Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2018

UN CAS SOCIAL EPINEUX:

 

 

 


  

 

 

Il m'arrive souvent, et de plus en plus, suite à des articles dans la presse amie, ou à des passages sur les ondes de radio Courtoisie, de recevoir des appels téléphoniques qui sont de véritables SOS. Comme celui de cette famille de province, obligée d'accueillir un oncle marginal revenant d'Amérique, cet extravagant leur rendait la vie impossible, je pus, grâce au bon soin d’Oscar, lui trouver un hébergement en région parisienne.

 

 

 

 

 

 

 

 


Quelque mois plus tard, je reçois un appel d'une des filles de la famille qui vit dans la capitale. Elle me téléphone pour me dire qu'il avait quitté le centre de réinsertion où il ne se plaisait pas, pour venir squatter chez elle. Elle lui avait trouvé une chambre chez un particulier, mais il refusait d'y aller, sous prétexte que la propriétaire ne voulait pas que l'on fume à l'intérieur. Elle était désemparée. Ne sachant que faire, je lui dis qu'il ne fallait pas céder au chantage, c'était la chambre ou le retour en foyer. N'ayant pas d'autre choix, il accepta. Elle me téléphona pour me remercier. Il fallait entendre les mots de gratitude et de soulagement de cette femme, pour être conforter dans la conviction que nos modestes actions et conseils ont leur utilité.

 

 


  
Pasteur Blanchard   

 

12/12/2018

Maraude du 11 /12 /2018..........

 

 

 

11/12/2018

Lorsque la droite européenne était socialiste:

 

 

 

 
 
 
 

 

 

Dans un précédent article (Pourquoi la droite sociale ?), nous montrions que la droite légitimiste et la droite bonapartiste avaient été à la pointe du combat social. Il nous faut aller plus loin aujourd’hui. En effet, la droite traditionaliste et la droite révolutionnaire se sont réclamées du « socialisme » comme alternative au matérialisme marxo-libéral. En France et en Allemagne, le socialisme a pu recouvrir une signification tout autre que celle du collectivisme. Dans le premier pays, il a pu être défini comme un système économique où la justice sociale occupe le premier plan. Alors que, dans le deuxième pays, il apparaît comme un anthropologisme recouvrant la communauté du peuple.

 

 

 

Historiquement, ce sont Édouard Drumont et Maurice Barrès qui utilisent les premiers l’expression « socialisme national » pour désigner le recours indispensable à une économie solidaire dans une nation organique. De son côté, Charles Péguy s’est dit « socialiste », tout en récusant le jauressisme : « Le socialisme qui était un système économique de la saine et de la juste organisation du travail social, est devenu sous le nom de jauressisme et sous le nom identique et conjoint de sabotage, un système de désorganisation du travail social et en outre et en cela, une excitation des instincts bourgeois dans le monde ouvrier, un entraînement des ouvriers à devenir, à leur tour, de sales bourgeois. » Péguy stigmatise plus généralement la domination de l’argent – il est l’auteur de L’Argent, suivi de l’Argent (suite) -, non en raison d’un égalitarisme niveleur, mais parce qu’il souhaite une plus grande équité dans la répartition des richesses. C’est là plus qu’une nuance.

 

 

 

Charles Maurras et les Cahiers du Cercle Proudhon se sont également revendiqués d’un socialisme corporatif et mutualiste tour à tour. Le maître de Martigues a pu écrire : « Le socialisme libéré de l’élément cosmopolite et démocratique peut aller au nationalisme comme un gant bien fait à une belle main. » Dans les colonnes de L’Action française, on peut même lire : « Le nationalisme sous-entend une idée de protection du travail et des travailleurs, et l’on peut même, au moyen des calembours qui sont fréquents en politique, y faire entrer l’idée de nationaliser le sol, le sous-sol, les moyens de production. Sans calembour, un sentiment national plus intense, avisé par une administration plus sérieuse des intérêts nationaux, en tant que tels, pouvait introduire dans l’esprit de nos lois un compte rationnel des fortes plus-values que la société ajoute à l’initiative et à l’effort des particuliers, membres de la nation. Cette espèce de socialisme nationaliste était viable à condition d’en vouloir aussi les moyens, dont le principal eût dépendu d’un gouvernement fortement charpenté. Si l’État doit être solide pour faire face à l’Étranger, il doit l’être bien davantage pour résister à cette insaisissable étrangère, la Finance, à ce pouvoir cosmopolite, le Capital » (2 août 1914).

