Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2012

IMPRESSIONS DE MARAUDE...

Maraude du 20 11 2012 (3).JPG

 

Par Céline Guillermond,

secrétaire FN du 75017 Paris

et Alexandre Simonnot,

secrétaire départemental FN du Val-d'Oise

 
 
Nous nous sommes retrouvés à 21 h le 20 novembre dernier, pour donner un peu de notre temps à ceux qui passent leur vie dehors. Invités par le très dynamique et dévoué Pasteur Jean-Pierre Blanchard et son épouse Catherine, nous avons sillonné Paris, à la rencontre des exclus, des plus pauvres, des grands oubliés que sont nos sans-abri.
 
Partis de la Porte d'Italie, nous nous sommes d'abord rendus sous le métro aérien, à proximité de la station Sèvres-Lecourbe. Quatre SDF y commençaient leur dure nuit, et l'un d'eux avait son petit chien comme unique compagnon. A peine nous aperçoivent-ils qu'aussitôt leurs yeux s'ouvrent avec le sourire. Nous leur servons du café, de la soupe chaude et leur proposons quelques vêtements. Ce n'est pas grand-chose mais pour ces personnes qui ont tout perdu, c'est énorme. Ils n'ont plus rien, ils sont seuls, ils ont froid. La Mairie de Paris ne veut pas qu'ils soient visibles, alors régulièrement on leur prend toutes leurs affaires pour les jeter. Plutôt que de mener une action véritablement sociale en faveur de ces malheureux, la Mairie préfère les dissuader de rester dans ces beaux quartiers et fait tout pour les chasser hors-les-murs, là où l'on ne les verra pas.
 
Un peu plus loin, nous retrouvons la grande vedette de nos maraudes, celui est devenu notre ami, Francis. Il campe sous le métro, entre un terrain de basket-ball et des "vélib". Lui aussi aura son café chaud et quelques vêtements. Il nous raconte sa vie d'orphelin. Il n'a pas connu ses parents, il n'a pas de famille. Sa seule famille, c'est la rue, la misère et l'infortune.
 
 

Maraude du 20 11 2012 (24).JPG

 
 
Nous poursuivons notre maraude dans le froid mais comment oserions-nous nous en plaindre ? Nous ne sommes dans la rue que pour quelques heures tandis que tous ceux que nous rencontrons y passent toutes leurs journées et leurs nuits, été comme hiver. Nous faisons le tour de Paris. Il y a des sans-abris partout, rue de Rivoli, boulevard Haussmann, boulevard Saint-Michel, boulevard Saint-Marcel, avenue des Gobelins, toujours la même misère, toujours la même détresse.
 
Voir tous ces jeunes bobos qui sortent des bars, des restaurants, des cinémas, des discothèques... totalement indifférents à toute cette misère qu'ils croisent est un des spectacles les plus révoltants de Paris. Pas un seul d'entre eux n'aura le moindre geste vis-à-vis de ceux qu'ils aperçoivent dormant dehors. Ils s'amusent, ils rigolent, ils passent une bonne soirée, ils mangent à leur faim, ils ne connaissent ni le froid ni la soif mais pas un seul d'entre eux n'aura le moindre geste vis-à-vis de ceux qu'ils aperçoivent couchés sur le trottoir. Même pas un regard, même pas une parole, même pas un sourire.
 
Voici quelle a été notre aventure cette nuit-là, un petit voyage au pays de la misère, de la solitude et de la souffrance. Une expérience qui nous fait prendre conscience de l'absolue nécessité de poursuivre ces actions sociales dans cette société vouée à l'individualisme le plus égoïste et à l'indifférentisme le plus inhumain.
 
Le Pasteur Blanchard et son épouse Catherine nous remercient pour notre venue et nous nous embrassons tous les quatre avant de nous séparer. Nous n'oublierons pas celles et ceux que nous avons rencontrés cette nuit-là, qui n'avaient comme toit que la rue et son cruel quotidien.
 
 
Céline Guillermond et Alexandre Simonnot

28/11/2012

MAIS QUE FONT-ILS ?

