Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2019

ENTRETIEN AVEC LE PASTEUR BLANCHARD (1).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Olivier Perceval pour le journal de:

 

l'Action Française.


 
 
 
Question 1 : Monsieur le Pasteur, pourriez-vous dévoiler pour nos lecteurs votre itinéraire spirituel et politique ?

 


 
 
Réponse : Mon éducation s’est faite à Mazamet, ville qui se trouve dans le prolongement des Cévennes où le protestantisme a été longtemps majoritaire. Mon éducation a été d'une extrême rigueur. J'ai eu le parcours classique d'un fils du peuple. Après mon certificat d'étude, j'ai travaillé en usine. A cette époque, ma cité était la capitale mondiale du délainage. Mai 68 va me sortir de la condition ouvrière. Je découvre le social à travers les MJC et je passe une équivalence au bac qui me permet d'entrer à l'école d'éducateur (l'Institut Parmentier à Paris). A partir de 1978, j'entreprends une carrière de travailleur social (Cité de Refuge de l'Armée du Salut Paris).

 

 


 
Les "événements" ont eu une autre conséquence, ma révolte contre mon père et ma famille. J'ai connu toute les errances de ma génération, de la vie en communauté aux festivals rock, en passant par la politique, de la ligue communiste à la gauche prolétarienne maoïste (tendance spontanéiste, situationniste). Mon retour à la foi, mes études de théologie, mon ordination, mon engagement avec Madame Jany Le Pen, c’est une autre histoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Question 2 : Parlez-nous de votre association caritative.

 


 
 
Réponse: Notre association l'Action Sociale Populaire est régie par la loi 1901. Nous sommes une équipe de bénévoles et n'avons pour aide financière que la générosité des auditeurs de Courtoisie et des lecteurs de la presse amie. En plus de nos activités de maraudes où pendant plus de sept mois nous venons en aide aux SDF dans les rues de Paris, nous visitons des personnes âgées isolées et essayons de répondre aux attentes de personnes en difficulté que nos amis nous signalent. Nous débutons cet hiver une nouvelle action pour les familles de patriotes défavorisés par une aide concrète (achat de machines à laver, gazinières etc).

 

 

 



Question 3 : Pensez-vous qu'il y a un vrai problème de répartition des richesses dans notre pays ?

 


 

Réponse : Je pense que dans notre pays, il se trouve une profonde injustice à faire porter le principal effort du plan de rigueur sur le petit peuple et les classes moyennes. Mais il est une autre injustice choquante, le syndrome rousseauiste qui fait que,  beaucoup d'hommes politiques et de travailleurs sociaux ont tendance à considérer les populations originaires de l'autre côté de la Méditerranée comme ne pouvant être que des victimes du système ; ce qui bien souvent leur profitent en termes de prestations sociales.

 

 


Alors que la majorité d'origine Française et Européenne, qui a du mal à quémander , qui ne connait pas bien les réseaux pour faire valoir ses droits, se retrouve de plus en plus marginalisée et précarisée? C’est pour cela, même, si le mot ne fait pas très Maurrassien, que nous souhaitons la justice sociale.... pour les nôtres.


 

 

Question 4 : A l'approche des maraudes, pensez-vous que la crise jette de nouveaux pauvres dans la rue ?

 


 
 
Réponse : Vous avez pu constater dans les rues de Paris, et cela contrairement au discours officiel, combien les restrictions budgétaires sont lourdes de conséquences. D'une année sur l'autre, nous voyons la situation s’effilocher. La lèpre de la misère gagne du terrain. Une nation qui n'est plus capable de gérer le problème de la pauvreté risque d'en subir de graves perturbations.

 

 

 

 

 

A suivre...

 

 

 

 

 

 

09:27 Publié dans Biographie | Lien permanent | Commentaires (0)

18/09/2019

Pré-maraude du 17 / 09 / 2019..............

 

 

 

 

 

17/09/2019

Alerte dans les médias : France fracturée et colère des « petits Blancs » !

 

 

 

 

1200px-Banderolle_contre_Macron-845x475.jpg

 

 

 

 

Tout arrive : des hebdomadaires tels que Le Point et L’Express se rendent enfin compte que des humains persistent à vivre au-delà du périphérique parisien et des abords des grandes métropoles. C’est tout bonnement épatant.

