Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2019

Jean-Pierre Blanchard : 45 ans de combat contre la précarité:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les éditions Dualpha, toujours à la pointe du combat culturel, continuent leurs politiques éditoriales audacieuses qui bousculent plus que jamais le « prêt-à-penser » du conformisme intellectuel.

 

 

Ainsi, sont parus récemment plusieurs livres importants de Jean-Pierre Blanchard… Des réflexions et des témoignages exceptionnels pour comprendre notre époque terriblement anxiogène (crise économique, « dégagisme » politique, attentats islamistes, dérèglement climatique, etc.)…

 

 

 

L’Alternative holiste ou la grande révolte antimoderne – Jean-Pierre Blanchard (éditions Dualpha, 160 p. – 21 euros)

 

Les multiples affrontements qui ont ensanglanté l’histoire de la planète depuis la Ire Guerre mondiale s’ordonnent presque tous autour du conflit central qui oppose partisans et adversaires de la modernité. Les adversaires de la modernité ne s’affichent pas comme tels. La grande révolte antioccidentale est donc d’abord une révolte antimoderne. Elle s’achève aujourd’hui avec l’islamisme, dernier mouvement de retour au passé, montrant que la forme holiste de refus de la modernité est un enjeu mondial du IIIe millénaire.

 

 

 

 

 

 

Martin Heidegger philosophe incorrect – Jean-Pierre Blanchard (éditions Dualpha, 222 p. – 25 euros)

 

Martin Heidegger ou l’introduction d’un socialisme national (de mode barrésien) dans la philosophie : nul ne songe à contester l’apport fondamental de Martin Heidegger dans le champ de la philosophe, s’inscrivant dans la lignée de la révolution conservatrice. En participant à la révolution conservatrice, en se posant comme guide spirituel, il n’a fait qu’enrichir la philosophie, la libérer des contraintes du monde moderne. Faire connaitre cette démarche, est donc une tâche urgente de libération.

 

 

 

 

 

 

 

Aux sources du national-populisme : Maurice Barrès et Georges Sorel – Jean-Pierre Blanchard (éditions Dualpha, 200 p. – 25 euros)

 

Au tournant du XXe siècle, Maurice Barrès et Georges Sorel ont travaillé à édifier une autre modernité ; s’opposant au monde moderne, ils ont constitué une argumentation novatrice qui trouve sa force dans la cohérence interne de leurs principes.

 

 

C’est avec Barrès et Sorel que se fait la synthèse du socialisme national : l’objectif de ce livre est de faire connaître la source de cette famille politique afin que l’homme du XXIe siècle puisse se libérer de l’univers glacé de notre décadente société dans l’espoir que s’ouvre un Nouvel Âge, nous permettant de redevenir maître de notre destin, sinon de notre avenir…

 

 

 

 

 

 

 

 

Mythes et races. Précis de sociologie identitaire – Jean-Pierre Blanchard, préface de Philippe Gautier (éditions Dualpha, 190 p. – 25 euros)

 

Ce livre est le diagnostique d’une épidémie qui continue de s’étendre, de s’aggraver avec le flot de migrants majoritairement musulmans. Cette étude psychologique montre qu’aucune société n’est égalitaire : des différences fondamentales existent entre individus, sexes, coutumes, races.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui est le Pasteur Blanchard ?

 

 

 

Depuis des années, le Pasteur Blanchard se dévoue corps et âmes pour soulager la misère en Île-de-France. De la Cité de refuge de l’Armée du Salut dans les années 70, à l’actuelle présidence de l’Action Sociale Populaire (ASP), en passant par les médiatiques « soupes de la Gare Saint-Lazare » dans les années 90, il aura été de tous les combats contre la précarité.

 

 

Le combat continue depuis 2006 par le biais de maraudes organisées par l’ASP dans les rues de Paris. Une équipe soudée qui ont foi en l’engagement caritatif du Pasteur et de son épouse Catherine qui anime les activités de l’association. Depuis 2008, les actions ont été élargie à la visite de personnes âgées et en 2011 à l’aide de familles de patriotes défavorisés.

 

 

Comment peut-on les aider ?

