compris que pour ces personnes dans la rue leur sac c est  tout ce qu’ ils ont

j ai vu des choses affreuses comme ce fleuriste qui mettait de l’acide par terre pour les faire partir.

 

j ai rencontre des maraudeurs de grandes culture comme Mr Bruno Gollnisch

Les gens ne comprennent pas ce qu est la vraie misère

Avant d accueillir la misère des autres réglons la notre !

 

 

3) bilan de la dernière campagne et devenir de l association par le pasteur Blanchard président de l ASP

 

Le bilan de l assemble général de l année passée n a pas pu être fait a

 cause d imbroglio dans notre famille politique  La salle ou nous sommes aujourd hui était en travaux  nous avions fait une demande pour la salle Jeanne d’Arc, après acceptation  ils se sont rétractes car il y avait  parmi nous des personæ  non grata !!!!!!!

 

 

A G 2.jpg

 

 

Ce que nous sommes au sein de l ASP :

 

certains sont proche du RN   d autres de Jean Marie Le Pen d autre du SIEL Ces gens viennent de partout  répondant a notre cadre » du Social « 

A la maraude d ouverture  Maitre Triomphe était très présent

 

 

Cette année nous n’ avons pas manque de vêtements et en fin de campagne 3 personnes se sont inscrites pour marauder et nous sommes heureux de retrouver un de nos anciens compagnons

 

A Noël Jany était présente comme elle le fait souvent depuis 1996 cette maraude fut superbe

on pourrait raconter énormément d anecdotes  joyeuses et vivantes.

 

 

Le reste de la campagne s est bien déroulé sans sauter une maraude  depuis  octobre 1996 époque héroïque  ou nous maraudions avec un sac a dos  nous avons fait du chemin grâce a Radio courtoisie.

 

 

Une plaie du monde moderne est la solitude  Certaines personnes n ont comme ouverture que Radio courtoisie  si on peut les nommer sur les ondes  cela leur fait plaisir  ils ont enfin l impression d exister

 

nous allons continuer en 2019 e nous avons besoin de tous

 

 

 

  • bilan financier par Gaël Fouilleul trésorier de l ASP :

 

après  une année 2016 quelque peu décevante par les dons  .Les collectes des années 2017 et 2018 remontent avec leur niveau moyen .

C’est grâce au versement de 1000 euros d un donateur régulier que l on arrive a ce niveau de collecte moyenne

les dons a l ASP sont assez dépendant de 4 gros donateurs en 2017 et 5 en 2018 chacun ont versé au moins 500 euros

le don moyen en 2017 est de 161 euros en 2018 : de 138 euros

 

la collecte 2018 avait plutôt mal commencé avec de petits dons  mais une campagne de  mailing   au dernier trimestre a permis de redresser la barre et de surpasser 2017

 

Jusqu’en 2017 le nombre de donateurs diminue légèrement 72 en 2013, 68 en 2014 ,60 en 2015, 58 en 2016,et 54 en 2017

 

La campagne de mailing a permis de mobiliser certains anciens donateurs puisqu’ils ont été 64 a se mobiliser en 2018

 

Le nombre de donateurs fidèles depuis le début et qui donne chaque année est stable a environ une quarantaine

 

 

 

Coté dépenses :

 

 nous avons du casser la tirelire et acheter un véhicule propre pour 12000 euros début 2017 auxquels  il a fallu rajouter 4338 euros de frais de fonctionnement

 

en 2018 les dépensés se sont montées  a 5428euros avec des frais d entretien du véhicule conséquent

 

Rapport accepté :

 

  • élection du bureau et du conseil d administration :

 

 

Marie Ballée devient membre du conseil d administration

Gilles Clavel devient vice président

 

 

 

mini récital : docteur Merlin et Annette

 Pot de l'amitié

 

 

 

A G 3.jpg

 

 

 

11/06/2019

La peine capitale victime du politiquement correct ?

 

 

 

 

image-7-2-845x456.png

 

 

 

 

La peine capitale est l’un des sujets devenus tabous en France. La trilogie infernale de la pensée unique, du politiquement correct et du terrorisme intellectuel fusille paradoxalement celui qui ose en parler. On reconnaît là un élément symbolique de l’idéologie implicite qui règne en Europe et anime les groupes de pression, les ONG notamment, qui influencent la pensée mondiale surtout en Occident. Amnesty International est sans doute l’organisation la plus connue qui milite en ce sens au nom des droits de l’homme. Chaque année, elle publie un rapport qui fustige les États qui pratiquent des exécutions et souligne le recul de cette pratique, comme si l’évolution était inexorable. 104 pays l’ont abolie juridiquement, 9 l’ont limitée et 28 suspendue. Cette apparente majorité de 121 États sur 194 est inversée si on tient compte de la population : sur les 7,7 milliards d’humains, les deux tiers vivent dans des pays qui utilisent légalement la peine capitale.

