Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2017

Les médias veulent imposer aux Français le Grand Remplacement:

 

 

par Gérard Brazon

 
 
 

 

 

 

 

 

L’immigration est et restera pendant de longues années la plaie béante de nos Nations européennes et particulièrement de la France qui subit un abandon de ses élites si ce n’est une complicité active que d’aucuns appellent une trahison.

 

 

 

On peut le voir dans les médias télévisés où est dénoncé la « blanchitude » des animateurs, des présentateurs, des artistes, des chanteurs. Bientôt il sera recommandé de s’habiller à l’africaine, de se faire des tresses, de gommer ces traits trop occidentaux. Viendra le jour, où la « blanchitude » sera demandée afin de ne pas être dénoncé comme étant raciste par la minorité blanche du Cantal ou de Corse. On mettra un blanc par ci, un autre par là pour présenter la météo, ou Euro millions.

 

 

 

Aujourd’hui, dans nos séries télés, il n’y a que du blancos parmi les truands, les petits et grands voleurs à la tire, les violeurs et autres clients dans les commissariats politiquement corrects. Vous y verrez des commissaires noirs, des procureurs d’origine maghrébine, et des blancos aux ordres, et se faisant engueuler. Ils sont tellement cons les blancos n’est-ce pas ! C’est la mode, c’est la norme.  Il parait qu’il faut enfoncer ça dans le crâne des franchouillards. L’idée est de les habituer, eux, les blancs encore majoritaires chez eux en France, qu’ils ne sont plus les patrons de leur destinée civique, professionnelle, voire affective. Qu’il n’y a pas besoin d’être blanc pour être dans la hiérarchie. Cela dit, si le commissaire, le procureur, le juge, l’avocat, le chef d’entreprise mérite par son travail le poste qu’il occupe, je n’y vois pas d’inconvénient. C’est seulement cette surreprésentation qui m’agace.

 

 

 

Où sont passés les délinquants des cités dans les films et téléfilms ? Ils s’appellent tous Kévin, Édouard, Martin ? Pas de Mohamed, ni de Mamadou ? Les cités sont donc des havres de paix où la blanche colombe côtoie le gentil renard ? Où les chats noirs font la bise aux caniches blancs ? Pourtant, tout nous indique que les caniches se sont fait la malle depuis longtemps. Les médias ont  beau  refuser de mettre les prénoms, de signaler les aspects vestimentaires, de faire l’impasse sur les origines, sauf si c’est un Français de souche, un Breton, un Percheron, un Bordelais, rien n’y fait, on sait d’où vient l’acteur. Je ne sais même pas comment un journaliste peut vivre en se regardant dans la glace en escamotant une partie de l’info ? Sur ordre ?

 

 

 

Les Rebeus (Beur) et le Renois (Noir) dans le camp des gentils ? Les Babtous (Blanc) dans celui des méchants ? Elle n’est pas belle la vie chez les scénaristes, les réalisateurs de films, les idéologues de la bien-pensance ?

 

 

 

Amusez-vous à regarder ces petits téléfilms qui sévissent sur toutes les chaînes, (Profilage, Deux flics sur les docks, Un juge et un flic, Alice Nevers, Plus belle la vie, etc.) Les méchants sont toujours les mêmes. À se demander si les commissariats de banlieues existent, si les tribunaux de Bobigny, Nanterre, Lyon, Marseille, Bordeaux existent. Il suffit pourtant d’aller regarder la liste des jugements en cours, devant chaque salle, pour réaliser la vérité cachée par les réalisateurs. La délinquance n’est pas exclusivement « babtou« . Vous le savez, je le sais, mais cette oligarchie socialisante qui règne sur les médias et le monde des artistes tente de nous faire avaler des couleuvres de toutes les couleurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est à nous de faire le tri. C’est à nous de regarder ces films avec la distance requise pour éviter de tomber dans le premier degré de la béatitude bien-pensante.

C’est à nous de protester, de signaler ces dérives, de dire qu’ils cessent de nous prendre pour des nigauds.

 

 

Ils ne cesseront pas bien sûr, ni ne s’excuseront, mais j’ai la certitude que demain, comme aujourd’hui sur certaines radios on entendra la complainte des médias se plaignant de la baisse de leur audimat, sur le manque de confiance envers des journaux d’informations cadrés.

