QUOI

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2020

Bientôt en France ? Des scientifiques affirment pouvoir changer les opinions religieuses et politiques en magnétisant le cerveau

 

 

 

 

 

A noter : il le font déjà avec avec la télévision et la presse aux ordres.

 

 

Des scientifiques Britanniques et Américains l’ont fait. Des chercheurs de l’Université de York se sont penchés sur la manière dont le cerveau résout les problèmes idéologiques abstraits… dans le but de modifier ses réponses. Les exemples qu’ils ont pris ont déjà de quoi frapper l’opinion : ils affirment pouvoir changer l’idée que les gens se font de Dieu ou des migrants, riens de moins. Il suffit pour cela de magnétiser les cerveaux, assurent-ils.

 

 

 

Le docteur Keise Izuma, l’un des auteurs de l’étude, explique la démarche : « Les gens se tournent souvent vers l’idéologie quand ils sont confrontés à des problèmes. Nous voulions savoir si la région du cerveau qui est liée à la résolution des problèmes concrets, là où se prend par exemple la décision de déplacer son corps pour enjamber un obstacle, était également impliquée dans la résolution des problèmes abstraits abordés par le biais de l’idéologie. »

 

 


Magnétiser les cerveaux pour changer l’opinion sur Dieu

 

 


En utilisant la technique de la stimulation magnétique transcrânienne (TMS), les scientifiques sont parvenus à désactiver des groupes de neurones dans le cerveau des volontaires : un processus qui permet en réalité de changer la manière dont pensent les personnes. Les chercheurs ont découvert que la technique changeait radicalement les perceptions religieuses ainsi que les « préjugés » des personnes testées. La croyance en Dieu a été réduite d’un tiers, tandis que la préoccupation des participants à propos du nombre de migrants a chuté de 28,5 % !

 

 

Après s’être assurés que les volontaires avaient des convictions religieuses, les chercheurs leur ont demandé d’évaluer leur croyance en Dieu, leur idée du paradis, du diable ou de l’enfer.

 

 

Keize Izuma poursuit : « Nous avons décidé de faire penser ces personnes à la mort parce qu’une recherche précédente avait montré que les gens se tournent vers la religion pour se réconforter face à la mort. Comme prévu, nous avons constaté que les gens sont moins enclins à s’attacher à des idées religieuses lorsque nous désactivons le cortex préfrontal, malgré le fait que nous leur rappelons la mort. »

 

 


L’expérience des scientifiques, explique Keize Izuma, permet de changer l’opinion sur les migrants

 

 


Les « cobayes » ont également été soumis à une autre expérience. Deux textes leur ont été présentés sur l’arrivée récente des migrants : l’un fortement élogieux, l’autre extrêmement critique. Le docteur Izuma commente : « Lorsque nous avons désactivé la région du cerveau qui permet généralement de détecter et de résoudre les problèmes, nous avons observé une réaction moins négative, moins idéologiquement motivée. »

 

 

L’auteur principal du rapport de l’étude, le docteur Colin Holbrook, a affirmé : « ces découvertes sont vraiment saisissantes. Elles concordent avec l’idée que les mécanismes cérébraux qui se sont développés pour des fonctions relativement simples de problèmes-réponses jouent également sur les réactions idéologiques. »

 

 

 

Il y a quelques semaines, les savants faisaient comprendre qu’il espère pouvoir utiliser les sciences comportementales pour changer la vision du monde qu’ont certains Américains, et la faire ainsi correspondre à l’idéologie qu’il sert. Voilà un outil qui pourrait l’intéresser.

 

 

On notera le matérialisme fondamental de l’étude des chercheurs anglo-saxons : toute croyance, toute foi, toute pensée politique y sont réduites à l’« idéologie » (des idées détachées de la réalité) et présentées comme résultant de l’activité cérébrale.

 

 

Leurs résultats sont pourtant liés à une diminution des capacités cérébrales puisqu’ils reposent sur la désactivation d’une partie du cerveau.Source :

 

Béatrice Romée pour Reinformation

 

09:41 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

20/10/2020

L’éditorial de la Ligue du Midi par François Jay:

 
 
 

 

www.liguedumidi.com

 

 

image002.jpg

 

 

Décapitation de Samuel Paty : amalgame anti-islamique obligatoire !

 

Après le massacre de la rédaction de l'hebdomadaire Charlie Hebdo un grand mouvement de solidarité nationale avait conduit des millions de nos compatriotes à manifester dans la rue. Les français avaient exprimé leur compassion pour les victimes et leurs familles, en même temps que leur volonté que le pays ne sombre pas dans la guerre civile. Nous ne voulions pas céder à l'esprit de vengeance, ou de haine. Nous avions refusé de stigmatiser les musulmans, refusé « l'amalgame ». C'était un mouvement très « beau », très « noble ». Assombri par l'absence de musulmans dans les manifestants. C'était l'esprit Charlie. 

