Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2019

Maraude du 15 /10 /2019.............

 

 

 

 

15/10/2019

Si ce n’est de l’amour, c’est donc de la haine…

 

 





la_haine_je_dis_non.jpg

 

 

 

Claude Chollet, de l’Observatoire du journalisme, évoquait  la subjectivité bien pratique de la notion de « message de haine ». Réflexion ô combien pertinente. Clou qui mérite d’être enfoncé.

 

 

Une caricature, une contestation, une critique, par définition, ne constituent pas un message d’amour. Et si ce n’est de l’amour, qu’est-ce donc ? De la haine, je ne vous le fais pas dire.

 

 

Emmanuelle Ménard estime, ironiquement, que Greta mérite une bonne fessée. C’est de la haine. Mais attention, la nuance est subtile, la même correction suggérée pour une quelconque personnalité de l’opposition est une bénédiction. Un moment de franche rigolade. Tout là-haut, dans le ciel, à la droite de Dieu, Laetitia Avia désigne les vrais pécheurs. Les impurs qui rejettent ce qu’il convient d’adorer.

 

 

L’article de loi ci-après permet de poursuivre n’importe quelle manière d’exprimer sa désapprobation. Tomberont dans l’escarcelle de l’interdiction : « des messages injurieux, incitant à haïr, à discriminer ou à commettre des violences sur des personnes en fonction de leur sexe, de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre, de leur handicap, de leur ethnie, de leur nationalité, de leur “race” ou de leur religion ».

 

 

L’astuce consiste à mêler l’incitation à commettre des violences, déjà passible de poursuites, à la notion aléatoire d’« incitation à la haine ». Avec cette clause, le débat entre dans un brouillard opaque. À partir de quels mots, de quelles expressions, de quelles réserves une critique de l’une des catégories listées dans le texte tombe-t-elle sous le coup de la loi ? Nous n’obtiendrons qu’un silence gêné en guise de réponse. L’indéfinissable est la clé de la censure.

 

 

À noter que les poursuites ne concernent pas les injures et les haines des personnes en « fonction, par exemple, de leur quartier, de leur voiture, de leur physique, de leur chômage, de leur pauvreté, etc. » Ceux-là peuvent crever. En revanche, le cumulard des critères reconnus par la loi passe au rang de joyau de la couronne. Sous cloche. Outragé d’un simple « passe-moi le sel »… Meurtri par un bonjour trop appuyé. Un « comment allez-vous ? » prononcé trop vite et nous voilà face au juge. « Vous n’avez pas injurié mais vous l’avez pensé très fort. 800 euros. »

 

 

Désormais, nous le savons, sous le clavier de l’internaute se cache un réservoir de haine que seul le législateur est en mesure de déceler sans tout démonter. Il le voit, il le sent. Des ondes lui parviennent. À la fois juge et marabout, il peut, d’une passe magnétique, assécher ce gisement de sentiments épouvantables. Gloire à lui. Combien de guerres, de conflits, de bagarres évités si Laetitia Avia avait été aux manettes dès l’apparition de la vie sur Terre ? Comment n’a-t-on pas pensé plus tôt à effacer la haine d’un seul article de loi ?

 

09:44 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

11/10/2019

UN CAS SOCIAL EPINEUX.

 

 

 

 

 

un cas social.jpg

 

 

Il m'arrive souvent, et de plus en plus, suite à des articles dans la presse amie, ou à des passages sur les ondes de radio Courtoisie, de recevoir des appels téléphoniques qui sont de véritables SOS. Comme celui de cette famille de province, obligée d'accueillir un oncle marginal revenant d'Amérique, cet extravagant leur rendait la vie impossible, je pus, grâce au bon soin d’Oscar, lui trouver un hébergement en région parisienne.

 

 

 

un cas social.2jpg.jpg

 

 

 

Quelque mois plus tard, je reçois un appel d'une des filles de la famille qui vit dans la capitale. Elle me téléphone pour me dire qu'il avait quitté le centre de réinsertion où il ne se plaisait pas, pour venir squatter chez elle. Elle lui avait trouvé une chambre chez un particulier, mais il refusait d'y aller, sous prétexte que la propriétaire ne voulait pas que l'on fume à l'intérieur. Elle était désemparée. Ne sachant que faire, je lui dis qu'il ne fallait pas céder au chantage, c'était la chambre ou le retour en foyer. N'ayant pas d'autre choix, il accepta. Elle me téléphona pour me remercier. Il fallait entendre les mots de gratitude et de soulagement de cette femme, pour être conforter dans la conviction que nos modestes actions et conseils ont leur utilité.

