Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2018

NOS AMIS...

 

 

 

 

1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacques et Anne-Marie:

 

 



 
 

Chaque été, depuis bientôt vingt ans, mon épouse et moi-même allons passer une journée chez Jacques et Anne-Marie à Bécon-les-Bruyères  et cela fait deux années qu'ils nous font l'honneur et la gentillesse de venir à l'assemblée générale de l'ASP.

 

 

 

 

 

En attendant et comme de coutume, la splendide journée passée chez eux le week-end dernier fut un bouquet de rires et de chants, un panaché, bien frais, de discussions savantes et de bons mots. Et, n'oublions pas, bien sûr, le délicieux repas qu'ils avaient préparé. 

 

 

 

 

Dieu fasse que cette joie demeure. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n'est pas d'hier, c'est à l'époque du "Paquebot", du temps de "l'Entraide nationale" et des "Soupes de Nuit à Saint-Lazare" que j'ai rencontré Jacques et Anne-Marie Parizel. Ils venaient trier des vêtements et du linge pour les donner à nos compatriotes dans le besoin. Et réceptionner, trier, ranger vos dons, ce n'est pas une mince affaire, c'est même beaucoup de travail : merci aux amateurs*. Car les maraudes, cela ne s'improvise pas, c'est toute une chaîne.

 

 

 

 

Malgré ma traversée du désert, Jacques et Anne-Marie sont restés de fidèles soutiens. Nous nous sommes pas perdus de vue. 

 

 

 

Dieu fasse que cette amitié demeure.


 

Pasteur   Blanchard

17/07/2018

QUARTIERS AUX MAINS DES DEALERS :

 

 

 

 

 

 LES HABITANTS DOIVENT ÊTRE ENTENDUS

 

 

 

 

 
 
 
 
 

Docteur en droit – Commissaire divisionnaire honoraire
 
 

 

 

 

 

À quelques heures d’intervalle, la presse régionale rendait compte de l’état d’insécurité dans lequel se trouvent un nombre de plus en plus important de nos quartiers. À commencer par Marseille, où un nouveau règlement de comptes, sur fond de trafic de drogue, vient de faire une nouvelle victime. La treizième depuis le début de l’année. Et puis Carpentras où, en pleine journée, des échanges de coups de feu ont retenti, nécessitant l’intervention du RAID. Là encore, un probable « différend » entre dealers.

 

 

 

La presse nationale n’a évidemment pas relayé ces informations, préférant les selfies de notre Président au ski ! Il est vrai qu’au moment où le projet d’Emmanuel Macron sur la « nouvelle » police de sécurité du quotidien s’apprête à être diffusé, il convenait de ne pas inquiéter l’électeur.

 

 

 

Pourtant, le phénomène prend chaque jour de l’ampleur. Solidement installées dans les quartiers de certaines villes qui deviennent des territoires perdus de la République, des bandes de criminels se livrent à tous les trafics et agissent en parfaite impunité, ou presque. À ce point que de nombreux habitants n’en peuvent plus et portent sur la place publique un mal-être qu’il est facile d’imaginer.

 

 

À l’image des résidents d’un quartier HLM de Toulouse, celui des Izards, qui dénoncent être quotidiennement pris en otages par des trafiquants qui dictent leur loi, allant même jusqu’à menacer par voie d’affichage public quiconque tentera de s’opposer à leurs activités criminelles. Ils racontent comment des locataires, à qui, sous peine de représailles, obligation a été faite de laisser les portes de leurs appartements ouvertes, se sont retrouvés, chez eux, nez à nez, avec des dealers qui cherchaient à échapper à la police.

 

 

Comment s’étonner, dans ces conditions, que près de deux Français sur trois (66 %) ne se sentent plus en sécurité nulle part ? Comment ne pas comprendre ce renouveau du sentiment d’insécurité (+7 % depuis juin dernier) qui, amplifié par une menace terroriste diffuse, pourrit la vie d’un nombre croissant de nos concitoyens ? Face à cette situation qui ne peut plus durer, la solution n’est certainement pas dans une nouvelle police pour « bobos » qui, elle, n’en doutons pas, sera largement médiatisée. Il est plus que temps de prendre le taureau par les cornes et de s’attaquer à ceux qui défient les lois de la République et s’en tirent toujours à bon compte.

 

 

 

Pour cela, il faut revenir aux « peines plancher ». Il convient, en effet, que des peines dissuasives écartent pour un temps suffisamment long celles et ceux qui n’hésitent pas à faire régner la terreur dans nos villes.

