Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2016

JANY ET LE SOCIAL.

 

 

 



C’est suite à une émission de France inter où était interviewé Samuel Maréchal que je fis la connaissance de Jany et Jean-Marie Le Pen. Quelque temps plus tard, la décision fut prise de créer le Cercle des Amitiés Protestantes qui allait si profondément bouleverser le court de ma vie.

 

 

 

Quand le Président du Front National me confia la responsabilité du social au sein de son mouvement, à l’époque de la création des soupes Gare St Lazare, Jany m'apporta un soutien total qui n’a jamais été démenti. Elle, dont le milieu social est totalement différent de celui où règne la grande précarité, a su avec sa naturelle gentillesse, sa disponibilité, son énorme cœur et son total désintéressement se faire aimer de ces gens, d'une approche parfois difficile.

 

 

 

La clef de cette compréhension véritable est la réelle empathie dont elle fait preuve. Elle ne triche pas, elle est totalement sincère et c’est là certainement sa plus grande qualité ; ce qui fait d'elle le parfait complément de son grand homme de mari.

 

 

 

Pasteur  Blanchard

 

05/02/2016

NOS AMIS...

 

 

 

 

 

 

Jacques et Anne-Marie

 
 
Chaque été, depuis bientôt cinq ans, mon épouse et moi-même allons passer une journée chez Jacques et Anne-Marie à Bécon-les-Bruyères  et cela fait deux années qu'ils nous font l'honneur et la gentillesse de venir à l'assemblée générale de l'ASP.*.

 

 

En attendant et comme de coutume, la splendide journée passée chez eux le week-end dernier fut un bouquet de rires et de chants, un panaché, bien frais, de discussions savantes et de bons mots. Et, n'oublions pas, bien sûr, le délicieux repas qu'ils avaient préparé. 

 

 

Dieu fasse que cette joie demeure. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n'est pas d'hier, c'est à l'époque du "Paquebot", du temps de "l'Entraide nationale" et des "Soupes de Nuit à Saint-Lazare" que j'ai rencontré Jacques et Anne-Marie Parizel. Ils venaient trier des vêtements et du linge pour les donner à nos compatriotes dans le besoin. Et réceptionner, trier, ranger vos dons, ce n'est pas une mince affaire, c'est même beaucoup de travail : merci aux amateurs*. Car les maraudes, cela ne s'improvise pas, c'est toute une chaîne.

Malgré ma traversée du désert, Jacques et Anne-Marie sont restés de fidèles soutiens. Nous nous sommes pas perdus de vue. 

 

 

 

Dieu fasse que cette amitié demeure.

 


 

Pasteur   Blanchard

29/01/2016

Hommage à Louis de Funès:

 

 

Hommage à Louis de Funès dans cinema louisdefun%C3%A8s

Communiqué d’Alexandre SIMONNOT

 

Rendons hommage à Monsieur Louis de Funès, rappelé à Dieu il y a aujourd’hui 33 années.

 

Carlos Luis de Funès de Galarza, connu sous le pseudonyme de Louis de Funès, restera, incontestablement, l’un des plus grands acteurs de tous les temps et de toute l’histoire.

 

Parti de rien, courant le cachet, il était un véritable bourreau de travail. Gagnant au départ sa vie en faisant du piano-bar puis des petits rôles, il deviendra l’acteur français le plus populaire de son temps. Comique extraordinaire, véritable génie de la pitrerie, il spécialisera son jeu et ses mimiques en interprétant avec une excellence inégalable les personnages les plus odieux et tyranniques. Bourré de talents, pianiste virtuose, Louis de Funès était également un danseur exceptionnel. Tout son jeu d’acteur était musical et rythmé.

 

Rappelé à Dieu le 27 janvier 1983, Louis de Funès continue, dans le temps, à faire rire des millions de téléspectateurs à chacune de ses apparitions. Il suffit de l’apercevoir pour se mettre à rire.

 

Méticuleux, maniaque, incroyablement anxieux, il n’hésitait pas à répéter plus de quatre heures tout seul sur un plateau avant l’arrivée des techniciens et autres acteurs. Dans son travail acharné, il n’y avait aucune place pour le hasard ou l’imparfait. Animé d’une grande pudeur et d’une profonde humilité, il voulait que ses films puissent être vus par tous et notamment les jeunes enfants.