 

 

Le pouvoir médiatique change de main. Aujourd’hui, les journaux qui ont la confiance des lecteurs ne sont plus les journaux de la presse écrite, pas plus que les journaux des 20h. Ils sont sur Internet avec Riposte Laïque, et d’autres. Les Français regardent de plus en plus les infos officielles, d’un derrière distrait comme le dirait Gilbert Collard. Ils ont bien raison. Ils ont appris et continueront à apprendre à se méfier de ces diffuseurs officiels de l’information prémâchée de l’agence d’état bien-pensant qu’est l’AFP.

 

 

Voici un exemple de ces dérives signalées. Une image symbolique et un désir de nier les appartenances à la culture du pays qui accueille l’immigré.

 

 

Jack Lang milite depuis longtemps pour une attention plus grande portée à l’enseignement de la langue arabe. C’est la quatrième langue la plus parlée au monde, dit-il, la sixième officielle des Nations Unies, la cinquième en France. Nous sommes dans un pays où la langue arabe devrait être reine. (Sans commentaire)

 

 

 

 

 

 

Gérard Brazon

 

 

08:41 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

26/08/2017

CEP (Centre d’Études et de Prospective sur la Science):

 

 

 

Colloque les samedi 23 et dimanche 24 septembre 2017:

 

 

 

 

 

Madame,
Monsieur,
Chers amis du CEP, 

 

 

 

En tant que lecteurs du site Internet du CEP (Centre d’Études et de Prospective sur la Science) et/ou de sa Revue trimestrielle, peut-être avez-vous déjà connaissance de la tenue de notre prochain colloque les samedi 23 et dimanche 24 septembre en région parisienne, à Orsay, dans la Maison La Clarté-Dieudont le plan d'accès est consultable sur ce lien :http://www.clarte-dieu.fr/B_PLAN/LCD_plan.html 

 

 

Vous en trouverez ci-joints le programme détaillé et la fiche d’inscription.

 



Ces éléments sont aussi disponibles sur notre site Internet (http://le-cep.org/ ). Plus précisément, le programme est ici et la feuille d'inscription ici.

 

 

 

Par ailleurs, une demi-journée exceptionnelle de formation à la médecine familiale vous est également proposée, levendredi 22 septembre de 15h à 18h. Assurée par le Docteur Jean-Maurice Clercq, membre du CEP, cette formation ne se réalisera que si le nombre d'inscrits y est suffisant. Vous en trouverez la présentation plus détaillée en PJ, avec le bulletin d'inscription spécifique à nous renvoyer si vous êtes intéressé (règlement à effectuer par chèque séparé, à l'ordre du CEP).

 

 


Pour vous inscrire à tout ou partie de ces événements, il vous suffit de nous retourner votre formulaire d’inscription complété, accompagné du chèque de règlement correspondant à vos choix (inscription(s) + hébergement (repas et/ou nuitées). 

 



Compte tenu des capacités d'accueil limitées, nous vous recommandons de procéder à votre inscription sans tarder.

 

 

Au plus tard dix jours après réception de votre courrier d'inscription, un courrier électronique de confirmation vous sera envoyé. En cas de non-réception de ce courriel de confirmation, nous vous prions de bien vouloir reprendre contact avec nous, par mail ou téléphone.

 

 

 

 

 

 

 


Attention : vos courriers doivent être expédiés à l'adresse du secrétariat du CEP (en service depuis l'année dernière):

 

 

CEP,  
Cidex 811, 
16 Rue d’Auxerre, 
89 460 Bazarnes

 


Pour mémoire, il est possible de se faire une idée des événements que nous proposons en accédant, via diverses plateformes de partage en ligne (Youtube, Dailymotion, Gloria TV), à une sélection d'interventions de certains de nos conférenciers, effectuées dans divers contextes (colloques et journées du CEP, mais aussi débats contradictoires...), sur les liens suivants :

 

Sur Youtube :

 


https://www.youtube.com/channel/UC96Gdnhlnje7Qymrrfa7eVA/...

