Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2014

MARAUDE DU 06 /11/2014

Cliquer ICI

31/10/2014

IMPRESSIONS DE MARAUDES...

Pierre-Claude 1.jpg 

 

Par Pierre Claude PAILHOUX

conseiller municipal FN de Rosny sous bois.  

 

Nous avons tous eu des matins soulagés de nous réveiller après une nuit de cauchemars. C’était un peu mon espoir, lors de cette première maraude de la saison automne/hiver du Pasteur Blanchard : que mes souvenirs de janvier et février derniers n'étaient que des mauvais rêves… J’aurais tant voulu que les choses aient changé mais pas de la mauvaise façon, pas en pire. Nous avons retrouvé la même misère, la même détresse mais oui, en pire.

Alors que notre pays n'avait pas  connu depuis des années une telle injustice sociale et ce, dans tous les domaines, cette injustice se multiplie dans la rue à l'encontre des plus démunis. La Mairie de Paris, le Préfet de Police ne veulent plus les voir :  Volonté annoncée de nous faire un Paris tout beau, tout propre où les Vélibs et  les autolibs auront remplacé les tentes de fortune des sans abris?

La situation précaire de l’emploi, la famille ringardisée par les gouvernements de droite ou de gauche, l’ouverture des frontières à tous vents, la spéculation sur les logements de plus en plus rares particulièrement à Paris, l’égoïsme ambiant : autant d’ingrédients réunis pour augmenter chaque année un peu plus le nombre des déracinés et des exclus. Ce n’est plus supportable et il faut réagir et vite !

Le courageux Pasteur Blanchard et sa femme Catherine donnent l’exemple depuis des années : en toute discrétion, sans médiatisation, ils apportent un peu de chaleur à ces malheureux qui ne correspondant pas aux clichés : souvent instruits, toujours dignes, ils ne revendiquent rien.

Je salue la générosité morale des  bénévoles de droite nationale alertés par le délabrement social de notre pays et qui veulent aider l’ASP : tous ceux qui veulent aussi que cela change et se portent volontaires pour ces maraudes. Je salue l’altruisme de ces "discrets" tel Christian qui a fait faire un pantalon sur mesure pour un des SDF, ou Benoit qui œuvre dans l’ombre mais avec tant de détermination.

 

Pierre-Claude 2.jpg

 

Mais cela ne suffit plus : il faut passer à la vitesse supérieure,que notre pays retrouve la maîtrise de ses frontières et de son économie, il faut que la solidarité nationale revive et soit une priorité politique.

Le Pasteur Blanchard ne peut plus œuvrer seul car la tâche est incommensurable. Il a besoin de vous tous afin de gonfler nos rangs communs pour une révolution sociale et patriote. Mais pas de "grand soir" à la Mélenchon, un seul moyen démocratique à notre portée : le bulletin de vote.

Le social c’est la droite nationale, et nous devons appuyer de toutes nos forces l’association de l’ASP qui fait déjà tant avec si peu de moyens.

En ce qui concerne le FN d’Ile-de-France, nous ne laisserons pas  passer cet hiver sans réagir, sans engager les pouvoirs publics à trouver d’autres solutions que d’envoyer dans des foyers indignes de ce nom, ces abandonnés de la rue.

 

Pierre-Claude

24/10/2014

LES FRANCAIS...

Français exclus 1.jpg

 

Premiers Exclus 

de la crise.

 

De toutes les situations touchant les nombreuses personnes qui, à la recherche d'une aide matérielle ou d'un conseil, font appel à notre association, la plus grave est l'expulsion pour impayé de loyer ; surtout à la fin de la trêve hivernale.

 Il y a déjà quelques mois, une militante frontiste, me téléphonant en urgence, m'informa qu'une sympathisante du mouvement, devait être prochainement expulsée. Or j'ai pu constater, lors de mes nombreuses interventions, que contrairement aux "sans papiers", les "français de souche" font trop souvent preuve d'une pudeur qui ne peut que freiner l'obtention de leurs droits. En prime, ils tombent, bien des fois, sur des travailleurs sociaux très marqués  à gauche qui développent, de façon  maladive, une empathie excessive pour tout ce qui vient de l'autre coté de la Méditerranée et appliquent avec allégresse la discrimination positive ; bien en phase, d'ailleurs, avec les critères d'attributions  de certains droits sociaux. 

