QUOI

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2011

Maraude du 7 Avril 2011

01/04/2011

La maraude vue par Gaël FOUILLEUL canditat FN aux cantonales trésorier de L'ASP

 
 

Maraude du 24 03 2011 (2).JPG


Il faisait doux ce jeudi soir à Paris. Un temps agréable pour sortir, se divertir et profiter des premiers jours du Printemps...
 
J'ai plutôt préféré contribuer à l'oeuvre du Pasteur Blanchard et de sa femme Catherine en partageant ma soirée avec quelques SDF.
 
Ces promeneurs qui passent sans même plus faire attention à ces malheureux ici et là et qui n'osent plus rien demander, se doutent ils un instant de leur histoire et de leur quotidien ? de leur vie qui a basculé en si peu de temps, et pour la plupart il y a si longtemps ?...
 
Au cours de cette maraude, nous avons pu voir des gens de toutes conditions, de toutes origines, chacun avec son vécu, sa personnalité, sa tristesse, son humour, ses espoirs dans un avenir plus radieux... ou sa résignation.
 
Chaque jour, certains font la manche pour améliorer leur quotidien, d'autres essayent d'obtenir un logement, d'autres jouent à cache-cache avec la police.
 
Au final, tous luttent. Contre la mort ou pour s'en sortir. Mais tous avec dignité.
 
Une belle leçon d'humilité à partager.
 
 
 
Gaël FOUILLEUL trésorier de L'ASP

25/03/2011

La maraude vue par Gilles CLAVEL Secrétaire départemental FN du 93

 Changement d’heure ce weekend.

 

 

Maraude du 24 03 2011 (14).JPG

 

Il était une fois, une maraude organisée dans les premiers soirs du printemps de l’année 2011. Depuis quelques jours, le temps en France est radieux et il fait bon vivre la nuit, dans une température parisienne agréable. Pourtant, il y a des personnes qui attendent ce weekend avec impatience. En effet, sans le savoir, elles attendent la nuit de samedi à dimanche car elles vont vivre un peu mois de souffrance, de tristesse et de déshonneur, tout simplement parce que c’est le seul jour de l’année qui ne contient que 23 heures !

 

Voici le monde dans lequel nous vivons : Pendant que certains réclament des droits et ne se préoccupent pas de leurs devoirs, d’Autres n’ont plus de droit et ont le devoir de ne pas perturber l’environnement, de déranger les beaux hôtels et les passants, ont le devoir d’aller plus loin encouragés par les forces de l’ordre. Il m’est impossible de parler de tous les personnes que nous avons rencontrées cette nuit là, mais sachez qu’à l’heure où tout le monde se plaint et réclame, d’autres mènent un combat pour la dignité et la survie.

 

J’ai été très touché par les échanges, parfois sur ton de camaraderie, parfois basés sur un geste ou un regard … Je retiendrai ce petit moment d’espoir et la poignée de main d’un Polonais, après lui avoir dit quelques mots dans sa langue maternelle. Plus loin, du coté d’Alésia, Ulysse, qu’on surnomme « l’italien » est à un feu rouge et essaie de gagner son repas. Il est alerte, dynamique, entrepreneur …. Il avait un bon job et maintenant il n’a même plus un toit sur la tête. Au départ timide, réservé, il se laisse prendre au jeu de la discussion et soudain se rend compte qu’il parlait avec des inconnus …. La langue du cœur venait de nous rassembler comme si on se connaissait depuis longtemps ; ça, s’était ma séquence émotion !

 

Sur les quais de seine, ces « Robinson CRUSOE »  ressemblent à des personnes comme rejetées par la seine sur les bords des berges. Ils n’ont ni la force, ni la lumière dans leurs yeux pour communiquer. Il nous faudra attendre un petit mouvement de tête pour comprendre que ce tee-shirt ou ce pull over les intéressent. Mais qui sommes nous pour nous plaindre !