Charlie c’est fini

 

Depuis ce massacre, les assassinats terroristes musulmans ont continué. Le djihad au couteau s'est étendu. Et comme l'explique Éric Zemmour, il n'y pas de différence de nature entre la petite délinquance musulmane et le terrorisme revendiqué. Il y a une question d'échelle, de moyens. C'est une continuité. Les agressions, les crachats, les vols, les viols, les égorgements, tout cela c'est du djihad. L'esprit Charlie, on l'a maintenant compris, c'est bon pour les roumis, les sous-chiens. Les colons musulmans rigolent de cette propagande gauchiste, de « l'anti-amagalmisme » qui endort le peuple. Cet anti-douleur que nous administrent les politiques, les enseignants, les journalistes ne fait plus l'effet qu'il faisait. L'accumulation des crimes et délits du djihad ont ouvert les yeux des plus conciliants, des plus aimables et accueillants de nos concitoyens. Les sondages qui ont été faits avant la décapitation du professeur Samuel Paty montraient déjà un rejet massif de l'islam par les français.

 

Le manque de réactivité des pouvoirs publics qui, délibérément, ont laissé l’assassin déambuler autour de l’établissement scolaire en début d’après-midi, allant jusqu’à « solliciter des élèves afin de lui désigner la future victime » (dixit le procureur national antiterroriste) est un symbole frappant du délitement de la France. Nous exigerons que toutes les complicités actives ou passives fassent l’objet d’enquêtes approfondies.

 

Charles martel revient

 

Il est possible de tromper les honnêtes gens, une fois, deux fois, mais vient un moment où les manipulations ne fonctionnent plus. C'est la grande crainte de ceux qui nous gouvernent. C'est dans ce contexte qu'il faut comprendre la répression que subissent les Cassen, Tasin, Zemmour, Camus et bien d'autres. C'est dans ce contexte qu'il faut voir la censure sur les réseaux sociaux, la propagande dès le plus jeune âge pour le métissage, c'est aussi le même objectif qui sous-tend l'application de force de la théorie du genre. L'émasculation des français. Il ne faudrait pas que les hommes de ce pays se souviennent qu'ils descendent de Charles Martel et de ses soldats. Pourtant les Français sont en train de changer. Les sondages montrent que nos concitoyens sont de moins en moins dupes, de moins en moins « Charlie ». La jeunesse qui vit « ensemble » avec la racaille islamique est de moins en moins sensible au discours antiraciste et culpabilisant que nous imposent les gauchistes et le gouvernement. Les yeux se dessillent. Le mouvement des gilets jaunes qui a été sciemment récupéré et manipulé par les extrémistes de gauche, pourrait bien n'avoir été que la première vague d'un mouvement plus fort et plus profond.

 

Ne ratons pas le deuxième vague !

 

Les Français vivent aujourd'hui bâillonnés dans la crainte d'une hypothétique deuxième vague virale. Il ne faut pas sous-estimer la peur qu'entretient la propagande dans la population. Mais comme toute manipulation, c'est la fin, la sortie, qui est le moment difficile pour le manipulateur. Qu'est-ce qui peut déclencher une prise de conscience qui transforme des individus soumis, en une foule en colère ? Nul ne le sait. Mais ce que nous savons c'est que nous vivons une accumulation de raisons de colères et de révoltes. Attention à ne pas nous laisser voler notre révolution par la gauche, si experte en tromperies. L'assassinat de ce professeur, certainement de gauche, va toucher au cœur la propagande pro-islamique des Mélenchon, Hamon et autres Macron. Le corps enseignant est déjà confronté à l'islam et souffre déjà. Les policiers, les gardiens de prisons sont depuis des années de terribles victimes du djihad quotidien. Même les « éducateurs », les « assistantes sociales » sont à bout. Quant aux politiques, ils voient petit à petit le vote ethnique et communautaire s'avancer qui leur ravira leurs places et prébendes. Nous approchons de la rupture, c'est évident.

 

L’appel à la grève

 

Cette nouvelle mort ne doit pas être oubliée ni effacée par le politiquement correct. Comme l'ont été le père Hamel, Yvan Cornora, Ilan Halimi, les jeunes filles de Marseille ou les enfants juifs de Toulouse. Non, Samuel Paty doit être vengé. Son assassinat par une ordure islamique doit sonner non pas le glas de notre civilisation, mais sonner comme un appel à la résistance et à la reconquête.

 

Les manipulations étatiques pour calmer les français ont déjà commencé. Mais la situation d'hier n'est plus celle d'aujourd'hui. L'opinion n'est plus la même. Parce que de plus en plus de personnes ont été victimes d'agressions. Parce que les jeunes subissent de plus en plus l'islam, parce que les ex-soixante-huitards nous quittent peu à peu... Et la situation internationale a changé. Nous ne sommes plus seuls et isolés. N'oublions pas la victoire de Trump, n'oublions pas la résistance qui s'est organisée à l'est. N'oublions pas Salvini, n'oublions pas le Brexit... Le contexte n'est plus le même. Soyons à la fois offensifs et habiles. Nous ne sommes pas encore capables de mobiliser des foules, mais c'est évident que c'est pour bientôt. Notre premier objectif doit être de préparer cette mobilisation en formant des militants. Et c'est certainement dans la jeunesse, celle qui subit le plus l'islam, que nous les trouverons.

 

Dès la fin des vacances scolaires nous devons nous adresser à la jeunesse lycéenne et étudiante pour dire stop à l'islam !

 

 

La vidéo de Batdaf-Galvaire : « lettre à un gauchiste au sujet de la décapitation de Samuel Paty »

 

https://www.youtube.com/watch?v=8CZF-AaFOKA&feature=youtu.be&ab_channel=Batdaf1

 

 

Flyer appelant les étudiants et les lycéens à la grève pour la liberté d'expression et la liberté du blasphème !