 

S’il était encore parmi nous, il aurait beaucoup à apprendre à certaines sommités nullissimes du cinéma français qui pensent être drôles alors qu’elles nous font rire par pitié.

 

Louis de Funès était aussi un profond et fervent catholique. Très attaché à la Tradition, il n’hésita point à soutenir celle-ci notamment en aidant de sa grande générosité l’action de Monseigneur Ducaud-Bourget lors des premières années de l’occupation de Saint-Nicolas-du-Chardonnet.

 

Patriote et royaliste convaincu, il n’aurait manqué pour rien au monde les commémorations de la mort de Louis XVI tous les 21 Janvier. Après lui avoir administré les derniers sacrements, l’abbé Maurice, son confesseur, déclara : « Louis de Funès entre dans la joie de Dieu »…

 

Pour toute cette joie que vous nous procurez, pour tous les éclats de rire que vous ne cessez de nous donner dans ce monde toujours plus triste, pour vos grimaces, vos pitreries, vos danses, vos colères incontrôlables, pour tous les fous rires que vous ne cesserez jamais de provoquer, nous vous disons avec beaucoup de reconnaissance, d’affection et de gratitude : merci Monsieur de Funès !



 
Alexandre SIMONNOT
Conseiller Municipal de Taverny
06.62.34.28.19
simonnot.fn@gmail.com

 

 

01/01/2016

Communiqué de Phillipe RANDA:

  

 

Randa.jpg

 

 

 

Jean-Pierre Blanchard : 45 ans de combat contre la précarité:

 

 

 

 

Qui est le Pasteur Blanchard ?

 

 

Depuis des années, le Pasteur Blanchard se dévoue corps et âmes pour soulager la misère en Île-de-France. De la Cité de refuge de l’Armée du Salut dans les années 70, à l’actuelle présidence de l’Action Sociale Populaire (ASP), en passant par les médiatiques « soupes de la Gare Saint-Lazare » dans les années 90, il aura été de tous les combats contre la précarité.

 

 

 

Le combat continue depuis 2006 par le biais de maraudes organisées par l’ASP dans les rues de Paris. Une équipe soudée qui ont foi en l’engagement caritatif du Pasteur et de son épouse Catherine qui anime les activités de l’association. Depuis 2008, les actions ont été élargie à la visite de personnes âgées et en 2011 à l’aide de familles de patriotes défavorisés.

 

 

 

Comment peut-on les aider ?

 

 

Par vos dons en argent CCP : 601 0275 Y 033 (délivrance de reçus fiscaux) ou matériels, duvets, couvertures, vêtements.

 

 

 

 Contact :

 

 

 

Adresse postale : ASP BP7 91201 Athis-Mons Cedex

 

 

Téléphone : o6 74 03 18 15

 

 

Messagerie : secretaire.asp@francemel.fr

 

 

 

 

FAITE UN ACTE MILITANT EN VISITANT LE BLOG DE L’ACTION SOCIALE ET POPULAIRE:

 

 

 

http://actionsocialeetpopulaire.hautetfort.com/

 

 

 

 

Pour vous desabonner de FrancePhi Diffusion Info avec l'adresse diffusion@francephi.com

Cliquez sur le lien ci-dessous, ou copiez et collez l'adresse sur votre navigateur.

 

 

http://www.francephi.com/cgi-bin/ava_mail/mail.cgi/u/fphi...

 

La faim justifie les moyens (1).jpg

 

 

La faim justifie les moyens.jpg

 

 

Le FN et le social.jpg

 

 

Logo ASP.PNG

11/12/2015

HONNEUR A...

 

 

Maraude Erre 1.jpg

 

 

Pascal et Edith Erre et le FN de la Marne :

 

 

J'ai déjà eu l'occasion, lors de mes diverses chroniques traitant de nos maraudes, de dire combien, à mes yeux, une des grandes richesses du FN est le maillage de l'hexagone. En effet, un grand nombre de militants bénévoles travaillent dans des régions aux scores électoraux modestes et n'ont pour récompense que la satisfaction du devoir accompli.