 

A Saint-Michel, la tête dans un caddie comme pour se protéger, une femme dort en paix. Rue de Rivoli, il ne reste même plus le moindre souvenir de la célèbre chanson de « Paris brûle-t-il ? »

Impossible de crier « vive la libération » tant la gorge se noue et les yeux s’embuent subitement …. Boulevard HAUSSMANN, une famille fait chambre à part. Les patriarches et leurs chiens sont devant les vitres d’un grand magasin ; de l’autre coté des portes vitrées, il y a des vêtements à profusion, mais ils n’y auront peut-être jamais accès. Plus loin, les « gosses » sont entassés devant une porte cochère qui ne s’ouvre plus. Ils sont comme là, blottis comme au fond d’une impasse. Un petit rayon de soleil vient comme les illuminer à 2h00 du matin : c’est l’ASP qui vient simplement leur rendre visite et nous, comme de grands enfants, nous sommes fiers d’avoir partagé quelques sourires avec eux.

 

Juste avant de nous quitter, nous nous sommes penchés au chevet d’une femme qui, dans l’indifférence de la nuit, dormait à même le bêton devant la gare Saint-Lazare. Le bêton : voilà encore et encore ce qui sera une des caractéristiques de cette nuit !

 

C’est le moment pour moi de dire un grand MERCI à l’ASP, à tous ses membres, ainsi qu’à tous les participants aux maraudes, car, ce que j’ai retenu de cette nuit, c’est que pour eux : Pas question de dire : « laisse bêton ! ». Soutenez l’ASP dans tous ses projets et aidez-la ! N’ayons aucun regret de le faire !

 

Gilles

 

Maraude du 24 Mars 2011

18/03/2011

La maraude vue par Tristan JOSSEAUME adhérent du FN, menbre de L'ASP

RIEN NE CHANGE !

Maraude du 10 03 2011.JPG

  Il y a tout juste un an,j'accompagnais le pasteur Blanchard lors de ma première maraude à travers Paris.
Paris,la ville lumière;Paris,la ville romantique tant appréciée dans le monde !
Eh bien,cette nuit-là,c'est plutôt glauque.En un an,rien à changer.Enfin si ! La misère  s'étale toujours un peu plus.
Dans combien de temps,Paris ressemblera au Caire?
Bien sûr,les optimistes béas diront que je dramatise.
Pourtant le transfert des richesses est en cours vers des contrées moins contraignantes.
Comment réagir?
Avant,les révolutions étaient sanglantes.Aujourd'hui,les responsables(que dis-je,les coupables!)ont le temps de fuir en emportant le magot.
Le risque n'étant pas le même,l'abus devient la règle.
Que nous reste-t-il pour l'instant?
Le bulletin de vote! En espérant ne pas subir une énième désillusion.
Et pour nos compatriotes dans la détresse,ce simple geste de solidarité.
Qu'est-ce qu'une maraude?Un peu de temps passé,mais jamais perdu !!
Je terminerai d'un mot pour chacun de mes amis rencontrés: Я люблю тебя .
Merci Jean-Pierre,merci Catherine.
Tristan JOSSEAUME

11/03/2011

La Maraude vue par Aurélia BEIGNEUX, Secrétaire FN (10 arrondissement) de Paris

Maraude du 10 03 2011 (20).JPG

C'est avec un mélange de hâte, appréhension et quelques préjugés (je l'avoue) que j'ai rejoint le Pasteur Blanchard, son épouse Catherine, Tristan et Jérôme,  bénévoles de l'ASP, pour ma première maraude ce jeudi 10 mars. 
La voiture chargée de vêtements, chaussures, couvertures, café et soupe nous sommes allés à la rencontre des SDF parisiens.
Mes préjugés ont vite été dissipés avec la rencontre d'Igor, Patrick et Yves, un trio attachant, drôle et chaleureux.
J'ai également été très touchée par ce jeune sans-abris qui, le regard plein de honte, n'osait pas prendre le gobelet de soupe que je lui tendait.
Que faire? Insister au risque de le mettre encore plus mal à l'aise ou le laisser dans le froid sans couverture ni boisson chaude? 
Il a finalement pris ce que nous lui proposions en nous murmurant un timide et sincère "merci"..