 

 


  
Pasteur Blanchard   

 

 

09/10/2019

Maraude d'ouverture: 8 / 10 / 2019.........

 

 

 

 

 

08/10/2019

Un instituteur échappe de justesse au totalitarisme laïcard:

 

 

 



 

Dès son arrivée rue de Grenelle, Jean-Michel Blanquer, invité du « Grand Jury » RTLLe FigaroLCI, a reconnu que la radicalisation des professeurs pouvait exister, expliquant qu’il « est exact que nous sommes testés par des groupes fondamentalistes. Il y a des gens qui essayent de voir si le système résiste. » Des sanctions ont-elles été appliquées contre ces professeurs qui auraient confondu l’enseignement du fait religieux avec le prosélytisme islamique ? Si c’est le cas, cela s’est fait dans la plus grande discrétion. Mais si vous êtes soupçonné de propagande pour le christianisme, c’est une tout autre affaire.

 

 

 

Le 3 février 2017, un instituteur de l’école publique de Malicornay (Indre) a été suspendu après sa mise en cause, dans une lettre anonyme adressée à l’inspection académique. Un collectif de parents lui reprochait d’avoir travaillé avec ses élèves de CM1 et de CM2 sur des passages de la Bible, au mépris du principe de laïcité. Il est ensuite muté comme remplaçant dans d’autres établissements du département. Il entame alors un marathon judiciaire qui s’est achevé, le 26 juillet dernier, par une décision du tribunal administratif annulant sa mutation d’office et ordonnant sa réintégration à Malicornay.

 

 

 

On peut apprécier à sa juste valeur le courage de parents qui, au lieu de demander à l’instituteur concerné des explications, l’ont mouchardé à l’inspection académique. Pour ceux qui ne connaissent pas bien l’Éducation nationale, il faut savoir que c’est, malheureusement, une pratique assez courante. La hiérarchie s’appuie sur des courriers de parents, voire d’élèves, pour sanctionner des enseignants qui n’ont même pas connaissance des accusations portées contre eux. Dans quel type de société entre-t-on quand on donne foi à des dénonciations, en ayant un a priori défavorable à la version de l’accusé ? Avec de tels procédés, l’espionnage totalitaire dénoncé par George Orwell dans 1984 a de beaux jours devant lui.

 

 

 

En l’occurrence, le fanatique instituteur, dont on a appris qu’il est agnostique, ne faisait que son devoir. Comment enseigner l’Histoire de France à de jeunes enfants sans se référer au christianisme ? Apparemment, les courageux sycophantes ne le supportent pas. Auraient-ils été aussi réactifs si un professeur, étudiant avec ses élèves des extraits de La Chanson de Roland, justifiait par la volonté d’Allah les assauts des Sarrasins contre l’armée de Charlemagne ? Comment, plus généralement, comprendre la plupart des écrivains français sans avoir une connaissance de la religion chrétienne ?

 

 

 

Va-t-on interdire, bientôt, la lecture du Génie du christianisme, de Chateaubriand ? Comment lire La Conscience, de Victor Hugo, sans savoir qui sont Abel et Caïn ? Comment saisir les critiques de Voltaire contre la religion chrétienne sans connaître les principes de cette religion ? Comment aborder les Pensées de Pascal en ignorant tout du péché et de la grâce ? Comment entrer dans l’univers des romans de Bernanos ? On voit où conduit l’intransigeance de ces redresseurs de torts : à la mort des chefs-d’œuvre de la littérature et de la pensée, qui tomberont définitivement dans les oubliettes.

 

 

La culture ne se nourrit pas de l’inculture religieuse. Fût-elle laïque, elle ne peut se passer d’une connaissance générale du fait religieux. Et, d’abord, du christianisme sans lequel, n’en déplaise à nos laïcards, la France ne serait pas.

 
 

10:47 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

04/10/2019

Ancienne maraude.......In memorian

 

 

La Maraude vue par Edouard FERRAND

 

 

 

3853672616 (1).jpg

 

 

      UN MOMENT INOUBLIABLE ! 

