Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2018

« Avec ou sans Mai 68, nous en serions au même point »

 

 

 

Alain de Benoist:

 

 

 

 

alain-de-benoist-elements.jpg

 

 

 

Bien que vous ayez vécu cet événement, on ne vous a guère entendu sur le 50e anniversaire de Mai 68. C’est une commémoration qui, selon vous, ne s’imposait pas ?

 

 

 

Je crois qu’il faut conserver le souvenir du passé, mais la commémorationnite m’ennuie, surtout quand il s’agit de Mai 68. Cela fait un demi-siècle que, tous les dix ans, je lis les mêmes commentaires, les mêmes souvenirs, empreints de nostalgie ou rugissants d’amère rancœur. Très peu d’analyse critique, peu d’intelligence du sujet. Je pense, de surcroît, que les jeunes s’en fichent royalement : pour ceux qui ont aujourd’hui dix-huit ans, Mai 68 est aussi loin que l’était la fin de la Première Guerre mondiale pour les barricadiers : autant dire la préhistoire ! Quant à l’éventualité d’assister à un « nouveau Mai », il faut vraiment ne pas réaliser en quoi le monde d’aujourd’hui diffère du monde d’il y a un demi-siècle pour ne pas comprendre que cette façon paresseuse de penser relève de la parodie ou de la farce.

 

 

 

Il n’y a pas eu un mais plusieurs Mai 68. Quels sont ceux dont il peut être bon de se souvenir, lesquels faut-il oublier ?

 

 

 

Pour commencer, n’oublions pas le mai-juin ouvrier : la plus importante et la dernière en date des grandes grèves générales qu’a connues notre pays (près de neuf millions de grévistes, alors qu’à cette époque, le chômage était quasi marginal). Il y a, ensuite, le Mai « révolutionnaire », qui a surtout été le fait des mouvances anarchistes et trotskistes, lesquelles ont connu durant ces journées un bref regain d’influence. Il faut y ajouter les pro-Chinois, qu’on aurait tort de considérer comme une sorte d’élément exotique plus ou moins farfelu. Il faut lire, à ce sujet, L’Établi (1978), de Robert Linhart, et surtout le témoignage poignant de sa fille, Virginie Linhart, Le jour où mon père s’est tu (2008). Ajoutons-y encore ce qui apparaît rétrospectivement comme le plus stimulant intellectuellement : la critique sociale développée dans les milieux situationnistes, implantés à l’université de Strasbourg depuis 1966. Les écrits prophétiques de Guy Debord sur la société du spectacle et la consommation marchande conservent toute leur valeur aujourd’hui.

 

 

 

 

Mais ce n’est pas cette tendance qui l’a emporté. La Gauche prolétarienne disparaît pratiquement après la mort de Pierre Overney, en février 1972, et les groupes gauchistes vont très vite retourner à la marginalité. Ce qui l’a emporté, c’est l’autre tendance, la plus massive et la plus détestable, plus « sociétale » que politique, qui mêlait l’hédonisme, l’individualisme, le néo-féminisme, l’apologie du « désir » et le refus de toutes les formes d’autorité. Elle s’exprime parfaitement dans le mot d’ordre « Jouir sans entraves », qui était un slogan d’enfants gâtés. Ceux qui s’en réclamaient ont très vite renoncé à combattre la société en place, puisqu’elle inclinait elle-même dans leur sens. Ils se sont, au contraire, massivement ralliés à la société de marché, d’inspiration capitaliste libérale, qui leur offrait le moyen de satisfaire leurs aspirations ou leurs pulsions beaucoup plus sûrement qu’une improbable « révolution culturelle » à la Mao. Ils voulaient, « sous les pavés, la plage », ils ont eu « Paris Plage » ! Parfaitement intégrés dans un Système qui leur a distribué postes confortables, privilèges et jetons de présence, ce sont ces gens-là qui forment, aujourd’hui, les gros bataillons des « mutins de Panurge » (Philippe Muray), des défenseurs de la théorie du genre et du langage des droits. Politiquement correct oblige, le « Il est interdit d’interdire » a, au passage, été oublié.

 

 

 

Qu’est-ce que Mai 68 a véritablement changé dans la vie des Français ?