 

 

 

Il appartient aussi aux juges, à titre de peines principales ou complémentaires, de faire un large usage des interdictions de séjour afin de casser les réseaux qui sévissent aujourd’hui en toute impunité.

 

 

Il faut enfin, pour qu’ils soient entendus, associer les habitants des quartiers concernés aux instances communales de prévention. Ainsi, par tirage au sort, des habitants seraient appelés à participer à des « conseils citoyens de prévention de la délinquance », instances où ils auraient, à parité avec les représentants des collectivités, voix délibératives.

 

 

Il est grand temps, désormais, de redonner, dans le domaine de la lutte contre le crime, la parole au peuple. Première victime, il est normal qu’il puisse participer à sa juste place, à la lutte contre un phénomène que le laxisme politique, qui sévit depuis de trop nombreuses années, a largement favorisé.

 
 
 

09:21 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

13/07/2018

LES MARAUDES DU PASTEUR BLANCHARD:

 

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

    LA LIGUE

                             FRANCILIENNE

 

 

 

 

  Le Réseau Identités en Ile-de-France

 

 

 

 

 

Maraude 1.JPG

 

 

 

 

Le 08 octobre dernier, une nouvelle maraude du pasteur Blanchard, à la rencontre de tous ceux que l’on oublie, que l’on ne voit pas. Tous ceux qui ne seront jamais invités au Petit Journal de Canal+ car pas assez photogéniques.

 

 

Une maraude organisée par le pasteur à la rencontre de ceux qui sont transparents pour notre société, nos intouchables. Une nouvelle traversée de Paris, celle de la misère, femme seule avec enfants dormant par terre, couples dormant par terre, SDF résignés à leur existence et dans l’incapacité de changer leur vie.

 

 

Le pasteur Blanchard dira : « On ne sort pas ou difficilement de la rue. La rue est un monde parallèle, avec ses propres codes, avec ses propres dimensions de temps et d’espace ».

 

 

Nous ferons des rencontres étranges, de celles qui ne peuvent se faire que dans ses moments là. Des travailleurs sans-papiers rencontrés Rue de la Huchette, attristés par le sort des plus pauvres qui nous amèneront nous les damnés jusque dans des recoins de rue pour y apporter un peu de réconfort à ceux qui n’ont rien et qui nous remercierons ensuite de faire ce que nous faisons.

 

 

 

 

 

Maraude 2.JPG

 

 

 

 

 

 

                                                                                        

                                                       

                       

 

 

 

 

                                                                                         

 

 

 

10/07/2018

DES ACCOMMODEMENTS:

 

 

 

 

                     INCOMMODANTS

 

 

 

 

 

voile-islam-musulmanes.jpg

 

 

 

 

Il y a aujourd’hui un parti des étrangers qui cherche, au Canada comme en France ou ailleurs, à détruire nos modes de vie.

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
Professeur de philosophie
 
 
 

 

Le Canada est connu comme le pays des « accommodements raisonnables ». Ce qui signifie qu’il accepte d’adapter certaines règles, légales ou sociales, pour faire place à certains comportements de minorités. Ceci, sous prétexte de lutter contre les discriminations. Plutôt que de demander aux immigrés de s’adapter au pays, on demande à celui-ci de s’adapter aux immigrés. C’est ainsi que l’on peut y voir de nombreuses femmes portant le voile islamique intégral.

 

 

Cependant, le port de ce voile pose un problème quand il s’agit de contrôler l’identité de la personne, dans les transports en commun quand il s’agit de vérifier le bénéficiaire d’un tarif préférentiel, lors du passage d’examens et dans bien d’autres situations où il faut s’assurer que la personne est bien celle qu’elle prétend être. Pour cela, la loi 62 adoptée par le Québec autorise les contrôleurs à demander à la personne voilée de se dévoiler. Il n’en a pas fallu plus pour déclencher les protestations des concernées, une multitude de reportages à charge dans les médias dominants et la furie de la gauche canadienne, notamment dans les autres États du pays. Pourtant, il ne s’agit pas d’interdire le port de ce voile, qui met la femme à l’écart de la société dans l’espace public, mais simplement de permettre de s’assurer de l’identité d’une personne lorsqu’il le faut.