 

 

Francis, Isabelle, Yves, François, Raymond… Des héros anonymes en bas de chez nous ! Le blessé, le pauvre, la victime, le malade, sont au cœur de nos villes ; la société les nomme sans domicile fixe. Accidentés ou simplement mal partis, poussés par le malheur sur le bord du chemin, ils sont réellement là ; ce sont des enfants du Bon dieu. Avec des amis du Front national, j’ai passé une soirée de grande fraternité avec ces gens plein d’honneur, de dignité et de gentillesse dans le cadre de la maraude de l’Action Sociale Populaire. Tous les 10 jours, le Pasteur Blanchard, son épouse Catherine et une équipe de maraude bénévole partent dans les premiers arrondissements de Paris, à la rencontre de ces hommes et femmes qui dorment dehors.

 

 

Mais plus qu’une distribution de soupe, de café chaud ou de linge, le Pasteur Blanchard est à l’écoute de ces Français ou étrangers qu’il embrasse et réconforte chaudement par des paroles magnifiques. Affublé de son col romain notre homme de Foi procède à la reconnaissance de l'autre au-delà de sa situation de vulnérabilité. Bravo à toi Pasteur ; tu fais honneur à ta foi et à ces gens. Merci aussi à Marie-Christine Arnautu cheville ouvrière des opérations et à Jany Le Pen qui me succèdera pour la maraude de Noël en apportant des cadeaux à ces hommes et femmes merveilleux. Merci Pasteur pour ce grand moment de bonheur ; sois remercié au nom du Front national.

 

 

 

Edouard Ferrand

Membre du Bureau politique

Président du Groupe FN Bourgogne

 

01/10/2019

À force de voir du racisme partout, même Eschyle devient raciste !

 

 

 

 

 
 
 
 

À parler sans cesse et à tort et à travers du racisme, comme des autres ritournelles conformes que sont le sexisme, le populisme, l’homophobie et la xénophobie, à force de tourner quotidiennement cette moulinette, de médias en universités, et de lois en débats électoraux, à force d’encourager, glorifier et subventionner à tout va des associations pour faire la police de la pensée, on finit par voir du racisme partout, et par le combattre jusque dans une tragédie d’Eschyle, Les Suppliantes, écrite il y a plus de 2.500 ans.

 

 

C’est ce qui vient de se passer, ce 25 mars, à la Sorbonne. La vieille et respectable institution a été, à son tour, le théâtre – c’est le cas de le dire – d’un événement des plus grotesques, révélateur de la sottise abyssale dans laquelle notre société est en train de basculer, mais animé d’un feu par lequel nos élites bien-pensantes, à force de l’attiser, se sont fait brûler les doigts.

 

L’ouvrage était représenté par des acteurs portant des masques noirs et des masques blancs, ce qui était l’usage à cette époque (pour preuve, le mot acteur, en grec hupokritês, signifie « qui est sous le masque », et a donné, par extension, « hypocrite »). Rien que de tout à fait banal, donc, et conforme aux habitudes du théâtre antique, sauf que le malheureux metteur en scène utilisant ces masques, il ne pouvait s’agir que d’une moquerie raciste contre les Noirs.

 

 

Et c’est ainsi que quelques « individus accusant la mise en scène de racialisme », dixit le communiqué de la Sorbonne, sont venus s’en prendre violemment et aux acteurs qu’ils ont empêchés de se préparer et aux spectateurs qu’ils ont empêchés d’entrer.

 

 

Et, certes, on condamnera à juste titre et sans la moindre hésitation cette atteinte à la liberté de création et d’expression, fût-elle grotesque, mais ne convient-il pas aussi de s’interroger sur le processus qu’à force de bien-pensance, et parfois même d’hypocrisie, on a fini par enclencher. À tel point que dans leurs différentes réactions, les accusés se défendent avec force d’être racistes, rappelant les valeurs « profondément humanistes et antiracistes » de la Sorbonne, comme s’il était besoin de se justifier et de répondre, face à tant d’ineptie. Réactions consternées, révoltées, mais auxquelles on a envie de répondre : à force d’accuser tel ou tel de racisme, pour n’importe quoi, c’est tout le monde qui finit par en être accusé, un jour ou l’autre, à commencer par l’antiraciste donneur de leçons lui-même : tôt ou tard, et comme le professeur Frankenstein, il se verra rattrapé par le monstre qu’il a créé.

