Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2017

IMPRESSIONS DE MARAUDE...

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Philippe Gauthier,

auteur et essayiste

 

 

 

 

En ce 25 avril 2017, j'ai eu l'honneur d'être invité en tant qu'écrivain, notamment autour de "La Toussaint Blanche", célèbre livre  prévoyant les conséquences absolument catastrophiques de l'immigration en France de populations déracinées inassimilables, par le Pasteur Jean-Pierre Blanchard à participer à sa traditionnelle maraude de nuit auprès des pauvres gens qui vivent habituellement dehors sur nos trottoirs.

 

 

 

Cette grande maraude, démarrant de la Porte d'Italie, nous donne l'occasion unique de découvrir, à travers tous les grands axes parisiens, un autre monde que nous tous, y compris en cette soirée très proche des élections présidentielles, les ceux qui collent encore des affiches pour Mélanchon, embourgoisés dans notre confort habituel, avons du mal à comprendre.

 

 

 

Avec l'expérience du Pasteur Blanchard qui sait où se trouve son monde, car cette population n'est pas spécialement nomade, contrairement à ce qu'on pourrait croire. Elle habite son coin de trottoir ou son abri sous le métro aérien  ou encore sa bouche d'aération à ciel ouvert.

 

 

 

 

 

 

 

 

On découvre aussi parmi ces personnes sinistrées beaucoup d'européens, des polonais, des russes et même un allemand, sans doute échappé de sa patrie au miracle économique permanent.

 

 

 

Vers 1h30 du matin, nos provisions de vêtements sont déjà épuisées et notre clientèle commence à dormir à poings fermés sur les trottoirs. Il est temps de regagner notre confort.

 

 

Philippe

 

TV Libertés : Témoins à charge - SDF français ou migrants d'abord ?

 

Alors que 4 millions de personnes en France vivent dans des logements indécents, exigus ou dégradés, que 8 millions de Français se trouvent actuellement sous le seuil de pauvreté, nous consacrons ce numéro de « Témoins à Charge »  à nos SDF Français que nous avons suivis au cours de l’hiver. Abandonnés par les services publics, certains sont restés sur les trottoirs de nos rues, pendant que bon nombre de migrants clandestins, dormaient, eux, au chaud ! Découvrez les témoignages de ces abandonnés du pouvoir politique Français.



Nous avons enquêté sur le terrain auprès des associations qui s’occupent des sans domicile fixe ou qui hébergent prioritairement des clandestins. Nous avons suivi le pasteur Jean-Pierre Blanchard, tout au long de ces nuits de maraudes qu’il organise depuis plus de onze années. Il a besoin de volontaires pour l’aider et de dons de vêtements pour pouvoir les distribuer aux personnes en situation de détresse. Si vous voulez l’aider, vous pouvez le contacter au : 06.74.03.18.15 et consulter son blog http://actionsocialeetpopulaire.haute...


Nous avons aussi rencontré Giuseppe, Michel, Daniel... Ces SDF Français attachants mais qui sont les grands oubliés de notre système social.



Pour clore ce reportage nous avons reçu, Augustin, travailleur social en centre d'hébergement pour SDF, l’un des rares parmi ses collègues à ne pas accepter que ces sans-abri soient moins favorisés que les immigrés extra-européens ou venus de l’Europe de l’Est.

 




► Retrouvez l'actualité de la WebTV sur le site : http://www.tvlibertes.com/

25/04/2017

Enfin la vérité sur les agressions sexuelles commises en Allemagne ?

 

 

cologne-rapes.jpg

 

 

 

La police s’est résolue à avouer que ce sont près de 1.200 femmes qui ont été victimes d’agressions:

 

 

 

 

Décidément, les autorités allemandes ont bien du mal à dire la vérité sur les agressions commises durant la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne, Düsseldorf et d’autres villes. Après avoir minimisé les faits, avec la complicité de médias occidentaux, la police s’est résolue à avouer que ce sont près de 1.200 femmes qui ont été victimes d’agressions, dont environ 650 à Cologne et 400 à Hambourg.