Sur Dailymotion :

 

 

http://www.dailymotion.com/user/Le-CEP/1 

  

Sur Gloria TV :

 


https://gloria.tv/user/stXUZrnTHWw/videos   puis : https://gloria.tv/user/45MQrkVdeM3/videos

 

 

Dans la mesure de votre possible, merci de faire circuler l'information autour de vous !

 



Restant à votre disposition pour tout renseignement complémentaire, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, chers amis du CEP, l’expression de notre respectueuse considération.




Mail : s.cep@wanadoo.fr


Adresse : CEP, Cidex 811, 16 rue d'Auxerre, 89 460 Bazarnes

 


Téléphone : 03 86 31 94 36 (en cas d'absence, merci de laisser un message sur le répondeur)
Site Internet : http://le-cep.org/

 

 

 

 

 

25/08/2017

Pré-maraude du 24 / 08 / 2017...........

 

 

22/08/2017

Verdicts indécents : la « justice » française en pleine dérive ?

 

 

 

 

 

Je fustigeais il y a peu, notre éminent (humour !) ex-premier ministre, qui n’a pu s’empêcher de nous quitter sur une dernière pirouette : mettre la magistrature sous tutelle directe de l’Etat.

 

Mais si l’on réfléchit bien, il n’y a là rien d’extraordinaire, si ce n’est une « ouverture de porte ouverte », puisqu’il semblerait que parmi nos magistrats, beaucoup (trop !) soient déjà, de par leur appartenance à l’idéologie gauchiste, aux ordres des futurs ex-dirigeants.

 

 

Nous sommes en effets habitués depuis 2012, à des jugements totalement ahurissants, puisque n’ayant de rapport avec la vraie et indépendante Justice, que de loin … voire pas du tout !

 

Il est néanmoins des horreurs auxquelles il est impossible de s’accoutumer, et il est toujours aussi douloureux d’apprendre certaines drastiques condamnations envers des citoyens ayant juste voulu défendre leurs bien et leur vie, et en contrepartie une extrême (et très suspecte) indulgence pour des voleurs, violeurs, tueurs … selon que les uns et les autres ont, ou non, des accointances avec la pensée unique pratiquée dans certains prétoires.

 

C’est ainsi que Luc Fournié, le buraliste du Tarn qui avait tué un cambrioleur de 17 ans en   2009, vient d’être condamné en appel à Toulouse, à 10 ans de prison, soit trois ans de plus qu’en première instance, par la cour d’Assises de Haute Garonne, excluant la légitime défense.

 

« La cour a « refusé ce glissement dangereux de la légitime défense à l’autodéfense, que la force l’emporte sur le droit », s’est au contraire félicité Me Simon Cohen, avocat des parties civiles. »

 

Sans tenir compte des larmes de repentir de l’accusé, ni de sa demande de pardon à la mère de sa victime, les jurés ont préféré faire obstacle à la légitime défenseen danger de dégénérer d’après le raisonnement gauchiste … sans qu’il soit fait état que si l’autodéfense se multiplie, c’est  justement parce que les agressions, y compris par de très jeunes, se multiplient de plus en plus dans l’indifférence de l’ex ministre de l’Intérieur, plus occupé à chouchouter les migrants que se soucier de la sécurité des citoyens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 "Nous ne plaidons pas contre Luc Fournié », avait assuré, pour les parties civiles, Me Cohen. « Nous plaidons pour que la légitime défense soit consacrée telle qu’elle est instituée, pour qu’elle ne dégénère pas. Nous plaidons contre l’autodéfense, parce que nous considérons que c’est à la fois une régression et un danger. »

 

 

 

Bien évidemment il est tragique que la vie ait été ôtée à un être si jeune, mais a-t-on pensé tout de même à cibler la responsabilité des parents ; quelle éducation lui a donc été donnée pour qu’il décide d’accompagner un copain faire un casse chez un buraliste en pleine nuit ? A mes yeux ils sont aussi coupables que celui qui a tiré sur leur enfant.

 

 

 

 

En revanche, Cécile Bourgeon, mère de la petite Fiona morte à 5 ans, et dont on n’a jamais retrouvé le corps, a été acquittée partiellement du chef de violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner, et n’a écopé que de 5 ans, ce qui paraît scandaleusement peu pour une maman incapable de protéger son enfant, et manifestement complice de son bourreau, dès l’instant qu’elle a menti en prétendant avec lui, que Fiona avait disparu.