 

 

 

 

Finalement, pas grand-chose. Ce fut une grande peur pour certains, une belle fête pour beaucoup, un spectacle pour tout le monde. Mais les pays qui n’ont pas eu de Mai 68 ont connu exactement la même évolution. Il y a, dans les milieux de droite, une tendance à croire que toutes les calamités du temps présent s’expliquent par l’influence délétère des « soixante-huitards », qui est aussi naïve que la croyance, dans les milieux catholiques traditionalistes, que la crise de l’Église provient tout entière du concile de Vatican II. En réalité, dans l’un et l’autre cas, il faut remonter plus en amont. La fin de la chrétienté à laquelle nous avons assisté (je parle de la chrétienté, pas du christianisme) a des origines beaucoup plus lointaines, à commencer par la fin du monde paysan, qui a privé l’Église de ses réserves rurales. Mai 68, de la même façon, a simplement cristallisé des tendances lourdes qui étaient à l’œuvre depuis les années cinquante : entrée massive des femmes sur le marché du travail, démembrement de la famille, montée de l’individualisme, idéologie de la « déconstruction », etc. Avec ou sans Mai 68, nous en serions au même point.

 

 

 

 

 

 

 

 

09:53 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

16/11/2018

Ancienne maraude..........

 

 

MARAUDEUR UN JOUR...

 

 

 

M 1.jpg

 

 

 

 

Maraudeur toujours ! ? !

 

 

Le temps ne fait rien à l'affaire, les années passent la fidélité reste intacte. Nous avions, lors de cette maraude, Jérome Triomphe et sa fille Clara, qui venaient pour la seconde  fois . Mais aussi pour leur début Béatrice Bourges et l'équipe de TV Libertés, pour sillonner comme avec nous les rues de la Capitale.

 

 


Certes depuis l'époque héroïque, bien de l'eau est passée sous les ponts, beaucoup de SDF sont partis dans le tourbillon de la vie, quelques-uns sont restés tels que nous les avions connus, beaucoup sont venus s'ajouter. Dans les bénévoles quelques changements aussi mais la  complicité nous  fait trouver les bons automatismes, comme si nous avions maraudé  ensemble depuis toujours.

 

 

 

M 2.jpg

 

 

 

Cette sortie est pour moi l'occasion de remercier tous ceux qui, depuis le début, alors que peu de personnes nous croyaient capables de réussir, nous ont fait confiance. Ce petit groupe a tenu bon contre vents et marées. Certes, il y a pu avoir des moments de tensions, qui n'en a pas ? Mais, à l'arrivée, force est de constater que nous avons tenu le cap et que depuis 2005 notre association tourne. Nous savons par expérience que dans ce bas monde, rien n'est jamais acquis, et que pour durer, l'humilité et la persévérance sont des vertus essentielles.

 

 

 

Pasteur Blanchard

 

14/11/2018

Maraude du 13/11/2018..........

 

 

13/11/2018

Les buralistes prêts à se dévouer pour vendre du cannabis :

 

 

 Rêve ou cauchemar ?

 

 

3426298678_c7cbb2b71e_b-768x475.jpg

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 

En toute honnêteté au regard de la loi, les buralistes tirent l’essentiel de leurs revenus de la vente de produits nocifs. Ce faisant, prenant appui sur des dépendances qu’ils installent puis qu’ils s’appliquent à entretenir, ils précipitent nombre de leurs clients, selon les produits vendus, dans la maladie, la marginalisation, la déchéance physique et psychique, la ruine.

 

 

 

Parmi les produits toxiques qu’ils dispensent, citons le tabac, sous forme de cigarettes ou de tabac brut (à fumer dans une pipe ou à rouler), le tabac à priser (qui n’est plus guère prisé), le tabac à chiquer (plus assez chic pour perdurer), le papier à cigarettes, dont la version grand format n’a d’existence que pour fabriquer des « pétards » (cigarettes de chanvre indien/marijuana). Par surcroît, de nombreux buralistes tiennent également un débit de boisson qui leur permet de dispenser aussi des tasses de café (drogue bien vénielle, mais drogue tout de même), des boissons alcooliques consommées sur place (vin, bière, pastis, whisky et autres spiritueux).

