Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2017

PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL D’ADMINISTRATION:

 

 

AG 2017 (1).JPG

 

 

 

 DE L’ASSOCIATION

« ACTION SOCIALE & POPULAIRE »

LE 16 SEPTEMBRE 2017 A PARIS

 

 

 

 

 

Nous commençons la réunion en formant nos vœux les plus sincères de bon rétablissement à notre ami le Président Jean-Marie LE PEN qui vient de subir une importante intervention chirurgicale.

 

 

ORDRE DU JOUR :

 

 

  1. Un regard sur les maraudes par Alexandre SIMONNOT

 

 

Alexandre rappelle qu’il a effectué sa première maraude en 2010 avec Marion MARECHAL-LE PEN et que depuis il a dû en faire 20 à 25 autres en compagnie du Pasteur et de Catherine son épouse.

Il rappelle l’importance de ces maraudes dans les rues de Paris à la rencontre de celles et ceux qui n’ont plus rien.

Il rappelle également que gâtés comme nous sommes, donner un peu de temps à nos pauvres ça n’est pas grand-chose mais pour ceux qui n’ont plus rien c’est énorme.

 

 

 

  1. L’image de l’ASP par Annette VENTENAT, amie de l’ASP

 

 

Notre image est bien sûr excellente.

Au fil des années l’ASP a acquis une très solide notoriété dans le domaine du social.

Beaucoup de grands organismes caritatifs, bien plus connus que nous, n’ont pas réussi à monter des circuits de maraudes comme les nôtres avec notre régularité et notre implication.

 

 

 

  1. Bilan de la dernière campagne et devenir de l’Association par le Pasteur BLANCHARD, président de l’ASP

 

 

Nous préparons la prochaine campagne de maraudes.

Le Pasteur rappelle la grande importance du soutien de nos amis médias (Présent, Radio Courtoisie, TV Libertés) sans qui personne ne pourrait entendre parler de nous et de nos actions.

Le Pasteur nous encourage à poursuivre l’action.

 

 

  1. Intervention de madame Jany LE PEN, marraine de l’ASP

 

 

Restée au chevet de son mari hospitalisé, Jany est bien sûr excusée de son absence parmi nous aujourd’hui.

 

 

  1. Bilan financier par Gaël FOUILLEUL, trésorier de l’ASP

 

 

Gaël excusé pour son absence, c’est Gilles CLAVEL qui nous donne lecture du bilan financier

 

Le voici :

 

Après plusieurs années de hausse et notamment une collecte record de plus de 10 000 euros l’année dernière, le montant des donations en 2016 s’élève à 7 391 euros.

 

C’est en-dessous de sa moyenne annuelle qui s’établit désormais à 8 528 euros !

 

La différence s’explique, d’une part, par l’absence, pour la première fois depuis longtemps, de dons d’au moins 1 000 euros et, d’autre part, par le nombre de donateurs qui diminue légèrement : 72 en 2013, 68 en 2014, 60 en 2015 et 58 en 2016.

 

Le solde du compte courant était de 12 669 euros au 31 décembre 2016 et celui du Livret A, de 10 900 euros.

 

Du côté des dépenses : nous avons dû « casser la tirelire » et acheter un véhicule « propre » qui a coûté 12 000 euros. Hormis cette dépense exceptionnelle, les frais de fonctionnement de l’ASP s’élèvent à 4 037 euros

 

 

6 – Election du Bureau et du Conseil d’administration de l’ASP

 

 

Le Bureau et le CA sont reconduits à l’unanimité des votants

Alexandre SIMONNOT est élu Secrétaire Général à l’unanimité

 

 

 

L’Assemblée générale se conclue par un air des Noces de Figaro de Mozart, magnifiquement interprété par Annette VENTENAT

 

AG 2017(2).JPG

 

18/09/2017

Assemblée générale le 16 Septembre 2017.........

 

 

12/05/2017

LES MEMBRES FONDATEURS DE L'ASP...