 

Français exclus 2.jpg

 

Pourtant la loi impose aux services sociaux compétents de trouver une solution d'hébergement pour ceux qui se retrouvent sans domicile, à la seule condition qu'ils en fassent la demande. Ces mêmes services sont tenus de leur trouver un foyer d'hébergement. Grâce à nos conseils, c’est ce qui finit par arriver à cette personne amie. Depuis elle essaie de reconstruire sa vie, et de résoudre ses problèmes. Nous continuons à la suivre, et à l'aider de notre mieux.

 


Pasteur  Blanchard  

22/10/2014

MARAUDE DU 21/10/2014.

Cliquer ICI 

20/10/2014

ENTRETIEN AVEC...

Bernard M..JPG

 

Bernard Maçou,

bénévole de l'Action Sociale et Populaire

 

Question 1 : Comment avez-vous connu les actions sociales du Pasteur Blanchard ?

Réponse : Depuis des années, je suis un fidèle auditeur de radio Courtoisie. J'ai eu plusieurs fois l'occasion d'entendre sur les ondes le Pasteur Blanchard. Dès les débuts de l'ASP, j'ai été intéressé par la démarche, que j'ai suivie à chaque étape. 

 

Question 2 : Aviez-vous précédemment entendu parler de lui ?

Réponse : La première fois, c'était à l'époque des soupes à St Lazare dans les années 90, celles-ci avaient suscité un profond écho dans la presse. A cette époque, on parlait souvent de son travail avec Madame Jany Le Pen. C’est chez son ami Serge De Beketch, où il passait régulièrement, qu'il s’est fait connaitre.

 

Question 3 : Quelles sont les motivations qui vous ont fait devenir bénévole de l'ASP ?

Réponse : Cela fait longtemps que je cherchais à mettre la solidarité en acte au sein d'une association caritative, j'ai trouvé que la dimension humaine de l'ASP me convenait parfaitement. Ma foi pratiquante au sein d'une Eglise protestante Evangélique me poussait dans ce sens. Depuis, j'ai le sentiment que les Chrétiens ayant des sentiments patriotiques devraient s'engager plus nombreux dans ce type d'association, nous devons être le sel de la terre, et témoigner de notre foi dans la vie de la Cité.

 

Question 4 : Comment sont vos relations avec les autres membres de l'ASP ?

Réponse : Excellentes. Comme j'ai pu le dire plus haut, l'ASP est une petite association, nous nous connaissons tous. Avec le temps nous sommes devenus des amis, c’est l'avantage des petites structures, où chacun se connaît par son prénom, et où tous sommes logés à la même enseigne.

 

Question 5 : Pensez-vous que le social soit un élément pour notre famille politique ? 

Réponse : Sans le moindre doute ! Le social et la notion de solidarité envers nos compatriotes démunis est fondamentale, il nous faut aider les plus fragiles, les laissés pour compte, c’est cela qui donne sens à notre combat national et patriotique, c’est là que se trouve la véritable dignité de notre engagement.

 

Question 6 : Une Conclusion.

Réponse : Que le Seigneur bénisse notre action, cette Sainte Cause dont nous ne sommes que les humbles serviteurs, et qu'il donne à chaque membre de l'équipe la foi qui soulève des montagnes, dans l'espérance qui nous ouvre sur l'avenir.

18/10/2014

LES BONS COINS ?

plombiers.jpg  

 

"[24/09/2014] La mairie de Paris met gratuitement à la disposition de tous, des bains-douches municipaux en cabine individuelle.Vous devez vous munir d'un nécessaire de toilette et d'une serviette de toilette.
Attention : les dernières entrées s’effectuent 30 min avant la fermeture de l’établissement (il est donc possible de prendre sa douche pour les personnes qui arrivent dans le créneau mentionné) "

 
 
Source : 
http://www.paris.fr/
pratique/personnes-en-grande-precarite/
vivre-au-quotidien/bains-douches-municipaux/rub_5365_stan...
 

plombier baignoire.jpg

 
" Paris Bé oui sur Paris voici la liste des douches municipales gratuites J'y suis allé pendant quelques années, j'ai dû arrêter vers la mi-2006."
 
 
" Bains-douches des Deux ponts 
8, rue des Deux-Ponts, 4ème
// Métro : Pont-Marie
Les employés sont pas tjrs très sympas
mais bon ils sont là pour faire leur boulot...
Z'aiment pas qu'on traîne trop en fait .
Sinon avant les douches étaient crading
mais peut-être qu'ils s'en foutaient
pcq elles allaient être détruites,
c des neuves maintenant ... 
 
Bains-douches Saint-Merri 
8, rue du Renard, 4ème
// Métro : Hôtel-de-Ville
Si je me souviens, cabines petites
et pas super-propres,
et pas de pression!!!!  
 