 

 

Collèges, lycées, facs, écoles

Grève illimitée

Un professeur d'histoire décapité par un musulman pour faire taire

la liberté d'expression !

 

 

 

Samuel Paty, professeur d'histoire à Conflans Sainte Honorine, a été décapité dans la rue le 16 octobre, par un assassin musulman de 18 ans, Abdoulakh Anzorov, soi-disant réfugié. Ce musulman lui reprochait d'avoir fait un cours sur la liberté d'expression et parlé de l'affaire des caricatures de Mahomet publiées par le journal Charlie Hebdo. A la suite à la protestation des parents d'une des élèves musulmanes, des imans sont intervenus auprès la direction du collège pour que ce professeur soit licencié ! De véritables appels au meurtre ont été diffusés sur les réseaux sociaux qui ont été suivis d'effet. Ce professeur exemplaire, aimé par ses élèves, a été assassiné, pour son travail, parce qu'enseignant la liberté de penser, la liberté d'expression.

 

Par ce nouveau meurtre, les terroristes musulmans essaient de faire taire les esprits libres en France, enseignants, journalistes, intellectuels et simples citoyens.

 

Refusons de nous laisser terroriser

 

Nous exigeons que la justice fasse son travail en condamnant les activistes musulmans qui, conformément aux préceptes de leur prophète, appellent au meurtre contre les juifs, les chrétiens et les athées.

 

Nous demandons au gouvernement de dissoudre en Conseil des Ministres les organisations terroristes musulmanes comme les Frères Musulmans, les associations salafistes, les associations cultuelles musulmanes qui appellent à l'application de la charia en France. Nous demandons l'expulsion immédiates des imans qui prêchent la haine, des fichés S, des criminels islamiques de retour de Syrie, des terroristes en fin de peine.

 

Nous demandons que la liberté d'expression soit effectivement défendue par la justice et que la critique de l'islam et de son prophète soient libres. Nous demandons l'abolition des lois liberticides : Pleven, Gayssot, Taubira, Avia.

 

Comité pour la liberté d'expression : Ligue de Gascogne, Ligne du Midi

(Liste à parfaire)

 

 

Sur le blog de la Ligue cette semaine

 

Éric de verdelhan : « Maudit soit qui Mali pense »

 

https://liguedumidi.com/maudit-soit-qui-mali-pense/

 

 

Gérard-Michel Thermeau : « Covid 19, Knock gouverne la France »

 

https://liguedumidi.com/covid-19-knock-gouverne-la-france/

 

 

Olivier Demeulenaere : « le prince Charles appelle

à une réponse militaire  face au changement climatique »

 

https://liguedumidi.com/le-prince-charles-appelle-a-une-reponse-militaire-pour-faire-face-au-changement-climatique-et-reorganiser-leconomie-mondiale/

 

 

 

10:14 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

06/10/2020

La liberté d’expression plus que jamais menacée:

 

 

 

 

Alors que la France est en voie de décadence avancée, les autorités officielles, loin de s’attaquer aux causes de ce déclin, veulent au contraire s’en prendre à ceux qui les dénoncent, quand bien même ceux-ci n’ont pas de pouvoir et ne font qu’exprimer leurs points de vue. Bref, les autorités ne veulent pas d’un débat qui opposerait argument contre argument, mais la censure pure et simple de ceux qui ne pensent pas comme elles. Ainsi, par exemple, en matière d’avortement, le ministre Laurence Rossignol a voulu déposer un projet de loi pour réprimer ceux qui feraient un « délit d’entrave numérique » (sic). Serait susceptible d’être condamné pour cette entrave numérique quiconque aurait, sur internet, exposé des arguments qui ne siéraient pas à la doxa officielle du planning familial, car le ministre sait qu’un débat loyal lui ferait perdre la partie. Heureusement, ce délit d’entrave numérique n’est pas encore adopté mais une autre menace arrive, bien plus grave encore, car ce ne sont pas les seuls opposants à l’avortement qui sont visés mais quiconque émet un avis critique sur la société actuelle.

 

 

 

3874223600.jpg

 

 

Ainsi, deux sénateurs (l’un républicain, l’autre socialiste) ont déposé un rapport qui pourrait devenir proposition de loi, intitulé (sans rire) « égalité et citoyenneté » et qui vise à démanteler la loi 1881 sur la liberté de la presse, loi qui protège a minima la liberté d’expression. La charge est telle que même des feuilles bien pensantes, tel le quotidien le monde, s’en inquiètent, parlant de « texte dangereux ». Et en effet, si un tel projet était adopté, on ne pourra plus rien dire de politiquement incorrect sans risquer de devoir comparaître devant un tribunal. Du reste, ses auteurs reconnaissent explicitement qu’ils visent l’espace de liberté qu’est internet, comme quoi, si la liberté fait partie officiellement de la devise républicaine, ses principaux ennemis sont au plus haut sommet de l’État, quand bien même ces derniers, ne craignant pas le ridicule, se disent Charlie…

 

 

09:51 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

29/09/2020

« DÉRADICALISATION » : Panique et Pitreries:

 

 

 

 

a787c5ba7566e821265edcff9b693514-1365245080.jpg

 

 

 

Au soir où s’écrivent ces lignes, des policiers sont encore dans la rue. Ils enragent des effets d’annonce : 250 millions naguère promis pour renforcer leurs outilde travail -millionsdont (surprise !) ils n’ont pas vu la couleur. Dans la colère, ces policiers découvrent la pratique réelle d’un gouvernement qui, depuis janvier 2015, Charlie-Hebdo et l’Hyper-Casher, simule, promet et ment.