 

 

 

Si la police allemande avait d’abord pointé la responsabilité des migrants dans ces faits, la presse s’était empressée de les contester. Ainsi lexpress.fr publiait, le 12 février, un article intitulé « Agressions de Cologne : non, les migrants ne sont pas les principaux auteurs ». Pourtant, la plupart des suspects sont originaires d’Afrique du Nord et la moitié de ceux qui ont été identifiés étaient en Allemagne depuis moins d’un an. Difficile, dans ces conditions, de ne pas établir de lien entre ces crimes et l’arrivée massive d’immigrés en 2016.

 

 

 

Au nom du « padamalgam », de nombreuses « consciences » ont nié ce lien, allant jusqu’à expliquer ces agressions par la misère sexuelle de ces « réfugiés », non sans contradiction, d’ailleurs. Mais les autorités germaniques en ont eu tellement conscience qu’elles ont, début 2016, diffusé des documents rédigés dans des langues exotiques pour rappeler qu’en Europe, lorsqu’une femme dit non, c’est non.

 

 

 

Mais, toujours au nom de cette idéologie qui nie la réalité des faits, la justice allemande n’a identifié que 120 personnes. Et celles qui ont été condamnées – parfois bien légèrement à des peines de prison avec sursis – se comptent sur les doigts d’une main. La justice française n’aurait pas fait mieux. À la décharge des magistrats, comment identifier avec certitude des clandestins dont les papiers sont de pure complaisance, et qui sont par définition inconnus dans un pays où ils ont pénétré illégalement ? Seule une véritable présence policière aurait permis, en arrêtant sur place les violeurs, de déférer aux tribunaux les auteurs de ces intolérables agressions.

 

 

 

Le législateur a réagi. Le Bundestag a voté, le 7 mars, une loi prévoyant que tout acte commis « contre la volonté identifiable d’une autre personne » est désormais une infraction pénale. Une faible consolation pour ces femmes et ces jeunes filles victimes de la concupiscence d’individus habitués à des plaisirs moins raffinés, qui préfèrent sans aucun doute la mini-jupe à la burqa…

 

 

 

Il faudrait bien, pourtant, ouvrir les yeux. Ces fameux réfugiés d’une vingtaine d’année, fuyant le terrifiant régime de Bachar el-Assad, ressemblent surtout à nos propres voyous, et n’ont rien à faire dans nos pays où le respect de la femme est consubstantiel à notre culture. Ce n’est pas en durcissant la loi qu’on réglera le problème, mais bien en empêchant ces hordes de s’implanter sur notre sol. En France, les banlieues connaissent des phénomènes similaires ; les centres-villes aussi, et pas seulement dans les quartiers « chauds ». Il devient imprudent, pour une jeune fille, de rentrer seule chez elle le soir, après un pot entre copains, au risque d’être importunée – au mieux – par des individus qui n’en verront que les attraits juvéniles et les rondeurs mal dissimulées.

 

 

 

Et, malgré toutes les leçons de morale du monde et du Monde, ce sont ces faits qui dessillent peu à peu nos compatriotes.

 

08:58 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

21/04/2017

Encyclopédie Wikimonde:

 

 

Le contenu des articles engage uniquement la responsabilité de leurs auteurs (visibles dans l'historique).

 

 



Vous pouvez modifier l'article pour l'améliorer directement ou retirer ce bandeau si l'article vous semble correct (en supprimant la ligne {{Article importé}}). Si l'article est trop problématique, il peut être supprimé en retirant tout son texte et en expliquant le motif dans la zone « Résumé » de la page de modification.

Jean-Pierre Blanchard
 
 
Encyclopédie Wikimonde.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Naissance 10 juillet 1950(67 ans)
Canet, Aude, France
Nationalité Française
Profession
Activité principale
Dirigeant associatif
Autres activités
Proche du Front national

Jean-Pierre Blanchard est un pasteur protestant, essayiste et militant nationaliste français né le 10 juillet 1950.

Biographie

 

 

Jean-Pierre Blanchard naît en 1950, à Canet, entre Corbières et Minervois. Après avoir travaillé à la chaîne dans une usine de Mazamet en 1964, il est successivement bénévole dans une MJC puis, en 1978, animateur salarié à la Cité du refuge, Paris XIII, sous la tutelle de l'Armée du salut. En 1986, il devient éducateur spécialisé.

 

 

 

Ordonné Vicaire de la paroisse protestante Saint Sauveur, à Paris XV, en 1990, il devient en 1992 Pasteur de l'Église Évangélique Luthérienne.