 

 

 

De leur côté, Pierre Drieu La Rochelle et Maurice Bardèche font appel à un « socialisme fasciste »dans une perspective européenne. Un « socialisme européen » loué plus tard par Jean Mabire.

 

 

 

En Allemagne, le courant Jeune-Conservateur prône un socialisme soldatique et communautaire. Arthur Moeller van den Bruck constate : « Chaque peuple a son propre socialisme. » Il renvoie à Oswald Spengler (Prussianité et Socialisme) et à Werner Sombart (Le Socialisme allemand). Un socialisme national qu’il ne faut pas confondre avec le national-socialisme…

 

09:51 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

07/12/2018

MON AMI LOUIS.

 

 

Mon ami Louis 1.JPG

 

 

Depuis tout ce temps que nous nous connaissons,

 

nos racines de sudistes ont fini par créer des liens.

 

En effet, nous partageons la même origine :

 

celle de "Montagne Pyrénées",

 

cet amour sans borne pour notre région,

 

et pour le rugby.


Il a gardé l'accent que j'ai perdu dans les brumes du nord.

 

 

Mon ami Louis 2.JPG

 

 

 

J'avais trois ans quand mon père, devenu Gendarme,

 

fut muté à Saint-Quentin.

 

Dix ans plus tard, suite à une autre mutation,

 

nous voilà de retour à Mazamet.

 

Le temps de passer mon certificat d'étude à l'école du Gravas,

 

et de m'entendre dire par mon paternel

 

que j'étais bon pour devenir ouvrier délaineur.

 

L'accent ne change rien,

 

nous nous reconnaissons entre peuplades du sud,

 

par une certaine manière de parler,

 

par des tics, des expressions qui nous sont propres,

 

que nous sommes seuls capables de décrypter.

 

Ce fut le cas entre Louis et moi,

 

ce qui, de suite, a généré de la sympathie,

 

presque une forme d'amitié, 

 

cette inexpugnable fidélité à nos valeurs et notre terre.

 

C’est pour cette raison que je me réjouis de savoir 

 

qu'il a depuis toujours soutenu nos campagnes de soupes à St Lazare puis de maraudes. 

 


 
 
                                              

Pasteur  Blanchard

 

 

 

Mon ami Louis 3.JPG

 

 

 

 

 

 

05/12/2018

Maraude du 04/12/2018..........

 

 

 

04/12/2018

Les parents ont fumé le cannabis vert:

 

 

 Et leurs enfants en ont eu les neurones agacés:

 

joint_kindle_grass_cannabis_smoking_marijuana_intoxicant-1194572.jpgd_-845x475.jpeg

 

 

 

 

Cette formule inspirée du Livre d’Ézéchiel (chapitre 18) m’est revenue en mémoire pour aborder, avec humour mais gravité, les dernières nouvelles publiées cette semaine sur le cannabis.

 

 

Une information vient de faire état d’un accroissement important des admissions hospitalières de bambins et d’enfants ayant consommé du cannabis que leurs parents avaient laissé traîner. À Nice, il y a un an, des parents ont été condamnés à un an de prison pour « détention, usage de stupéfiants et abandon moral de leur bébé de 14 mois » qui s’était intoxiqué, au domicile familial, en ingérant du shit.

 

 

Une étude du réseau d’addictovigilance (surveillance des addictions) montre une « hausse constante, depuis 2014 » (multiplié par 2,5 en trois ans), du nombre de ces intoxications. Elles se traduisent, indique l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), par une somnolence ou, au contraire, mais de façon deux fois moins fréquente, par une une agitation, une dilatation des pupilles, un relâchement musculaire et, dans les cas les plus graves, une accélération du rythme cardiaque, une détresse respiratoire, des convulsions, voire un coma.