 

 

 

Rayon mensonge bienséant, la secrétaire d’Etat à la ville, Mme  et son fameux « Ceux qui se radicalisent viennent de partout ». Ah bon ? Lisons Le Monde du 22 avril 2016, sur la « Galaxie Molenbeek ». Voici -présomption d’innocence oblige -les « noms de baptême » des intéressés : Abdelilah -Abid -Ahmed -Ali -Ayoub -Bilal -Brahim -Hamza -Ibrahim -Khalid -Lazez -Mohamed (X 3) -Najim -Salah -Sofiane. Valeur chérie de Mme Geoffroy & co., la ‘diversité’ manque un peu dans la liste…

 

 

 

5ee025ab740db_maxnewsworldtwo149967.jpg

 

 

 

 

Passons à la poudre aux yeux. Là où il fallait refondre, de haut en bas, notre outil antiterroriste; passer d’un branlant échafaudage de 22 ou 23 services et entités divers (l’UCLAT) à un service resserré, agile et proactif -ce qui n’a même pas été entamé -l’Intérieur s’est lancé dans le mirage de la « déradicalisation », simulacre déjà dénoncé dans Atlantico, en septembre 2016.

 

 

Or voici peu, la ruineuse imposture de la « déradicalisation » éclate au grand jour. Mustafa (le sort s’acharne…) est arrêté en Alsace alors qu’il rejoint en Syrie ses copains moudjahidine. Mustafa était affecté à une « structure de déradicalisation » pompeusement nommée « Centre de prévention, d’insertion et de citoyenneté » (CPIC). Avant la fuite de Mustafa, trainaient au CPIC trois paumés se demandant ce qu’ils y faisaient. Les voici deux désormais, suivis par… 25 encadrants, dans un châteaud’Indre et Loire avec chapelle (!) et budget de 1,5 million d’euros par an.

 

 

 

Encore, disent de hauts fonctionnaires indignés du gâchis, n’est-ce rien à côté de la gabegie qui règne au « Comité interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation » (CIPDR).

 

 

 

Or le projet initial même de la « déradicalisation » est inepte. Car ce ne sont pas des gens normaux, fanatisés par une doctrine mortifère, qu’il faut ramener à la raison; mais d’usage, des psychotiques sévèrement perturbés, habillant de « religion » leur pulsion de mort. Depuis Mohamed Merah en 2012, la plupart des assassins du « jihad » entrent dans cette catégorie. Ne prenons ici que le tueur au camion de Nice : Mohamed Lahouaiej Bouhlel « montre des signes de psychose dès 16 ans ». Conduit chez un psychiatre à 19 ans, il est trouvé « extrêmement violent et alcoolique ». Et le déterminisme social cher à la « culture de l’excuse » ? Bouhlel est-il un damné de la terre, errant de ghetto en bidonville ? Encore raté : ses parents sont des « fermiers aisés possédant plusieurs propriétés ».

 

 

Plus largement : la plupart des tueurs du djihad sont des hybrides entre terreur et crime, délinquants voire criminels. Conseillons donc aux myopes du CIPDR, CPIC etc., de lire un excellent rapport britannique [analysé dans The Independent-11/07/2013 « Most young men in gangs suffer psychatric illnesses »] montrantque sur 108 membres de gangs choisis parmi 4664 sujets, 85 présentent de graves troubles psychiques (27, de lourds signes de psychose !)  la moitié des 108 étant sujets à des crises d’anxiété; un tiers ayant déjà tenté de se suicider.

 

 

Résultat de la contagion salafiste sur de tels demi-fous, des individus sortant dans la rue, seuls ou parfois à deux, pour tuer: depuis 2014, une sanglante litanie : Nice… Würtzbourg…Münich…Ansbach…Reutlingen…Saint-Etienne du Rouvray… Londres… Un village des Hautes-Alpes…Dijon… etc. Croit-on vraiment pouvoir réinsérer de tels enragés en leur vantant, par CIPDR et CPIC interposés, les beautés du vivre-ensemble et de la diversité ?

 

 

Ouvrons une seconde piste. En février 2006, Le Monde présentait une étude des Renseignements généraux intitulée « Origine des meneurs de bandes organisées opérant en ZUS/quartiers « sensibles ». Sur 100 caïds (le profil des troupes ne devant pas différer beaucoup…) 67% étaient d’origine maghrébine », 17% provenaient d’Afrique subsaharienne ». (et 9% de Français de souche).

 

 

Au croisement de ces deux séries de données, voici sans doute le riche vivier où repérer, dans les milliers de « radicalisés » diversement dangereux, les quelques bombes humaines pouvant brutalement basculer dans le massacre. Une voie que le gouvernement s’est par avance bouchée par bienséance et obsession du politiquement correct.