 

 

En 1995, il fonde l'association Entraide nationale.

 

 

 

En 1996, il participe au lancement des opérations Soupes de Nuit à Saint-Lazare, qui dureront jusqu'en 1999, connues sous le nom de « soupe au cochon », visant à exclure les personnes de confession musulmane[1], dont le caractère discriminatoire est établi [2].

 

 

 

En 2004, il devient aumônier d'Identité Protestante, puis missionnaire de l'Église Luthérienne Confessionnelle pour la France.

 

 

Le pasteur Blanchard fonde en 2005 l'Action sociale populaire (ASP), association caritative, proche du front national [3], dont il devient le président. Depuis septembre 2007, le pasteur Blanchard organise en Île-de-France des maraudes et distribue de la nourriture et des vêtements aux sans-abris.

 

 

 

Mise en place en 2010 d'équipes de visiteurs pour les personnes âgés.

 

 

 

Le samedi 19 janvier 2013 s'est déroulée, à Athis-Mons, l'Assemblée générale constitutive de l'association Identité Luthérienne, quʼil préside.

 

 

 

 

En 2015 il fête les 20 ans de sa nomination, comme responsable du social au FN, en présence de Jean-Marie et Jany Le Pen, et Bruno Gollnisch.

 

 

 

Il se revendique du nationalisme[4].

 

Œuvres

 

       " L'homme espoir" suivi"viure" ( poèmes)"éditions occitane en exil" 1975

  • Martin Heidegger philosophe incorrect, L'Æncre, 1997
  • Aux sources du national-populisme, L'Æncre, 1998
  • Heidegger, Pardès, 2000
  • La faim justifie les moyens, Déterna, 2000
  • Mythes et Races, Déterna, 2000
  • Jalons du protestantisme, Malpertuis, 2001
  • Le FN et le Social : le pasteur Blanchard en maraude avec ceux du Front, Déterna, 2012

 

Préfaces

 

 

  • Philippe Gautier, La Germanophobie, Paris, Déterna, coll. « Politiquement incorrect », 1999 (réimpr. 2006), 283 p. (ISBN 2-913044-20-4, notice BnF no FRBNF37193303)

 

Bibliographie

 

 

  • Sophie Coignard, Marie-Thérèse Guichard, Les Bonnes Fréquentations - Histoire secrète des réseaux, Grasset, Paris, 1997.
  • Michaël Darmon, Romain Rosso, L'après Le Pen : enquête dans les coulisses du Front national, Seuil, 1998, 270 p. (ISBN 978-2020307390) p. 66 et suiv.
  • Fiammetta Venner, Extrême France, Grasset, 2006, 526 p. (ISBN 978-2246666097) [EPUB] emplacement 2933 et note 11 emplacement 3505 sur 11217.

Notes et références

 

 

  1. Aller « Dictionnaire de la mouvance droitiste et nationale, de 1945 à nos jours », Jacques Leclercq, L'Harmattan, 2008, page 69.
  2. Aller http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldActio...
  3. Aller http://www.lhebdoduvendredi.com/article/14259/le_pasteur_...
  4. Aller Jean-Pierre Blanchard, Aux sources du national-populisme, L'Æncre, 1998, p. 8.

Liens externe

 

 

 

 Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 163 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

08:29 Publié dans Biographie | Lien permanent | Commentaires (0)

20/04/2017

Éditions Pardès:

 

 

 

4A504547;%20x-unix-mode=0644;%20---x-mac-creator=.jpg

 

 

 

 

 

Adresse : 44 Rue Wilson, 77880 Grez-sur-Loing

 

Téléphone :01 64 28 53 38

 

 

 

 

 

18/04/2017

« Au bord de la guerre civile » : les flippés du ministère de l’Intérieur:

 

 

                                    

 

 

 

Si la France est toujours en paix, c’est parce que les Français le veulent bien.