 

 

 

Contrairement au discours unanimiste illusoire des abolitionnistes, les motifs de ce maintien sont divers et dépendent, en grande partie, des particularités culturelles. Une fois encore, c’est Huntington qui a raison de Fukuyama, le choc des civilisations l’emportant sur le cosmopolitisme. L’Europe et l’Amérique ont très majoritairement aboli la peine capitale, soit en raison du poids du christianisme, et notamment de l’Église catholique, soit à cause de l’horreur du nazisme et de la culpabilité ressentie bien au-delà des pays et des hommes responsables de ses crimes. Les États-Unis sont une grande exception puisque la majorité des États l’ont conservée, voire rétablie. Aucune culpabilité après la Seconde Guerre mondiale, une histoire nationale marquée par la brutalité de l’ordre et un respect de la volonté populaire allant, dans de nombreux États, jusqu’à la démocratie directe expliquent cette particularité. L’Asie, en revanche, est très majoritairement favorable à la peine de mort, non seulement dans les États non démocratiques, comme la Chine ou la Corée du Nord, mais dans des démocraties, comme le Japon, l’Inde ou Singapour. Cela tient au rapport entre l’individu et la collectivité. Dans l’Occident actuel, le christianisme et le libéralisme ont produit une pensée qui place théoriquement le respect de la vie de l’individu et de ses choix au-dessus de l’intérêt de la société, voire de ce qu’une pensée plus traditionnelle du christianisme appelait son « bien commun ».

 

 

 

En Asie, c’est une conception plus durkheimienne qui l’emporte : le crime est une blessure infligée à la conscience collective. Celle-ci doit être guérie par une peine proportionnelle. Le crime le plus odieux doit recevoir la peine la plus lourde. C’est ainsi que l’Inde ou le Japon justifient la peine de mort. De manière plus pragmatique, c’est la criminalité la plus dangereuse pour la société qui est la plus sévèrement combattue – la drogue, par exemple, à Singapour -, qui justifie aussi le rétablissement de la peine capitale aux Philippines.

 

 

 

Bien sûr, s’y ajoutent les États musulmans d’Asie et d’Afrique qui appliquent des châtiments souvent inspirés de la charia et qui étendent la peine de mort à des crimes religieux, comme la transgression sexuelle. C’est là que la liberté individuelle est la plus niée, puisqu’une simple parole peut coûter la vie. Le cas d’Asia Bibi condamnée à mort pour blasphème avait ému tout l’Occident !

 

 

 

Certains pays soulignent la relativité des situations. Beaucoup de pays qui conservent la peine capitale ne l’appliquent plus. C’est le cas de pays arabes ou musulmans influencés par la pensée française comme les anciennes colonies ou protectorats de la France en Afrique. En revanche, un paradoxe saute au yeux en Amérique latine : des pays abolitionnistes détiennent des records mondiaux de criminalité, le Venezuela, 3e au monde, ou le Mexique, par exemple. Il est probable que l’empreinte catholique explique l’abolition, puisque les derniers papes ont été fermes sur la condamnation de la peine de mort. Il faut toutefois rappeler, d’une part qu’ils s’opposent à l’avortement, c’est-à-dire à la mort d’innocents par excellence, d’autre part que cette condamnation fondée sur les dix commandements est doublement discutable : d’abord, « tu ne tueras pas » est mieux traduit par « tu ne commettras pas de meurtre » ; ensuite, un autre texte de la Bible, celui du Lévitique, donne la liste des actes qui méritent la mort…

 

 

 

C’est pourquoi il n’est pas impensable de s’interroger à nouveau sur le rétablissement de cette peine qui aurait au moins le mérite de restaurer une pyramide raisonnable des sanctions. L’impunité pour la criminalité banale s’explique par le fait qu’on répugne à punir à proportion les faits les plus horribles. Peu importe de savoir si la peine est exemplaire ou dissuasive. Il est périlleux de laisser penser qu’un crime demeure impuni, car cela, à défaut de susciter le prosélytisme, cultive une « anomie », un affaiblissement de la foi ou de la confiance envers les valeurs et les règles de la société au sein de laquelle on vit. Le spectacle odieux de terroristes comme Salah Abdeslam ou Mehdi Nemmouche, se prélassant en prison et invoquant leur « droit au silence », dans des sociétés où des SDF meurent de froid dans la rue est-il « chrétien », « humaniste » ? Il crée, à défaut d’une révolte impuissante, un doute contagieux sur les raisons de croire en l’avenir de nos sociétés. Mais peut-être est-ce là la face cachée du « progressisme » : inoculer les poisons mortels, ruiner les immunités nécessaires, condamner à mort une civilisation et les sociétés qui la composent?

 
 

 

 

 

09:40 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)