Bains-douches Lacepède 
50, rue Lacepède, 5ème
// Métro : Place Monge
Ont tjrs été fermées à ma connaissance. 
 
Bains-douches Rocher
42, rue du Rocher, 8ème
// Métro : Saint-Lazare ou Villiers
TRES PROPRES (n°1 à Paris
sur les microbes et les bouts de caca)
ça fait toujours plaisir 
Avec une pression qui vous décolle les oreilles.
Les employés sont sympas
mais faut pas abuser du temps,
par contre il y a souvent la queue...
 
Bains-douches Oberkampf
42, rue Oberkampf, 11ème //
Métro : Oberkampf
J'y étais allé qu'une ou 2 fois...
Un peu crades si je me rappelle.
 
Bains-douches Audubon
11, rue Audubon, 12ème
//Métro : Quai de la Rapée ou Gare de Lyon
Un peu petites et sombres si je me souviens.
 
Bains-douches Charenton
188, rue de Charenton, 12ème
// Métro : Dugommier ou Montgallet
Jamais allé je crois.
 
Bains-douches Butte-aux-Cailles
5, place Paul-Verlaine, 13ème
// Métro : Place d'Italie ou Tolbiac
Peut-être fermés.
 
Bains-douches Blomet
17, rue Blomet, 15ème
// Métro : Sèvres-Lecourbe ou Volontaires
Jamais allé peut-être.
 
Bains-douches Castagnary
34, rue Castagnary, 15ème
// Métro : Plaisance
Jamais allé peut-être.
 
Bains-douches Les Amiraux
6, rue Hermann-Lachapelle, 18ème
// Métro : Simplon
Allé 2 ou 3 fois je sais plus trop
rien de trop extra à signaler.
 
Bains-douches Ney
134, boulevard Ney, 18ème
// Métro : Porte de Clignancourt
J'y étais peut-être allé une ou 2 fois
mais je sais plus...
 
Bains-douches Meaux
18, rue de Meaux, 19ème
// Métro : Colonel-Fabien
Un peu trop cradots
et les cabines sont sombres
et petites si je me souviens,
du moins certaines,
et puis si on veut éviter les toxicos
ce n'est pas les meilleurs.
 
Bains-douches Petitot
1, rue Petitot, 19ème
// Métro : Place des Fêtes
TRES GROSSE PRESSION
même pas besoin de frotter.
Les cabines sont clean
et les employés sont sympas
mais il ne faut pas trop traîner,
un peu de queue.
 
Bains-douches Rouvet
1, rue Rouvet, 19ème
// Métro : Corentin-Cariou
Légèrement sales
mais on peut prendre son temps
si il n'y a personne
et pas besoin de faire trop la queue
en général, voire pas du tout.
 
Bains-douches Bidassoa
27, rue de la Bidassoa, 20ème /
/ Métro : Gambetta
(sortie Martin Nadaud)
Je n'y suis jamais allé peut-être
je sais plus trop...
 
Bains-douches Buzenval
27, rue des Haies, 20ème
// Métro : Buzenval
Rien de spécial
j'y suis pas allé très souvent
je ne me rappelle pas trop...
 
Bains-douches Pyrénées.
296, rue des Pyrénées, 20ème
// Métro : Gambetta ou Pyrénées
Etaient tout-le-temps fermés."
 
 
Source :
http://guide.du.zonard.net/index.
php/Liste_des_douches_municipales_gratuites
 
  
   

Des adresses

à collecter,

à vérifier,

à faire connaître dans un sens ou dans un autre,

du travail pour l'Action Sociale et Populaire

10/10/2014

UNE NOUVELLE CAMPAGNE DE MARAUDES...

Pour qui.jpg  

Nous revoilà

sur le pavé parisien,

Pour la première sortie de cette  nouvelle campagne de maraudes, nous saluons la présence de Bruno Gollnisch, un ami de toujours pour l'ASP. Il est accompagné de Bruno Subtil et de Gilles Clavel, fidèle soutien depuis tant d'années. 

 

Gilles Clavel.jpg

 

Lors de nos pré-maraudes, nous avons visité de nouveaux quartiers.  Car, avec le temps, l'implantation géographique des sans-logis est sujet à des variations, des dispersions et de nouveaux regroupements.

Pour autant, rien n'a changé sur le fond. Au contraire, force est de constater que Paris ressemble de plus en plus à une ville du tiers monde. La "lèpre" se répand dans les rues de la ville et déborde la nuit jusque dans les "beaux quartiers".