 

 

 

 

Souvenons-nous avec quel écœurement nous avions appris en janvier dernier, l’intolérable verdict condamnant également à 10 ans de prison, Jacqueline Sauvage, victime pendant 47 ans des sévices en tous genres de son monstre de mari, qu’elle avait finalement occis après trop de souffrances, tant morales que physiques (tabassages, viols répétés sur sa personne et deux de ses filles). Mais rien n’avait pu attendrir les magistrats de la cour d’Appel de Blois, qui comme leurs collègues de Toulouse ont réfuté la légitime défense.

 

 

 

 

 

Il est vrai que pour les magistrats gauchistes, comme pour l’ensemble de la bobosphère, il est souvent bien plus excusable de violer, brûler à l’acide, égorger, poignarder, décapiter … dès l’instant que le ou les auteurs sont de pauvres gens, souvent déséquilibrés et isolés, victimes du racisme ambiant … et les vraies victimes, d’odieux citoyens pratiquant les amalgames et les stigmatisations des premiers … bien que cela soit formellement défendu par l’ex locataire de Matignon, et son successeur.

 

 

Ulcérés par ces jugements aux antipodes de ceux rendus généralement pour les racailles, qu’elles soient de banlieues ou en col blanc, des citoyens se manifestent régulièrement par des pétitions, ou des regroupements protestataires, sans que cela n’émeuve le moins du monde les récipiendaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Forcément, sous le règne de Normal 1er, où certains (parfois même ministre) s’empressent d’envoyer leurs magots dans les paradis fiscaux, afin d’échapper aux impôts … malgré les tranches non imposables dont ce beau monde bénéficie, il est très mal vu de vouloir défendre son bien et sa vie, surtout si c’est pour supprimer celle d’un représentant de l’espèce la plus protégée par nos vils dirigeants.

 

 

 

Nous citoyens modèles, suant pour leur assurer une vie de rêve, via nos impôts, pouvons bien risquer chaque jour nos vies pour un regard mal interprété, un refus de cigarette, ou une simple remarque sur des incivilités à répétitions … c’est le cadet de leurs soucis, dès lors qu’eux-mêmes et leurs petites familles sont bien protégés par les forces de l’ordre … dont les membres sont d’ailleurs tout aussi méprisés et malmenés que les citoyens.

 

 

 

Menteurs, voleurs, traîtres à la Patrie, faussaires (en diplômes), islamo-collabos … Ah il est joli le petit monde de cette gauche caviar, prête à tout pour continuer à se faire entretenir par ce peuple qu’il déteste, et qu’il persiste à prendre pour des imbéciles.

 

 

Mais tout à une fin messieurs-dames les crapules ; vous le savez bien d’ailleurs, vu la panique qui vous saisit à chaque nouveau scrutin ne validant pas les prévisions que vous martelez sans fin … Et vous pouvez effectivement trembler, car si nous réussissons à vous déloger des postes dont vous êtes indignes, il est fort possible que vous regrettiez amèrement de ne pas avoir tiré votre révérence plus tôt.

 

 

N’oubliez pas : la vengeance est un plat qui se mange froid … la nôtre sera terrible !

 

 

Josiane Filio

 

08:54 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

18/08/2017

BRÊVE HISTOIRE DE MAZAMET (2).

 

 

 

 

 

Au XVI ème siècle, Mazamet était une simple bourgade qui vivait de l'artisanat du textile. Ce petit peuple d'artisans et de marchands circulait pour vendre sa production. Côtoyant des prédicateurs calvinistes, il est peu à peu gagné aux idées de la réforme. Le protestantisme s'installe dans la cité.


 
Mazamet étant loin du pouvoir royal, les protestants jouissent d'une certaine autonomie. De plus, les mesures qui les excluent de diverses charges ne font que fortifier leur investissement dans l'industrie textile. La ville ne connaîtra pas la répression qui va s'abattre sur les Cévennes. Et après une période de relative tolérance, en 1787 la liberté religieuse est reconnue.