 

Dans Le Point, Jérôme Fourquet, interrogé pour son dernier ouvrage, L’Archipel français, dresse un portrait de notre pays venant compléter les travaux du démographe Christophe Guilluy, connu pour avoir mis en lumière cette fameuse France périphérique. Son diagnostic ? En ces temps d’universalisme républicain, la France n’a jamais été aussi divisée.

 

D’un côté, ces Français issus de l’immigration, relégués dans leurs cités pour mieux venir travailler dans les mégapoles. De l’autre, des Français « de souche », économiquement encore plus déshérités, assignés à résidence dans les campagnes reculées ou réfugiés dans les zones pavillonnaires. Fracture géographique, mais aussi religieuse et culturelle : en 2016, 18 % des nourrissons portaient un prénom arabo-musulman, alors que celui de Marie n’était donné qu’à 0,3 % de la population. Dans le même temps, c’est l’explosion des Kevin et des Dylan, prénoms si populaires dans une France de Johnny votant majoritairement Marine Le Pen. D’ailleurs, la tête de liste de cette dernière  élections européennes ne se prénomme-t-i pas Jordan ?

 

À ces deux France en proie au mal-être, on peut encore ajouter celle de la bourgeoisie conservatrice. En face et au-dessus ? Cette France hors-sol vivant à l’heure de la mondialisation, as de la finance et intellectuels précaires ; soit ces libéraux et ces libertaires ayant tous deux voté pour Emmanuel Macron, fêtant ainsi un troisième mandat, après ceux de Nicolas Sarkozy et de François Hollande.

 

Ces trois France entrées en dissidence sont souvent étanches les unes par rapport aux autres, chacune cultivant ses revendications spécifiques. La France des cités, ce sont les émeutes urbaines, sans véritable revendication politique, si ce n’est celle consistant à manifester pour les Journées de retrait de l’école, alors qu’on l’a assez peu vue lors de la Manif pour tous, apanage de la France traditionnelle. Logique : pour le monde des cités, le mariage homosexuel est un vice de centre-ville ne le concernant pas. Mais dès lors que cette même propagande homosexuelle touche l’école publique, la banlieue a déjà plus tendance à descendre dans la rue, sachant qu’au contraire de la bourgeoisie, elle n’a pas toujours les moyens financiers de mettre ses enfants dans des écoles privées. Les voix conservatrices peuvent donc, au-delà de la religion de chacun, aller dans le même sens, sans forcément se rencontrer. Quant à la révolte de la France des pavillons, elle s’incarne évidemment dans celle des gilets jaunes.

 

 

Pour se maintenir au pouvoir, il suffit à la France d’en haut de stigmatiser tour à tour les trois autres. LMPT, c’est l’ordre moral de Vichy. Les cités, c’est Daech. Les pavillons, ce sont les beaufs racistes. Et chaque fois que l’une de ces trois France déshéritées, chacune à leur manière, tente de se rapprocher des deux autres, l’ordre politico-médiatique hurle à la collusion des extrêmes.

 

 

Ce sont ces leaders religieux musulmans – voire même l’État islamique – accusés d’accointances avec la Manif pour tous ; laquelle est à nouveau clouée au pilori pour se mêler parfois à la foule des gilets jaunes où, semble-t-il, des islamistes présumés tenteraient aussi de faire leur pelote. Le tout sous l’égide de ce terroir arriéré persistant à fumer des clopes et à rouler au diesel. Ou de l’art de mieux diviser pour mal régner.

 

 

On notera que ce sont les mêmes qui, pointant du doigt ceux qu’ils accusent de dresser les uns contre les autres, n’en finissent plus de dresser les autres contre les uns. En attendant un possible retour de bâton ? Ce dont L’Express s’inquiète, qui vient de titrer sur la colère qui gronde, celle des « petits Blancs ». À force d’insister, ces gens arriveront peut-être par enfin dégager ce consensus tant souhaité par Emmanuel Macron.

 

 

Parti comme c’est, ça pourrait bien être contre eux.