 

 

En s’insurgeant ainsi contre une mesure de bon sens, la gauche québécoise montre son vrai visage, le visage d’une partie de la gauche occidentale. Elle ne veut pas l’émancipation de la femme, sinon elle lutterait contre ce vêtement abject qui fait de la femme une recluse permanente. Elle ne veut pas l’égalité des droits, sinon elle accepterait une mesure qui tend à combattre les détournements de ces droits. Elle ne veut même pas l’émancipation des hommes, sinon elle n’assignerait pas à perpétuité les immigrés à leur culture d’origine. Le surmoi de cette gauche occidentale, c’est la haine de tout ce qui est occidental, une haine de soi. Haine du christianisme, la religion traditionnelle de l’Occident ; haine de son histoire ; haine de sa culture.

 

 

C’est elle qui se manifeste en France quand certains veulent supprimer la croix sur la statue de Jean-Paul II ou interdire les crèches dans les mairies, mais ne s’offusque pas de la « nuit du ramadan » organisée par la mairie de Paris. Elle qui fait demander à des élus de détruire le Sacré-Cœur à Montmartre ou débaptiser le pont Alexandre-III, qui parasite Versailles avec des œuvres absconses d’artistes insignifiants.

 

 

Il y a souvent eu dans notre histoire des partis de l’étranger. La gauche communiste, en France, a été le parti de l’URSS ; une certaine droite a été le parti des États-Unis. Ils voulaient appliquer chez nous des modèles étrangers. Il y a, aujourd’hui, un parti des étrangers qui cherche, au Canada comme en France ou ailleurs, à détruire nos modes de vie.

09:06 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

06/07/2018

PROCES-VERBAL:

 

 

AG 1.jpg

 

 

 

DE LA REUNION DU BUREAU ET CA DE:

 

«L' ACTION SOCIALE & POPULAIRE »   LE 9 JUIN 2018 A PARIS

 

AG 2.jpg

 

 

ORDRE DU JOUR :

 

 

 

 Un regard sur les maraudes par Alexandre SIMONNOT secrétaire général de l’ASP

 

 

 

Alexandre rappelle qu’il a effectué sa première maraude en 2010 avec Marion MARECHAL-LE PEN et que depuis il a dû en faire 30 à 35 autres en compagnie du Pasteur et de Catherine son épouse.

 

 

 

Il rappelle l’importance de ces maraudes dans les rues de Paris à la rencontre de celles et ceux qui n’ont plus rien.

 

 

 

Il rappelle également que gâtés comme nous sommes, donner un peu de temps à nos pauvres ça n’est pas grand-chose mais pour ceux qui n’ont plus rien c’est énorme.

 

 

 

 L’image de l’ASP par Emmanuel HASSID, membre du CA de l’ASP

 

 

 

Notre image est bien sûr excellente.

 

 

Au fil des années l’ASP a acquis une très solide notoriété dans le domaine du social.

 

 

 

Beaucoup de grands organismes caritatifs, bien plus connus que nous, n’ont pas réussi à monter des circuits de maraudes comme les nôtres avec notre régularité et notre implication.

 

 

 

 Bilan de la dernière campagne et devenir de l’Association par le Pasteur BLANCHARD, président de l’ASP

 

 

Nous préparons la prochaine campagne de maraudes.

 

 

Le Pasteur rappelle la grande importance du soutien de nos amis médias (Présent, Radio Courtoisie, ) sans qui personne ne pourrait entendre parler de nous et de nos actions.

 

 

 

Le Pasteur nous encourage à poursuivre l’action.

 

 

 

 Bilan financier par Gaël FOUILLEUL, trésorier de l’ASP

 

 

 

Après plusieurs années de hausse et notamment il ya quelques années, le montant des donations a été divisé de moitié.

 

 

C’est en-dessous de sa moyenne  annuelle  !

 

 

La différence s’explique, d’une part, par l’absence, pour la première fois depuis longtemps, de dons d’au moins 1 000 euros et, d’autre part, par le nombre de donateurs qui diminue légèrement : 72 en 2013, 68 en 2014, 60 en 2015 et 58 en 2016,46 en 2018.

 

 

 

6 – Election du Bureau et du Conseil d’administration de l’ASP

 

 

 

Le Bureau et le CA, cette année à vu un sortant au CA Oscar Wesley, et deux entrées Océane Rocher et Marie Ballée ont été élu, les anciens sont reconduits à l’unanimité des votants

 

 

 

 

L’Assemblée générale se conclue par un mini-concert du Docteur Merlin, et par un air des Noces de Figaro de Mozart, magnifiquement interprété par Annette VENTENAT

 

 

AG 3.jpg

 

 

03/07/2018

Les commémorations, dans leur démesure, nourrissent la jouissance de la terreur:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

suicide-tristesse-solitude-1550x660.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Il nous faut être beaucoup moins démonstratifs, plus recueillis, plus silencieux, plus réservés.