Que font-ils.jpg

Pour le savoir, cliquer ICI

27/11/2012

DOMINIQUE DELEPINE...

Delépine (2).JPG

 

En passant

par la Lorraine
 
 
Les ondes de Radio Courtoisie sont toujours aussi précieuses pour notre association. Il y a en Lorraine, à deux pas de l'Alsace, un couple de retraités qui écoutent assidûment les émissions. Un jour, suite à l'un de mes appels, profondément touchés par la détresse de nos compatriotes,  ils ont vivement souhaité  leur venir en aide.
 
Dominique Delépine, frère de l’auditrice habite dans l'Essonne à deux pas de chez moi. Chaque fois qu'il va  rendre visite à sa soeur et à son beau-frère, il revient avec un important chargement de vêtements et de nourriture. Il est touchant de voir ces lorrains se préoccuper de la misère de leurs compatriotes de la capitale.

La solidarité nationale n'est pas un vain mot. Nous ne pouvons que constater que si les français sont les véritables laissés pour compte de notre système social, il y a au sein du peuple de France un esprit de réelle solidarité. La notion de justice sociale envers ceux qui souffrent n'est pas un vain mot.

 

Pasteur  Blanchard

23/11/2012

UN TRAIN PEUT EN CACHER UN AUTRE.

Fléau.jpg

 

Ces jours derniers, j'ai commencé à examiner l'impact des premiers amendements apportés par ce projet de loi N°344.

Ces conséquences portent non seulement sur notre Code civil mais aussi sur les régles matrimoniales, sur l'attribution du nom des enfants adoptés, sur l'hérédité, sur les successions, sur les héritages, sur le droit du travail, sur les règles fiscales, sur les décès, etc...etc..

Les premières analyses ainsi faites montrent que les dispositions de cette loi sont d'une portée telle qu'il est absolument impossible à tout juriste de l'évaluer pour l'avenir de la société française dont les fondements même seront bouleversés. Des pans entiers de règles de droit minutieusement mises au point depuis des siècles seront anéantis en même temps que la société française dont les membres auront perdu tous leurs repères naturels.

Dans ce texte, compte tenu de son importance, chaque amendement devrait réclamer un vaste débat public. Je dis bien chaque amendement ! Chaque amendement ! Hélas, ce n'est pas le cas.

 

De mort.jpg

 

ATTENTION ! ATTENTION !

 

Ce texte, non seulement définit les règles relatives au "mariage" de deux personnes de même sexe et l'adoption par eux d'enfants mais il s'applique aussi au mariage de personnes de sexes différents et à l'adoption par ceux-ci d'enfants.

Ce qui fait que les dispositions régissant le mariage actuel seront profondément bouleversées pour ne pas dire anéanties.

Face au danger immense que constitue une telle loi pour la société française et pour les relations entre chacun de ses membres, j'invite chaque Française et chaque Français à écrire à son député.  Pour exiger, oui pour exiger un REFERENDUM précédé d'un long débat article par article, amendement par amendement, afin que le peuple souverain puisse se prononcer en toute connaissance de cause.

Si par malheur ce référendum ne lui était pas accordé, alors il ne resterait plus au peuple souverain qu'à descendre massivement par millions dans la rue pour faire reculer le gouvernement et sauver la société française.

Françaises, Français, le destin de votre mode de vie est entre vos mains. A vous de vous faire entendre !

 

Adrien Desport Rbm

07:05 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

21/11/2012

MARAUDE DU 20/11/2012.

Cliquer ICI

19/11/2012

MES THEORIES ET PREVISIONS...

Nuages et soleils.jpg

 

Par Thierry Pichon. 

Quand on voit l'impopularité de flamby et de son gouvernement après seulement six mois, on se demande bien jusqu'où ça ira quand la France rejoindra la Grèce et l'Espagne dans le chaos !