 

 

Si ce constat se suffit à lui-même, il incite à plusieurs commentaires, concernant des problèmes en amont.

 

 

Quatre femmes sur cinq fumant du cannabis et qui « tombent » enceintes sont incapables d’arrêter leur consommation de tabac et de cannabis, infligeant à leur fœtus une triple agression : de la nicotine, du tétrahydrocannabinol (THC) et de l’oxyde de carbone (CO). Elle s’exprime par une prématurité, avec une hypotrophie plus marquée que ne le voudrait l’âge de la gestation, associée à d’autres graves conséquences : retard du développement, hyperactivité avec déficit de l’attention, risque accru de mort subite « inexpliquée » et, à l’adolescence, une attirance accrue pour les drogues.

 

 

Ce risque accru de toxicomanies paraissait dû aux carences éducatives et au déplorable exemple de parents consommateurs de drogues. Ces carences parentales expliquent, certes, beaucoup de choses, auxquelles s’associent le défaut d’attention portée à la santé de leur progéniture, parfois le choix de l’allaitement, alors que persiste la consommation du cannabis, et aussi la négligence qui laisse traîner les drogues en tous lieux…

 

 

Une découverte récente vient compléter l’explication du risque plus important de toxicomanies à l’adolescence. Elle concerne le phénomène de l’épigénétique.

 

 

Les travaux de l’équipe de Hurd montrent que la consommation de cannabis par les parents (avant la conception) ou par la maman (pendant la gestation) modifie non pas le code génétique (l’ADN chromosomique, le plan, en quelque sorte) mais l’expression de celui-ci, la façon de le lire. Cela aboutit à une moindre expression des récepteurs D2 de la dopamine dans une structure cérébrale que l’on pourrait appeler le centre du plaisir – le noyau accumbens. Ces récepteurs D2, stimulés par la dopamine, déterminent la sensation de plaisir 1 qui est diminuée au prorata de leur réduction. C’est pourquoi cet adolescent qui, comme tout un chacun, a besoin de cette sensation de plaisir recourt à des drogues dont l’effet commun, quelle que soit leur nature, est d’augmenter la libération de dopamine dans le noyau accumbens. Ainsi, ces récepteurs D2, moins nombreux, sont, sous l’effet de ces drogues, à tout instant, stimulés davantage (ce qui corrige leur raréfaction).

 

 

 

Des données importantes, comme celle des effets épigénétiques du cannabis, s’accumulent. On comprend aisément l’impatience de certains à obtenir la légalisation du cannabis, qui deviendra impossible quand de telles informations seront portées à la connaissance d’un large public 2

 

 

 

 

Notes:

 

 

  1. « La dopamine dans tous ses états » Jean Costentin, Éditions Docis, 2016 
  2. « Le désastre des toxicomanies en France » Jean Costentin, Éditions Docis, mai 2018 
 
 
 

 

30/11/2018

MONTRONS L’EXEMPLE RESPECTONS-LES TOUS:

 

 

 

Police 1.png

 

 



 



Madame la députée, Monsieur le député

 

 

 

Depuis votre élection le 18 juin 2017, un nombre croissant de représentants des forces de l’ordre (policiers, policiers municipaux, gendarmes, pompiers, surveillants pénitentiaires, Agents de Surveillance de la Voie Publique, soldats) ont été insultés, agressés, blessés dans leur chair, ou pour une minorité d’entre eux, tués dans l’exercice de leur métier car ils symbolisaient l’autorité de l’Etat.

 

 

 

D’autres, au nombre de 77 à ce jour depuis janvier 2018 ont choisi de nous quitter, par désespoir de ne pas trouver les conditions de travail nécessaires à un exercice serein de leur mission. Au total, nous devrons regretter la disparition de collègues. Nous voulions vous le rappeler de façon solennelle.