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
Consultant

Docteur en droit

 
 
 
 
 

 

J’ai vu , dans l’érection à Nice des 86 faisceaux lumineux, une force, celle d’un profond humanisme, l’idée, en effet, que l’homme, par-delà cette immonde considération qui veut que tout se réduise à n’être que valeur marchande, reste finalement ce qui prévaut, l’idée que l’homme en tant que tel se tient à la première place de tout. Il y avait dans ces 86 droites ténues montant très haut dans le ciel de la nuit comme autant d’âmes disparues se rejoignant dans une unité mystique, la manifestation de Dieu, la confirmation qu’Il reste en nous, qu’Il est pour toujours notre grand Animateur, qu’Il insuffle encore Son esprit dans nos vies, qu’Il ne nous a jamais quittés, que, contrairement à ce qu’a pu crier le désespéré Nietzsche, Il n’est pas mort. Dans le malheur, Il nous unit. Il attire notre attention sur le fait que nous sommes son immense majorité, ses milliards d’enfants face à une poignée de dégénérés qui nous détestent et détestent donc l’humanité. Il nous fait comprendre, par l’intérêt très fort que nous attachons à la vie face à cette barbarie nouvelle, que nous demeurons encore, quoi qu’on en dise, dans le bon chemin, parce que la vie, justement – nos vies -, c’est à Lui que nous la devons, parce que c’est Lui qui nous la donne, parce qu’Il est Lui-même la vie, l’antithèse de la mort, cette mort qui est la seule obsession de la terreur.

 

 

 

 

 

Nous avons cependant le devoir d’être prudents, le devoir de nous ranger sous la bannière de cette autre valeur qu’Il affectionne tant, je veux dire l’humilité. J’ai peur, en effet (et j’espère que les parents et proches des victimes me comprendront) qu’on n’en fasse trop, qu’il y ait trop de commémorations (puisqu’il y a eu trop de malheurs), trop de cérémonies, trop de remises (toujours justifiées, bien sûr) de Légion d’honneur, trop de discours officiels et non officiels ponctués de larmes compréhensives, d’épanchements, de belles tirades, de chœurs et de musiques tristes… bref, trop de ce que j’ose appeler spectacle.

 

 

 

 

 

Parce que tout cela atteste en définitive, de notre part, une forme de faiblesse. Si nous réagissons tant et avec tant de démesure parfois, c’est bien parce que nous sommes profondément touchés, blessés surtout, désemparés dans notre vie ordinaire, cette vie que nous croyions fondée sur des valeurs que nous jugions, inconsciemment, éternelles. Mais notre désarroi trop exprimé, trop crié, ne peut être alors pour la terreur et ses zélotes qu’une jouissance, celle de profiter de l’intensité qui nous assaille, cette intensité que sa déviance pathologique recherche avant tout. Satan ne vit que du malheur des hommes, n’est-ce pas ?

 

 

 

 

 

Je crois donc vraiment qu’il nous faut être beaucoup moins démonstratifs, plus recueillis, plus silencieux, plus réservés. D’abord, nous serons ainsi plus proches de nos morts et c’est nous, alors, qui serons à même de créer la frustration dans la tête malade des terroristes, qui ne pourront plus se réjouir de nous voir choir piteusement. Je sais bien qu’aujourd’hui, tout est médiatique, que l’image, dans ce qu’elle a d’excessif, passe avant tout. Mais il en va du repos éternel des victimes comme de notre fierté d’être des hommes. Des hommes qui ont la vie pour seule raison d’être, cette vie qui se confond avec dignité.

 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:53 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

29/06/2018

Jean CAU « le cathare »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est le 18 juin 1993, en plein solstice d’été que Jean Cau nous a quitté pour reposer dans sa terre natale de Carcassonne. Il vit le jour à Bram en 1925, dans cette terre dure et âpre du Lauragais qui façonne les hommes à la serpe d’une rudesse proverbiale. Comme beaucoup, les feux de paris l’attirèrent. À 25 ans, après avoir passé sa licence de philo, il partit à la conquête de la ville des prodiges.

