Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2019

Pré-maraude du 20 / 08 / 2019..............

 

 

 

 

 

20/08/2019

Lois mémorielles :

 

 

 

 

 Un exemple flagrant de deux poids deux mesures

 
 

 

 

unnamed-1-845x456 (1).jpg

 

 

 

 

Un hommage vient d’être rendu, dans l’auditorium des Invalides, à Hamlaoui Mekachera, qui fut secrétaire d’État, puis ministre délégué aux Anciens Combattants auprès du ministre de la Défense entre 2002 et 2007. C’est à la Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie que l’on doit cette manifestation symbolique. Elle me conduit, à nouveau, à la réflexion sur les lois mémorielles qui sont, hélas, dans leur disparité de traitement, une preuve évidente du déséquilibre entre la gauche et la droite. La France est, intellectuellement, idéologiquement sinistrée.

 

 

 

La comparaison entre deux lois mémorielles en fait la démonstration. La première est celle que l’on doit à Mme Taubira : la loi du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité. La seconde est celle du 23 février 2005 portant reconnaissance de la nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés, dont j’avais activement soutenu l’élaboration et le vote. C’est M. Mekachera qui la présentait au Parlement.

 

 

 

 

J’avais enrichi l’article 4 de cette dernière loi de deux amendements qui aboutissaient à cette rédaction : « Les programmes de recherche universitaire accordent à l’histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu’elle mérite », ce qui ne pouvait gêner personne, puis « Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit ». Ce texte fut voté trois fois à l’Assemblée, et une fois au Sénat, et pourtant, il ne figure plus dans la loi. Avec un retard et par une procédure inhabituels, le Président Chirac le fit soumettre au Conseil constitutionnel, qui le censura. Alors que personne, dans l’opposition, n’avait émis la moindre critique pendant la procédure législative normale, une polémique fut soulevée par des historiens qui estimaient que le Parlement n’avait pas à dicter une histoire officielle. Le Parti socialiste se réveilla alors et déposa une proposition de loi d’abrogation, en justifiant notamment sa démarche par des considérations diplomatiques. Le pouvoir algérien n’avait pas aimé un texte qui remettait en cause les « horreurs » de la colonisation sur lesquelles il assoit sa légitimité historique. Le Parti socialiste avait saisi l’intérêt de s’appuyer sur les minorités d’origine étrangère dans certaines circonscriptions pour conquérir le pouvoir. C’est ce qui explique le troisième vote à l’Assemblée où la proposition de loi socialiste fut repoussée par 183 voix contre 94.

 

 

 

 

Le Parlement n’a pas à écrire l’Histoire. Il n’a pas à édicter des règles sur le contenu des manuels scolaires, car ceci est réglementaire, dépend de l’administration aux ordres du gouvernement et non du pouvoir législatif. Il n’a pas à voter des textes purement déclaratifs et qui ne sont pas des lois normatives. On peut admettre ces arguments. Mais il n’était pas anormal, dans un texte de reconnaissance envers les rapatriés, que l’on demande à l’enseignement scolaire de ne pas oublier ce que la France leur devait outre-mer, par exemple sur le plan médical. Lorsqu’un candidat à la présidence, élu ensuite, va parler de la colonisation comme un crime contre l’humanité, dans une ancienne colonie, on perçoit le déséquilibre injurieux à l’encontre des rapatriés qui règne dans notre pays.

 

 

 

 

Mais c’est la comparaison avec la loi Taubira sur l’esclavage qui est scandaleuse. Cette loi subsiste comme un tabou vénéré, alors qu’elle cumule tous les défauts. D’abord, et les historiens l’ont souligné, elle limite la traite et l’esclavage aux seules puissances occidentales dans l’Atlantique et l’océan Indien, et en évitant la Méditerranée et la capture d’esclaves chrétiens par les Barbaresques d’Alger ou de Tripoli. Ensuite, elle introduit un crime contre l’humanité par une loi rétroactive, ce qui suscite la réprobation des juristes sérieux puisque c’est parfaitement anticonstitutionnel. Encore, elle ouvre une suite pénale en limitant un peu plus la liberté d’expression encadrée par la loi de 1881. Un spécialiste de la question, M. Pétré-Grenouilleau, avait subi un dépôt de plainte, heureusement retirée. Enfin, elle intervient sur le contenu des programmes scolaires qui doivent évoquer l’esclavage.