Il était émouvant de constater que rien que rien qu'une poignée de main chaleureuse, un sourire ou une conversation apportait souvent bien plus qu'un café chaud. 
Nous avons pris le temps de parler avec chacun d'eux et leur regard plein de reconnaissance m'apportait une satisfaction personnelle.

Yvon le breton, Stéphane le ch'ti ou encore Eddy le rockeur, autant de personnalités différentes et attachantes que j'ai hâte de revoir. 
Merci donc au Pasteur car cette maraude fût pour moi remplie d'émotion, de belles rencontres mais aussi une belle leçon d'humanité. 

Aurélia Beigneux, 
Secrétaire FN du 10ème arrondissement, fédération de Paris

 

Maraude du 10 Mars 2011

04/03/2011

Impressions de maraude par Lionel Stiefel Secrétaire départemental FN de l'Orne

 

Maraude du 24 02 2011 (4).JPG

Je tiens à remercier le Pasteur BLANCHARD d'avoir pensé à nous pour l'accompagner lors de la maraude du 24 février dernier.

Nous avons pu voir de plus près cette misère insupportable dans laquelle vivent nos concitoyens dans les rues de la capitale et dans l'indifférence complète.

Le Président Sarkozy avait pourtant promis, durant la campagne présidentielle, qu'il n'y aurait  plus de gens dans la rue, une fois élu !

Nous pouvons nous apercevoir que cela est très loin de la réalité.

J'ai pu en parler autour de moi et faire prendre conscience de cette misère inadmissible (photos à l'appui) que l'on se garde bien de montrer dans les journaux ou à la télévision.

Encore bravo pour le courage du Pasteur BLANCHARD et de sa femme pour cette action, qui mérite beaucoup de respect et d'admiration.

 

Lionel STIEFEL

Secrétaire Départemental Front National de l'Orne

25/02/2011

Impressions de maraude par Christian, bénévole de l'ASP

 

Maraude du 10 02 2011 (19).JPG

Il m'arrive la plupart du temps de parler de ceux qui n'ont rien : ces SDF, majoritairement les Nôtres, qui sont les premières victimes de la crise, les plus touchés par les injustices sociales. J'ai moins l'occasion de parler de l'équipe des bénévoles.
 
Suite à un passage dans une émission de Radio Courtoisie, nous avons fait la connaissance de Christian. Au début, il venait nous amener du linge au départ de nos maraudes. Tout naturellement, avec le temps, il est devenu maraudeur à son tour, puis un pilier de notre association. Il s’est tellement investi que, pendant la période où nous ne maraudons pas, il continue les visites, avec le souci de s'enquérir de ce que deviennent nos protégés. Il suit plus particulièrement Francis, mascotte de l'ASP, qui va de plus en plus mal. Il nous tient régulièrement au courant de son état de santé, pendant les périodes creuses.
 
Notre ami se plaignait qu'il ne trouvait jamais de pantalons à sa taille, parmi les affaires qu'on lui donnait. Preuve que la solidarité n'est pas un vain mot : sur le champ, ses mensurations furent prises et commande passée chez un tailleur, remise lors de notre dernière maraude. Il fait preuve d'une telle modestie qu'il ne souhaite pas qu’on parle de son action, qu'on cite son nom, il s'applique cette maxime de l'Evangile : « que ta main droite ne sache pas ce que fait ta main gauche ». Quel président d'association ne serait pas heureux d'avoir des collaborateurs d'une telle qualité ? Pour la notre c’est certainement là sa vraie richesse.
 
                                           Pasteur  Blanchard

Maraude du 24 Février 2011