 

 

 

 

 

Thierry AURIAT

Coordinateur Général de l'ASP

 

 

 

Les débuts de l'association furent héroïques. Nous étions seuls, complètement isolés. Toutes les portes se fermaient devant nous. Nombreux étaient ceux qui pensaient qu'après l'expérience des soupes à St Lazare, je n'avais plus d'avenir. Ce fut une dure traversée du désert. Il est arrivé même que l'on déconseille à des personnes de s'engager dans notre projet, en affirmant que je n'avais aucune chance de sortir la tête de l'eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est à cette époque que j'ai fait la connaissance de Thierry, par l'intermédiaire du Docteur Merlin. Thierry me connaissait de nom depuis l'époque où tous deux nous demeurions à Vitry. Dès notre première rencontre il a accepté de s'engager à nos côtés. Depuis, son soutien à nos actions est total, un dicton dit que c’est dans l'adversité que l'on reconnait ses amis. Je lui voue une éternelle reconnaissance d'avoir été un des rares, à nos débuts alors que tout le monde nous fuyait, à s’être engagé sans la moindre arrière pensée. A cette époque, son chaleureux accueil fut essentiel.

 

 

 

 

 Pasteur  Blanchard  

14/04/2017

LES MEMBRES FONDATEURS DE l'ASP...

 

 

 

 

 

 

 

 

Oscar  Wesley

Membre du conseil d'administration

 

 

 

Il fût un temps, ceux de nos débuts à la Cité du Refuge de l'Armée du Salut, au bon vieux temps de notre jeunesse, époque inoubliable, où être un travailleur social professionnel était une vocation et une véritable aventure humaine. Depuis, la machine administrative a éteint cette flamme en fonctionnarisant le secteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est par l'intermédiaire du blog, qu'après des décennies, nous nous sommes retrouvés. Ce qu'il y a de paradoxal dans ces retrouvailles, c’est que ce fut par l'intermédiaire d'un de nos ancien collègue, aux idées d'extrême gauche, qui, voulant dénoncer mon parcours, a permis notre rencontre. Il ignorait en effet que Oscar partageait mes valeurs, le même amour pour la France. Depuis, Oscar est de toutes nos actions, mais surtout là où il s'avère le plus utile : pour trouver de solutions à tous ceux qui font appel à nos services, afin de régler des problèmes d'hébergement ou d'orientation. Le fait qu'il soit un professionnel en activité est pour nous une aide précieuse. 

 

 

 

Pasteur  Blanchard   

 

                                                                     

24/03/2017

LES MEMBRES FONDATEURS DE L'ASP...

 

 

 

 

 

NICOLAS PONS

Vice-président de l'ASP

 

 

 

 

Ce fut lors d'une de nos premières réunions, dans un local prêté par un ami à Vanves, que nous avons fait la connaissance de Nicolas. Il demeurait à l'époque à deux pas du lieu de réunion. C’est sur internet qu'il découvrit l'annonce de notre association, qui lui était totalement inconnue. C’est un peu par hasard qu'il fut présent à nos tout débuts.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il a été aussi pour la toute première maraude, et lors des premières saisons il fut un pilier de nos sorties. Avec le temps sa présence s'estompa un peu, mais pas son engagement au sein de l'association, dont il fut le trésorier. C’est aussi lui qui m'installa internet et m'initia à l'informatique. Comme beaucoup de gens du sud-ouest, il avait la nostalgie du pays, où il retourna suite à une mutation dans sa ville natale de Toulouse. Pour autant il reste un actif vice président de l'ASP. Le temps passant, bien des éléments de notre association disparurent, mais il est toujours bon de retrouver ceux qui sont restés fidèles, et qui depuis les temps héroïques de nos débuts, nous ont fait confiance. Nicolas est de ceux-là, et même plus : un ami véritable.

 

 

 

Pasteur   Blanchard

 

                                                                                                    

 

 

03/03/2017

LES MEMBRES FONDATEURS DE L'ASP...