Je vais jouer les météorologues de la politique intérieure :

2013, ambiance plombée, climat orageux, tempête à l'horizon pour la première moitié de l'année. Dans la seconde, le tonnerre gronde puis les éclairs frappent, causant des incendies ici et là, le climat général devient instable, très menaçant, comme l'attestent les nombreuses tempêtes qui balayent déjà le pays.

2014, l'année de tous les dangers, cyclones et tornades se succèdent, fréquentes sorties de route pour les imprudents, l'horizon n'est plus que ténèbres. Puis tout s'accélère, les tempêtes dévastatrices se succèdent, les catastrophes s'enchaînent, le niveau du mécontentement ne cesse d'augmenter. La démission et l'exil serait une solution mais le capitaine s'accroche à la barre. Erreur fatale, une lame de fond finit par l'emporter dans les abysses et un gouvernement d'union nationale tente de sauver ce qui peut encore être sauvé.

Mais ne dit-on pas "après la pluie, le beau temps" ? L'horizon finit par s'éclaircir et le pays panse ses plaies en se disant "plus jamais ça".

 

Thierry Pichon

16:16 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

16/11/2012

IMPRESSIONS DE MARAUDE...

Maraude du 23 10 2012 (13).JPG

 

Par Erik Faurot,

SD/FN du Puy-de-Dôme

et Jean-Jacques Noël,

SD/FN de la Manche

 

Pour ma deuxième maraude, j'ai suggéré au Pasteur de convier mon ami et homologue de la Manche, Jean-Jacques Noël. Ce dernier accepta avec enthousiasme. Nous nous retrouvons donc, le jour J, à l'heure H, avec le Pasteur et Catherine pour assurer "notre tournée".

Dès le début, je retrouve des sans-logis rencontrés lors de ma première maraude, dans la même situation, au même endroit et j'en suis étonné. Mais, tout bien réfléchi, quel changement, politique et social, pourrait les avoir tirés de leur misère ?  L'arrivée cahotante d'un socialisme de substitution, davantage issu du dégout de Sarkozy que d'une véritable adhésion idéologique ? Tout cela n'est que fumée et poudre aux yeux. Cette nuit, encore, nous allons le comprendre...

Les étapes se succèdent. Nous entendons ces petites histoires du quotidien de ceux qui vivent, sur le trottoir, aux pieds des autres. Comme tout le monde, ils souffrent de l'insécurité : ils sont même particulièrement exposés. L'un d'eux nous explique qu'on lui a dérobé le caddy de supermarché dans lequel il gardait ses derniers biens !

Notre périple se poursuit, les stocks de nourriture et de vêtements diminuent peu à peu.

Nous croisons des familles, dormant sous des cartons et des couvertures près des grands magasins. Comment supporter le contraste qui oppose luxe commercial et  misère totale ? Un mot de Maurras me revient : "Ni aujourd'hui ni jamais, la richesse ne suffit à classer un homme, mais aujourd'hui plus que jamais la pauvreté le déclasse."

 

Maraude octobre 2012 JPG.jpg

 

Durant cette maraude, une fois encore, le Pasteur est d'excellente humeur. Cela  me semble un tour de force. Mais, je sais à quel point il est essentiel d'assurer un contact chaleureux, humain et décontracté. Certains de nos protégés nous l'ont fait remarquer l'an dernier. C'est même une des différences notables entre l'ASP et d'autres organismes de secours social.

La nuit s'achèvera près de la gare Saint-Lazare. Tout a été distribué, vêtements et couvertures, produits de toilette et nourriture. La voiture est vide...

Notre mission est remplie. Pourtant, l'aspect dérisoire de cette action, face à l'ampleur de la demande nous pèse. Où sont les promesses de campagne du candidat Sarkozy ? La rue est loin d'être vide...

Nous quittons le Pasteur et Catherine en prenant rendez-vous pour l'année prochaine. Et cette fois, j'ai conscience que je reverrai certains visages.