 
 

09:12 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

07/09/2019

Pré-maraude du 5 / 09 / 2019..............

 

 

 

 

06/09/2019

Ancienne maraude.......

 

 

 

 

ASP : L'ETERNEL RETOUR...

 

 

 

 

 

 

Notre combat

 

 

¶ contre la misère sociale

¶ et pour la préférence nationale

n’a jamais été aussi juste !

 

 

 

Mardi 7 octobre

 

 

s'ouvre la campagne 2014/2015 des maraudes du pasteur Blanchard.

 

 


Les Maraudes, ces tournées nocturnes à la rencontre des sans-abris parisiens, sont pour chacun de ceux qui les vivent une expérience sans commune mesure, de celles de nature à vous transformer, en tout cas qui ne vous laissent pas indifférents.

 

 


La majorité de nos accompagnants reviennent de ces maraudes « touchés » par la dignité des personnages rencontrés, « émus » par les situations de grande détresse, « surpris » par la grande culture de certains et dans tous les cas « révoltés » par l’injustice grandissante d’une société dans l’incapacité d’offrir à ses propres compatriotes les voies de la réussite sociale.

 



Durant cette nouvelle saison, un grand nombre de nos amis de droite nationale, provenant de toute la France, se succéderons aux côtés du Pasteur Blanchard  pour, l’espace d’une nuit,  venir en en aide à nos compatriotes délaissés.

 



Qu’ils en soient  tous remerciés !

 



La rue parisienne, c’est une caisse de résonance implacable des maux de la société française,  dont nous ne cessons de dénoncer les dérives, seuls  depuis des années :

 

 

• Démantèlement du système de soins et de protection sociale

• Paupérisation des travailleurs

• Impossibilité d'accéder à un logement décent

• Préférence étrangère dans les centres d’hébergement

• Perte du sens de la solidarité entre les générations

• Insécurité grandissante

• Ouverture incontrôlée des frontières 

 



Un dernier exemple, alors que le gouvernement tente de nous endormir sur le pseudo contrôle des frontières aux portes de Schengen, nous pouvons témoigner du tsunami migratoire qui est en cours et qui voit affluer à Paris des centaines de migrants irréguliers.

 

 

 

 

 

 



Cette nuit du 7 octobre nous retrouverons des sans-abris  provenaient de  tout horizon…. Autant d’individus déboussolés à qui l’idéologie mondialiste a promis un eldorado, qu’ils ne trouveront finalement pas chez nous car notre pays n’en a plus les moyens.



Cette nuit du 7 octobre nous nous répétons que nos moyens sont dérisoires, que la tâche est immense pour sortir nos compatriotes de la misère.



Mais cette nuit du 7 octobre, nous partons en fin de nuit, convaincus que notre combat est juste et que nous parviendrons demain à changer la société

 

 

Benoit  VAILLANT
Secrétaire Général de l’ASP

 

03/09/2019

Vade retro, mâle blanc !

 

 

 

 

 

 

800px-Tackling_anti-social_behaviour_on_patrol-800x475.jpg

 

 

 

 

À son entretien d’admission dans la police du comté anglais du Cheshire, où son père est inspecteur depuis longtemps, les évaluateurs estimèrent que Matthew Furlong « n’aurait pas pu faire mieux », et qu’il était « rafraîchissant de rencontrer quelqu’un d’aussi bien préparé ». Mais bien que jugé « exceptionnel », ce candidat n’a pas été embauché. Parce qu’il a trois gros défauts : c’est un homme, il est blanc et il est hétérosexuel.

 

 

On pourrait croire à une « fake news » de la « fachosphère », mais pas du tout : le scandale est révélé par les très estimables Sun et Daily Mail, qui précisent que c’est bien la conclusion officielle d’un tribunal de Liverpool, devant lequel le père avait porté plainte pour discrimination envers son fils.