 

 

Maraude Erre 2.jpg

 

 

Parmi ceux que nous invitons, certains se distinguent par leur grand altruisme. C’est le cas de Pascal et Edith Erre, qui, à côté de hautes responsabilités au sein du mouvement, assument en plus des actions d'aide envers des personnes en grande difficulté, dans une totale humilité. Sans chercher à se faire de la pub, ils soulagent, en toute discrétion, bien des misères. Même nos ennemis reconnaissent leur travail pourtant, impensable à leurs yeux venant d'un frontiste. Et cela en dérange plus d'un.

 

 

En janvier 2016 nous aurons la joie de revoir l'équipe de la Marne sans Edith pour problémes de santé, j'ai  fait appel à eux  afin de leur témoigner ma gratitude et ma reconnaissance pour  leur engagement.

 

 

Oui, honneur à nos amis pour leur exemplarité. Qu'ils suscitent de nouvelles vocations....pour la cause des Nôtres.

 

 

Pasteur Blanchard

 

09/10/2015

UNE FORME D'OECUMENISME...

 

 

 

 

 

 

Bien compris

 

 

Il arrive assez souvent que des personnes nous venant en aide souhaitent garder leur anonymat, et refusent d'être photographiées ou nommées publiquement. Bien sûr, respectant leur choix, je renonce à faire un reportage, mais parfois l'histoire est si amusante que je ne puis résister à la tentation de la conter.

 


 
Une fidèle et traditionaliste auditrice de Radio Courtoisie nous amène, depuis les tout débuts de l'association, du linge qu'elle récupère aux kermesses et aux grandes manifestations de la tradition Catholique. Elle arrive un jour avec un impressionnant chargement de sacs à dos du pèlerinage de Chartes, et me demande un peu gênée si je puis en faire la distribution. Le fondamentaliste protestant que je suis, opposé à toute forme d'œcuménisme, a trouvé piquant, dans le combat commun contre le cosmopolitisme et l'Islamisation de notre pays, dans la défense commune des valeurs de Chrétientés, d'accepter de distribuer des sacs avec le logo de Notre Dame du pèlerinage de Chartres à tous les SDF de la Capitale. Depuis, à tous ceux qui m'amènent des choses particulières à donner, je cite cet exemple, démonstration d'une réelle unité dans le combat temporel, pour la défense de notre terre et de notre culture.

 


Pasteur  Blanchard   

10/07/2015

RENCONTRE AVEC LE PASTEUR BLANCHARD...

 

 

 

Entretien Identitaires 1.jpg

 

 

Par Les Identitaires

 

le 16 Mai 2015.

 

Pour un combat

social et identitaire.

 

 

Question : Depuis la réalisation de Marine Le Pen pour faire un groupe des droites Populistes Européennes, ce terme est désormais mis à toutes les sauces. Pouvez-vous nous décrire les principales caractéristiques de la droite populiste ?

 

Réponse : J'abonde tout à fait dans votre sens lorsque vous déclarez que le mot populiste est arrangé à toutes les sauces, mais il est vrai qu'il recouvre une multiplicité de sens parmi lesquels il n'est pas toujours aisé de se retrouver. Maurras et l'Action Française l'ont condamné comme faisant le lit du césarisme, la chose n'est pas totalement fausse. Pour autant, peut-on parler d'un populisme générique ? En fait, au-delà de toutes les palettes du spectre, il y a deux grands courants populistes. L'un est réactionnaire, mouvement de défense des paysans, des petits boutiquiers de type poujadiste, l'autre révolutionnaire défend également les classes moyennes contre l'accaparement du grand capital mais en constatant que le système bourgeois est une véritable machine à tuer les peuples et qu'il faut radicalement le changer. Représenté par les syndicalistes révolutionnaires, Sorel, Berth, Lagardelle, Valois et les maurassiens de gauche, c'est le courant dont  je me sens proche. Le point commun entre tous les populismes réside en une vision organique de la société fondée sur la terre et les morts ainsi que sur le refus de l'individualisme bourgeois.

 

Question : La république française semble être régulièrement traversée par des poussées populistes de droite (Boulanger, Poujade etc). Le phénomène Le Pen n'est-il qu'une énième vague populiste ou est-il à votre avis un événement qui aurait comme origine d'autres explications que les précédents ?