 

 

 

Xavier Raufer pour atlantico

 

09:27 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

15/09/2020

La fraude aux allocs explose. À qui la faute ?

 

 

 

 

les-prets-caf-default-29107-0.jpg

 

 

 

 

La fraude entretient un climat malsain et répand un sentiment d’injustice qui deviendra explosif.Dans son rapport annuel publié jeudi dernier, la Caisse nationale d’allocations familiales (CNAF) nous informe que, pour 2019, ce sont près de 40.000 fraudes (+22 % par rapport à 2018) qui ont été détectées, pour un total de près de 250 millions d’euros (+18 % par rapport à 2018), soit une moyenne de 6.250 euros par fraude. Près de 75 % des fraudes sont dues à des omissions ou de fausses déclarations, notamment sur les ressources réelles perçues. C’est le RSA qui constitue le « poids lourd » de la fraude aux allocations, soit 68,5 % des fraudes avérées.

 

 

Depuis quelques années, les contrôles sont mieux ciblés, notamment grâce au « data mining », qui permet d’extraire automatiquement des informations grâce à des méthodes statistiques et mathématiques, révélant donc des incohérences. De plus, les contrôles au domicile se sont vus renforcés et continueront de l’être.

 

 

On pourrait me rétorquer, et à raison, que comparée aux 2,6 milliards d’euros récupérés en 2019 via des évadés fiscaux « repentis », la fraude aux prestations sociales est insignifiante. Cependant, et au-delà des chiffres, le problème n’est pas de savoir qui, entre celui qui trompe la CAF et celui qui cache son argent à l’étranger, est le pire des salauds. Ce n’est pas parce qu’il existe pire que soit que l’on gagne forcément en vertu. Au final, le fraudeur de prestations sociales et le fraudeur fiscal sont jumeaux en idées, seuls leurs moyens pour abuser de la communauté nationale pour faire du profit divergent. En somme, leur philosophie est la même que Hollande, « ça ne coûte rien, c’est l’État qui paye ».

 

 

Pour La Dépêche du Midi, la fraude aux allocations ne serait qu’une « fraude de survie ». Soit un joli qualificatif en forme d’excuse trouvé afin de ne pas vexer les fraudeurs en question, mais également pour ne pas affoler les contributeurs, puisque au lieu d’assister des vies, ils les sauvent ! Une « fraude de survie » ne servirait donc pas à s’enrichir mais juste à améliorer les fins de mois. Donc, si l’on vole son voisin sans chercher à s’enrichir, s’agit-il d’un « vol de survie » ?

 

 

La fraude est comme un mensonge ayant une valeur monétaire : il entretient un climat malsain et répand un sentiment d’injustice qui deviendra explosif. Quant au système de protection sociale lui-même, force est de constater qu’avec plus de 70 milliards d’euros dépensés en prestations diverses à 11,8 millions d’allocataires, la fraude ne concernerait donc que 0,33 % de la population des bénéficiaires. Cependant, cette colossale somme d’argent, correspondant à huit fois le budget de la justice, démontre un constat encore plus alarmant que la fraude.

 

 

Notre système de protection sociale devait, à son origine, juste « aider les plus nécessiteux à court terme ». Aujourd’hui, il est devenu pour beaucoup un « complément de revenu », créant donc une dépendance dangereuse vis-à-vis de l’État. Ce dernier, pour pérenniser le système, n’a d’autre choix que d’emprunter. Comme le disait Reagan : « L’État ne règle pas les problèmes, il les subventionne. »

 

 

 

 

09:21 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

01/09/2020

La pauvreté s’accroît dangereusement en Île-de-France : à qui la faute ?

 

 

1950473710.jpg

 

 

 

15 % des 12 millions d’habitants disposeraient de mois de 990 € par mois.

 

 

 
 
Avocat
 
 
76
SHARES
 
 

Selon une étude du Secours catholique, la pauvreté s’accroît dangereusement en Île-de-France depuis 2004. 15 % des 12 millions d’habitants disposeraient de mois de 990 € par mois et par « unité de consommation », dont la moitié à moins de 750 € par mois. Et, toujours selon ce document, les enfants seraient particulièrement touchés, avec 24,3 % d’entre eux sous le seuil de pauvreté.

 

 

L’organisation caritative indique également que, hors Paris et les Hauts-de-Seine, « les revenus fiscaux des 10 % des ménages les plus modestes ont moins progressé au cours des dix dernières années que le revenu médian ». Selon elle, la politique des logements sociaux est inadaptée au profil des demandeurs, souvent très modestes et incapables d’accéder aux logements sociaux qui leur sont proposés. Elle souhaite un changement radical de la politique d’aménagement avec « un plan de construction de logements réellement accessibles aux personnes les plus pauvres ».

 

 

En ligne de mire, la nouvelle majorité régionale qui a supprimé les aides au logement « très sociaux », au motif qu’il convient de ne pas empiler la pauvreté sur la pauvreté, alors que 90 communes sur 1.300 concentrent 66 % du parc social.

 

 

Derrière les chiffres se profile le résultat d’une politique au goût amer. Une politique qui a tout misé sur l’accompagnement social à coups d’allocations, au lieu de lutter efficacement contre les causes de cette progression impressionnante.