 

 

 

Il ne se passe pas de semaines aujourd’hui sans que nous comptabilisions ces suicides ou ces atteintes à l’intégrité de ceux qui sont nos proches, de nos amis, de nos collègues. En 2017, plus de 10.000 agents actifs (policiers et gendarmes) ont été blessés, dont la moitié par suite d’agressions. Les incivilités et les agressions à l’encontre des forces de l’ordre se multiplient, jusqu’à bloquer nos interventions, en particulier celles des pompiers ou des ambulanciers qui ne cherchent qu’à sauver des vies.

 

 

 

 

La violence à l’encontre des forces de l’ordre s’est progressivement banalisée. L’on nous jette des pierres, des parpaings, des briques, des bouteilles, de l’acide, et autres objets dangereux, l’on nous attaque au couteau de boucher, l’on essaye de nous renverser, de nous écraser lors de délits de fuite, et même de nous brûler vifs, volontairement, comme ce fut le cas à Viry -Chatillon. Tout cela dans une certaine forme d’indifférence des médias…

 

 

 

 

Pire, lorsqu’il nous faut faire face à ces menaces sur notre vie, nous sommes paralysés par un cadre juridique qui nous place souvent - si nous devions user par malheur de nos armes - comme des « accusés par principe » et non des victimes. Le droit à notre légitime défense nous est ainsi restreint, au risque de nous faire tuer ou lyncher par des bandes qui ont d’autant moins de scrupules qu’elles ont le sentiment d’une grande impunité. Ce mal sévit dans la rue mais gagne maintenant les prisons.

 

 

 

 

Enfin, nos familles, nos conjoints, nos enfants sont eux-mêmes et de plus en plus suivis, insultés, menacés, à l’école, ou sur le chemin du domicile. Doit-on accepter cela sans rien dire, sans réagir ? Vous avez une famille et des enfants : accepteriez-vous ces agissements envers ceux que vous aimez, tout simplement parce que vous êtes élus de la Nation et que vous portez l’écharpe tricolore ? Que reste-t-il de l’ordre Républicain si nous ne réagissons pas ?

 

 

 

 

Bien sûr, nos difficultés sont connues du gouvernement et de vous-mêmes, parlementaires, à l’image du rapport du Sénat de juillet dernier. Mais rien ne se passe de concret pour remédier, au quotidien, à une situation qui ne fait qu’empirer. Nous avons l’impression que le fait de révéler notre malaise n’a été qu’une forme de thérapie de groupe nationale : devons-nous considérer que rendre public ce mal-être dans la presse suffit à le traiter ?

 

 

 

 

Notre hiérarchie reste silencieuse et passive devant cet état de fait. Or, dans une entreprise ou dans une organisation de droit privé, la vague de suicides qui s’amplifie dans nos professions aurait provoqué, non seulement émotion et indignation, mais surtout recours à la justice. Les exemples de grandes sociétés ou de plus petites mises en cause ne manquent pas. Vous les connaissez ; la jurisprudence en témoigne. Mais parce que nous sommes fonctionnaires ou contractuels, soucieux de respecter notre droit de réserve, notre employeur, l’Etat, semble ignorer les règles de droit que vous même, en tant que législateur, avez fixées en matière de conditions de travail, d’hygiène et de sécurité, ainsi que de harcèlement moral. Deux poids, deux mesures ! Que reste-t-il de l’exemplarité sans laquelle les mots perdent de leur sens, y compris lorsqu’ils sont porteurs des lois ?

 

 

 

 

Il y a encore quelques mois, au mieux la tristesse et le chagrin nous envahissaient. Mais c’est maintenant le désespoir et la lassitude qui nous gagnent. Malgré tout, nous sommes encore nombreux à être fidèles au poste, à respecter notre engagement pour maintenir, le plus possible, un socle d’autorité sans lequel notre démocratie s’effondrerait. La raison ? Comme vous, nous aimons tout simplement mais ardemment notre pays.