 

Réponse : Une fois succinctement décrite la notion de populisme, on s'aperçoit que l'on ne peut mettre dans le même panier Boulanger et Poujade. Certes, le général Boulanger était en fait un réactionnaire qui a bien dissimulé son jeu mais l'état-major qui l'entourait était composé essentiellement de l'aile ultra-gauche du parti radical, parti ouvertement en guerre contre le système. En ce qui concerne le phénomène  Le Pen, il montre, à mon sens au-delà du Front National, le reflet que notre pays va très mal.Bernard Tapie avait un jour déclaré en parlant de Le Pen : "ce n'est pas en cassant le thermomètre que l'on fera tomber la fièvre". Je pense que l'on se situe seulement au début du processus d'explosion du système, comme l'a magistralement démontré Guillaume Faye dans ses ouvrages. Nous entrons dans des zones de turbulences dont il est difficile pour le citoyen lambda d'imaginer les bouleversements qu'elles susciteront.

 

Question : Dans un numéro récent de la Revue "Terre & Peuple", vous laissiez filtrer le désir de voir naître un espace politique fédérateur pouvant réunir les différentes sensibilités de notre famille politique. Selon vous, à quelles conditions devrait répondre cet espace et qui ou quoi aujourd'hui pourrait incarner ce rôle ?

 

 

Réponse : Combien de fois ai-je regretté, alors que nous étions en butte à toutes les forces du système, de nous voir nous entre-déchirer pour des  querelles de chapelles qui, même si elles ont leur raison d'être, ne représentent dans les faits aucun péril pour la cause que nous défendons. Soyons un instant sérieux, ce n'est pas le paganisme ou le christianisme qui menacent de destruction notre culture mais bel et bien l'islam, l'influence des loges et le nouvel ordre mondial. Alors ne nous trompons pas d'adversaires et sachons ménager, même si nous avons des points de désaccord, ceux de notre camp. Je suis foncièrement convaincu, comme je l'ai déclaré dans "Terre & Peuple" que nous allons vers d'immenses bouleversements de société qui passeront par le biais de la métapolitique. Qui pourra jouer ce rôle ? Ceux qui auront l'intelligence et les capacités de fédérer sur des bases minimales toutes les forces de notre famille.

 

 

 

Question : Alors que les impôts n'on jamais été aussi élevés, que l'état providence est désormais tout-puissant et que les services publics sont présentés comme la solution à tous nos problèmes, quel constat social dressez-vous de la France aujourd'hui ?

 

 

Réponse : C'est l'éducateur, l'homme de terrain que je suis depuis des années qui constate que la France marche sur la tête .Jamais le discours officiel n'a été aussi lénifiant, pseudo-consensuel ;  pourtant, jamais, depuis bien longtemps le désarroi et la radicalisation n'ont été aussi grands. Ce ne sont pas les mesurettes sécuritaires, saupoudrage artificiel qui vont changer un tant soit peu les choses. Les problèmes éludés par les différents gouvernements comme l'immigration, le choc des cultures, la violence et ll'insécurité, sont en constante aggravation. Même la bonne vieille méthode Coué du "tout va bien" se lézarde et ne produit plus les effets escomptés. Tous les gouvernements ont ignorés et sous-estiment l'ampleur du malaise et le potentiel des bouleversements révolutionnaires qui s'annoncent. Nous allons vers autre chose, dont les paramètres seront radicalement différents de ce que nous vivons à l'heure actuelle. A partir de là, il est difficile de dire a-priori quelle forme prendra l'inévitable recours. Une seule chose est sûre, c'est nous qui l'incarnons.

 

Question : Pendant plusieurs années vous avez animé l'association "Entraide Nationale", quel était l'objectif de cette association et quel bilan tirez-vous de cette expérience ?

 

Réponse : L'Entraide Nationale fut une belle et formidable aventure. Elle a démontré qu'il y avait de profonds besoins et une réelle attente des petits, des sans-grades de notre peuple. Partis de rien et sans beaucoup de moyens, nous avons réussi à mobiliser un impressionnant réseau de solidarité populaire acquis à nos idées. Ce fut sur le plan humain quelque chose d'extraordinaire ; essayer d'apporter de la considération et de l'aide à une population que l'on peut décrire comme la plus démunie des démunies, chez nous : les S.D.F, les clochards, les laissés-pour-compte... La seule réserve que j'émettrai est, peut être, l'impression d'avoir servi de vitrine pour le mouvement. Les enjeux véritables n'ont pas été compris et je crois que,, si j'avais eu plus de moyens, cette association serait devenue quelque chose de puissant et de fort. Ce qui devrait être l'objectif et la finalité de toute initiative populiste.