 

M 1.jpg

 

 

 

 

 

Jean et Béatrice

Chabernaud

 

 

 A l'époque les choses étaient tout sauf évidentes. Totalement seul, isolé, sans soutien, il fallait avoir l'âme chevillée au cops pour créer une association caritative. Dans les faits, ce fut tout sauf une sinécure. Heureusement il me restait les ondes de radio Courtoisie où l'ami Serge et ses copains m'ouvraient leurs antennes, ce qui me permit de lancer la machine.

 

 

M 2.jpg

 

 

Pour autant, il n'y avait pas grand monde qui se bousculait au portillon pour travailler avec nous. Parmi les rares à croire à notre projet, il y a eu Béatrice et Jean, qui, de suite, sans arrières pensées, se sont totalement engagés. Ils n'ont jamais été de ceux qui volent au secours de la victoire. Il leur a fallu un certain courage pour travailler dans un projet qui semblait à court terme aléatoire. C’est grâce à quelques âmes d'élites comme eux, que, dés le début, humblement, notre projet a pris. Depuis tout ce temps ils sont restés fidèles, et sont devenus des piliers de l'association, qu'ils en soient grandement remerciés.

 

 

 

Pasteur  Blanchard  

 

                                                       

24/02/2017

ENTRETIEN AVEC...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bernard Maçou,

bénévole de l'Action Sociale et Populaire

 

 

 

 

 

Question 1 : Comment avez-vous connu les actions sociales du Pasteur Blanchard ?

 

 

Réponse : Depuis des années, je suis un fidèle auditeur de radio Courtoisie. J'ai eu plusieurs fois l'occasion d'entendre sur les ondes le Pasteur Blanchard. Dès les débuts de l'ASP, j'ai été intéressé par la démarche, que j'ai suivie à chaque étape.

 

 

 

Question 2 : Aviez vous  précédemment entendu parler de lui ?

 

 

Réponse : La première fois, c'était à l'époque des soupes à St Lazare dans les années 90, celles-ci avaient suscité un profond écho dans la presse. A cette époque, on parlait souvent de son travail avec Madame Jany Le Pen. C’est chez son ami Serge De Beketch, où il passait régulièrement, qu'il s’est fait connaitre.

 

 

Question 3 : Quelles sont les motivations qui vous ont fait devenir bénévole de l'ASP ?

 

 

Réponse : Cela fait longtemps que je cherchais à mettre la solidarité en acte au sein d'une association caritative, j'ai trouvé que la dimension humaine de l'ASP me convenait parfaitement. Ma foi pratiquante au sein d'une Eglise protestante Evangélique me poussait dans ce sens. Depuis, j'ai le sentiment que les Chrétiens ayant des sentiments patriotiques devraient s'engager plus nombreux dans ce type d'association, nous devons être le sel de la terre, et témoigner de notre foi dans la vie de la Cité.

 

 

Question 4 : Comment sont vos relations avec les autres membres de l'ASP ?

 

 

Réponse : Excellentes. Comme j'ai pu le dire plus haut, l'ASP est une petite association, nous nous connaissons tous. Avec le temps nous sommes devenus des amis, c’est l'avantage des petites structures, où chacun se connaît par son prénom, et où tous sommes logés à la même enseigne.

 

 

Question 5 : Pensez-vous que le social soit un élément pour notre famille politique ? 

 

 

Réponse : Sans le moindre doute ! Le social et la notion de solidarité envers nos compatriotes démunis est fondamentale, il nous faut aider les plus fragiles, les laissés pour compte, c’est cela qui donne sens à notre combat national et patriotique, c’est là que se trouve la véritable dignité de notre engagement.

 

 

Question 6 : Une Conclusion.

 

 

Réponse : Que le Seigneur bénisse notre action, cette Sainte Cause dont nous ne sommes que les humbles serviteurs, et qu'il donne à chaque membre de l'équipe la foi qui soulève des montagnes, dans l'espérance qui nous ouvre sur l'avenir.

 

 

 

                                                       

 

21/10/2016

Jean-Pierre Blanchard : 45 ans de combat contre la précarité:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui est le Pasteur Blanchard ?