 

 

De fait, la police du Cheshire ne faisait, là, qu’appliquer le « plan d’action » décidé en 2015 pour favoriser l’embauche de femmes, de « racisés » et d’homosexuels, conformément à l’idéologie dominante. Si les deux premiers critères sont assez simples à discerner, on peut s’interroger sur l’interrogatoire approprié pour cocher la troisième case…

 

 

Trente ans de matraquage antiraciste ont, paradoxalement, abouti à « raciser » tous les débats sociaux et le politiquement correct a envahi presque toute la planète. Et pour la première place, la Grande-Bretagne communautarisée le dispute durement avec les USA. On se souvient, ainsi, de la riante cité de Rotherham où, pendant des années, plus de mille jeunes Blanches furent violées, voire réduites en esclavage, par des gangs de Pakistanais. Malgré les signalements et les plaintes, ni flics ni juges ne bougèrent une oreille : obstinés dans le déni, il ne fallait pas dis-cri-mi-ner !

 

 

De telles choses sont, évidemment, impensables en France. Quoique… N’est-ce pas la toute fraîche nommée présidente de France Télévisions en 2015, Delphine Ernotte, qui déclara sans se gêner : « On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans, et ça, il va falloir que cela change » ? Et chacun peut constater que, sauf l’idéologie diffusée, beaucoup de choses ont effectivement changé.

 

 

À compétences égales, il est certes condamnable d’éliminer un candidat sur des critères sans rapports avec le poste à occuper. De là à rejeter systématiquement le mâle blanc qui aime les femmes, le pas a été vite franchi.

 

09:23 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

30/08/2019

LES MEMBRES FONDATEURS DE L'ASP...

 

 

Jean et Béatrice

Chabernaud

 

 

CH 1.jpg

 

 

 A l'époque les choses étaient tout sauf évidentes. Totalement seul, isolé, sans soutien, il fallait avoir l'âme chevillée au corps pour créer une association caritative. Dans les faits, ce fut tout sauf une sinécure. Heureusement il me restait les ondes de radio Courtoisie où l'ami Serge et ses copains m'ouvraient leurs antennes, ce qui me permit de lancer la machine.

 

 

 

 

 Pour autant, il n'y avait pas grand monde qui se bousculait au portillon pour travailler avec nous. Parmi les rares à croire à notre projet, il y a eu Béatrice et Jean, qui, de suite, sans arrières pensées, se sont totalement engagés. Ils n'ont jamais été de ceux qui volent au secours de la victoire. Il leur a fallu un certain courage pour travailler dans un projet qui semblait à court terme aléatoire. C’est grâce à quelques âmes d'élites comme eux, que, dés le début, humblement, notre projet a pris. Depuis tout ce temps ils sont restés fidèles, et sont devenus des piliers de l'association, qu'ils en soient grandement remerciés.

 

 

 

CH 2.jpg

 

 

 

Pasteur  Blanchard  

 

 

28/08/2019

Pré-maraude du 27 / 08 / 2019..............

 

 

 

 

 

27/08/2019

Un ex-djihadiste assigné à résidence dans un hôtel d’Aurillac sans que le maire soit consulté:

 

 

 

 

4052982899_ffbd9e8aa7_b-845x475.jpg

 

 

 

 

 

Le plus ancien assigné à résidence de France, une CEDH complaisante, un maire très remonté, un ministre de l’Intérieur sans égards, des habitants angoissés : mélangez le tout et vous obtenez une situation intenable voire, si elle se multiplie, explosive.

 

 

Membre d’un groupe terroriste affilié à Al-Qaïda, Kamel Daoudi est interpellé à Londres en 2001, déchu de sa nationalité française en 2002, interdit de territoire en même temps que condamné à six ans de prison en 2006 pour, finalement, être assigné à résidence en 2008. Bientôt onze ans qu’il est logé aux frais de la princesse !

 

 

 

Mais pourquoi ne pas l’expédier dans son pays d’origine, l’Algérie, cet ex-citoyen français de 45 ans ? Parce que, en 2009, la Cour européenne des droits de l’homme (CDEH) l’a interdit. Au motif qu’il risque d’y subir des « traitements inhumains et dégradants », comme il disait lui-même dans un communiqué, publié par Mediapart, en octobre 2018. Communiqué dans lequel il demandait à ladite Cour… de condamner la France ! Mais qu’est-ce qu’ils commettent, les djihadistes ? Des traitement humains et respectueux, peut-être ?