 

 

09:14 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

16/08/2019

LES MEMBRES FONDATEURS DE l'ASP...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oscar  Wesley

 

 

 

 

Il fût un temps, ceux de nos débuts à la Cité du Refuge de l'Armée du Salut, au bon vieux temps de notre jeunesse, époque inoubliable, où être un travailleur social professionnel était une vocation et une véritable aventure humaine. Depuis, la machine administrative a éteint cette flamme en fonctionnarisant le secteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est par l'intermédiaire du blog, qu'après des décennies, nous nous sommes retrouvés. Ce qu'il y a de paradoxal dans ces retrouvailles, c’est que ce fut par l'intermédiaire d'un de nos ancien collègue, aux idées d'extrême gauche, qui, voulant dénoncer mon parcours, a permis notre rencontre. Il ignorait en effet que Oscar partageait mes valeurs, le même amour pour la France. Depuis, Oscar est de toutes nos actions, mais surtout là où il s'avère le plus utile : pour trouver de solutions à tous ceux qui font appel à nos services, afin de régler des problèmes d'hébergement ou d'orientation. Le fait qu'il soit un professionnel en activité est pour nous une aide précieuse. 

 

 

 

Pasteur  Blanchard   

 
 

13/08/2019

Il faut savoir écrire pour trouver du boulot ? Cé pa fo:

 

 

 

 

 

fountain-pen-447576_960_720-845x475.jpg

 

 

 

Alors, c’est comme ça : il faudrait une bonne orthographe pour trouver un bon job ? Non mais, allô, quoi ! C’est quoi, ce monde rétrograde aux vieilles lunes fascisantes ! Les txt et les QCM, cé kan mm pas fait pr les chiens !

 

 

C’est « l’autre » information qui fait l’actualité : dans l’air du jour, il y a l’antisémitisme ET l’orthographe. Comprenez celle, désastreuse, de la grande majorité de nos concitoyens, lesquels sont à 20 % « en situation d’illettrisme », rappelons-le. Alors, entre rien du tout et pas grand-chose, ça fait beaucoup de monde, forcément…

 

 

Et, comme toujours, on découvre l’eau tiède. Révélation du jour : un employeur emploiera de préférence un employé qui écrit

 

correctement la langue de son pays. Ouhhhh, ça c’est une info, coco !

 

 

Notez bien, voilà quelques années qu’on tire la sonnette d’alarme. Sans succès, sinon pour les entreprises qui font commerce des stages et autres remises à niveau à la sortie des écoles ou au boulot, histoire de combler les lacunes en forme de gouffre creusées dans les cerveaux par l’Éducation nationale.

 

 

Je retrouve, ainsi, les résultats d’une étude de 2015 : « Selon la plus grande base de données concernant l’orthographe et les Français, du collégien au salarié, le niveau a sensiblement baissé entre 2010 et 2015. » Établies à partir du Projet Voltaire, alors « premier service en ligne personnalisé de remise à niveau », les utilisateurs du logiciel maîtrisaient, en 2010, 51 % des 84 règles d’orthographe de référence. En 2015, ils n’étaient plus que 45 % sur un panel de 85.000 personnes. Encore ceux-là étaient-ils conscients de leurs lacunes et volontaires pour l’exercice…

 

 

Le Projet Voltaire annonce, aujourd’hui, 5 millions d’utilisateurs, 3.000 établissements d’enseignement et 1.000 entreprises partenaires. Depuis les classes préparatoires aux grandes écoles en passant par les établissements de prestige jusqu’aux grandes entreprises, c’est la grande foire du rattrapage scolaire.