 

 

 

Depuis des années, le Pasteur Blanchard se dévoue corps et âmes pour soulager la misère en Île-de-France. De la Cité de refuge de l’Armée du Salut dans les années 70, à l’actuelle présidence de l’Action Sociale Populaire (ASP), en passant par les médiatiques « soupes de la Gare Saint-Lazare » dans les années 90, il aura été de tous les combats contre la précarité.

 

 

 

 

Le combat continue depuis 2006 par le biais de maraudes organisées par l’ASP dans les rues de Paris. Une équipe soudée qui ont foi en l’engagement caritatif du Pasteur et de son épouse Catherine qui anime les activités de l’association. Depuis 2008, les actions ont été élargie à la visite de personnes âgées et en 2014 à l’aide de familles  défavorisés.

 

 

 

 

Comment peut-on les aider ?

 

 

 

Par vos dons en argent CCP : 601 0275 Y 033 (délivrance de reçus fiscaux) ou matériels, duvets, couvertures, vêtements.

 

 

 

 

 

Contact :

 

 

 

Adresse postale : ASP BP7 91201 Athis-Mons Cedex

 

Téléphone : o6 74 03 18 15

 

08/07/2016

LE RISQUE D'EPIDEMIE NOUS GUETTE !

 

 

 

  
 
 
Il y a de cela plus quinze jours, je lisais sur la toile un article intitulé "comment lutter contre Marine Le Pen".
J'avais par le passé, déjà lu des articles sur comment lutter contre le sida, ou comment lutter contre le cancer(grande cause nationale).
 
Durant son existence le Front National a subit un bon nombre d'attaques.Aujourd'hui,il passe un cap.
Il est élevé au rang de maladie.A n'en pas douter,grande cause nationale en 2017.
 
 
D'éminents spécialistes,qui après des années et des années de recherches,viennent nous livrer le résultats de leurs travaux.
 
Il y a tout d'abord nathalie kosciusko-morizet.
 
 
Je la voyais l'autre jour,dans l'émission de laurent Ruquier,se faire ridiculiser par Eric Zemmour.
Elle n'a pas paru s'en rendre compte.Il est vrai que ce qui la différencie de Becassine,c'est son allure de grande bourgeoise.
 
Pour le reste,la fille n'est pas méchante;pas les capacités(les diplômes n'y changent rien!).
Vouloir exister quand on est ministre est de bonne guerre.C'est juste pathétique!
Je n'accablerai pas notre ministre de je ne sais plus trop quoi.
 
 
Dans le genre "spécialiste",il en existe une d'un tout autre genre.La haine en bandoulière.
Une certaine Caroline Fourest.Une éminente spécialiste de la lepenite aiguë de l'institut Ragot.
Elle a commis un ouvrage sur le virus avec une copine à elle.
 
 
Les cellules souches du virus étaient connues depuis longtemps:la "Jean-Marie".
La donzelle a découvert les secrets de la mutation du virus:la "marinite aiguë".
Il semblerait que l'épidémie menace,que dis-je,la pandémie !!
 
 
Dans l'émission de France 2,avec son acolyte d'un soir,dame Fourest s'est érigée en petit procureur pour nous convaincre de nous faire vacciner.
 
La pauvresse avait seulement oublié que malgré ses laborieux et louables efforts pour nous sauver,elle n'avait toujours pas trouvé le remède miracle.
 
NKM peut faire sourire,Caroline Fourest ne peux engendrer que du mépris.
 
 
Je n'ai vraiment aucun point commun avec cette dame.Ah,si!Comme elle,j'aime les femmes,passionnément.
Les Russes;sans doutes les plus belles femmes du monde ! (Ce n'est pas par ce que je suis pauvre que je ne peux pas avoir des goûts de luxe!).
 
Mais là,je sens que je m'égare.Revenons à la maladie en question.
 
 
Quelles sont les personnes à risque?Contrairement aux maladies virales classiques,point d'enfant en bas âge,point non plus de personne âgée .
 