 

Tout au long du XVIII ème siècle, la fabrication locale mérite la flatteuse réputation acquise dès 1708. Il sera même dit qu'on y travaille "à la perfection". Le progrès technologique s'accélérant, en 1780 l'intendant du Languedoc Ballainvilliers affirme, "la ville de Mazamet possède une des plus florissantes manufactures de la province". Par le démarchage de ses représentants, Mazamet élargit  ses filières et s'implante sur les marchés de Paris et Londres.


 
Maintenant, le travail va se concentrer dans les usines.  Il n'y a pas besoin de moteurs à vapeur, ni de charbon coûteux, l'eau de l'Arnette suffit pour actionner les nombreuses machines hydrauliques. Pierre Olombel, son gendre Houlés, puis le gendre de celui-ci Cormouls, tous protestants se trouvent à la tête du mouvement, suivis par de nombreux autres.

 

En 1851, la nouvelle industrie de délainage prend son essor. A cette époque, la ville compte dix mille habitants, sept mille dans l'agglomération et trois mille dans la montagne. Les protestants représentent 31%. Cette proportion ira en décroissant avec l'arrivée d'une main d'œuvre catholique, attirée par le travail dans les usines. Mais, 84% des grands patrons restent de religion réformée comme 80% des petits patrons et 60% des cadres. Les mariages mixtes sont rares et ces différences sociales expliquent que la majorité des domestiques dans les familles protestantes, sont des catholiques.

 

 

A suivre...

 
 

08:50 Publié dans Biographie | Lien permanent | Commentaires (0)

15/08/2017

Agriculture intensive : 10.000 fermes laitières sur 60.000 devraient disparaître en 2018

 

 

Agriculture_Portfolio_Leica_Geosystems_1766x750.jpg

 

 

Les gouvernements successifs ne cherchent pas à repenser le modèle agricole français. Depuis Maastricht, les politiques français posent des boîtes de pansements sur une jambe de bois à coup de millions d’euros d’aide aux différents secteurs agricoles.
 
 
 
Les manifestations d’éleveurs se font rares. Pourtant les difficultés graves persistent, au point que la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) prévoit la disparition de 10.000 éleveurs de vaches laitières en 2018 sur un total de 60.000. C’est énorme.
 
 

Le ministre de l’Agriculture, a d’ailleurs annoncé vendredi la signature d’un accord avec le fonds d’assurance Vivéa et Pôle emploi pour « accompagner les chefs d’exploitation dans leur reconversion et transition professionnelles ». Autant dire que de tous côtés on s’attend à une vaste opération de restructuration dans l’élevage. Le numéro un mondial du fromage Lactalis estime que « les volumes de lait ne disparaîtront pas. On va assister à une concentration des élevages. Pas à une chute de production ».
 

11/08/2017

BRÊVE HISTOIRE DE MAZAMET (1).

 

 

 

 

C’est au pied du versant nord de la Montagne noire, loin des ports, que Mazamet est tapie. De tout temps, la ville a été mal desservie par les routes. Et le chemin de fer ne fit son apparition que très tardivement.


 
Malgré ses désavantages, à partir du XIX ème siècle, Mazamet s'enrichit et étend ses relations  avec le monde entier. En effet, elle importe d'Argentine, d'Uruguay, du Chili, d'Afrique-du-sud, d'Australie, de Nouvelle Zélande des peaux de moutons qu'elle transforme en cuir et en laine pour les exporter vers l'Angleterre, l'Italie et jusqu'aux Etats-Unis.  Au coeur de cette extraordinaire aventure industrielle, nous trouvons la bourgeoisie protestante de la cité.


 
Paradoxalement, ce patronat avait des convictions "républicaines" et votait à gauche alors que la majorité des ouvriers d'origine catholique votaient pour la droite cléricale et "réactionnaire". Le baron Reille qui avait des liens avec la hiérarchie catholique était le candidat des classes populaires. Grâce à leur vote massif en sa faveur, il remportait toutes les élections. Pendant des générations, de père en fils ou d'oncle à neveu, les Reille furent élus députés, presque sans interruption, de 1869 à 1958.

 

 

Des patrons plus à gauche que leurs ouvriers, une ville enclavée devenant l'avant-garde du dynamisme industriel, une situation unique et autant de questions que nous aborderons dans le prochain article.     

 

A suivre...   