 

Question :  Vous avez  créer il ya 10 ans  "l'Action Sociale Populaire", qu'est-ce que qui vous a motivé pour repartir dans cette nouvelle aventure ?

 

Réponse : Pourquoi ai-je créé "l'Action Sociale Populaire" ? Parce que je suis un homme d'extraction modeste, du peuple, autodidacte, sorti du rang. J'ai beaucoup d'estime et d'amour pour les "petits" et je souhaite à travers "Action Sociale Populaire" pouvoir apporter des aides concrètes aux patriotes. Je déplore et j'ai du mal à supporter que les personnes appartenant aux couches sociales modestes, qui sont une des sources vives de notre famille politique, se trouvent dans des situations délicates et laissées pour compte du fait de leur engagement. Etre à leurs côtés, n'est-ce pas l'un des vrais sens du mot populiste, du combat que nous menons ? Je suis fier de pouvoir le dire et le seul titre que je revendique, c'est celui de fils du peuple.

 

Question : Quels sont les objectifs et les moyens d'action pour l'avenir de votre association ?

 

Réponse : L'association " Action Sociale Populaire" a pour vocation de venir en aide aux patriotes défavorisés et vivant, par exemple, dans des quartiers difficiles. Il ne s'agira pas d'effectuer des saupoudrages financiers pour gagner la confiance de ces personnes dont la détresse est grande. Mais bel et bien de prendre en compte des situations concrètes en respectant la personnalité de chacun. L'ambition de "Action Sociale Populaire " est de répondre aux problèmes ponctuels, couvrant un champ large de difficultés matérielles mais aussi de détresses morales, des militants nationalistes et des patriotes laissés pour compte. Les secours apportés seront divers : améliorer la salubrité, le confort d'un appartement, aider à un déménagement, procurer des meubles, des vêtements, des denrées alimentaires, prodiguer des conseils et des aides dans l'accomplissement de formalités. En effet, ces personnes dans le dénuement et le désarroi sont souvent ignorantes ou peu enclines à réclamer et à faire valoir des droits légitmes. Pour collecter des fonds, dans ce but, nous allons lancer à la rentrée une campagne auprès de la presse amie, bien entendu l'ampleur de notre aide et le développement de "Action Sociale Populaire" dépendra des retombées de celle-ci.Mon objectif est de faire comprendre à ce petit peuple de France qu'ils ne sont pas seuls, qu'ils sont importants à nos yeux et qu'ils représentent un pilier de notre cause.

 

 

Entretien Identitaires 2.jpg

 

 

 

03/07/2015

DANIEL HAMICHE...

 

 

 

 

 

 

Le drapeau noir

et les copains.

 

 

J'ai fait la connaissance de Daniel Hamiche  alors qu'il était le secrétaire particulier du Duc d'Anjou, prétendant au trône de France. Tous, même ceux qui comme moi ne sont pas monarchistes,  reconnaissent en Daniel un être d'exception. A cette époque, il ressemblait à une gravure de mode. Il y avait en lui un côté vieille France mais, déjà, il possédait cet art de plaisanter de façon décalée, ce trait si profond de sa personnalité.

 



Le temps n'a fait que bonifier son côté anarchiste de droite. Cette marque de fabrique de la bande à Serge a pris chez lui de la bouteille. La qualité maîtresse de ce groupe  n'est-elle pas une fidélité sans failles "aux copains d'abord"... et "au drapeau noir" ?

 

 

Dès les débuts de l'aventure de l'Action Sociale et Populaire, son soutien a été total. Il nous ouvre régulièrement les antennes de son émission sur Radio Courtoisie. C’est pour nous une aide très précieuse.

 

 

 

Pasteur Blanchard

 

                                                       

12/06/2015

Le Pasteur Blanchard à L’Action Française :

 

 

 

 

« La misère gagne du terrain ».

 

 

 

Pasteur protestant, revendiquant ouvertement ses convictions nationalistes, Jean-Pierre Blanchard est le fondateur de l’Action sociale populaire. À l’approche de l’hiver, il continue de parcourir les rues de Paris à la rencontre des pus démunis.