Au métro Sèvres-Lecourbe, nous retrouvons la sympathique petite colonie  polonaise et patriote.  Elle campe depuis plusieurs années sous le métro aérien. Mais Stéphane, le légendaire ch'ti, qui, un jour, avait oser apostropher son "voisin" de quartier, l'ancien premier ministre Edouard Balladur, écopant ainsi de trois mois de prison ferme, pour crime de lèse majesté, Stéphane n'est plus là. Il nous a quitté. Repose en paix, Stéphane.

 

Le Pasteur et son équipe.JPG

 
Au métro Alésia, c'est  Ulysse, bien connu dans nos milieux , que nous ne verrons pas. Il faisait la manche de dix huit heures à deux heures du matin. La recette était souvent modeste mais ses besoins aussi.  Les quelques euros récoltés lui permettaient  de survivre. Son histoire, l'illustration du drame que traverse notre pays. Ouvrier sur machines outils à Saint-Etienne, il est licencié à la suite de la fermeture de son usine pour délocalisation. De plans de restructuration en plans de réinsertion, il avait fini par se retrouver en fin de droits, et finalement sans ressources. Le voici à la rue avec l'obligation de faire la manche pour survivre. Malgré la barbarie d'une telle situation,  il restait disponible aux autres et courait les bibliothèques : une attitude droite face à la vie. Ses camarades d'Alésia supposent qu'il est décédé des suites d'une embolie cérébrale. Si en est ainsi, repose en paix, Ulysse.

Cette dignité se retrouve chez un certain nombre de ceux que nous aidons. Et c'est à chaque fois, pour nous, une leçon d'humilité et de courage. Une exemple que nous offre, parfois, les plus démunis des nôtres, à chacune de nos sorties. Et déjà, durant cette première maraude de la campagne 2014/2015 qui se poursuit ce soir...

 

Pasteur Blanchard  

08/10/2014

MARAUDE D'OUVERTURE DU 07/10/2014.

Cliquer ICI

03/10/2014

IMPRESSIONS DE PRE-MARAUDE...

 Alexandre pré-maraude 1.jpg

 

Par   Alexandre Simonnot,

Secrétaire Départemental FN du Val-d'Oise

Candidat au Comité Central du FN

Le Pasteur Blanchard nous avait donné rendez-vous à 21h. L'heure à laquelle la nuit tombe. L'heure à laquelle Paris, la capitale de notre pays, qui est notre fierté au grand jour, devient durant la nuit le Paris de la honte et de l'abandon. Le théâtre de la misère la plus scandaleuse, la plus inacceptable : celle des français sans logements, sans aides, sans ressources, sans rien.

Nous étions donc quatre, le Pasteur et son épouse, et nous, deux  du Front National,Jimmy conseiller municipal à Athis-Mons et moi secrétaire départemental, venus simplement aider, assister et quelque peu soulager cette misère effroyable. Paris, ce sont des centaines de centaines d'inconnus, d'anonymes, qui dorment dehors, seuls. Cette nuit-là, ils sont pour quelques heures nos seigneurs et nous allons les servir. Un peu de café, un peu de soupe chaude, quelques vêtements, mais surtout beaucoup de réconfort, d'écoute, de solidarité. Beaucoup d'humanité et de fraternité.

Si quelqu'un veut vraiment parler de la misère en France, il doit venir en maraude avec le Pasteur Blanchard. Si quelqu'un veut connaître l'état de notre société, non au grand jour, mais en pleine nuit, il doit venir en maraude avec le Pasteur Blanchard.

Notre première impression en voyant ces malheureux à tous les coins de rue, c'est cette promesse de Nicolas Sarkozy en 2007 : "Moi Président, dans 5 ans, plus personne ne dormira dans la rue". Inutile de préciser à ceux qui nous lisent que cette promesse n'engageait que ceux à qui elle était faite!...

 

 Alexandre pré-maraude 2.jpg

 

A l'ASP, au Front National, nous ne faisons jamais de promesses, nous agissons concrètement tout simplement. Non au grand jour sous l'oeil des caméras, mais la nuit dans l'anonymat. Voilà quelle a été notre nuit dans les rues de Paris,notre nuit à tous les quatre. 

Nous avons agi. Nous avons revu le mythique Francis, véritable vedette de nos maraudes. Nous avons visité jeunes et vieux, nous avons rencontré des solitaires mais pas complètement seuls car ils ont comme compagnie leurs chiens... Nous avons rencontré de nombreuses personnes, d'horizons très divers, aux histoires très différentes. Mais ils ont tous  un point commun : ils sont à la rue. La France les a abandonnés tout simplement 

C'est là que l'on constate l'immense décalage entre un gouvernement socialiste et le "Social". Les socialistes n'ont de social que leur dénomination. En réalité, ils n'y connaissent rien. En réalité, leur principale préoccupation, c'est d'aider par tous les moyens les étrangers et clandestins, avant d'aider les leurs, les nôtres, les Français ! 