 

 

Pour mémoire, rappelons que leur négoce est responsable, chaque année en France, de 79.000 morts avec le tabac et contribue aux 49.000 morts imputés à l’alcool.

 

 

Ces buralistes font aussi dans les produits des jeux, générateurs de dépendance. Ces produits peuvent, sinon mener à la ruine, du moins entretenir un état de pauvreté chronique ; ils s’adressent à des personnes qui mobilisent leurs maigres ressources sur le mode « en carrosse ou en galoche ». Des personnes plus aisées peuvent aussi être précipitées dans le dénuement.

 

 

Cette propension des buralistes à surfer sur les faiblesses humaines avec leurs pitoyables conséquences ne leur suffit plus, puisqu’ils se déclarent maintenant prêts à vendre du cannabis.

 

 

On doit continuer de leur interdire la vente des cigarettes électroniques/e-cigarettes et leurs recharges de nicotine*. La vente de ces produits est interdite aux mineurs, car ils constituent un mode d’entrée dans la dépendance nicotinique. Or, nombre de buralistes ne respectent pas l’interdiction de la vente de cigarettes aux mineurs ; on ne peut donc leur faire confiance avec cette alternative à la cigarette. De plus, il serait malencontreux que l’acheteur d’une recharge de nicotine soit confronté à l’exposition des paquets de cigarettes dont il essaie de se détacher…

 

 

Dans l’opprobre, on peut toujours faire pire ; leur demande d’être autorisés à vendre du cannabis en est une illustration. Dans Le Parisien, le président de la Confédération nationale des buralistes, Philippe Coy, vient de se prononcer en faveur de la vente de cannabis dans les bureaux de tabac si la substance venait à être légalisée, avec cet objectif : « devenir le premier réseau de référence du cannabis ». Pas moins ! Savent-ils bien que la toxicité du cannabis l’emporte de loin sur celle du tabac ?

 

 

Ils devraient, tout au contraire, diversifier leur commerce pour atténuer le poids des drogues qu’ils dispensent et qu’ils vont devoir réduire. Leur négoce devrait s’ouvrir à bien d’autres produits d’une parfaite innocuité.

 

 

De grâce, qu’ils n’aggravent pas leur image altérée par les drames auxquels ils contribuent en leur ajoutant ceux du cannabis.

 

 

Le désastre des toxicomanies en France, Jean Costentin, Éd. Docis 2018

 

09:36 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

09/11/2018

Impressions de maraude par Emmanuel Pérone, membre du CA de l’ASP :

 

 

 

ma 1.jpg

 

 

 

Sous l'égide du Pasteur Blanchard et de sa fidèle épouse Catherine est organisée par cette nuit glaciale une maraude dans les rues de Paris.Trois volontaires ont accepté d'être de la partie. Marie membre du CA de l’ASP, Gérard et Bruno maraudeurs de longue date, et votre serviteur Emmanuel Pérone, membre du CA de l’ASP. Le Pasteur Jean-Pierre Blanchard, pour ceux qui ne le connaîtraient pas est une figure de la droite nationale prolétarienne française. Chapelain de Madame Jany Le Pen, il est à l'origine des mémorables "soupes de Saint-Lazare".

 

 

 

Pour revenir à ce soir, la température moyenne frôle les moins cinq degrès et la tournée bat son plein. Marie offre des soupes chaudes, du café ou du thé tandis que je m'attèle à distribuer les vêtements confortables, bienvenus contre ce froid qui perdure.

 

 

 

Un coup de poing : le nombre de SDF qui dorment à même le sol et doivent braver l'hiver. En majorité, ils sont français de souche ou polonais et connaissent bien le Pasteur Blanchard qui leur apporte ce soir-là un peu de chaleur inespérée...

 

 

La distribution est une chose mais ce que nos yeux voient et ce que nos oreilles entendent en est une autre. Cela dépasse l'imagination. D'abord, tous ces hommes, ces femmes, ces enfants qui dorment sur le trottoir devant les vitrines des boutiques chics du quartier de l'Opéra. Ensuite, un peu plus loin, comme pour préserver une  certaine intimité, ces hommes jeunes ou moins jeunes qui, le visage livide et cachés sous de misérables couvertures nous interpellent..."Soupe !" "Soupe SVP !" "Café ?"...