 

 

 

Ainsi, depuis bientôt onze ans, – onze ans ! -, par décisions de l’État, il est trimbalé de bourgs en villages (sept, au total) où il loge à l’hôtel avec obligation de se présenter au commissariat ou à la gendarmerie trois fois par jour – obligations tellement rasoir qu’il a fini par ne plus les respecter en arrivant en retard… Mais bon, le ministère de l’Intérieur le transfère maintenant du Couett’Hôtel de Saint-Jean-d’Angély (17) – tarif moyen : 50 euros – à un autre hôtel, à Aurillac (15). Dont le maire, Pierre Mathonier, est très remonté : « Face à une décision d’une telle importance et sur un sujet aussi sensible que le terrorisme, il me semble que le maire de la commune aurait pu être consulté » en amont et non mis « devant le fait accompli ». Tout comme de nombreux maires le sont face aux placements de migrants, en fait. Et, justement, il en accueille, apparemment sans rechigner, déjà beaucoup dans sa ville, le maire d’Aurillac… Passons. « Si, deux jours avant son arrivée, madame le préfet du Cantal n’avait pas eu la délicatesse de m’informer de sa venue, j’aurais appris celle-ci par un article du quotidien régional La Montagne« , déplore-t-il.

 

 

 

La CDEH fait la loi. L’Algérie, en ne cherchant pas à rapatrier ses ressortissants, fait la sienne. Et nous ? Nous, on a un Castaner qui justifie le retour des revenants au motif qu’« ils sont français avant d’être djihadistes », sauf que, quand ils ne le sont plus depuis dix-sept ans, l’État les héberge quand même : les déchoir de leur nationalité ne sert donc à rien ! Alors, combien d’assignés à résidence, déjà – français, plus français, binationaux -, le tout aux frais du contribuable ? Combien, demain ? Alors, combien de temps avant que la cocotte minute n’explose ?

 

 

 

C’est que, maintenant, les Aurillacois se rebiffent ! Des migrants, passait encore, mais un djihadiste ! Et on les comprend, les gens d’Aurillac ! Hormis deux pointages par jour au commissariat, Daoudi sera, le reste du temps, libre de ses mouvements ! Le maire, qui doit « gérer une anxiété compréhensible de la population aurillacoise », s’est fendu d’une lettre à Christophe Castaner. « L’attitude qui consiste d’un côté à solliciter les maires pour organiser le Grand Débat National, afin d’aider à canaliser la colère qui gronde dans le pays, et de l’autre à les mépriser sur certains autres sujets est dangereuse », souligne-t-il. Ce n’est pas faux, d’autant plus que ce ne sont pas seulement les maires mais tous les Français qui sont ainsi méprisés.

 

 

 
 

09:29 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

23/08/2019

LES MEMBRES FONDATEURS DE L'ASP...

 

 

NICOLAS PONS

 

 

N 1.jpg

 

 

 

Ce fut lors d'une de nos premières réunions, dans un local prêté par un ami à Vanves, que nous avons fait la connaissance de Nicolas. Il demeurait à l'époque à deux pas du lieu de réunion. C’est sur internet qu'il découvrit l'annonce de notre association, qui lui était totalement inconnue. C’est un peu par hasard qu'il fut présent à nos tout débuts.

 

 

N 2.jpg

 

 

 

 

 

Il a été aussi pour la toute première maraude, et lors des premières saisons il fut un pilier de nos sorties. Avec le temps sa présence s'estompa un peu, mais pas son engagement au sein de l'association, dont il fut le trésorier. C’est aussi lui qui m'installa internet et m'initia à l'informatique. Comme beaucoup de gens du sud-ouest, il avait la nostalgie du pays, où il retourna suite à une mutation dans sa ville natale de Toulouse. Pour autant il reste un actif vice président de l'ASP. Le temps passant, bien des éléments de notre association disparurent, mais il est toujours bon de retrouver ceux qui sont restés fidèles, et qui depuis les temps héroïques de nos débuts, nous ont fait confiance. Nicolas est de ceux-là, et même plus : un ami véritable.

 

 

 

Pasteur   Blanchard