 

 

 

A l’occasion du départ de notre ancien ministre et de la prise de fonction de son remplaçant, nous avons eu droit, enfin… à un diagnostic partagé sur l’état préoccupant de certains territoires et des comportements inacceptables qui menacent l’intégrité de nos concitoyens et leur portent préjudice, aux plans social ou économique. Ce constat, nous l’avions déjà dénoncé à de multiples reprises, mais mieux vaut tard que jamais. Alors, que fait-on ? Qu’allez-vous faire ?

 

 

 

Demain, le gouvernement et vous, parlementaires de la majorité, déciderez peut-être de reconquérir ces zones de non droit, afin de faire respecter les valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité. Nous serons alors vos bras séculiers, en premières lignes pour appliquer vos décisions, celle du peuple français. Ce sera difficile, et sans doute devrons-nous faire face à une très grande violence.

 

 

 

Alors aidez-nous à être prêts à servir ce jour-là l’Etat et la République, de façon efficace. Aidez-nous à améliorer nos conditions matérielles et morales. Aidez-nous à sensibiliser une hiérarchie qui veut ignorer nos contraintes et nous placent en permanence dans des tensions qui fragilisent certains de nos collègues, jusqu’à les pousser au désespoir. Aidez-nous à faire évoluer l’exercice de la justice pour rétablir le respect des règles républicaines, appliquer des sanctions dissuasives, et restaurer ainsi l’état de droit. Enfin, aidez-nous à faire admettre aux magistrats que la priorité désormais est de défendre les victimes et non d’excuser en permanence les délinquants et les criminels.

 

 

Notre démarche est apolitique.

 

 

Mais dans cette lettre, nous avons voulu exprimer notre totale indépendance d’esprit. Nous ne sommes pas un syndicat, ni un « faux nez politique » : il serait tellement confortable de nous cataloguer comme tels et ainsi de nous disqualifier. Nous sommes de simples représentants des forces de l’ordre et des citoyens qui nous appuient dans notre démarche. Tous ensemble, nous sommes soucieux de notre avenir et ce celui du pays, de la poursuite de nos missions de respect de l’ordre, et donc de la cohésion nationale.

 

 

 

Veuillez agréer, Madame la députée, Monsieur le député, l’expression de notre haute considération.

 

 

 

Christelle TEIXEIRA

 

 

Présidente Uniformes En Danger



 

ASSOCIATION UNIFORMES EN DANGER BP 40738 MELUN MAIL :uniformes.en.danger@gmail.com FACEBOOK : association uniformes en danger Association sous la loi 1901 N° RNAW 781005392

 

 

 

Police 2.jpg

 

27/11/2018

Cinquante ans après :

 

 

 

 Les leçons actuelles du printemps réprimé de Prague.

 

 
 

Au matin du 21 août 1968, des troupes blindées et des dizaines de milliers de parachutistes du pacte de Varsovie, l’équivalent de l’OTAN pour les pays de l’Est, ont envahi la Tchécoslovaquie. Brejnev, secrétaire général du Parti communiste de l’URSS, veut mettre fin au printemps de Prague auquel Alexandre Dubček a ouvert la voie. La population ne résiste guère, Dubček se voit imposer un texte de capitulation. C’est le début de la « normalisation ». En quelques jours, l’ordre règne à Prague.

 

 

Cette intervention renforça pour un temps l’autorité du Parti communiste tchécoslovaque, illustrant une nouvelle fois les limites de la souveraineté des États satellites pour les maîtres du Kremlin. On aurait pu citer, aussi, l’insurrection de Budapest et sa répression sanglante, en 1956. Laissons aux historiens le soin d’analyser cette période et d’expliquer les raisons multiples pour lesquelles l’URSS finit par se disloquer. Mais on peut tirer, pour aujourd’hui, quelques leçons de cet épisode tragique.