 

 

Par vos dons en argent CCP : 601 0275 Y 033 (délivrance de reçus fiscaux) ou matériels, duvets, couvertures, vêtements.

Contact :

 

 

Adresse postale : ASP BP7 91201 Athis-Mons Cedex

Téléphone : o6 74 03 18 15

Messagerie:  simonnot.fn@gmail.com

 

 

 
 

09:30 Publié dans Biographie | Lien permanent | Commentaires (0)

18/01/2019

Thierry AURIAT, membre fondateur, coordinateur général de l’ASP mis à l’honneur:

 

 

 

Thierry 1.JPG

 

 

 

Après une longue et brillante carrière à la RATP, notre coordinateur général a été mis à l’honneur, lors de la cérémonie pour sa retraite. Il fut le tout premier en 2005 à nous rejoindre, depuis il est devenue un pilier, toute l’équipe le remercie pour son engagement, pour ceux qui veulent en savoir plus sur lui, voir son CV ci-joint.

 

           

           Pasteur BLANCHARD                                                 

            Président    

 

            Catherine BLANCHARD                  

            Vice - Présidente 

 

          Alexandre SIMONNOT                                                                                                  

            Secrétaire-général                                                    

                                                                                                                                                            

 

Thierry 2.JPG

  

 

Préparation discours médailles IMB 12/2018 :

 

 

 

Thierry AURIAT : Son parcours Pro :

 

 

 

- 1982 à 1985 Ecole technique de la RATP à Mozart et Noisiel – Diplômes obtenus CAP Electrotechnicien et CAP Electronicien.

 

 

 

1985 à 1986 .Débute au Service Télécom comme Mainteneur sur les PILI (Plan Indicateur Lumineux d'Itinéraire, œuvre de l'artiste français Philippe Favier) à l’attachement Michel Bizot -Paris 12°.

 

 

  1986 à 1992 : Mobilité à ST /DLT dans le domaine de la maintenance Téléphonie / Alarme technique / Alarme Traction sur tous les sites bâtiment, métro ,RER. 

 

 

 1992 à 2009 Suite à la réorganisation SIT il rejoint SIT/IET/ULT Nord à Nogent comme mainteneur informatique Bureautique / Téléphonie.

 

 

  2009 à 2010 : Technicien Système Informatique IET à l’ULT IMB à Bry sur Marne. - 2012 à 2015 : Technicien système informatique à l’ULT IMB à Caumartin sur les sites des Gares et Stations métro RER.

 

 

 

 06/2014 : Passage Maîtrise - 2015 à 2017 : Technicien Supérieur Système Informatique à l’ULT IMB à Bry sur Marne

 

 

 

 2017 à ce jour : Technicien Supérieur Système Informatique à l’ULT IMB à Maille Nord - Actuellement en CET en attendant d’être administrativement à la retraite en mars 2020.

 

 

 Ses passions et centres d’intérêts : - Thierry fréquente régulièrement les salles de sport et pratique le bowling - Il est très investit dans une association « Action sociale populaire » dont l’objectif est d’apporter une aide aux « sans abris ». - Durant sa carrière Thierry s’est fortement impliqué dans ses missions de Délégué du Personnel.

 

 

Thierry 3.JPG

16/01/2019

Maraude du 15 /01 /2019..........

 

 

 

15/01/2019

La révolte populiste:

 

 

 

 Contre l’Europe de Macron et Merkel a déjà ses leaders, tous chrétiens.

 

 

Macron-Orban-845x475.jpg

 

 

 

 

 

« Viktor Orbán se pose en recours contre Emmanuel Macron en vue des européennes », s’inquiétait-on dans les colonnes du Monde. Pire, encore, le dirigeant hongrois prévenait les Allemands dans un entretien pour le journal allemand Bild : « Les Allemands en particulier doivent se montrer très attentifs » car « l’idée des Français, fondamentalement, c’est d’imposer un leadership français, tout en le finançant par de l’argent allemand. Je rejette un tel projet. Nous ne voulons pas d’une Union dirigée par la France. »

 

 

 

À force de donner des leçons de morale à droite et à gauche, le Président français est devenu, comme Merkel, l’homme à abattre, et on le sait lui aussi en situation de faiblesse. Sur la chancelière allemande, le Premier ministre hongrois a dit aux journalistes du Bild que s’il avait lui-même la même politique des réfugiés qu’elle, ses concitoyens le mettraient à la porte le jour-même. Il a remis le couvert le lendemain, c’est-à-dire le 28 juillet, devant les Hongrois de Roumanie en critiquant le manque de démocratie en Europe de l’Ouest, où la liberté d’expression est toujours plus restreinte.