 

 

 

Des images poignantes se gravent à vie dans nos mémoires... Celles de ces bagnards du dehors, prisonniers de la manche et figés dans le froid de cette nuit du mois de novembre. Une énigme ? 

 

 

 

 

"....L'argent, les femmes..., j'ai tout eu soupire, Gérard, mais tout a foutu le camp ! J'ai tout perdu et je suis devenu une loque ! Sans famille, c'est dur !"  Xavier, quarante-cinq ans nous fait savoir qu'il a les moyens de travailler et qu'il peut s'en sortir seul mais le problème "avoir un logement, c'est très difficile. Pouvez-vous m'aider ? Je ne suis pas du tout raciste mais il faut d'abord donner la priorité aux francais... car il y a de plus en plus de profiteurs venus de l'étranger !" Il est 1h00 du matin, sur le conseil du Pasteur, j'appelle le 115. Au bout d'une quarantaine de minutes, toujours le même refrain : "Bonjour, toutes les lignes de votre correspondant sont occupées. Veuillez rappeler ultérieurement."

 

 

 

1h30 du matin sous le pont de Grenelle, Patrick est heureux de nous voir et nous demande d'emblée un café et un pantalon.  Nous lui rajoutons un pull bien épais. Sur un ton agressif, il s'emporte contre le système d'hébergement d'urgence qui privilégie les étrangers "qui ne parlent même pas le français.". Il  rajoute que la visite de Madame Jany Le Pen, un soir d'hiver l'avait ému aux larmes.

 

 

 

2h00 du matin, sur un trottoir qui longe le ministère des finances (tout un symbole), un homme dort sur des ordures. Son visage est tuméfié, rongé par la tristesse. Lui aussi nous appelle "Soupe !" "Soupe !" Gérard, bouleversé par son état de délabrement s'empresse de le servir deux fois.  Tout aussi ému, je pose la question : "combien de SDF comme celui-ci dans toute la France ?" .

  

 

 

Comment des femmes et des hommes peuvent-ils tomber si bas ? La rupture du lien familial est-elle la caractéristique des sans-logis ? En France, nous avons tendance à sacrifier la solidarité familiale naturelle au profit d'une solidarité d'Etat, souvent artificielle et parfois inaccessible. Cette maraude pour laquelle nous  remercions le Pasteur a été riche d'évènements et d'enseignements. Nous sommes d'accord pour dire que renforcer la cellule familiale française est un remède primordial. 

 

 

Emmanuel

 

 

ma 2.jpg

 

07/11/2018

Maraude du 06/11/2018..........

 

 

 

06/11/2018

CRISE AUX LR:

 

 

FAUT-IL AVOIR HONTE D’ÊTRE POPULISTE ?

 

 

 
 
 
 
 
 
 

Commentant, sur TF1, son limogeage, Virginie Calmels a reproché à Laurent Wauquiez d’imposer à son parti « une ligne identitaire et populiste ». L’argument est fragile, dans la forme comme dans le fond. Dans la forme, parce qu’utiliser une épithète à connotation péjorative vise à porter le discrédit sur la personne incriminée et à l’assimiler aux démagogues. Sur le fond, parce que prendre en compte les inquiétudes du peuple n’a rien de honteux : ce devrait être l’objectif de la droite authentique.

 

 

Le prétexte du divorce entre l’ex-dauphine d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux et le président des Républicains, c’est le fameux tract intitulé « Pour que la France reste la France ». Il souligne six problèmes majeurs auxquels notre pays est confronté : la hausse des impôts, le nombre important des immigrés, la menace terroriste, la pression communautariste, la délinquance, les fractures territoriales. Quoi de scandaleux ? Le Rassemblement national, « horribile dictu », dit la même chose !

 

 

 

 

Et alors ? Gérard Collomb lui-même déclare que « certaines régions sont en train de se déconstruire parce qu’elles sont submergées par les flux de demandeurs d’asile ». Les personnalités de droite qui s’offusquent que Laurent Wauquiez utilise ce vocabulaire devraient se souvenir que le RPR et l’UDF, en 1990, évoquaient sans rougir la « fermeture des frontières », la « suspension de l’immigration », envisageaient sans vergogne de « réserver certaines prestations sociales aux nationaux », parlaient d’« incompatibilité entre l’islam et nos lois ».