 

 

Le Bureau politique du Parti communiste français exprima « sa surprise et sa réprobation » à la suite de cette intervention militaire, mais il n’était pas encore mûr pour condamner l’impérialisme de l’URSS. Roland Leroy, l’un des dirigeants du PCF, présent à Prague, a témoigné dans L’Humanité, le 25 août 2008 :

 

 

« La réaction du Parti communiste français se voulait sans équivoque […]. Sans équivoque, mais limitée. »

 

 

Pas question de remettre en question « la conception du rôle pour le moins prééminent de l’Union soviétique » ni celle « du rapport des classes sociales » découlant du marxisme.

 

 

Il faudra encore beaucoup de temps au Parti communiste pour emprunter quelques signes extérieurs de démocratie. Ne parlons pas de son emprise, longtemps durable, sur certains syndicats, jusqu’à la composition de leurs listes professionnelles. Tant mieux s’il a évolué, bon gré mal gré, fût-ce pour survivre, mais pourquoi ne pas confesser un passé loin d’être irréprochable ? Faut-il rappeler que son allégeance à Moscou s’est révélée en de multiples occasions ? Qu’il ne participa à la Résistance qu’après la fin du pacte germano-soviétique ? Qu’il mit du temps à reconnaître les crimes staliniens, alors même qu’ils étaient patents ?

 

 

Quand certains dirigeants communistes soulignent, pour le discréditer, que le Rassemblement national pourrait avoir des accointances avec des mouvements qualifiés de néo-nazis, ne faudrait-il pas leur conseiller de balayer d’abord devant leur porte ? En 1940, des militants d’extrême droite, notamment de l’Action française, furent les premiers à résister aux Allemands, bien avant les communistes. Beaucoup d’entre eux, vingt ans après, défendirent l’Algérie française, alors que des communistes portaient les valises du FLN, qui pratiquait en masse le terrorisme qu’on reproche aujourd’hui aux islamistes.

 

 

Plutôt que de chercher des poux à Vladimir Poutine, on devrait reconnaître qu’il a su tirer son pays du totalitarisme dans lequel il s’était embourbé pendant plus de cinquante ans. Les dirigeants européens, notamment, au lieu de prendre des sanctions contre la Russie et souligner ses atteintes aux droits de l’homme, devraient chercher à se rapprocher de ce pays, qui a une longue tradition culturelle occidentale, non le rejeter vers des alliés discutables comme la Chine, l’Iran ou la Turquie.

 

 

Chacun jugera, enfin, si l’Union européenne n’est pas devenue, à son tour, une immense machine à « normaliser », qui n’utilise sans doute pas, pour étendre son influence, la contrainte des armes, mais le chantage des capitaux. On pourrait demander au peuple grec ce qu’il en pense.

 

 
 

 

 

 

09:32 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

23/11/2018

Maraude du 22 /11 /2018..........

 

 

20/11/2018

« Avec ou sans Mai 68, nous en serions au même point »

 

 

 

Alain de Benoist:

 

 

 

 

alain-de-benoist-elements.jpg

 

 

 

Bien que vous ayez vécu cet événement, on ne vous a guère entendu sur le 50e anniversaire de Mai 68. C’est une commémoration qui, selon vous, ne s’imposait pas ?

 

 

 

Je crois qu’il faut conserver le souvenir du passé, mais la commémorationnite m’ennuie, surtout quand il s’agit de Mai 68. Cela fait un demi-siècle que, tous les dix ans, je lis les mêmes commentaires, les mêmes souvenirs, empreints de nostalgie ou rugissants d’amère rancœur. Très peu d’analyse critique, peu d’intelligence du sujet. Je pense, de surcroît, que les jeunes s’en fichent royalement : pour ceux qui ont aujourd’hui dix-huit ans, Mai 68 est aussi loin que l’était la fin de la Première Guerre mondiale pour les barricadiers : autant dire la préhistoire ! Quant à l’éventualité d’assister à un « nouveau Mai », il faut vraiment ne pas réaliser en quoi le monde d’aujourd’hui diffère du monde d’il y a un demi-siècle pour ne pas comprendre que cette façon paresseuse de penser relève de la parodie ou de la farce.

 

 

 

Il n’y a pas eu un mais plusieurs Mai 68. Quels sont ceux dont il peut être bon de se souvenir, lesquels faut-il oublier ?