 

 

Commentaire, en 2015, d’une sociologue : « On n’a jamais autant écrit qu’aujourd’hui, on ne peut plus vivre sans taper sur son clavier. Autrefois, c’était plutôt réservé aux gens instruits. Forcément, on voit plus de fautes. » Analyse bidon. L’année 2014, centenaire de la Grande Guerre, a vu la publication des courriers des poilus. Il faut les lire, comme je lisais, enfant, les cahiers de composition de ma grand-mère… C’est édifiant !

 

 

Aujourd’hui – quelle nouveauté ! –, on s’avise, comme titre le Huff, que « plus qu’une maniaquerie (sic) de recruteur, une orthographe exemplaire est un critère déterminant aux yeux de votre employeur, futur ou présent ». On pourrait ajouter des ongles propres, un langage soutenu et une tenue décente…

 

 

C’est, cette fois, la maison Bescherelle (notre vieil ami à la couverture orange devenu « coach en orthographe ») qui s’est offert un sondage OpinionWay. Conclusion stupéfiante, s’il en est : « Si 52 % des 200 DRH interrogés ont déclaré avoir déjà écarté une candidature à cause de fautes d’orthographe dans le CV ou la lettre de motivation, cela va plus loin qu’un critère de sélection et peut même devenir une entrave à la progression d’un parcours professionnel. »

 

 

Ainsi, « 44 % des DRH reconnaissent que le faible niveau en orthographe d’un collaborateur a pu “susciter des remarques” et 15 % que de telles failles ont pu “freiner une promotion”. Pour pallier les difficultés de certains employés, plus de la moitié des DRH (54 %) seraient prêts à financer des séances de remise à niveau. »

 

 

Merci qui ?

 

 

Merci les méthodes d’enseignement au primaire qui, depuis des décennies, fabriquent des handicapés de l’orthographe et de la grammaire (on en connaît, hélas, parmi les enseignants eux-mêmes !) et nous font, chaque année, reculer dans les classements internationaux… ouvrant ainsi une voie royale au business très florissant de la remise à niveau.

 

 

Encore une fois, cherchez l’erreur…

 
 
 

09:03 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

09/08/2019

Pré-maraude du 8 / 08 / 2019..............

 

 

 

 

 

06/08/2019

Bataille d’idées : la légalisation du cannabis ? Parlons-en !

 

 

 

 

 

 

joint_kindle_grass_cannabis_smoking_marijuana_intoxicant-1194572.jpgd_-845x475.jpeg

 

 

 

 

D’abord, ce rappel : les criminologues n’ont pas à fixer les règles sociales, fussent-elles pénales, ni à distribuer injonctions et leçons de morale. Ils doivent, en revanche, éclairer les débats à thème criminel ; préciser, corriger, fournir des faits de leur compétence ; bien sûr, informer l’opinion.

 

 

Informer : tâche délaissée par les médias « d’information », désormais voués à vanter la merveilleuse mondialisation, le reste étant censuré ou dénoncé comme « fausses nouvelles » et cris de « haine ». Sur l’inepte « haine », d’abord : le criminologue ne « hait » pas plus son sujet d’étude que le biologiste ne « hait » le virus sous son microscope. Car, pour citer le grand écrivain anglais G. K. Chesterton, « le bon soldat ne combat pas par haine de qui est devant lui, mais par amour de ceux qui sont derrière ».

 

 

Passons à la légalisation du cannabis dont, aux États-Unis d’abord, les médias font une panacée : vider les prisons d’anodins fumeurs de joints qui y croupissent ! Les cartels de la drogue au chômage ! Des milliards de taxes pour les États légalisateurs ! Baisse de la criminalité ! La fumette, moins nocive que l’alcool ! Sur le papier, le scénario est alléchant, mais qu’en est-il de la réalité ? Allons voir sur le terrain car, bien sûr, Libé ou Le Monde font silence radio.

 

 

Prisons pleines de fumeurs de joints : quand débute (2013) la campagne pour y légaliser le cannabis, il y a, en Californie, 134.000 détenus, dont 441 pour vente ou possession de cannabis. Idiot, bien sûr – mais est-ce le goulag de masse ?

 

 

Effondrement du crime violent : c’est l’inverse : Alaska, Colorado, Oregon, Washington – les quatre premiers États ayant légalisé le cannabis récréatif – connaissent tous, depuis lors (dit le FBI), une nette augmentation des homicides et vols avec violence.