 

 

Et si l’on préfère la métaphore comique à celle, plus métaphysique, de Mary Shelley, on dira que c’est un peu l’histoire de l’arroseur arrosé : celui qui arrose tout le monde de ses leçons d’antiracisme patenté, au nom du politiquement correct, finit par se faire arroser et traiter lui-même de raciste par plus antiraciste que lui. Une véritable fuite en avant : plus antiraciste que moi, tu ne meurs pas, tu es le héros du jeu ! Et à ce jeu du « Qui sera le plus antiraciste ? » les Gaulois n’ont pas fini de rigoler, comme disait Henri Salvador.

 

 

Peut-être que certaines cinémathèques, projetant de vieux films en noir et blanc, se verront bientôt envahies par des manifestants pris d’une colère qu’il ne faudra plus qualifier de noire. Peut être que certaines expressions de notre langue seront bannies du dictionnaire, ainsi que les romans noirs de la littérature, et après les procès faits à « Y a bon Banania » ou Tintin au Congo, on ne pourra plus dire ou écrire que l’on broie du noir, qu’on voit tout en noir et, bien sûr, qu’on travaille comme un Noir, expression qui est déjà considérée comme une horreur sémantique et valut à un célèbre parfumeur une volée de bois vert médiatique ! Et si quelqu’un se montre flou dans ses opinions, il ne faudra plus lui dire : « Ou c’est blanc ou c’est noir ! »
Hélas, que de nuages noirs se profilent à l’horizon !

 

 

La sottise est comme un boomerang : à trop l’exciter, elle finit toujours par vous revenir dans la figure ! Après Eschyle et les masques grecs, qui sera le prochain porteur d’un racisme pour les idiots ?

 

 

10:23 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

27/09/2019

ENTRETIEN AVEC LE PASTEUR BLANCHARD (2).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Question 5 : Existe-t-il dans notre pays une véritable solidarité nationale ou cela reste-t-il à réinventer?

 

 

 


   
 
Réponse : Malheureusement la réponse est négative, les habitudes ont la peau dure et on a du mal à sortir d'un certain fonctionnement. Dans bien des milieux, on conçoit le social comme une vitrine, cela fait bien de s'occuper des pauvres. Or, comme l’a dit Laurent Poultier du Mesnil dans son  émission sur Courtoisie où je passais, si le Hamas, au Liban fait du social, son objectif est avant tout politique. Dans l'âge de fer où nous allons entrer, ce sera une des clef de l'avenir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Question 6 : Pensez-vous qu'un mouvement politique comme le nôtre a un rôle social à jouer auprès de nos compatriotes?

 


 
 
Réponse : Depuis plus d'un siècle l'Action Française est une formidable école de pensée, à qui tous, peu ou prou, nous devons quelque chose. Depuis trois décennies que le FN a pompé les forces vives de notre famille politique, vous êtes une des rares branches à avoir conservé votre autonomie et votre dynamisme.

 

 

 


Dans une France comptant plus de sept millions de musulmans, savoir si le régime doit être royaliste comme vous le souhaitez ou républicain social et plébiscitaire comme je le désire ne me semble pas de saison. L'important pour nous est la défense de notre terre et de nos morts, je crois qu'il est souhaitable de mettre nos efforts en commun.

 


 

Question 7 : Pouvez-vous nous dire un mot sur votre projet de fondation?

 

 


  
Réponse : Initialement ce projet était pour Marine Le Pen qui n'a pas été intéressé. L'idée en est simple, comme Brigitte Bardot pour les animaux, il s'agit quant à nous de venir en aide aux patriotes défavorisés, par des actes concrets comme l'achat et le don de réfrigérateurs, machines à laver, gazinières entre autres et pour commencer... Mon nom et mes réseaux au sein du FN m'amènent à côtoyer des personnes que nous pourrions aider dans toute la France.

 

 

 


 
Il faut savoir que le statut de fondation permet de collecter des fonds, la mise initiale est mince. Peut- être que dans vos milieux, une personne aussi prestigieuse que Le Pen, héritière de ceux qui ont fait l'histoire de notre pays serait heureuse de donner son nom à cette œuvre de salubrité publique ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

25/09/2019

Pré-maraude du 24 / 09 / 2019..............

 

 

 

 

 

 

 

24/09/2019

Le politiquement correct frappe l’armée : une promotion de Saint-Cyr « débaptisée »:

 

 

 

 

saint-cyr-3.jpg

 

 

 

La promotion de Saint-Cyr qui quittera la lande bretonne en juillet 2019 va être débaptisée. L’état-major précise « qu’il sera engagé avec les élèves de la promotion concernée “un parcours de mémoire” au terme duquel un nouveau nom de parrain sera choisi ».