 

Éditorialiste

Saint-Cyrien, diplômé en droit et science politique

 
 

Comme dans un film policier dépressif, à Beauvau, on nous déplie du mauvais polar, un cocktail de Prozac et gros rouge, sur zinc, au bar PMU face la gare, vue sur grisaille : France, 2017. On est au bord de la guerre civile. Des comités citoyens se sont constitués. Les fusils d’assaut sont sortis des caches d’armes. De l’étranger sont financés toutes sortes de groupuscules qui se préparent et l’anarchie gagne. Des mercenaires russophones ont été dépêchés. On tire sur la foule dans les manifestations. Des maisons brûlent. Des familles entières ont fui leur domicile et vivent dans les bois. On règle des comptes dans les fossés. On pend des gens. On en juge d’autres que l’on promène dans des cages. C’est le désordre. Des groupes armés coupent les routes. Des bandes s’affrontent à l’arme automatique. On lynche sur les avenues. On pille dans les beaux quartiers. Les commissariats ont fermé boutique, les fonctionnaires de police ont foutu le camp. L’armée française, comme le pays, est découpée en factions.

 

 

En France, sous vos yeux, se répète en ce moment le scénario de la Yougoslavie et de la Libye. À Beauvau, on analyse les renseignements qui remontent du terrain. L’Occitanie organise sa sécession, encouragée par les services secrets espagnols. La Bretagne lève des fonds anglo-saxons pour creuser un canal de Nantes au Mont-Saint-Michel qui l’isolera enfin. La Provence est devenue un monde à part. De riches anonymes rachètent les forteresses des Alpes et préparent le ralliement à la Confédération suisse. Les Corses sont déjà indépendants et battent monnaie. Lille prépare son mariage avec Bruxelles. L’Alsace-Lorraine, par référendum, va choisir de rejoindre l’Allemagne. Quant à Paris, c’est la ville la plus criminelle au monde. Le ministère de l’Intérieur s’adressera dans les jours qui viennent, une requête inédite au conseil de sécurité de l’ONU pour se voir accorder un mandat de maintien de la paix, avec déploiement d’une force de casques bleus déployée dès 2018, pour assurer le bon déroulement des élections présidentielles.

 

 

 

Messieurs les analystes qui ont inspiré cette déclaration oiseuse, allez faire un stage découverte dans un pays au bord de la guerre civile : l’Ukraine ou la République centrafricaine.

 

 

La vrai constat que l’on devrait faire place Beauvau, c’est celui du civisme des Français qui ne se sont pas encore révoltés contre un État confiscatoire et inefficace, qui abandonne ses pouvoirs régaliens, étouffe leur économie, tue le débat pour imposer ses éléments de langage et de pensée comme une idéologie obsessionnelle, à coups de clientélisme, de subventions et autres prébendes généreusement pompées sur leurs salaires, leurs revenus, leur patrimoine.

 

Si la France est en paix, ce n’est pas parce qu’il y a trois fois plus de policiers armés qu’il y a un siècle. Si la France est toujours en paix, c’est parce que les Français le veulent bien.

 

 

On n’oserait écrire, dans ces colonnes, qu’un grand directeur de service fasse ce genre de déclarations pour se conformer à l’agenda d’un cabinet noir, qui nous préparerait le démantèlement d’un bon gros complot dans une habile mise en scène avec logo, façon grosse prise de drogue, avec rafles, organigramme, photos à l’appui, tout cela dans la dernière ligne droite avant mai 2017 ?

 

 

Personne ne se permettrait de penser que, en France, la relation entre le pouvoir et la police serait si consanguine qu’elle en deviendrait incestueuse, manipulatrice. Que la police ne protégerait plus que le pouvoir, et rien d’autre. Que si guerre civile il y avait, elle aurait été voulue, comme un écran de fumée pour protéger les profiteurs.

 

 

Car le vrai risque, pour certains, ce n’est pas une guerre civile, mais une révolution.

14/04/2017

LES MEMBRES FONDATEURS DE l'ASP...

 

 

 

 

 

 

 

 

Oscar  Wesley

Membre du conseil d'administration

 

 

 

Il fût un temps, ceux de nos débuts à la Cité du Refuge de l'Armée du Salut, au bon vieux temps de notre jeunesse, époque inoubliable, où être un travailleur social professionnel était une vocation et une véritable aventure humaine. Depuis, la machine administrative a éteint cette flamme en fonctionnarisant le secteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est par l'intermédiaire du blog, qu'après des décennies, nous nous sommes retrouvés. Ce qu'il y a de paradoxal dans ces retrouvailles, c’est que ce fut par l'intermédiaire d'un de nos ancien collègue, aux idées d'extrême gauche, qui, voulant dénoncer mon parcours, a permis notre rencontre. Il ignorait en effet que Oscar partageait mes valeurs, le même amour pour la France. Depuis, Oscar est de toutes nos actions, mais surtout là où il s'avère le plus utile : pour trouver de solutions à tous ceux qui font appel à nos services, afin de régler des problèmes d'hébergement ou d'orientation. Le fait qu'il soit un professionnel en activité est pour nous une aide précieuse. 