 

 

 

À cette Europe post-soixante-huitarde, Viktor Orbán oppose la nouvelle génération, à laquelle Emmanuel Macron n’appartient que par l’âge biologique, mais pas par l’esprit : « La génération anticommuniste, chrétiennement engagée, de sensibilité nationale arrive maintenant dans la politique européenne. Il y a trente ans, nous croyions encore que l’Europe était notre avenir. Nous croyons aujourd’hui que c’est nous qui sommes l’avenir de l’Europe. »

 

 

 

Orbán promet, dans un premier temps, une vague populiste aux élections au Parlement européen de mai qui permettra de nommer une Commission européenne moins partiale, moins engagée aux côtés des libéraux-libertaires. « L’élite européenne a fait faillite, et le symbole de cette faillite est la Commission européenne. C’est une mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle, c’est que les jours de cette Commission sont comptés », a-t-il promis.

 

 

 

Matteo Salvini, catholique pratiquant comme Orbán est calviniste pratiquant, a l’ambition de fédérer les populismes en Europe, de créer « une Ligue des Ligues » pour répéter ailleurs son succès en Italie. Il adopte les mêmes accents que le Premier ministre hongrois et que les dirigeants polonais quand il dit, dans une interview publiée le 28 juillet, qu’« un pays qui ne fait pas d’enfants est destiné à mourir » et que la trop faible natalité sert « d’excuse » à la gauche pour « importer des immigrants ».

 

 

 

Et le ministre de la Famille Lorenzo Fontana, qui appartient aussi à la Ligue de Salvini et est lui aussi catholique pratiquant, d’annoncer des mesures en faveur de la natalité qui ressemblent fort à ce qui se fait en Pologne et en Hongrie, y compris dans le but de réduire le nombre d’avortements. Fontana souligne d’ailleurs, à l’opposé de ce qui existe depuis peu en France, qu’il est le ministre de LA Famille et non pas DES Familles : son rôle est de promouvoir la famille avec un père, une mère et des enfants.

 

 

Steve Bannon, l’ancien rédacteur en chef de Breitbart – également catholique pratiquant – censé avoir fortement contribué à la victoire du populiste Donald Trump aux États-Unis, se voit en Soros de droite et a annoncé, dans le Daily Beast, la création de sa fondation, The Movement, pour contribuer à la révolte populiste à travers tout le continent contre l’imposition par les élites sorosiennes d’une société sans frontières multiculturelle et libérale-libertaire. Il expliquait, le 20 juillet : « Je n’avais pas eu cette idée jusqu’à ce que Marine Le Pen m’invite à prendre la parole à Lille au Front national. Je lui ai dit : que voulez-vous que je dise ? » Et Marine Le Pen lui aurait alors répondu : « Tout ce que vous avez à dire, c’est que nous ne sommes pas seuls. »

 

 

 
 

10:13 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

11/01/2019

Maraude du 10/01/2019..........

 

 

08/01/2019

La télévision est-elle totalitaire ?

 

 

 

night-television-tv-theme-machines-845x475.jpg

 

 

 

À l’heure où Laurent Ruquier, Nagui et Cyril Hanouna font la pluie et le beau temps à la télévision, il convient de s’interroger sur ce qu’elle revêt intrinsèquement. Et sur ce que véhiculent ses programmes le plus souvent délétères.

 

 

 

La télévision n’est pas neutre. Instrument d’aliénation des masses, elle nivelle les individus-téléspectateurs-consommateurs. D’ailleurs, les Français ne sont pas dupes. Un paradoxe existe à cet égard : plus ils la regardent, plus ils la stigmatisent. Plus ils vitupèrent contre elle, plus ils s’en montrent mécontents. Cette schizophrénie s’explique par le pouvoir d’attraction ensorcelant de la télévision.