 

 

maraude_du_8_11_2011_6_-2.jpg

 

 

 

 

L’Action Française – Monsieur le pasteur, pourriez-vous nous dévoiler votre itinéraire spirituel et politique ?

 

 

Pasteur Blanchard – Mon éducation à Mazamet, ma ville, qui se trouve dans le prolongement des Cévennes où le protestantisme a été longtemps majoritaire, a été d’une extrême rigueur. J’ai suivi le parcours classique d’un fils du peuple : après mon certificat d’études, j’ai travaillé en usine. À cette époque, ma cité était la capitale mondiale du délainage. C’est Mai 68 qui me sortira de la condition ouvrière. J’ai découvert le social à travers les MJC. J’ai pu passer une équivalence au bac qui m’a permis d’entrer à l’école d’éducateur (l’Institut Parmentier à Paris) et d’entreprendre en 1978 une carrière de travailleur social (cité de refuge de l’Armée du salut à Paris). Les événements ont eu une autre conséquence, celle de ma révolte contre mon père et ma famille. J’ai connu toutes les errances de ma génération, de la vie en communauté aux festivals rock, en passant par la politique, de la ligue communiste à la gauche prolétarienne maoïste (tendance spontanéiste, situationniste). Mon retour à la foi, mes études de théologie, mon ordination, mon engagement avec Mme Jany Le Pen, c’est une autre histoire...

 

 

Quelle est la mission de l’Action sociale populaire ? C’est une association loi 1901. Nous sommes une équipe de bénévoles et ne bénéficions pour aide financière que de la générosité des auditeurs de Radio Courtoisie et de la presse amie. En plus de nos activités de maraudes, où chaque année pendant plus de sept mois nous venons en aide aux SDF dans les rues de Paris, nous visitons des personnes âgées isolées et essayons de répondre aux attentes des personnes en difficulté que nos amis nous envoient. Nous débutons cet hiver une nouvelle action, pour les familles de patriotes défavorisés, auxquelles nous apportons une aide concrète : achat de machine à laver, sèche-linge, gazinière, etc.

 

 

Pensez vous qu’il y a un vrai problème de répartition des richesses dans notre pays ? Il se trouve une profonde injustice à faire porter le principal effort du plan de rigueur sur le petit peuple et les classes moyennes. Mais il est une autre injustice choquante : le syndrome rousseauiste. Beaucoup de travailleurs sociaux ont tendance à considérer que les populations originaires de l’autre coté de la Méditerranée ne peuvent être que des victimes du système – ce qui bien souvent leur profite en prestations sociales, alors que la majorité d’origine française et européenne, qui a du mal à quémander, qui ne connait pas les réseaux susceptibles de l’aider à faire valoir ses droits, se retrouve de plus en plus marginalisée et précarisée. Même si le mot ne fait pas très maurrassien, nous souhaitons la justice sociale... Mais pour les nôtres.

 

 

La crise jette-t-elle de nouveaux pauvres dans la rue ? Vous avez pu constater dans les rues de Paris, et cela contrairement au discours officiel, combien les restrictions budgétaires étaient lourdes de conséquences. D’une année sur l’autre, nous voyons la situation s’effilocher. La lèpre de la misère gagne du terrain. Une nation qui n’est plus capable de gérer le problème de la pauvreté risque de le payer par de graves perturbations.

 

 

Existe-t-il dans notre pays une véritable solidarité nationale ? Malheureusement, la réponse est négative. Les habitudes ont la peau dure. On a du mal à sortir d’un certain fonctionnement politique : dans bien des milieux, on conçoit le social comme une vitrine. Cela fait bien de s’occuper des pauvres. Or, comme l’a dit Thibaut de La Tocnaye, dans son émission sur Courtoisie où j’étais invité, au Liban (qu’il connait bien), si le Hamas fait du social, son objectif est avant tout politique. Dans l’âge de fer où nous allons entrer, ce sera une des clefs de l’avenir.

 

 

Pensez-vous qu’un mouvement politique comme le nôtre a un rôle social à jouer auprès de nos compatriotes ? Depuis plus d’un siècle, l’Action française est une formidable école de pensée, à qui tous, peu ou prou, nous devons quelque chose. Depuis trois décennies que le FN a pompé les forces vives de notre famille politique, vous êtes une des rares branches à avoir conservé votre autonomie et votre dynamisme. Dans une France comptant plus de sept millions de musulmans, savoir si le régime doit être royaliste, comme vous le souhaitez, ou républicain, social et plébiscitaire, comme je le souhaite, ne me semble pas de saison. L’important, c’est la défense de notre terre et de nos morts. Au-delà de mon partenariat avec le FN, je crois qu’il est souhaitable de mettre nos efforts en commun.