 

 

Il a été dit et redit que le système d’allocations familiales, dont de plus en plus de familles « aisées » sont progressivement exclues, était passé d’un principe de distribution d’aides aux familles qui ont des enfants – pour compenser la charge qui pèse sur les familles au bénéfice de la société tout entière – vers un système de redistribution sociale : au lieu d’aider indifféremment les familles nombreuses, on aide les familles pauvres. Résultat, les classes moyennes et supérieures ont moins d’enfants, et les autres tombent dans une « trappe à pauvreté » : quand les allocations permettent de toucher un revenu plus important qu’un petit salaire, qui sera amputé de frais de garde, travailler perd tout intérêt.

 

 

Mais ce système est également une machine à acheter la paix sociale, et, pour nos gouvernants, cela n’a pas de prix. Sauf celui de la révolte qui éclatera le jour où, à bout de ressources, l’État ne pourra plus le financer. Parce que ce généreux édifice d’allocations a l’âge de ses artères : 70 ans ! Conçu après-guerre, dans une période où la reconstruction matérielle et morale du pays nécessitait la mise en place d’une politique ambitieuse de développement économique et de natalité, il a cessé depuis longtemps de remplir cette fonction. Désormais, il profite essentiellement aux familles immigrées, dont la natalité galopante soutient artificiellement le taux de fécondité officiel des femmes françaises. Or, et ce n’est pas une coïncidence, ces populations sont aussi celles dont les revenus fiscaux sont les plus faibles.

 

 

Cette aggravation de la pauvreté est donc partiellement liée à la politique migratoire qui concentre les flux dans les cités de grandes agglomérations. Un petit tour à la Caisse d’allocations familiales en convainc rapidement… Le drame, c’est que les populations françaises « de souche » sont également touchées. La caissière de Carrefour, à mi-temps, mère isolée avec deux enfants, en sait quelque chose. Et cela ne semble pas préoccuper nos gouvernants, parce que la caissière n’a pas l’habitude de casser pour manifester son mécontentement.

 

 

 

Cette politique sociale doit donc être repensée en profondeur. Avec une question centrale : à qui veut-on qu’elle profite, et avec quel objectif ? 

 

 

09:04 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

21/08/2020

Plus notre société est moribonde, plus elle refuse la mort:

 

 

 

b28c7517283f9e57d25d7ceaa99cbd66.jpeg

 

 

 

 

Ecrivain, musicienne, plasticienne
 
 
 
 

J’ai évoqué, ici, il y a quelques semaines, un sujet particulièrement brûlant dans la mesure où il est propre à déchaîner des passions (un rapide coup d’œil aux réactions de certains lecteurs m’en a d’ailleurs encore apporté la preuve). Je parle de la fin de vie. De la mort. Pas de celle qu’on voudrait pouvoir donner, cette euthanasie dont Arnaud  Montebourg regrettait à l'époque qu’elle figurât parmi les promesses non tenues de François Hollande. Non, tout simplement la mort qui vient et que toute notre société refuse – le corps médical en tête.

 

 

Notre monde est agité de toute part par de pseudo-guerres de religion qui sont, avant tout, des guerres de civilisation ; on brandit cette phrase de Malraux, sortie de son contexte et de son sens, qui annonçait un XXIe siècle religieux pour échapper au néant qui faillit nous emporter au XXe. On s’assassine au nom de rituels et de prescriptions qui ne sont que matériels et la religion n’est parfois – et de plus en plus – qu’un sujet d’affrontements et un prétexte à la conquête par la violence et la contrainte. Mais la foi, la vraie ? La spiritualité ? L’acceptation apaisée de ce qui nous échoit ? L’amour du prochain, de « l’autre comme soi-même », où est-il ?

 

 

Évidemment pas chez les plus fanatiques quand ils brandissent le glaive et lâchent leurs bombes, mais pas non plus à l’hôpital. Ni chez ceux qui refusent l’évidence pour maintenir un proche à l’état de mort vivant, le condamnant – au nom de leur foi ! – à la prison dans un corps inerte quand ils devraient le laisser aller vers ce que les anciens nommaient les champs Élysées et les chrétiens appellent le paradis.

 

 

Entre l’égoïsme aveugle de ceux qui demeurent et la toute-puissance scientiste des usines à malades, on ne peut plus mourir en paix, au sens profond du terme.

 

 

08:51 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

18/08/2020

L’État détourne un legs pour en faire un « centre de déradicalisation »

 

 

 

 

 


ob_d84c10_dera.jpg

 

 

 

Texte de François Teutsch 

 

 

 

à propos du « centre de déradicalisation » [sic] de Beaumont-en-Véron, qui a déjà donné lieu à de nombreux articles dans la presse :

 

 

« L’implantation scandaleuse de ce nid d’islamisme en plein cœur de la Touraine, quand il existe tant de lieux en Île-de-France – certes plus près des lieux de vie de nos dirigeants -, se double désormais d’une question juridique qui, en d’autres circonstances, aurait semblé secondaire.