Non plus les femmes enceintes.Le risque porte sur les citoyens qui ouvrent les yeux.
 
 
En effet,aucun risque pour celui qui avachi sur son canapé,se prend l'oeil mi-clos,le 20h de TF1 en intraveineuse.
Pour lui tout va très bien madame la marquise!
 
Mais celui qui inconsidérément prend le risque d'ouvrir les yeux.Le malheureux,il est perdu!!A son insu,il vient d'être contaminé.
 
 
Maintenant,voyons les symptômes de ce terrible fléau.
Tout d'abord une impossibilité à empêcher ses zygomatiques de s'exciter dans certains cas.
Lorsque François Hollande joue son sketch (pardon,fait son discours) sur la sécurité.
 
 
Quand le patient est pris d'une franche rigolade,le diagnostic est sans équivoque.Le patient est irrémédiablement condamné.
 
Autre cas.A l'inverse du précédent (d'où la difficulté à éradiquer le mal).
 
Lorsque des sociétaires de la troupe du petit nicolas montent sur scène.
 
 
L'ami Claude ou le beau Brice nous interprétant "la lutte contre l'immigration clandestine"(Acte II,scène 1).
Les malades les plus atteints sont alors pris d'une saine colère.Faut-il les piquer?certains y pensent mais ne l'avouent pas encore. 
 
Vous le comprenez bien,la situation est préoccupante.Le système est à bout de souffle.
 
 
Il dispose d'un manque criant de cartouches d'enfumage.Encore quelques éclaircies et il sera trop tard pour nos "élites" autoproclamées.
 
 
Il reste bien l'abattage rituel.J'en vois déjà m'accabler du syndrome de délire paranoïaque.
 
 
A ceux-la je répondrai simplement:"souvenez-vous et ouvrez les yeux....en grand!"
 
 
Pour ma part,je me porte bien et même très bien.Et d'après les conclusions de ce rapport je suis porteur du virus.
Un porteur sain en quelque sorte!
 
 
C'est grave docteur?
 
 
Allez,bonnes vacances à tous.Et surtout n'oubliez pas,il nous reste un an pour contaminer tout le monde.
Alors n'hésitez pas;faites comme le Christ,l'imposition des mains.Après tout si ça peut aider à la transmission....du savoir.
 
 
 
Tristan JOSSEAUME, menbre de l'équipe 3 âge de L'ASP

 

10/06/2016

Entretien avec Marie-Simone Poublon, auteur du livre Les oiseaux de la colère aux Éditions Dualpha, préface de Philippe Milliau, Président de TVLibertés.

 

 

 

 

« Il est temps aussi de mettre au débat l’abattage rituel d’une cruauté abominable
ou les sévices subis par les animaux de laboratoire »

 

 

Marie-Simone 1.jpg

 

 

 

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul, publiés sur le site de la réinformation européenne Eurolibertés.)

 

 

Vous dénoncez dans votre ouvrage l’injustice vécue par ce vieil homme de 70 ans, Giuseppe qui vit à Paris, chassé de son domicile par la mairie pour avoir nourri des pigeons. Comment vous est venue l’idée d’écrire ce livre ? De quelle injustice parlez-vous ?

 

 

Je crois qu’il est important de défendre de bonnes causes et celle-ci en est une. Au-delà de l’histoire de Giuseppe, c’est à cette société liberticide que je m’adresse.

 

 

Il y a, dans cette histoire, plusieurs injustices. Il est vrai que la loi interdit de nourrir les pigeons. La première injustice est la sanction judiciaire disproportionnée subie par cet homme âgé et malade que la mairie socialiste a mis volontairement à la rue alors que nos trottoirs sont remplis de pauvres gens sans toit. La seconde réside dans l’absence de lois qui défendent le droit des animaux à vivre parmi nous et le devoir des êtres humains de les protéger. Quant à la troisième, elle est plus insidieuse. Il s’agit de dénoncer notre aveuglement quant au vocabulaire employé par les socialistes depuis plusieurs années, notamment pour parler de la générosité et du social.