 

 

Jackpot du cannabis légal taxé : en Californie (sixième État légalisateur du cannabis), il se vend, en 2018, 2,5 milliards de dollars de cannabis légal – 500 millions de moins qu’en 2017, à l’ère du cannabis médical. Sa taxation (de janvier à septembre 2018) rapporte 234 millions de dollars; sur un an, 2,1 % du budget californien (recettes fiscales 2019 : 143 milliards de dollars). Quelle « mine d’or » ?

 

 

Cannabis : de quoi parle-t-on ? Sous le nom de « marijuana », on vend, aux États-Unis, d’anodins vins de table et de violents poisons. Chiffres officiels du Colorado : le cannabis du hippy du coin contient de 10 à 20 % de principe intoxicant (THC, tétrahydrocannabinol). Or, en 2018, les clients exigent du concentrate au taux de THC passé de 57 % (2014) à 69 % (fin 2017). À 70 % de THC, l’ultra-puissant concentrate est un hallucinogène type LSD dont l’usage massif (25 % du marché fin 2017, +100 % sur 2014) compromet la santé publique, la sécurité routière, etc. Fin 2018, au Colorado, 208 McDonald’s, 392 cafés Starbucks et… 491 débits de cannabis – légaux, ou bien ouverts au culot par des narcos, bien sûr.

 

 

Effets sanitaires du cannabis

 


L’agence fédérale Healthcare Research and Quality alerte : en 2006, les urgences psychiatriques signalent 30.000 cas psychotiques post-cannabis ; en 2014, 90 000 – avant que le cannabis ne soit légal dans divers États. Aux États-Unis, en France, les services d’addictologie soulignent de nets risques, d’abord chez les trentenaires, pour usage régulier du cannabis, seul ou (cas fréquent) associé à l’alcool : anxiété, dépressions, voire suicides, accidents vasculaires cérébraux, vomissements, tachycardie, etc.

 

 

 

Fin du narcotrafic ? Là aussi, c’est le contraire. La très agricole Californie exporte 85 % de son cannabis : vers le Mexique (troc marijuana-cocaïne avec les cartels) mais surtout… vers les États américains le prohibant encore. Juteux profits pour les narcos – prix moyen de 500 grammes de cannabis : 1.183 dollars en Californie, 3.044 à Chicago. Ainsi, légalisée ou pas, la « guerre à la drogue » perdure aux États-Unis même.

 

 

Tout ceci, bien sûr, occulté dans Libé et Le Monde – « censure » oblige.

 

 

09:37 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

02/08/2019

LES MEMBRES FONDATEURS DE L'ASP...

 

 

 

 

T 2.jpg

 

 

 

Thierry AURIAT

 

 

 

 

Les débuts de l'association furent héroïques. Nous étions seuls, complètement isolés. Toutes les portes se fermaient devant nous. Nombreux étaient ceux qui pensaient qu'après l'expérience des soupes à St Lazare, je n'avais plus d'avenir. Ce fut une dure traversée du désert. Il est arrivé même que l'on déconseille à des personnes de s'engager dans notre projet, en affirmant que je n'avais aucune chance de sortir la tête de l'eau.

 

 

 

 

 

 

 

T 1.jpg

 

 

C’est à cette époque que j'ai fait la connaissance de Thierry, par l'intermédiaire du Docteur Merlin. Thierry me connaissait de nom depuis l'époque où tous deux nous demeurions à Vitry. Dès notre première rencontre il a accepté de s'engager à nos côtés. Depuis, son soutien à nos actions est total, un dicton dit que c’est dans l'adversité que l'on reconnait ses amis. Je lui voue une éternelle reconnaissance d'avoir été un des rares, à nos débuts alors que tout le monde nous fuyait, à s’être engagé sans la moindre arrière pensée. A cette époque, son chaleureux accueil fut essentiel.