 

 

C’est, en effet, au domaine de Pontourny que cette estimable institution doit s’installer. Dans un château bâti au XVIIIe siècle appartenant à l’Assistance publique, jusque-là occupé par un centre de formation professionnelle pour jeunes filles en difficulté. Un domaine appartenant autrefois à la famille Gréban de Pontourny, que son dernier représentant, Alphonse Marie, décédé en 1896, a légué à Jean-Baptiste Turquet, en précisant que « le domaine doit avoir pour mission une œuvre charitable chrétienne avec obligation du culte catholique, un office par semaine ». En 1902, Jean-Baptiste Turquet en fait don, à son tour, à l’Assistance publique, aux mêmes conditions. Des conditions peu respectées en ce qui concerne le caractère chrétien de l’œuvre. Mais le dernier donateur pouvait-il prévoir ce qu’il adviendrait de son domaine au début du XXIe siècle ?

 

 

 

 

Le bénéficiaire d’un legs à titre particulier doit en respecter les conditions posées par le testateur. Quel que soit le temps écoulé, il appartient à l’actuel propriétaire de se conformer aux volontés de Marie-Alphonse Gréban de Pontourny. Qui n’a sans aucun doute pas donné son accord pour que, d’institution charitable chrétienne, son domaine devienne un centre d’hébergement d’islamistes en djellaba.

 

 

Une association de contribuables de Touraine et Bretagne, qui revendique 1.500 adhérents, a saisi un avocat pour faire respecter les volontés du dernier maître de Pontourny.

 

 

Mais seuls les descendants de Jean-Baptiste Turquet pourraient agir judiciairement pour faire respecter la volonté de leur aïeul. Et aucun d’entre eux ne s’est manifesté à ce jour. À défaut, l’action judiciaire est irrecevable.

 

 

Il existe de multiples manières de lutter contre l’islamisation de la France. À défaut de convertir les musulmans à l’amour des paysages ligériens – moyen certainement efficace pour en faire d’authentiques Français de désir et de futurs chrétiens –, s’opposer à l’installation de tels nids de frelons en est un. Pour cela, il est indispensable qu’un descendant de Jean-Baptiste Turquet se manifeste et décide d’agir. Votre serviteur n’est malheureusement pas de ceux-là… Mais qui sait, parmi les lecteurs de Boulevard Voltaire, si l’un se trouvait, soudain, concerné par la question… Quant au financement du procès, l’association a mis en place un compte en ligne. Et là, nul besoin d’être un héritier Turquet.

 

 

Une fois encore, le régime en place montre qu’il ne respecte rien. Qui s’en soucie ? Aimer la France, manifester son patriotisme, c’est aussi faire respecter son Histoire, son passé, son patrimoine, ses paysages. C’est considérer qu’un lieu, échu à l’État par nécessité et volonté charitable, doit conserver à la fois son âme et la destination qu’en a décidée son donateur. Mais lorsqu’on ose transformer les jardins de Versailles en écrin pour le « Vagin de la Reine », à quoi bon s’ennuyer avec les dernières volontés d’un aristocrate catholique –sans doute royaliste- de la fin du XIXe siècle ? »

 

09:14 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

28/07/2020

LA PROCHAINE CRISE FINANCIÈRE SE RÉGLERA SUR VOTRE DOS, VOICI COMMENT:

 

 

 

dix-ans-apres-quelles-sont-les-consequences-principales-de-la-crise-financiere-de-20081.jpg

 

On ne connaît pas la date de la prochaine crise financière internationale, bien sûr, mais on sait exactement comment elle va se régler : par la ponction des comptes bancaires. Désormais les choses sont claires. Nous avons parlé à plusieurs reprises de la directive européenne BRRD (Bank Recovery and Resolution Directive) qui permet aux banques en situation de faillite de se renflouer en puisant directement dans les comptes de leurs clients. C’est légal en Europe depuis le 1er janvier 2016. Plus récemment nous apprenions que les Etats-Unis s’engageaient sur la même voie au moment où la Fed abandonnait un de ses mandats originaux de 1913, celui de « prêteur de dernier ressort », des banques en difficulté, justement. Dernièrement, c’est le Canada qui a adopté ce même type de procédure en instaurant un régime de recapitalisation interne des banques.

 

 

Il s’agit d’un véritable mouvement de fond. D’autres pays ont peut être déjà adopté ces procédures d’urgence sans que les médias s’en soient fait l’écho. Nombre de pays émergents en difficulté, comme la Chine ou le Brésil, vont certainement étudier de près ces législations pour s’en inspirer. Pour le Japon, endetté à hauteur de 250% de son PIB, il s’agit désormais du seul moyen d’apurer sa dette tout en évitant l’effondrement économique.

 

 

Car l’avantage déterminant de ce nouveau procédé est bien celui-ci : éliminer les créances pourries et un endettement insoutenable, sans provoquer d’effondrement du système financier, et donc de toute l’économie. Précédemment, c’est-à-dire pendant l’entre-deux-guerres ou immédiatement après la Deuxième Guerre mondiale, c’est par une vague d’inflation ou même d’hyperinflation que les Etats se débarrassaient de leurs dettes, en ruinant au passage les épargnants, et en provoquant également des faillites bancaires.