 

 

 

Vous parlez dans votre livre de la cause animale, mais il semblerait que cette cause n’intéresse véritablement que peu de monde et en tout cas, pas la politique européenne, ni même française ?

 

 

 

Vous avez raison pour la France, mais pas complètement pour l’Europe qui en parle dans son Programme des Nations Unies pour l’Environnement, mais c’est très insuffisant. N’oubliez pas que nous sommes en pleine rupture des équilibres, qu’ils soient économiques, sociaux ou environnementaux. C’est une nouvelle ère qui s’annonce et si le virage n’est pas correctement pris, nous sommes appelés à disparaître.

 

 

 

Ne parle-t-on pas du développement durable en Europe ? Ce concept fait son chemin dans tous les pays du monde, plus ou moins bien. En Europe, c’est au gré des directives et des transcriptions dans les lois du pays en question qu’avancent les idées. Nous sommes contraints à de plus en plus d’efforts sans qu’ils soient véritablement lisibles depuis 65 ans, et ce, parce que la finance domine sur les autres équilibres. Nous avons assisté au premier accord universel mondial sur le réchauffement climatique sous l’égide de l’ONU en décembre 2015 à l’issue de la COP 21. À suivre…

 

 

 

Mais pour les animaux, où sont-ils inscrits dans ces équilibres ? Pour ma part, j’aimerais les voir dans la constitution française à leur plus haut niveau de droit naturel. Peut-être une révision de la charte environnementale de 2005 où serait écrit en grosse lettre le mot « animal » et en légiférant sur le droit à vivre de toutes les espèces sur cette planète. La France s’est endormie, alors que des pays européens ont légiféré sur le statut des animaux plus rapidement que nous, en l’inscrivant dans leur constitution.

 

 

Il est temps aussi de mettre au débat l’abattage rituel d’une cruauté abominable ou les sévices subis par les animaux de laboratoire.

 

 

Marie-Simone 2.jpg

 

 

Le second volet de votre livre conduit à une réflexion sur la politique et le vol d’un certain vocabulaire par les socialistes d’aujourd’hui et leurs complices. Pouvez-vous en dire plus ? 

 

 

En effet, si l’on y prend garde nous pourrions penser que seule l’idéologie socialiste défend la justice sociale. Cet aveuglement, et Giuseppe en est l’exemple même, est préjudiciable au bon fonctionnement de la société. Rappelons que le cœur est universel que vous soyez de gauche ou de droite. À l’exemple du Pasteur Blanchard, la générosité n’a pas de camp politique. Il faut simplement avoir le courage de le dire et de contrer les socialistes qui gardent précieusement leur pré carré pour des raisons électorales et bassement politiques.

 

 

Aujourd’hui, les migrants arrivent de toute part. Leurs droits sont reconnus avant ceux de « nos » pauvres et pour avoir fait des maraudes, je peux vous dire que la misère existe bien. Giuseppe a travaillé et payé ses impôts toute sa vie. C’est un italien qui a contribué à la prospérité de la France. Quelle est la contrepartie demandée aux populations migrantes qui s’installent dans notre pays ? Aucune. Les oiseaux de la colère est un livre militant qui dénonce l’injustice à nos portes dont est victime cet homme âgé, mais aussi comment nous, Français et européens, sommes les victimes d’une pensée unique dangereuse où la pauvreté et les guerres ne pourront que gagner du terrain.

 

 

Les oiseaux de la colère, Marie-Simone Poublon, Éditions Dualpha, collection « Vérités pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa, 210 pages, 21 euros. Pour commander ce livre via internet, cliquez ici.

 

 

 

BON DE COMMANDE

 

  

 

à renvoyer à : Francephi diffusion - Boite 37 - 16 bis rue d’Odessa - 75014 Paris - Tél. 09 52 95 13 34 - Fax. 09 57 95 13 34 – Mél. diffusion@francephi.com

 

 

Commande par internet (paiement 100 % sécurisé par paypal ou carte bancaire) sur notre site www.francephi.com.

 

 

 

Marie-Simone 3.jpg