 

 

 

Pasteur  Blanchard   

 

                                                                     

12/04/2017

Qui suis-je ? - Éditions Pardès:

 

 

 

Qui suis-je.jpg

 

 

 

 

Adresse : 44 Rue Wilson, 77880 Grez-sur-Loing

 

Téléphone :01 64 28 53 38

 

11/04/2017

Après le Brexit, comprendre que l’Europe politique est perdue:

 

 

 

fin-de-lunion-europeenne-end-1280x660.jpg

 

 

 

 

Les partis et les responsables politiques qui ont souci du bien commun doivent à tout prix sortir de deux dénis symétriques.

 

 

 

Écrivain et philosophe
 
 
 
 
 

Après le Brexit, l’avenir est bien sombre pour l’Union européenne. Ce qui a été fait sans mandat clair des peuples ne tiendra pas devant la révolte citoyenne qui s’annonce. Car c’est une utopie que de prétendre construire l’Europe contre sa tradition de liberté. Et la liberté des peuples n’est pas simplement la liberté d’élites qui déclarent froidement incarner, par définition, la démocratie, au besoin contre le peuple. Or, c’est là, clairement, ce qui est en train d’advenir.

 

 

L’Europe politique, c’est la construction d’un super-État européen qui annule progressivement les souverainetés nationales, avec une bureaucratie, un Parlement, des cours de justice, un pouvoir réglementaire allant bien au-delà de la nécessaire réglementation de la monnaie commune. La révolte des peuples contre cette Europe politique doit devenir un des scenarii majeurs de tout parti politique.

 

 

 

On doit envisager, maintenant, un possible désastre de la construction européenne. « Extrémisme » n’est pas, pour nous, un slogan, mais un concept. Nous concevons, en effet, sans difficulté des réactions à l’universalisme abstrait de l’Europe amnésique et sans identité, sous forme de particularismes arbitraires et fermés, réactivant les logiques d’avant 1914.

 

 

 

Les partis et les responsables politiques qui ont souci du bien commun doivent à tout prix sortir de deux dénis symétriques : le déni conservateur de l’Union européenne, aussi bien que le déni des risques de l’extrémisme révolutionnaire. Il faut absolument entrer dans une logique réaliste. Les anciens partisans de l’Union politique doivent prendre acte de sa dissolution de fait, car dès qu’on sort des beaux quartiers et des plateaux télé, elle n’existe plus que contre la démocratie et toute la tradition européenne de liberté. Des catastrophes internationales redeviennent possibles si seuls les partis extrémistes sont pour la démocratie, la souveraineté nationale et la consultation populaire, alors que les partis modérés seraient perçus comme voulant dissoudre les nations dans une construction bureaucratique, inefficace et injuste.

 

 

 

Il faut souhaiter que les pouvoirs comprennent que l’Europe politique est perdue, et qu’ils sauront la sacrifier au profit de l’Europe économique, idée initiale. L’Europe se recentrerait alors sur les domaines où elle est pleinement légitime : 1) l’union douanière pour les échanges intra-européens ; 2) une politique d’investissement dans l’industrie et les infrastructures européennes ; 3) la coopération des nations sur certains points clés pour bénéficier de la taille des marchés européens.

 

 

 

Un tel recentrage serait, bien entendu, un changement considérable, mais cela permettrait à des dirigeants modérés de préempter un mouvement probablement inévitable, ainsi que de démontrer aux peuples qu’ils ont compris les raisons du rejet de l’Europe et qu’ils recentrent le projet européen sur le service des peuples et le développement économique. Sans un tel repli stratégique, c’est toute l’idée de construction européenne qui est condamnée, sauf fuite en avant (heureusement improbable) dans le despotisme dur. Et ceux qui bénéficieront du déni seront des extrémistes.

 
 



                                                    

 

 

09:03 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

07/04/2017

Maraude du 6/ 04 / 2017.............