 

 

Un drôle de paroissien

 

 

Il va rapidement devenir un des légendaires « paroissiens » du tout Paris existentialiste de Saint-Germain-des Prés. En 1947, Jean-Paul Sartre l’engagea comme secrétaire. Près de celui dont il se dira le « fils indocile », Jean Cau participera pendant neuf années à tous les grands débats de la gauche d’alors. On le trouve aux côtés de Simone de Beauvoir, Jean Genet, au cœur de cette fébrile intelligentsia, où la dialectique n’enlève rien au brillant des débats. Il occupe à cette époque, pour travailler, un miniscule bureau rue Bonaparte. Il se rend souvent au théâtre en compagnie de Simone de Beauvoir pour voir répéter les pièces de Jean-Paul Sartre. Il déclarera plus tard : « Je ne luis dois rien mais je lui dois tout ! », il ajoutera « le secrétaire de Sartre ! Jamais titre ne fut plus cocassement porté, jamais patron semblable ne naîtra sous le soleil ».

 

 

Les Temps Modernes et le Goncourt

 

 

À partir de 1949 il va collaborer à la revue des « temps modernes », il va devenir un écrivain accompli et c’est très justement qu’il recevra en 1961 le prix Goncourt pour son roman La Pitié de Dieu. Comment celui qui avait commencé sa carrière sous les auspices favorables de Jean-Paul Sartre et de France-Observateur [ancêtre du Nouvel Observateur], comment celui qui venait de recevoir le prestigieux prix Goncourt, par un de ces coups de tonnerre, par un courage fou, allait se mettre à dos tout le gratin de la gauche intellectuelle ? Comment Jean Cau est-il devenu un homme de droite ? Lui, aimait à dire qu’il se demandait comment il avait pu être de gauche. Ce paradoxe n’est qu’apparent, en se penchant sur ses racines paysannes et sudistes il affirmait : « c’est moi fils, petit-fils, et arrière petit-fils de serfs qui scande l’éloge de la noblesse ». Ce fut une prise de conscience que de réaliser qu’il appartenait à un autre monde, un monde qui n’était pas gouverné par l’argent, mais par la parole, un monde resté féodal ou seigneurs et serfs étainet précisément du même monde.

 

 

 

L’empreinte de Nietzsche

 

 

 

C’est ce qui le conduira à Nietzsche et à ses affirmations marquées de son sceau « une société inégalitaire produit des élites, une société égalitaire fabrique des malins ». Dès ces premières lignes imprimées, toute la philosophie de Jean Cau y est contenue, et sans qu’il le sache déjà, il ne pouvait pas être de gauche. Ce qu’il reprochera à notre époque est : la lâcheté, la braderie de l’héritage de civilisation légué par nos pères au profit d’un mercantilisme de bas étage, c’est de trahir ce qui a fait notre grandeur et notre force, pire c’est d’en avoir honte et de choisir la voie de l’infantilisation pour fuir les responsabilités. Ce qu’il haïssait le plus dans cette gauche « molle » c’est la légitimation idéologique de l’abaissement.

 

 

 

Retour aux sources

 

 

 

Né sur une terre dure, du côté gris de notre midi qu’il aima avec passion, il fit l’acquisition à deux pas de la mer, d’une bergerie donnant sur l’étang de Bages et de Peyriac de mer qu’il aménagea. On peut voir de ce point de vue imprenable les trains venant de Perpignan qui en rentrant dans Narbonne passe devant la maison de l’autre grand Audois, Charles Trénet qui y repose maintenant.

 

 

Sa grande passion pour l’Espagne

 

 

 

Mais la grande passion de Jean, ce fut l’Espagne, celle qui était encore fière et pouilleuse, celle qu’il chanta avec une passion brûlante dans un de ces livres phares : Sévillanes [1987]. Il retrouvait dans les valeurs héroïques du peuple espagnol, la clef de son âme, comme eux, Jean ne pouvait admettre l’amour que comme consubstantiel de la mort. Il aimait à dire que quand on aime la corrida, on ne peut être de gauche, car la corrida est le drame sacré par excellence, la dernière survivance de l’antiquité. Il aimait dans la faena « le temple », cette espèce de douceur nonchalante, qui, dans certains instants de grâce, confère une noblesse indicible recommencée chaque fois, quand l’homme et la bête s’unissent comme dans une danse d’amour et de mort. « Pour moi, quand monte la musique accordée au temple, mon âme (mes ancêtres cathares sont-ils passés par là ?) s’épure pour s’ouvrir à la lumière, ma chair se fait verbe, douce mon endurance et je m’éprouve parfait, lavé de la souillure, car ce à quoi je participe est le bien ».