Cette pré-maraude a duré cinq heures. Cinq heures durant lesquelles nous aurions aimé aider tous ces pauvres. Mais ils sont si nombreux, partout. Il n'y a plus un seul grand boulevard dans Paris, il n'y a plus un seul quartier dans Paris où l'on ne rencontre pas des gens qui dorment seuls, dans la misère la plus totale.

Voilà le fruit de nos politiciens, voilà le fruit de nos gouvernants successifs. Toujours de l'aide pour le monde entier, mais jamais pour les nôtres, jamais pour nos pauvres!

C'est à la fois écoeurés et heureux que nous achevons cette pré-maraude avec le Pasteur Blanchard et son épouse. Ecoeurés par le désastre que nous avons pu constater de nos propres yeux, mais tellement heureux d'avoir pu pendant quelques heures être au service de ces miséreux, de ces parias de notre société, qui durant quelques heures d'une nuit froide, étaient nos maîtres et seigneurs.. 

 
 

26/09/2014

IMPRESSION DE PRE-MARAUDE...

 Jimmy 1.jpg

 

par Jimmy MINGOT

conseiller municipal FN à Athis-Mons

La première chose qui m’a frappé c’est la mauvaise santé et le manque d’hygiène  bien sûr, mais surtout  le dénuement affectif de ces personnes abandonnées. C’est leur isolement vis-à-vis de toute famille et de tout proche qui émeut plus que leur misère apparente. On comprend des brèves discussions que l’on peut avoir avec eux que la raison de leur présence sur le trottoir est à chercher dans les malheurs de la vie courante :

Abandon d’une femme ou d’un mari

Décès de l’un ou l’autre

Dégout vis à- vis du comportement inacceptable de leurs proches.

Licenciement abusif…

Cela en fait des êtres particulièrement à fleur de peau parce qu’écorchés vifs dans leur cœur. A l’origine ils étaient sans doute des personnes déjà trop sensibles pour supporter les saloperies de la vie. C’est cette image qu’ils ont gardée de l’autre vie qui fait que l’envie d’y repartir n’existe pas.

Un autre sentiment qui envahit, c’est justement notre impuissance à les convaincre de remonter la pente. Ils ne souhaitent plus retrouver une vie normale ; dégoût ou fatalisme ? Ils ont retrouvé là, au-delà de la violence qui règne sans cesse, une espèce de fraternité avec ceux qui partagent leur sort. J’en ai vu un qui avait décider  de rester là, bien qu’en pleine forme physique, propre, habillé correctement et instruit, uniquement parce qu’il ne pouvait pas imaginer d’abandonner les autres : belle leçon d’humilité et de don de soi.

Honte à notre société, honte à nos gouvernants quels qu’ils soient  de ne pas porter secours à ces malheureux. Pourquoi ne laisser qu’à des associations le devoir de s’occuper d’eux ? Quel renoncement aux valeurs essentielles de la vie en société.

 

Jimmy 2.jpg

 

Il faudrait bien peu de moyens financiers pour leur prodiguer un toit individuel et de quoi se laver et s’habiller dignement. Au lieu de cela on se contente de leur offrir des centres d’hébergement où ils ne veulent pas aller car il y règne la pire des violences. Pourtant, même si leur parcours personnel est pour quelque chose dans leur situation, la responsabilité de l’Etat est largement engagée : avec plus de 5 millions de chômeurs, une immigration invasion, des salaires de misère  quelle solution pérenne pouvons nous leur proposer ?

La gauche bien pensante qui a voté les traités qui ont détruit notre outil de production porte une énorme responsabilité dans cette affaire. Alors, pour ne pas voir en face les résultats de leur politique mortifère,  la seule action qu’ils savent mettre en œuvre est de cacher et de repousser cette misère loin de leurs yeux, en témoigne ce que notre, désormais, ami Francis subit jour après jour de la police du 14ème arrondissement, Boulevard Saint Jacques : destruction systématique et répétée de ses maigres avoirs, et incitation à partir.

Honte aux socialistes de la Mairie de Paris !

Mais respect au Pasteur Blanchard et à son association qui régulièrement apporte quelques biens, nourriture, et boisson chaude, mais surtout du réconfort à ces hommes et ces femmes qui mériteraient mieux de notre société de consommation

 

Jimmy