 

09:47 Publié dans Biographie | Lien permanent | Commentaires (0)

09/08/2017

Pré-maraude du 8 / 08 / 2017...........

 

 

08/08/2017

Islam de France : un mensonge bien français…

 

 

 

complaisance-gauche-islam.png

 

 

 

Depuis notre création, nous sommes régulièrement en contact avec des apostats de l’islam, des ressortissants d’Afrique du Nord qui refusent la dictature du Coran et ses conséquences dans leur quotidien. Hamid Zanaz fait partie de ceux-là, et, comme il vient de publier un nouveau livre, c’était pour nous l’occasion de reprendre contact avec lui.

 

 

Riposte Laïque : Parlez-nous de votre dernier livre…

 

 

Hamid Zanaz : Dans ce nouveau livre « D’où vient la violence islamique ? », je parcours les thèmes liés à cet islam conquérant d’aujourd’hui : le mensonge français qui consiste à dire que l’islam est réformable et adaptable aux valeurs de la République démocratique et laïque, l’islamisation officielle à travers les mosquées et les associations cultuelles, le communautarisme qui avance à visage découvert en Europe, le prosélytisme inhérent à la religion islamique, l’aveuglement de la gauche, la blague de la dé-radicalisation et de ‘l’islam français’ etc. Mais tout ça à travers des interviews données de 2009 à 2016 à différents organes de presse, arabe, Kurde, canadien, canadien, helvétique, italien, français (Sites anti-islamistes bien sûr). Chaque entretien est suivi soit d’un extrait choisi de l’un de mes livres ou de mes articles publiés dans la presse italienne ou arabe (La Stampa, Corriere della Sera, A rivista Anarchica,  MicroMega, al-arab , Aladjadid, Alawan, al-nahar, A-akhbar .. ).

 


Riposte Laïque : En 2009, vous publiiez « L’impasse islamique », livre préfacé par Michel Onfray. Vous y dénonciez la réalité de l’islam, sans tourner autour du pot. Sept ans plus tard, les faits vous donnent raison, et pourtant, personne encore, dans le monde politique, n’ose parler de l’islam, et se défausse sur l’islamisme. Comment réagissez-vous à cela ?

 

 

Hamid Zanaz : J’ai fait mieux, j’ai même écrit une lettre ouverte à Monsieur le président de la République François Hollande en 2013, je lui ai expliqué la naïveté de ses positions et la dangerosité de sa compréhension de la chose islamique. J’ai écrit noir sur blanc dans ma lettre :

 

Vous, président de la République, vous ne devez pas légitimer l’instinct tribal au détriment de la culture universelle.


Vous, président de la République, vous ne devez pas laisser le communautarisme s’installer dans la République.


Vous, président de la République, quand un fleuve est pollué, vous devez remonter à la source de la contamination.


Vous, président de la République, vous devez libérer les territoires perdus de la République.


Vous, président de la République laïque, vous ne devez pas financer les lieux de culte.


Vous, président de la République, vous avez le devoir de protéger les femmes d’origine arabe, pas leur culture islamique misogyne.


Vous, président de la République, vous devez interdire à vos ministres de se balader dans les mosquées pour une raison ou une autre.


Vous, président de la République, vous ne devez pas voir en la barbarie une culture. Vous devez savoir qu’il y a des « spiritualités » meurtrières.


Vous, président de République, vous devez savoir que l’islamisme est une idéologie meurtrière et non pas une frustration mal orientée.


 

Quant aux autres auteurs / chercheurs prolifiques sur la question, ils n’osent pas poser les vrais problèmes, ils préfèrent noyer le poisson comme Olivier Roy, l’auteur de la trouvaille verbale du siècle : l’islamisation de la radicalité et non pas la radicalité de l’islam ! Ces gens-là proposent une petite idée qui sonne le glas nouveau chaque année juste pour garantir des subventions et éviter l’épée de l’islamophobie suspendue sur leurs têtes. Ajoutez à cela un manque de courage flagrant, deux pincées de malhonnêteté intellectuelle, et vous comprenez pourquoi le «  Rien-à-voirisme » est devenu un sport national français

 

 

Riposte Laïque : Et votre regard sur la politique de l’islam de France ?