 

 

 

 

 

 Pasteur  Blanchard  

30/07/2019

Les dons aux œuvres : la bourse pour la vie:

 

 

 

 

bares_seem_forex_various_coins_financial_resources_money_capital_coins-1362518-845x475.jpg

 

 

 

 

Des articles, en fin d’année 2018, font état d’une baisse significative des dons aux œuvres, surtout sensible dans deux catégories opposées de la population : les plus riches, d’une part, dont la libération de l’ISF (sauf pour l’immobilier) rend moins utiles les dons partiellement déduits de l’impôt, et les moins aisés, retraités en particulier, qui ne joignent plus les deux bouts avec la stagnation des pensions, l’augmentation de la CSG, les incertitudes du prélèvement à la source et le besoin croissant d’aider enfants et petits-enfants.

 

 

Dans le même temps, nous ne cessons d’être sollicités, pour peu que nous ayons déjà donné à une ou plusieurs œuvres. Elles se passent les adresses ou joignent leur prospectus à des abonnements de journaux. Boîtes aux lettres et messageries débordent de demandes comme si les causes se multipliaient. Beaucoup d’œuvres anciennes, bien connues, religieuses ou laïques, sont vouées à soulager la pauvreté, la détresse matérielle et morale des miséreux, des plus vulnérables, comme les enfants, à veiller sur vieillards et malades que l’État ne suffit pas à prendre en charge dignement ; d’autres, tout aussi anciennes, défendent des populations persécutées pour leurs croyances ou leur origine. Il s’en est peu à peu ajouté qui raffinent dans le segment choisi ou qui, dans la grande détresse du monde et avec la facilité des manipulations financières, se placent dans une position privilégiée pour agir ou prétendre agir (pensons aux catastrophes naturelles). Et tous jouent sur le sentiment de culpabilité que chacun peut éprouver en voyant des malheureux affamés, torturés, abandonnés, mutilés et défigurés par la maladie, surtout quand l’actualité accumule les cas tragiques qui tirent les larmes. Et je passe, sans minimiser leur souffrance, sur les animaux maltraités et abandonnés… À la grande question « Que faire ? » ils nous pressent de répondre par une obole, en vantant la bonté de l’État qui permet de compenser partiellement par un allègement fiscal.

 

 

Or, en un temps où, subissant la rapacité du percepteur, plus la culpabilisation permanente en face des misères des autres continents, constatant des échecs successifs de ces entreprises depuis une cinquantaine d’années, quand en plus toute réussite – en matière de santé, par exemple – laisse aussitôt place à une nouvelle demande, le malheureux sollicité n’en peut plus de porter la misère du monde, d’être en quelque sorte considéré comme un privilégié et de devoir battre sa coulpe. Il se sent floué, lui qui travaille, a travaillé, a vécu du mieux qu’il pouvait, d’être pris comme cible de ces œuvres à l’inaltérable bonne conscience – sauf scandale financier comme pour l’ARC en 1996. Il en veut à l’État prompt à augmenter taxes et impôts, prompt à faire la morale de l’accueil « inconditionnel », qui, dans le même temps, échoue à protéger ses propres citoyens, à traiter correctement ses vieillards, à assurer la sécurité dans les écoles, dans les hôpitaux, les quartiers. Dès lors, il n’a plus envie de sortir le chéquier à tout-va.

 

 

Pour peu qu’il lise que les anciens assujettis à l’ISF, une fois libérés, donnent beaucoup moins et, mieux encore, que 26 milliardaires ont désormais entre leurs mains autant d’argent que la moitié la plus pauvre de l’humanité (selon l’ONG Oxfam), il se demande pourquoi LUI devrait prendre en charge la détresse du monde. Alors, il s’abstient, et a même perdu la possibilité d’une réponse symbolique : à réception de certains courriers de demande, alourdis de petits « cadeaux » non sollicités, bien sûr, mais propres à culpabiliser, il retournait à l’envoyeur l’enveloppe intacte en écrivant au dos : « voir mon percepteur, ou trop d’impôts, trop de sollicitations » ou toute autre formule qui ne fût pas grossière ou insultante. Service gratuit récemment supprimé par La Poste…

 

 

Il ne reste plus qu’à mettre un gilet jaune au portefeuille !