 

 

Jacques Ellul a pu écrire : « La télévision satisfait, et pourquoi chercher plus loin ? J’ai vu l’objet lui-même. L’en soi. Cette mutation s’effectue par la transformation radicale de voir en vision. On visionne un film. Ce n’est plus l’appréhension de l’objet, de la réalité par ma propre vue, mais d’une image de cette réalité, vue par un autre, codée par un autre, et qui m’est proposée, simple image sans consistance, que ma vue fait prendre pour la réalité elle-même. » La télévision se transforme en une vision de la télé. Nous ne regardons plus la télévision, c’est la télévision qui finit par nous regarder. L’œil agit avant le cerveau. Orwell évoquait déjà les « télécrans » dans 1984. Le totalitarisme pointe son nez.

 

 

 

La télévision engendre des pathologies chez les enfants qui la regardent avec assiduité : chute constante du niveau scolaire, augmentation des homicides et suicides, troubles physiques et psychologiques. En effet, la télévision a remplacé l’éducation et l’école. L’individualisme fait alors des ravages. Les enfants passent une cinquantaine d’heures par semaine à la regarder ou à jouer à des jeux vidéo. Des centaines d’enquêtes prouvent que les enfants qui regardent beaucoup la télévision sont nettement plus agressifs que ceux qui la regardent peu.

 

 

 

Il est indispensable de s’inscrire en faux contre l’idée fortement répandue – notamment par les patrons de chaîne – « qu’il faut offrir aux gens ce qu’ils attendent », comme s’ils pouvaient savoir ce que les gens veulent voir en s’appuyant sur l’Audimat®. Les gens peuvent avoir un désir de s’élever en se divertissant.

 

 

 

Une télévision populaire de qualité pourrait accompagner la mission que doit s’assigner le service public. Ainsi, la télévision doit avoir un code éthique et déontologique qui permette d’apprécier sa juste place dans la société, ainsi que la valeur de ses programmes. Karl Popper et Jean Baudouin ont pu écrire à ce sujet : « Entre l’hypothèse obsolète d’un monopole étatique de la radio-télévision et le scénario actuel de la privatisation et de la concurrence sauvage, il y a peut-être place pour une solution intermédiaire : la création d’un ordre corporatif délivrant des permis de téléviser et pouvant à tout moment retirer les licences accordées. Ni le tout-État, ni le tout-marché. » Mais pour cela, il faut que les téléspectateurs regardent la télévision en s’imposant des limites afin d’échapper à son emprise. Une nécessaire prise de conscience difficile à imaginer. Et pourtant…

09:44 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2)

04/01/2019

Maraude du 03/01/2018..........

 

 

01/01/2019

Il est temps de juger les juges !

 

 

 

 

 
 
 

law_justice_court_judge_legal_lawyer_crime_symbol-839873.jpgd_-845x475.jpeg

 
 
 
 

L’affaire Outreau a mis en lumière l’impact dramatique d’une erreur judiciaire. Dans ce cas précis, c’est la médiatisation de l’affaire et la présence de ténors du barreau qui ont permis l’ouverture d’une enquête parlementaire. Mais combien d’autres affaires ont vu la condamnation d’innocents ou le classement sans suite d’affaires impliquant la responsabilité évidente de magistrats, ces derniers bénéficiant du corporatisme de leurs pairs, l’institution judiciaire se contentant de laver le linge sale en famille. Récemment, encore, un juge d’instruction de Nanterre, poursuivi pour avoir pourtant commis un faux évident, a bénéficié d’un non-lieu.

 

 


 
Un homme politique, un militaire en zone de combat, un policier ou un avocat encourent tous différents types de responsabilités.

 

 


 
Prenons l’exemple de l’avocat, affublé de manière méprisante du qualificatif « d’auxiliaire de justice ». Ce dernier engage sa responsabilité professionnelle civile vis-à-vis de ses clients, déontologique vis-à-vis de ses confrères et pénale dans l’exercice difficile de sa profession qui le place au cœur de secrets et de confidences (obligation de dénoncer son client ou agissements dont il a connaissance). Et il n’est pas rare de voir des juges d’instruction essayer de déstabiliser la défense en s’en prenant à l’avocat.