 

 

 

 

crise-2008.jpg

 

 

 

 

Aujourd’hui, compte tenu de la place prise par le système financier et du poids des banques systémiques, un tel scénario déboucherait sur un effondrement économique comparable à la crise de 1929. Voici à quoi servent les lois instituant les ponctions des comptes bancaires : organiser la faillite et la remise sur pied des banques en difficulté, en l’espace de quelques jours et dans un cadre légal, sans que l’économie réelle ne soit trop durement affectée. Au passage, l’épargnant y aura perdu tout ou partie de ses économies, mais le gouvernement et les médias lui expliqueront que « pour éviter un krach économique majeur, et que vous perdiez ainsi toute votre épargne, on va vous en ponctionner 50% », sous-entendu « estimez-vous heureux, ça pourrait être pire ». Le plancher de 100.000 euros – présenté aujourd’hui comme une protection – aura été allègrement enfoncé, tout le monde aura été touché étant donné que le « Fonds européen de garantie des dépôts » peine à se mettre en place, et qu’il sera de toute façon sous-dimensionné (43 milliards d’euros, pour toute l’Europe, une blague).

 

 

Outre la ruine des épargnants, le problème est que cette procédure consistant à se servir dans l’épargne des particuliers et des PME ne règlera rien sur le fond : les déficits publics et la course à la dette reprendront de plus belle, les banques systémiques (« too big to fail« ) seront toujours aussi instables, et une fois passé le répit apporté par cet apurement géant, quelques années plus tard, il faudra recommencer. Mais de cette façon, le système « Etats surendettés-banques systémiques » se sauve lui-même et peut continuer sa vie, tel un éléphant dans un magasin de porcelaine.

 

 
Philippe Herlin 

 

 

une-nouvelle-crise-financiere-quelle-probabilite-1116166.jpg

 

10:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

14/07/2020

La pauvreté s’accroît dangereusement en Île-de-France : à qui la faute ?

pauvrete-infantile-3.jpg

 

 

 

15 % des 12 millions d’habitants disposeraient de mois de 990 € par mois.

 

 

 
 
Avocat
 
 
76
SHARES
 
 

Selon une étude du Secours catholique, la pauvreté s’accroît dangereusement en Île-de-France depuis 2004. 15 % des 12 millions d’habitants disposeraient de mois de 990 € par mois et par « unité de consommation », dont la moitié à moins de 750 € par mois. Et, toujours selon ce document, les enfants seraient particulièrement touchés, avec 24,3 % d’entre eux sous le seuil de pauvreté.

 

 

L’organisation caritative indique également que, hors Paris et les Hauts-de-Seine, « les revenus fiscaux des 10 % des ménages les plus modestes ont moins progressé au cours des dix dernières années que le revenu médian ». Selon elle, la politique des logements sociaux est inadaptée au profil des demandeurs, souvent très modestes et incapables d’accéder aux logements sociaux qui leur sont proposés. Elle souhaite un changement radical de la politique d’aménagement avec « un plan de construction de logements réellement accessibles aux personnes les plus pauvres ».

 

En ligne de mire, la nouvelle majorité régionale qui a supprimé les aides au logement « très sociaux », au motif qu’il convient de ne pas empiler la pauvreté sur la pauvreté, alors que 90 communes sur 1.300 concentrent 66 % du parc social.

 

 

Derrière les chiffres se profile le résultat d’une politique au goût amer. Une politique qui a tout misé sur l’accompagnement social à coups d’allocations, au lieu de lutter efficacement contre les causes de cette progression impressionnante.

 

 

Il a été dit et redit que le système d’allocations familiales, dont de plus en plus de familles « aisées » sont progressivement exclues, était passé d’un principe de distribution d’aides aux familles qui ont des enfants – pour compenser la charge qui pèse sur les familles au bénéfice de la société tout entière – vers un système de redistribution sociale : au lieu d’aider indifféremment les familles nombreuses, on aide les familles pauvres. Résultat, les classes moyennes et supérieures ont moins d’enfants, et les autres tombent dans une « trappe à pauvreté » : quand les allocations permettent de toucher un revenu plus important qu’un petit salaire, qui sera amputé de frais de garde, travailler perd tout intérêt.

 

 

Mais ce système est également une machine à acheter la paix sociale, et, pour nos gouvernants, cela n’a pas de prix. Sauf celui de la révolte qui éclatera le jour où, à bout de ressources, l’État ne pourra plus le financer. Parce que ce généreux édifice d’allocations a l’âge de ses artères : 70 ans ! Conçu après-guerre, dans une période où la reconstruction matérielle et morale du pays nécessitait la mise en place d’une politique ambitieuse de développement économique et de natalité, il a cessé depuis longtemps de remplir cette fonction. Désormais, il profite essentiellement aux familles immigrées, dont la natalité galopante soutient artificiellement le taux de fécondité officiel des femmes françaises. Or, et ce n’est pas une coïncidence, ces populations sont aussi celles dont les revenus fiscaux sont les plus faibles.

 

 

Cette aggravation de la pauvreté est donc partiellement liée à la politique migratoire qui concentre les flux dans les cités de grandes agglomérations. Un petit tour à la Caisse d’allocations familiales en convainc rapidement… Le drame, c’est que les populations françaises « de souche » sont également touchées. La caissière de Carrefour, à mi-temps, mère isolée avec deux enfants, en sait quelque chose. Et cela ne semble pas préoccuper nos gouvernants, parce que la caissière n’a pas l’habitude de casser pour manifester son mécontentement.

 

 

 

Cette politique sociale doit donc être repensée en profondeur. Avec une question centrale : à qui veut-on qu’elle profite, et avec quel objectif ? On attend les propositions des candidats à la candidature.

 

09:26 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)