 

 

La solitude du réprouvé

 

 

 

Son cheminement fut exemplaire. Il faut faire preuve d’un courage hors-norme pour après avoir été à la mode, accepter le rôle du réprouvé, affirmer seul contre tous, que la grandeur est mieux que la bassesse, que l’héroïsme est plus honorable que la capitulation, que l’amour est préfèrable à l’érotomanie, que la guerre nécessite des vertus, et surtout que les peuples lâches sont asservis par les peuples braves. La dernière étape de son chemin de croix fut quand il assuma sans peur son nationalisme européen. La sanction ne se fit pas attendre : tous ses amis lui sont tombés dessus ; dès que son nom était prononcé, c’était des cris d’orfraies, dès qu’un de ces livres était publié c’était la chape de plomb du silence de la part des critiques, mais peu importe, il ft preuve d’un talent éclatant, fait de culture et d’ironie, sans parler de son immense contribution au journalisme.

 

 

 

À l’image de Fausto Coppi et de Manolete

 

 

 

C’est pudiquement et silencieusement que ce fils de petites gens du Languedoc, s’en est allé un vendredi de juin, à la veille de sa soixante-huitième année. Il représentait l’archétype du cathare insoumis, lui qui avait le physique de ses deux idoles Fausto Coppi et Manolete, issu comme il aimait à le dire d’une famille et d’un pays maigres, ce qu’il considérait comme une chance. Il était doté d’un orgueil qui le faisait appeler « le loup », en raison de son allure solitaire, il possédait une certaine idée de la France et de l’Europe, à laquelle nous sommes attachés et qui, pour nous comme pour Jean, rien ne peut venir en altérer notre fidélité. Toi, l’amoureux du terroir, de notre hsitoire et de sa grandeur, tu nous as montré la vraie liberté à travers ta vie et ton écriture, tu restes toujours présent dans nos cœurs.

 

 

 

Jean-Pierre Blanchard, Montségur n°6, nov. 2001.

 
 

09:19 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

26/06/2018

LA FRANCE:

 

 

 

 

 

 ET LA GUERRE DE SÉCESSION

 

 

 

 

 

With-a-Rebel-Yell-Jigsaw-Puzzle-308-1200x660.jpg

 

 

 

 

 

 

Après les manifestations de Charlottesville en Virginie, le souvenir de la guerre de Sécession (1861-1865) est quelque peu remonté à la surface.

 

 

 

 

 

 

 
 
 
Colonel à la retraite
 
 

 

 

 

 

 

Après les manifestations de Charlottesville en Virginie, le souvenir de la guerre de Sécession (1861-1865) est quelque peu remonté à la surface. Un souvenir très vague pour nous, Français, il faut bien le reconnaître, et qui se résume peut-être au délicieux « Taratata » de Scarlett O’Hara dans le film Autant en emporte le vent. Le minimum étant de savoir distinguer les tuniques bleues des tuniques grises et de se convaincre, évidemment, selon l’hagiographie officielle, que cette guerre fut le combat des gentils abolitionnistes nordistes contre les méchants esclavagistes sudistes.

 

 

 

Finalement, pour nous, Français, cette guerre de Sécession, c’est loin : dans le temps et dans l’espace. Nous a-t-elle d’ailleurs concernés ? Un peu quand même. Certes, Napoléon III s’en tint à une neutralité officielle, même si, semble-t-il, sa sympathie allait plutôt à Dixieland. On lui prête même cette phrase qui résume cette neutralité : « Si le Nord est victorieux, j’en serai heureux mais si c’est le Sud qui l’emporte, j’en serai enchanté. »

 

 

 

Une guerre qui ne fut pourtant pas sans conséquences économiques pour la France, car elle entraîna une explosion du prix du coton brut à cause du blocus de l’Union sur les ports du Sud, ce dont nos industries textiles du Nord eurent à souffrir. Derrière les beaux principes sur l’abolitionnisme, le Nord défendait le protectionnisme, le Sud, lui, le libre-échange…

 

 

 

Une guerre qui fit tonner ses canons à proximité des côtes françaises. Ainsi, le 11 juin 1864, au large de Cherbourg mais hors de nos eaux territoriales, la corvette nordiste USS Kearsarge et le croiseur sudiste Alabama, un navire corsaire redouté, s’affrontèrent dans une bataille où le bateau nordiste prit vite le dessus. L’Alabama fut coulé. 29 membres de son équipage périrent et furent enterrés au cimetière de Cherbourg.

 

 

 

Une guerre dans laquelle s’engagèrent des Français dans les deux camps (plus nombreux, cependant, du côté confédérés).