 

 

 

Pour commencer, n’oublions pas le mai-juin ouvrier : la plus importante et la dernière en date des grandes grèves générales qu’a connues notre pays (près de neuf millions de grévistes, alors qu’à cette époque, le chômage était quasi marginal). Il y a, ensuite, le Mai « révolutionnaire », qui a surtout été le fait des mouvances anarchistes et trotskistes, lesquelles ont connu durant ces journées un bref regain d’influence. Il faut y ajouter les pro-Chinois, qu’on aurait tort de considérer comme une sorte d’élément exotique plus ou moins farfelu. Il faut lire, à ce sujet, L’Établi (1978), de Robert Linhart, et surtout le témoignage poignant de sa fille, Virginie Linhart, Le jour où mon père s’est tu (2008). Ajoutons-y encore ce qui apparaît rétrospectivement comme le plus stimulant intellectuellement : la critique sociale développée dans les milieux situationnistes, implantés à l’université de Strasbourg depuis 1966. Les écrits prophétiques de Guy Debord sur la société du spectacle et la consommation marchande conservent toute leur valeur aujourd’hui.

 

 

 

 

Mais ce n’est pas cette tendance qui l’a emporté. La Gauche prolétarienne disparaît pratiquement après la mort de Pierre Overney, en février 1972, et les groupes gauchistes vont très vite retourner à la marginalité. Ce qui l’a emporté, c’est l’autre tendance, la plus massive et la plus détestable, plus « sociétale » que politique, qui mêlait l’hédonisme, l’individualisme, le néo-féminisme, l’apologie du « désir » et le refus de toutes les formes d’autorité. Elle s’exprime parfaitement dans le mot d’ordre « Jouir sans entraves », qui était un slogan d’enfants gâtés. Ceux qui s’en réclamaient ont très vite renoncé à combattre la société en place, puisqu’elle inclinait elle-même dans leur sens. Ils se sont, au contraire, massivement ralliés à la société de marché, d’inspiration capitaliste libérale, qui leur offrait le moyen de satisfaire leurs aspirations ou leurs pulsions beaucoup plus sûrement qu’une improbable « révolution culturelle » à la Mao. Ils voulaient, « sous les pavés, la plage », ils ont eu « Paris Plage » ! Parfaitement intégrés dans un Système qui leur a distribué postes confortables, privilèges et jetons de présence, ce sont ces gens-là qui forment, aujourd’hui, les gros bataillons des « mutins de Panurge » (Philippe Muray), des défenseurs de la théorie du genre et du langage des droits. Politiquement correct oblige, le « Il est interdit d’interdire » a, au passage, été oublié.

 

 

 

Qu’est-ce que Mai 68 a véritablement changé dans la vie des Français ?

 

 

 

 

Finalement, pas grand-chose. Ce fut une grande peur pour certains, une belle fête pour beaucoup, un spectacle pour tout le monde. Mais les pays qui n’ont pas eu de Mai 68 ont connu exactement la même évolution. Il y a, dans les milieux de droite, une tendance à croire que toutes les calamités du temps présent s’expliquent par l’influence délétère des « soixante-huitards », qui est aussi naïve que la croyance, dans les milieux catholiques traditionalistes, que la crise de l’Église provient tout entière du concile de Vatican II. En réalité, dans l’un et l’autre cas, il faut remonter plus en amont. La fin de la chrétienté à laquelle nous avons assisté (je parle de la chrétienté, pas du christianisme) a des origines beaucoup plus lointaines, à commencer par la fin du monde paysan, qui a privé l’Église de ses réserves rurales. Mai 68, de la même façon, a simplement cristallisé des tendances lourdes qui étaient à l’œuvre depuis les années cinquante : entrée massive des femmes sur le marché du travail, démembrement de la famille, montée de l’individualisme, idéologie de la « déconstruction », etc. Avec ou sans Mai 68, nous en serions au même point.

 

 

 

 

 

 

 

 

09:53 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)