 

 

 

Certes, c’était pour riposter à la montée du Front national, alors dirigé par Jean-Marie Le Pen, et attirer les électeurs frontistes. L’objectif de Laurent Wauquiez est peut-être aussi d’attirer ces voix. Mais qu’elles soient sincères ou opportunistes, cela ne signifie en aucun cas que ces propositions sont « populistes » et ne doivent jamais être exprimées par la droite.

 

 

Ne sont-ce pas les valeurs de la droite qui sont, ainsi, défendues ? La droite couchée, qui joue les vierges effarouchées, n’est pas la droite. Tout au plus est-ce un avatar du libéralisme. Voyez comme une partie de LR a rejoint le camp des macronistes – pourtant en grande partie issu du Parti socialiste. Voyez ceux qui n’attendent que le moment opportun pour le faire. Voyez comme, selon les sondages, de nombreux électeurs de droite, même fillonistes, sont satisfaits de la politique économique et sociale d’Emmanuel Macron.

 

 

La véritable droite, c’est celle qui défend l’identité de la France, qui préserve ses frontières, non pas pour la refermer sur elle-même, mais pour étendre son influence. Car il n’est pas honteux d’estimer qu’elle dispose d’un patrimoine historique et culturel que beaucoup de nations pourraient lui envier. La véritable droite, ce n’est pas celle des mondialistes pour lesquels la valeur suprême est la finance, ni celle des partisans du multiculturalisme pour qui toutes les cultures se valent. Ce n’est pas celle qui se désintéresse des questions éthiques et suit le courant des dérives sociétales : la constance de Marion Maréchal sur ces sujets est préférable au louvoiement de Valérie Pécresse.

 

 

C’est une droite qui sait dépasser les clivages traditionnels pour rassembler tous ceux qui sont fiers d’être Français, qui croient au destin de la France, qui ne font pas débuter son histoire à la révolution de 1789, qui reconnaissent le rôle prépondérant de la monarchie et du christianisme dans la constitution de la France. Ils sont nombreux, dans tous les milieux sociaux. C’est celle qui, comme le disait Kipling à l’intention de son fils, peut « rester digne en étant populaire »« rester peuple en conseillant les rois ». Elle n’est pas au service d’intérêts politiciens ou financiers, elle est plus proche du peuple que les prétendus démocrates qui le méprisent : elle est au service de la France et des Français.

 

 

 

02/11/2018

Article de la Croix du 20/11/1996:

 

 

 

 

Article la Croix 1.png

 

 

 

Le Front national investit le social

Ils sont jumeaux, ils ont 35 ans et ils affirment sans ambage être des « purs produits de la génération Le Pen ». Ensemble ils ont fait leurs premières armes militantes dans les rangs du FN. Ensemble ils ont fait leur droit et se sont mis au service de l'appareil du parti d'extrême droite. Ensemble ils se sont fait élire conseillers régionaux d'île-de-France, l'un dans le Val-de-Marne, l'autre dans l'Essonne.

 

 

Philippe et Jacques Olivier sont aujourd'hui respectivement délégué général adjoint et délégué national aux campagnes. Ils sont, à ces titres, parmi les plus proches collaborateurs du délégué général du FN, Bruno Mégret.

 

 

Philippe organise les initiatives que prend son parti dans le champ social et son frère Jacques, chargé de la propagande, se charge de les populariser. Tous deux très fiers de leur dernière affiche sur laquelle on peut lire : « Les immigrés entrent, les emplois sortent, les salaires baissent, non au mondialisme. »

 

 

« Sympathie » dans la police

 

 

« Notre campagne prend encore plus de relief quand on sait que dans certaines entreprises on licencie et que le dernier acte des salariés français est de démonter les machines pour les expédier en Chine », se félicite Philippe Olivier.