 
 

08:58 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

29/07/2019

Pré-maraude du 25 / 07 / 2019..............

 

 

 

 

23/07/2019

Pour certains, les personnes âgées:

 

 

 

 Seraient donc une trop lourde charge pour la société !

 

 

 

 

 

man-3723548_960_720-845x475.jpg

 

 

 

 

 

 

Paradoxalement, notre société, où quelques pharisiens se glorifient de leur « humanisme », a des tentations mortifères qui font froid dans le dos. Récemment, selon le journal La Croix, une députée écologiste a suscité une polémique aux Pays-Bas en s’interrogeant sur l’opportunité de poursuivre des soins pour les plus de 70 ans. Il ne s’agit pas, bien sûr, de supprimer toutes les personnes qui ne seraient plus considérées comme socialement utiles, mais d’éviter des dépenses trop lourdes – dans l’intérêt de l’ensemble de la population, il va de soi.

 

 

 

 

Ce n’est pas encore le cas en France où, selon une enquête publiée en 2017, 85 % des Français estiment que tout doit être mis en œuvre pour soigner une personne âgée. La plupart n’approuvent pas l’idée que soigner un cancer chez une personne âgée coûterait trop cher à la Sécurité sociale. Mais quand on entend les débats sur la « fin de vie », sur « la mort dans la dignité », quand un écologiste, Michel Sourrouille, estime que « eugénisme à la naissance, euthanasie en fin de vie et même suicide me semblent des choix courageux quand ils sont assumés en toute conscience », on peut se dire que l’opinion majoritaire peut changer avec le temps.

 

 

 

 

L’argument de la députée hollandaise ? « Les gériatres doivent donner leur avis et être écoutés sur la nécessité de certains traitements lourds, opérations cardiaques, nouvelle hanche ou chimiothérapies… » Il paraît évident qu’on ne va pas faire une opération de la hanche à un centenaire, dont l’espérance de vie n’est que de quelques mois, ni lui poser un stimulateur cardiaque. Mais ce sont là des cas extrêmes. Pourquoi le choix de 70 ans, et pas de 75 ou de 65 ans ? Quand on se lance dans ce type de raisonnement, tout devient relatif.

 

 

 

 

Reviennent à l’esprit quelques pages du Courrier d’un biologiste, de Jean Rostand, publié en 1959. Il imagine une société aseptisée de tous ses défauts, de tout ce qui porte atteinte au confort des bien portants. « Quand on aurait pris l’habitude de raréfier les nonagénaires », écrit-il, « les octogénaires seraient jugés fort décrépits, en attendant que ce fussent les septuagénaires… Peu à peu, la mentalité collective, l’optique sociale se modifieraient. Toute déchéance, physique ou morale, entraînerait une réduction du droit de vivre ».

 

 

Il passe en revue les avantages que la société en tirerait : en rendement, en productivité ; en offrant un spectacle plus agréable, « sans grands vieillards, affligeant le regard… ». Puis il conclut : « Cette société, nettoyée et assainie, cette société plus dynamique, plus tonique, plus virile, plus robuste, plus saine et plus agréable à contempler […], je ne suis pas sûr qu’elle mériterait encore d’être appelée humaine. » Il ne reste plus qu’à donner aux vieillards « une sorte de honte à être encore là ».

 

 

 

 

Soixante ans après, cette réflexion sur l’homme de Jean Rostand est d’une brûlante actualité : la société ne s’est-elle pas engagée sur ce chemin ?

 

 

 

 

D’autres voies sont pourtant possibles, qui passent par une véritable politique démographique et familiale, nécessaire pour retrouver l’équilibre des générations. Un changement de mentalité, aussi, pour développer les liens de solidarité. Une conception de la société qui ne soit pas fondée principalement sur le rendement et le profit. Une véritable révolution. Mais cela, ce n’est peut-être désormais qu’une utopie, un phare, dans le lointain, dont la lumière s’éteint peu à peu. Il appartient à tous ceux qui refusent cette perspective d’en entretenir la flamme.

 

 

 

 

 

 

09:10 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)