 

Erik Faurot

 

 

PS : quelques jours ont passé et j'apprends qu'un homme de la rue est mort en région parisienne ; le premier de l'hiver qui s'annonce. C'était un ancien légionnaire. Cet homme a mis sa vie au service de notre pays. Il a placé nos trois couleurs au-dessus de sa propre existence. Est-ce la France que j'aime tant qui l'a laissé mourir dans la misère, à même le sol?

Y-avait-il sur son cercueil le drapeau national ? Sa famille a-t-elle reçu les condoléances de quelque représentant de l'Etat ? A l'heure de toutes les reconnaissances, de toutes les repentances, quel fonctionnaire empressé s'est penché sur le sort de cet homme ?

Souvent dans la vie d'un militant du Front National, il y a des signes comme celui-là, qui montre l'évidence et  la nécessité de notre combat.

13/11/2012

LA SOEUR DE MERAH, FIERE DE SON FRERE.

 Ali Gator.jpg

 

[Souad Merah est la sœur de Mohamed Merah, le tueur de Toulouse et Montauban. Filmée par une caméra cachée après les sept massacres perpétrés par son frère, elle apparaît voilée, discutant à Toulouse avec Abdelghani, son frère aîné. Elle déclare alors, en se répétant, qu’elle est "fière" des crimes commis par son frère : "Je suis fière de mon frère, il a combattu jusqu’au bout (…) je pense du bien de Ben Laden, je l’ai dit aux flics, je peux te le dire à toi."   Et un peu après : "Les salafistes, ils agissent. Moi et (Abdel)Kader, on soutient les salafistes, Mohammed a sauté le pas. Je suis fière, fière, fière !" Elle affirme par ailleurs : "Les juifs, tous ceux qui sont en train de massacrer les musulmans, je les déteste."

Au moins les choses sont claires. Cette caméra cachée a le mérite de révéler au grand jour les dispositions cachées, en terre de France, de certains musulmans issus de l’immigration nord africaine. Comment en serait-il autrement alors qu’ils arrivent massivement, entamant un processus de substitution démographique, inexorable, déjà visible dans certaines villes de France, et qui aboutira inéluctablement… ? Lorsque par ailleurs, la France refuse le modèle assimilationniste, impossible d’ailleurs avec une telle proportion de nouveaux arrivants, pour promouvoir idéologiquement le multiculturalisme, réduisant la France à une ère géographique , vierge de sa culture séculaire, où chacun peut venir camper à sa guise et vivre selon ses codes ?

Le gouvernement français favorise, en imposant ce modèle de société  sous couvert des meilleurs sentiments et drapé des plus belles vertus, l’émergence de situations conflictuelles, trop souvent meurtrières, augure d’une civilisation en fin de vie…]

 

Jean de Rouen

 

 

18:55 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

09/11/2012

QUE VIVE NPI !

NPI.jpg

 

Dès sa création, par notre  regretté ami Jacques Vassieux, le site Nations Presse Info  se révèle, pour notre association et  pour tous les amis du Front National comme un formidable vecteur d'information. Au fil des années, il devient l'instrument indispensable pour répercuter nos actions et ainsi trouver les moyens de pouvoir  continuer.
 
Avec le temps, notre coopération s’est resserrée, puisque Julien Sanchez concevant un lien pour ouvrir directement  notre blog à partir de NPI, Louis Aliot accepte tout de suite la proposition. Que tous deux soient chaleureusement remerciés.

Ils savent que notre seul souci est de servir le mouvement, pour qu'enfin soient entendues les revendications du peuple, de ces petites gens qui souffrent de se voir dépossédées de leur patrie. Ce peuple, que les pigistes de l'oligarchie qui nous gouverne met au banc de la société.

Nos dirigeants et leurs sicaires n'éprouvent que mépris pour la piétaille populiste. C’est grâce à des organismes comme NPI et  à des actions comme la nôtre, que cette piétaille retrouve un lieu de parole, pour sa plus juste des revendications : Justice sociale pour les Nôtres !

Elle est heureusement diffusée par Nations Presse Info, au soutien indéfectible.
 

Pasteur  Blanchard

07/11/2012

MARAUDE DU 06/11/2012.

Cliquer ICI