 

 

Hamid Zanaz : Aujourd’hui, certains considèrent encore que l’intégrisme est la maladie de l’islam, et prétendent guérir des patients radicaux, les ramener dans le droit chemin républicain et pacifiste en leur offrant le vrai islam. Mais, y  a-t-il un vrai islam ? Personne n’a la moindre idée de ce prétendu islam humaniste, spirituel, paisible. Des associations se multiplient pour la cause et rôdent autour de ce nouveau business du désendoctrinement, ces mêmes associations qui ont participé d’une façon ou d’une autre à pousser ces jeunes à détester l’Occident et ses valeurs.
On sollicite même les services d’imams pour convaincre des musulmans que ce qui existe dans leur religion est inexistant !

 

 

Dans un livre collectif publié par le centre de recherche El Misbar, Dubai 2016 sous le titre L’islam en Europe, problématique de l’intégration et les défis du terrorisme, ma contribution était « Y a-t-il un islam français ? ». Mon enquête a montré qu’il était très difficile de répondre par l’affirmative à cette question. Pourquoi ? Si le musulman s’adapte, s’intègre d’une façon ou d’une autre dans la société française, le système islamique global – représenté par des associations, des unions, des conseils islamiques- pourrait-il adhérer à cette mutation et renier ce qui est appelé dans le jargon islamique «  charia » islamique ou identité islamique ? Sincèrement, je ne crois pas.

 

 

Riposte Laïque : Que répondez-vous à ceux qui réclament l’interdiction de la visibilité de l’islam en France ?

 

 

Hamid Zanaz : Le prosélytisme est inhérent à la religion islamique et l’expansionnisme est consubstantiel à cette idéologie. J’ai toujours dit et écrit que le voile islamique, par exemple, est le drapeau ambulant de cette idéologie, la mosquée un point de départ d’une islamisation d’un territoire etc.

 

 

Mais que dire encore quand je lis qu’un tribunal allemand a jugé que sept islamistes qui patrouillaient dans les rues de Wuppertal pour faire appliquer la charia, n’avaient pas enfreint le droit allemand !

 

 

Riposte Laïque : Avez-vous d’autres projets littéraires ?

 

 

Hamid Zanaz : Oui, bien sûr, j’ai toujours l’envie de dire aux autres ce qu’ils ne veulent pas entendre. Cela m’amuse beaucoup… Mais j’ai décidé de le dire dorénavant beaucoup plus en langue arabe. D’ailleurs, j’ai publié trois livres en 2016, un sur Albert Camus et sa relation mal comprise avec l’Algérie, un autre sur la nécessité de la réflexion philosophique dans le monde arabo-berbère, et un petit dernier pour la route sous le titre ‘ Eloge de la raison’..

 

 

 

Propos recueillis par Pierre Cassen

 

 

 

 

09:38 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

04/08/2017

Nos amis............

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacques et Anne-Marie

 
 
Chaque été, depuis bientôt cinq ans, mon épouse et moi-même allons passer une journée chez Jacques et Anne-Marie à Bécon-les-Bruyères  et cela fait deux années qu'ils nous font l'honneur et la gentillesse de venir à l'assemblée générale de l'ASP.*.

 

 

En attendant et comme de coutume, la splendide journée passée chez eux le week-end dernier fut un bouquet de rires et de chants, un panaché, bien frais, de discussions savantes et de bons mots. Et, n'oublions pas, bien sûr, le délicieux repas qu'ils avaient préparé. 

 

 

Dieu fasse que cette joie demeure. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n'est pas d'hier, c'est à l'époque du "Paquebot", du temps de "l'Entraide nationale" et des "Soupes de Nuit à Saint-Lazare" que j'ai rencontré Jacques et Anne-Marie Parizel. Ils venaient trier des vêtements et du linge pour les donner à nos compatriotes dans le besoin. Et réceptionner, trier, ranger vos dons, ce n'est pas une mince affaire, c'est même beaucoup de travail : merci aux amateurs*. Car les maraudes, cela ne s'improvise pas, c'est toute une chaîne.

 

 

Malgré ma traversée du désert, Jacques et Anne-Marie sont restés de fidèles soutiens. Nous nous sommes pas perdus de vue. 

 

 

 

Dieu fasse que cette amitié demeure.

 


 

Pasteur   Blanchard