 

 

 

Tout d’abord, les « French born », ces colons français, principalement de Louisiane, souvent originaires de Saint-Domingue que leurs parents et grands-parents avaient dû fuir lors de l’abolition de l’esclavage. Le souvenir des massacres des colons blancs (on parle de 2.000 colons massacrés en quelques jours), lors de la révolte du 22 août 1791, était resté vivace. Mais on pourrait aussi évoquer les descendants des Acadiens, chassés par les Anglais au XVIIIe siècle. Les volontaires se constituèrent en milices : citons la « French Brigade », composée de Français de la Nouvelle-Orléans.

 

 

 

Une guerre, enfin, dans laquelle des Français de France décidèrent de prendre part, d’un côté comme de l’autre, et ce, souvent, dans le même esprit de fidélité à l’amitié franco-américaine née durant la guerre pour l’indépendance de la jeune république américaine, quatre-vingts ans plus tôt.

 

 

 

C’est ainsi que le prince de Joinville, fils du roi Louis-Philippe, et ses neveux, le duc de Chartres et le comte de Paris, s’engagèrent dans les troupes de l’Union, désireux de participer à la « bagarre ». Ils serviront comme officiers d’état-major dans l’armée du Potomac.

 

 

 

Du côté sudiste, ne citons qu’un nom : le prince Camille de Polignac, fils de l’ancien Premier ministre de Charles X. Il commande une brigade à la bataille de Mansfield le 8 avril 1864 et prend une part déterminante dans cette victoire des troupes confédérées. Durant la guerre de 1870, il commandera une division. Il mourut en 1913, âgé de 81 ans, dernier major général (général de division) de l’armée confédérée encore en vie. Il est surnommé le « La Fayette du Sud ». Encore une statue à déboulonner, si elle existe…

 

 

 

 

En tout cas, cette « Civil War » a sans doute marqué la fin de la présence française en tant que population et culture à part entière, et le début de l’« américanisation » des Français d’Amérique. On lira, à ce sujet, le très récent et intéressant ouvrage de Farid Ameur : Les Français dans la guerre de Sécession : 1861-1865.

 

 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:38 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (1)

22/06/2018

REFLEXION DU PASTEUR...

 

 

Reflexion du Pasteur 1.jpg

 

 

 

Sur le social

 

 

 

L'impératif catégorique sur le social a été exposé de manière la plus convaincante par Proudhon, toutes les fois qu'il traite de la capacité du peuple à peser sur l'économie. Son œuvre est ponctuée de nombreux plaidoyers en faveur de la capacité des gens à agir. Cette capacité repose sur la mise en porte-à-faux de la société et de l'Etat, lequel doit son existence à l'hypothèse erronée de l'impersonnalité et de l'inertie physique, intellectuelle et morale du peuple de France dans la question sociale. Selon Proudhon, rien ne peut être résolu définitivement sans la prise en main des rênes de l'administration politique. Pour en revenir à la vie réelle des hommes vivants et agissants, il nous faut, nous dit le jeune Marx, cesser la spéculation et s'engager dans une action qui agisse sur l'activité pratique des hommes.

 


 
Mon hypothèse est que" la praxis" constitue la première norme à respecter en ce qui concerne l'approche sociale. Il y a la possibilité pour les hommes de diriger l'économie au lieu de la subir comme c’est le cas maintenant. La praxis sociale solidaire est là pour transformer le réel, et éliminer le plus possible ce qui est contraire à un gouvernement populaire.

 

 


 
Evidemment, le risque d'échec encouru est grand, il faut agir ici et maintenant, sur le terrain de l'économie, car si le monde suivait la même volonté, il s'en porterait mieux. Cela passe par la mise sur pied de structures de micro crédits, de commerce équitable national, d'échanges non monétaires ou d'accompagnements et création d'entreprises alternatives et solidaires pour notre pays et pour les nôtres, qui font réseau sur tout notre territoire.

 

 


 
Cela ne se fabrique pas " in vitro" mais "in vivo". Les "œuvres" des patriotes alternatifs et solidaires ne peuvent donc pas se caler dans des dispositifs standardisés. On a sublimé les outils d'accompagnements mais minoré l'initiatives du citoyen. Pratiquer une approche sociale patriotique et alternative, c’est d'une certaine manière revenir en le modernisant, aux communautés de valeur de l'ancienne France. Cela se définit comme un mouvement critique de notre société, porteur d'une culture alternative pour un véritable changement social.

 


 
C’est comme cela que se nouera des relations d'entraide où chacun est le pair de l'autre. C'est le contraire de la relation d'assistanat, et cela par la mise en place de réseaux d'encadrement dans la convivialité.