 

 

Cette promotion porte le nom du général Loustaunau-Lacau (1894-1955). C’est une première qu’une promotion de Saint-Cyr soit ainsi « débaptisée » !

 

 

Le nom de promotion n’est pas choisi par hasard dans nos écoles d’officiers. Il est le fruit d’un processus long et complexe initié par le choix des élèves-officiers eux-mêmes, validé par les autorités militaires et politiques.

 

 

Voir sa promotion « débaptisée », c’est un traumatisme pour les cyrards qui ont choisi leur parrain.

 

 

Quant à ce fameux « parcours de mémoire », cela évoque la « rééducation des camps vietminhs », ainsi que me l’écrit un amiral (2S) de mes amis. Il y a donc de quoi être inquiet.

 

 

Mais qui est Loustaunau-Lacau ?

 

 

Saint-cyrien de la promotion de Montmirail (1912 -1914), Georges Loustaunau-Lacau fait la Grande Guerre dans l’infanterie, qu’il terminera comme capitaine, Légion d’honneur et croix de guerre avec trois palmes et une étoile. Entre les deux guerres, campagne du Maroc après l’École de guerre en 1924, dont il sort major. Puis il est chef de corps du 24e bataillon de chasseurs alpins. Il succède ensuite à Charles de Gaulle comme « plume » du maréchal Pétain. Dès 1936, il fonde les réseaux Corvignolles, qui ont pour objet de démasquer les cellules communistes dans l’armée.

 

 

À nouveau la guerre : dans la Résistance dès 1941, il fonde le réseau Alliance. Son activisme anti-allemand le fait emprisonner par Vichy, puis il est livré aux Allemands et déporté à Mauthausen en 1943. Après la guerre, il a néanmoins affaire à la Justice pour ses activités d’avant-guerre, suspecté d’avoir appartenu à la Cagoule.

 

 

Blanchi par ses juges, il a été effacé de la mémoire collective des Français par les historiens officiels » selon l’expression du résistant Alain Griotteray.

 

 

Nommé général par Vincent Auriol en 1954, il décède alors qu’il est député des Basses-Pyrénées.

 

 

Que reproche-t-on donc tardivement à Loustaunau-Lacau ?

 

 

D’avoir été « antisémite », paraît-il ! Certes, il a pu, comme beaucoup avant-guerre, être critique à l’égard des différents lobbys qu’il considérait avoir joué un rôle néfaste dans le désarmement de la France. Mais en faire un « antisémite », sous-entendu un « nazi » ou un « fasciste », est tout à fait faux et injuste. En réalité, ce qu’on lui reproche aujourd’hui, c’est d’avoir été « un Français rebelle », mais surtout « un supposé cagoulard et un résistant d’extrême droite ».

 

 

 

C’est évidemment pour ce motif que, cédant au politiquement correct, les autorités ont aujourd’hui décidé de débaptiser cette promotion !

 

 

Ces gens-là devraient relire ces mots de Simon Epstein :

 

 

 

« Nombre d’antifascistes de 1936, basculés dans la collaboration dès 1940 mais experts à se faire pardonner en 1944, auront connu une Libération plus paisible que celle qui s’acharnera sur ce résistant de la première heure, rescapé de Mauthausen et des marches de la mort. » Comme l’écrit le colonel Groussard, autre grand résistant, « toute sa vie, Georges Loustaunau-Lacau s’est lancé dans la bataille sans jamais tenir compte des conséquences dramatiques que cela pouvait avoir pour lui ». Et pour Alain Griotteray, « Georges Loustaunau-Lacau a sacrifié à ses convictions, au service de la patrie, sa carrière, sa liberté, son honneur et sa réputation ».

 

 

On ne débaptise pas une promotion de Saint-Cyr, une promotion d’officiers, quelle qu’elle soit et quel qu’en soit le motif. Aucun prétexte tardif ne saurait le justifier alors même que l’officier ayant donné son nom à cette promotion a prouvé par ses actes à tout moment la haute conception qu’il se faisait du métier des armes et du patriotisme.

 

 

 

Vive la promotion Général Georges Loustaunau-Lacau !

 
 
 
 
 

 

10:24 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)