 

 

Posément, il décrit les différentes phases de l'irruption du FN dans le champ syndical et social. D'abord les secteurs « naturels » : police, « où il est de notoriété publique que nous bénéficions d'un fort taux de sympathie », personnel pénitentiaire, transports publics. Le FN envisage ensuite de mettre sa logistique au service « des salariés des secteurs les plus touchés par l'immigration et les licenciements ». Selon Philippe Olivier, des « métallurgistes de l'est de la France » viennent ainsi lui demander de les mettre en contact avec d'autres en vue de créer une structure syndicale proche du Front...

 

 

Depuis un an, quatre syndicats FN ont été créés dans la police, le pénitentiaire et les transports (lire repères ci-contre). Celui apparu sous le nom de FN-RATP a été dissous avant de réapparaître sous l'appellation Force nationale transports en commun.

 

 

Assistance juridique aux associations

 

 

Dans l'enseignement, le MEN (Mouvement pour un enseignement national) envisage d'évoluer vers une structure syndicale d'ici un ou deux ans. « Du côté des parents d'élèves, nous incitons nos sympathisants à entrer dans les structures existantes ou bien nous leur fournirons l'assistance juridique pour former leurs propres associations », indique le FN.

 

 

Le parti d'extrême droite se défend de susciter la création de syndicats ou d'associations. Si ces événements ne lui échappent pas, il feint cependant de ne pas en être l'instigateur. « Notre parti ne donne pas des ordres, affirme Philippe Olivier. Si on avait dit aux personnels pénitentiaires ou de la police que nous ne voulions pas qu'ils créent leurs syndicats, ils l'auraient fait quand même. »

 

 

Symbole de l'activisme tous azimuts du FN dans le champ social, Jean-Marie Le Pen a lancé, lundi 4 novembre, les opérations de distribution de repas chauds en île-de-France sous la houlette du pasteur Blanchard. Passé par tous les mouvements d'extrême gauche dans les années 60-70, Jean-Pierre Blanchard, devenu pasteur d'une des nombreuses et très conservatrices Eglises protestantes américaines, pratique une charité fondée sur « la préférence nationale ».

 

 

Réorientation en faveur des classes populaires

 

 

Des syndicats à la soupe populaire en passant par les offices HLM, où le FN a aussi créé en direct sa propre association, « FN locataires », avec l'objectif d'être présent d'ici à trois ans dans les 600 offices HLM, le parti d'extrême droite entend donc fortement « occuper le terrain social », comme l'a rappelé en octobre Bruno Mégret.

 

 

Le délégué général du FN a fini par convaincre Jean-Marie Le Pen de la nécessité de réorienter le discours du FN en direction des classes populaires qui votent désormais majoritairement pour lui. Lors de son discours prononcé le 1er mai 1996 à Paris, le chef du Front national n'avait pas hésité à décerner un surprenant coup de chapeau au mouvement social : « Il convient de saluer ici la longue lutte des travailleurs et des syndicats pour plus de justice, plus de sécurité, plus de liberté dans le travail. » Une déclaration qu'il faut lire à la lumière de cet autre extrait de son discours : il y a un « complot mondialiste » à « tonalité maçonnique » qui vise à « détruire les nations » et à « transformer le système libéral en système communiste mondial ».

 

 

A la suite du mouvement de décembre 1995, Bruno Mégret déclarait aussi dans La Croix du 10 avril : « Je pense que s'il n'y avait pas eu l'encadrement artificiel des syndicats politisés, notre place aurait été à côté des manifestants. »

 

Resté sur le fond de ses propositions très inégalitaires (contre la progressivité de l'impôt, pour la suppression des différents régimes actuels de Sécurité sociale), le parti d'extrême droite continue inexorablement de faire porter à l'immigration la responsabilité de la crise économique.

 

 

 

Et vient de rentrer dans une opposition frontale avec les grands syndicats qualifiés de « bande des cinq ». « Si les tribunaux soutiennent la logique liberticide, cela ne fera que retarder l'explosion générale », prévient Philippe Olivier en défendant les syndicats issus du FN. Le parti de J.-M. Le Pen sait désormais qu'il joue son avenir sur le terrain social.

 

 

 

UNE CASCADE DE PROCES

 

 

 

La semaine sera chaude pour les syndicats du FN traînés devant les tribunaux par d'autres organisations qui leur contestent tout caractère syndical. Dans d'autres cas, ce sont les syndicats FN qui se portent en justice.