 

 

Qu’en est-il de votre projet de fondation ? Initialement, ce projet fut présenté à Jean-Marie Le Pen, qui n’a pas été intéressé. L’idée en est simple : comme Brigitte Bardot pour les animaux, il s’agit de venir en aide aux patriotes défavorisés, par des actes concrets notamment l’achat d’appareils d’électro-ménager. Mon nom et mes réseaux au sein du FN m’amènent à côtoyer des personnes que nous pourrions aider dans toute la France. Il faut savoir que le statut de fondation permet de collecter des fonds. La mise initiale est mince. Peut-être que dans vos milieux, une personne aussi prestigieuse que Le Pen, de ceux qui ont fait l’histoire de notre pays, serait heureuse de donner son nom à cette œuvre de salubrité publique.

 

 

Propos recueillis par Olivier Perceval - AF 2828

Action Sociale Populaire, BP 7, 91201 Athis-Mons Cedex.

 

31/03/2015

A l'attention des lecteurs et sympathisants du C.E.P.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Madame,
Monsieur,
Chers amis du CEP,


En tant que lecteurs du site Internet du CEP (Centre d’Études et de Prospective sur la Science) et/ou de sa Revue trimestrielle, peut-être avez-vous déjà connaissance de la tenue de notre prochaine journée de conférences, prévue lesamedi 25 avril 2015.



Vous en trouverez ci-joints le programme détaillé et la fiche d’inscription.


Ces éléments sont aussi disponibles sur notre site Internet, dans la rubrique « Activités » du Menu (http://le-cep.org/ )
 

Pour vous inscrire, si vous ne l'avez pas déjà fait, il vous suffit de nous retourner votre formulaire d’inscription complété, accompagné du chèque de règlement correspondant à vos choix (inscription(s) + hébergement (repas et/ou nuitées).


Pour des raisons d'intendance, nous vous recommandons de vous inscrire sans tarder.

 
Au plus tard une semaine après réception de votre courrier d'inscription, un courrier électronique de confirmation vous est envoyé. En cas de non-réception de ce courriel de confirmation, nous vous prions de bien vouloir reprendre contact avec nous, par mail ou téléphone.
 

Pour rappel, voici l’adresse précise (sans ajout) à laquelle expédier votre courrier :
 


CEP,
33 Rue Lénine,
94 200 Ivry-sur-Seine


Pour mémoire, il est possible de se faire une idée des événements que nous proposons en accédant, via diverses plateformes de partage en ligne (Gloria TV, Dailymotion et Youtube), à la consultation de quelques interventions récentes de certains de nos conférenciers, effectuées dans divers contextes (colloques et journées du CEP, mais aussi débats contradictoires...), sur les liens suivants :
Vous pouvez également trouver un inventaire de nos videos ici : http://www.le-cep.org/Inventaire-des-videos.html
 

Dans la mesure de votre possible, merci de faire circuler l'information autour de vous !


Restant à votre disposition pour tout renseignement complémentaire, nous vous prions d’agréer, chers amis du CEP, l’expression de notre respectueuse considération.

 

 


Maxime 
Secrétariat des Colloques du C.E.P.
Mail : cep.colloques@gmail.com

Adresse : C.E.P, 33 Rue Lénine, 94 200 Ivry-sur-Seine
Téléphone : 01 70 25 14 45 (en cas d'absence, merci de laisser un message sur le répondeur)
Site Internet : http://le-cep.org/

 


NB 1 : Si vous ne souhaitez plus recevoir d'alertes concernant les prochains événements du CEP, il vous suffit de nous retourner un courrier électronique portant pour seule mention : "Désinscription". Votre adresse sera immédiatement effacée d
u fichier des destinataires.
NB 2 : Si vous souhaitez modifier votre adresse électronique de contact, ou en ajouter une, merci de nous en aviser également.

 
 
 
 
 
 

Dominique Tassot.jpg

Dominique TASSOT animateur du CEP