     

 

Pasteur Blanchard

 

 

 

Reflexion du Pasteur 2.jpg

 

09:26 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

19/06/2018

APRÈS PÉTAIN:

 

 

 

 

 

 

 LE MAIRE DE NEW YORK S’EN PREND À CHRISTOPHE COLOMB !

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Vous croyiez la France championne de la repentance ? Détrompez-vous ! La ville de New York pourrait bientôt monter sur la première marche du podium. Bill de Blasio, son maire, s’est récemment distingué en projetant d’enlever la plaque commémorative du maréchal Pétain posée le 26 octobre 1931 pour célébrer le vainqueur de Verdun et non le chef du régime de Vichy – avec une faute d’orthographe (« Phillippe ») qui ne fut jamais corrigée. Il se fait de nouveau remarquer.

 

 

 

 

« Après les événements violents de Charlottesville, la ville de New York va faire une revue de trois mois de tous les symboles de haine sur son territoire », avait-il annoncé sur Twitter. Après Pétain, le « collaborateur nazi », c’est au tour de Christophe Colomb d’être sa cible : « [Il] recevra une attention très immédiate parce que d’énormes préoccupations existent à son sujet. »

 

 

 

 

On ne peut reprocher à Bill de Blasio de méconnaître l’Histoire de France : beaucoup de Français en ont eux-mêmes une vision simpliste et manichéenne. Mais il pourrait au moins connaître celle de son pays et savoir que le président Roosevelt, jusqu’en novembre 1942, reconnut pleinement le régime de Vichy.

 

 

 

 

Le maire de New York, qui songe sans doute à sa réélection au mois de novembre, se lance donc dans une chasse aux sorcières et s’attaque à Christophe Colomb, à l’instar d’élus européens d’extrême gauche. Le 4 mai 2018, à Barcelone, une conseillère municipale de la CUP, parti radical de gauche, avait déjà demandé que sa statue soit déboulonnée, au motif qu’elle glorifie un « représentant de la barbarie, du colonialisme et de l’esclavagisme ». Jusqu’où ne va pas la bêtise !

 

 

 

 

Osera-t-on se demander ce qu’il serait advenu de l’Amérique si des Espagnols, des Portugais, des Italiens – véritables aventuriers – ne s’étaient lancés, à la Renaissance, dans ces expéditions lointaines ? Sans compter qu’en matière de colonisation brutale, les Américains n’ont guère de leçons à donner : la façon dont ils traitèrent les tribus indiennes pour étendre leur territoire et s’emparer des richesses du sous-sol n’est guère exemplaire.

 

 

 

Le maire de New York va-t-il demander qu’on détruise tous les symboles de la conquête de l’Ouest ? Et, pendant qu’il y est, mettre au ban de l’humanité tous les présidents des États-Unis qui ont déclenché des conflits meurtriers et utilisé des moyens horribles, depuis le bombardement atomique d’Hiroshima et Nagasaki jusqu’à la désastreuse déclaration de guerre à l’Irak ?

 

 

 

 

L’histoire de tous les pays, se prétendissent-ils civilisés, est mêlée, comme toute entreprise humaine, de misère et de grandeur. Vouloir rendre tout blanc ou tout noir pour se donner bonne conscience, satisfaire à sa vision idéologique ou, pire, à ses objectifs électoralistes n’est ni moral ni conforme à la réalité.

 

 

 

 

 

Que serait devenue la France si la Gaule n’avait été occupée par les Romains ? Elle n’existerait peut-être pas. Que seraient devenus les pays du Maghreb si la France ne les avait d’abord colonisés ? Que seraient devenus les États-Unis si des peuples européens n’avaient exploré et conquis ses territoires ? Que serait devenu le Canada ?

 

 

 

 

 

Bill de Blasio, d’origine allemande par son père et italienne par sa mère, est lui-même un descendant de ces Européens conquérants. Il se considère comme libéral et progressiste, après avoir eu des sympathies révolutionnaires. Il a toujours voulu prendre le contre-pied des conventions et être dans le vent, se mariant devant des prêtres homosexuels et se rendant à Cuba (sans doute le pays de la liberté) pour sa lune de miel.

 

 

 

 

 

C’est un bobo américain, le cœur à gauche et le portefeuille bien à droite, prêt à falsifier l’Histoire pour son intérêt personnel. Il est grand par la taille mais petit dans ses actes.

 

 

 

 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:08 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)