 

 

 

Mardi 19 novembre. Audience devant le tribunal de Montpellier. Plusieurs syndicats, dont la FSU, ont introduit une action en justice visant à contester le caractère syndical du Front national pénitentiaire.

 

 

 

Jeudi 21 novembre. Le tribunal d'Evry, saisi par la FASP et la CGT-police, se penchera sur la légalité du Front national de la police.

 

 

 

 

Lundi 25 novembre. Prévue lundi 18 novembre, l'audience du tribunal de Paris qui devait se prononcer sur le recours de Force nationale transport pour faire reconnaître juridiquement sa représentativité syndicale a été reportée d'une semaine à la demande de la RATP.

 

 

 

MARTINAT Philippe
 
 
 
 
 

Article la Croix 2.jpg

 

10:10 Publié dans Biographie | Lien permanent | Commentaires (0)

30/10/2018

Le CSA:

 

 

 Nouveau gendarme de la liberté d’expression ?

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

La mission première du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) est de « garantir la liberté de communication audiovisuelle ». Pourtant, l’autorité de régulation présidée par Olivier Schrameck semble s’être attribué un nouveau rôle : celui de gendarme du bon goût et de la liberté d’expression. En effet, les récentes sanctions infligées à l’émission « Touche pas à mon poste » constituent un précédent dangereux qui dénote une volonté de contrôle sur les pensées et rires des Français. Une évolution particulièrement inquiétante !

 

 

 

 

 

Dans une décision du 7 juin 2017, le CSA a décidé de taper fort contre « TPMP », l’émission de C8 produite et présentée par Cyril Hanouna : pendant trois semaines, l’émission moteur de C8 est interdite de publicité, ainsi que quinze minutes avant et après sa diffusion, en réponse à deux séquences qui ont choqué les sages de l’audiovisuel français.

 

 

 

 

 

 

À chaque fois, il s’agit d’une blague, pas spécialement drôle, visant à piéger un membre de l’équipe. On a fait croire au premier qu’il devait s’accuser de l’homicide accidentel d’un individu après une fausse dispute et le second a été victime d’un geste déplacé.

 

 

 
Deux happenings d’un goût douteux qui ont valu à la chaîne de s’attirer les foudres du CSA
 
 
.

 

La sentence est tombée ! Pour ne pas avoir fait rire le CSA, C8 est condamné à se dispenser de près de six millions d’euros de recettes publicitaires ! Une sanction si élevée qu’elle prend à revers la loi de 1986 sur l’audiovisuel qui dispose que « le montant de la sanction pécuniaire doit être fonction de la gravité des manquements commis et en relation avec les avantages tirés du manquement, sans pouvoir excéder 3 % du chiffre d’affaires hors taxes ». En l’espèce, six millions d’euros représentent 4,6 % du chiffre d’affaires de la chaîne. Le CSA aurait-il mal pris les moqueries adressées par le trublion du PAF au cours des dernières semaines ?

 

 

 

L’humour devient un exercice à risque.

 

 

 

 

Depuis quelque temps déjà, le CSA n’hésite plus à sortir les griffes et fustiger les auteurs des blagues et canulars qui ne le font pas rire. Une blague ratée et le CSA sévit ! Ainsi, l’émission de radio de Cauet sur NRJ a été mise en demeure, il y a un an, pour des propos « graveleux », censés être drôles. Pire : Nicolas Bedos a ému le CSA parce qu’il a laissé croire pendant quelques minutes qu’il avait entretenu une relation avec Valérie Trierweiler.

 

 

 

 

Et même le Web est désormais dans le viseur du CSA, qui envisagerait des sanctions contre le programme « Recettes Pompettes » diffusé sur YouTube. Pas assez drôle, pas assez moral : le CSA ne se retient plus pour démonter les programmes qui lui déplaisent, et ce, même s’ils ne se rendent coupables de rien sur le plan juridique.

 

 

 

 

La liberté d’expression devient accessoire devant le CSA. Et si rien n’est fait, les humoristes seront bientôt contraints d’envoyer leur script à M. Schrameck pour validation avant de pouvoir s’exprimer à l’antenne.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:56 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

26/10/2018

Maraude du 25/ 10 /2018..........