 

 


 
Il en est de même pour le policier ou le militaire en opérations qui agissent souvent avec des ordres flous de leur hiérarchie et qui serviront de fusible au moindre dérapage.

 

 


 
Le magistrat ne sera jamais responsable que vis-à-vis de sa hiérarchie, contrairement à l’avocat qui, s’il est jugé en première instance pour les fautes disciplinaires par des confrères, sera jugé en appel par des magistrats professionnels. La responsabilité des magistrats qui ont commis une faute personnelle se rattachant au service public de la Justice ne peut être engagée que sur l’action récursoire de l’État. Toutefois, l’action récursoire de l’État à l’encontre d’un magistrat ayant commis une faute personnelle se rattachant au service public de la Justice n’a jamais été mise en œuvre.

 


 
S’il place en détention provisoire de manière abusive un innocent, c’est, le cas échéant, l’agent judiciaire de l’État qui paiera avec les deniers public, c’est-à-dire avec votre argent.

 


 
On entend bien l’argument a contrario qui consiste à dire qu’une telle responsabilité fragiliserait les décisions de Justice et ferait peser une épée de Damoclès au-dessus de la tête des juges. Mais cela signifie que les juges seraient les seuls à échapper à un véritable contre-pouvoir à l’heure ou la Justice est décriée. Or, nous ne sommes pas devant la justice divine mais devant une justice humaine imparfaite, par définition, où tout parti pris, négligence ou passion sont par définition inacceptables.

 


 
C’est la raison pour laquelle une véritable réforme judiciaire digne de ce nom doit envisager une telle responsabilité pénale et civile des magistrats pour des actes graves.

 

 

Certes, la loi organique du 22 juillet 2010 a fixé les conditions dans lesquelles les plaintes des justiciables sont examinées contre les juges présumés fautifs.

 

 

Cependant, d’une part, cette responsabilité est cantonnée au domaine disciplinaire alors qu’elle devrait être étendue aux domaines pénal et civil et, d’autre part, en quatre ans, 1.278 dossiers ont été enregistrés, dont seulement 29 ont été déclarés recevables, soit 2,25 %. Surtout, la composition du Conseil supérieur de la magistrature, une fois passé le filtre de la commission d’admission des requêtes, prise en sa formation disciplinaire, comprend majoritairement des magistrats, même si on y trouve également quelques personnalités nommées par les présidents de la République, du Sénat et de l’Assemblée nationale.

 

 


 
Il convient donc que les juges ne soient pas jugés par d’autres juges pour les affaires pénales et civiles commises dans l’exercice de leurs fonctions.

 

 


 
C’est la raison pour laquelle il conviendrait de créer une commission tripartite pour juger les juges pour les faits les plus graves, commission qui serait composée d’avocats, de juges et de citoyens, à l’image des jurés, pour exercer un véritable contre-pouvoir et éviter cet incroyable corporatisme et ce sentiment d’impunité qui place les juges au-dessus des lois.

 

 

10:29 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (1)

28/12/2018

Catherine: la mascotte de l'ASP:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis les origines de l'association, Catherine, la femme du Pasteur, par sa gentillesse, sa disponibilité, son sens de l'écoute, sa générosité, joue un rôle fondamental au sein de notre association.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui, de l'équipe, un jour de grande solitude, n'a pas apprécié son sens de l'hospitalité du gîte et du couvert ? Sa présence à nos maraudes et efficace et rassurante, discrète mais efficace elle est un élément décisif de nos actions. Elle est aimée par tous les membres de l'ASP, mais aussi par tous ceux qui ont de prés ou de loin à faire avec notre association. Tous nous lui sommes reconnaissants de son investissement, sans lequel nous n'aurions certainement pas réussi : on peut dire qu'elle est la mascotte de l'ASP.

 

 

 

 

                                      

 

             

 

 

    Alexandre SIMONNOT, Secrétaire-général de l'ASP

 
 
 

26/12/2018

FROID !!!

 

 

 

 

3822285443.jpg