Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2012

IMPRESSIONS DE MARAUDE...

Maraude du 22 03 2012, Pascal Erre.jpg

  

Par Pascal Erre,

membre du Bureau politique,

conseiller régional de Champagne-Ardenne,

secrétaire départemental de la Marne

 

C'est la deuxième fois que je suis invité par le Pasteur Blanchard  à participer à une maraude sur Paris. J'en ai fait une en 2011 et me voici de nouveau parmi ceux qui souffrent, qu'ils soient Français ou non.

Je revois nos deux polonais du quartier Alésia,  l'un d'entre eux est en France depuis une dizaine d'années : ils n'ont presque pas changé et sont toujours aussi sympathiques. Ils n'ont jamais oublié Jany Le Pen et la portent dans leur coeur. Un soir, elle est venue les visiter. Ils lui avaient demandé des dédicaces de Jean-Marie Le Pen et elle leur avait promis de revenir avec. Une nuit, une voiture aux vitres teintées s'arrête. Une femme en descend, c'est Jany Le Pen, amenant les dédicaces promises.

Avec nos deux polonais, un français, bien malheureux. Il nous demande un cigare, une couverture et un café. Le standard du 115 lui a promis une visite, il attend depuis deux jours.

Près de l'église, nous parlons avec Ahmed. Cela fait quatre ans qu'il est en France... pour se faire soigner du coeur (il connaît bien l'hôpital Pompidou). Mais, il espère repartir un jour en Algérie.

Plus loin, sous un pont, d'autres polonais : Gregor et Patrick, accompagné de son chien, mais aussi Yves et Spiguel. Ils nous demandent aussi des cigares. Yves a été attaqué au couteau par un "jeune" et se plaint de certains policiers.

Nous changeons de quartier. Sous un autre pont du boulevard Blanqui, nous visitons quatre roumains dont une femme, Elisabeth. Ils sont très heureux de nous voir et se plaignent qu'ils n'ont droit à rien... Pas très loin et toujours sous un pont, heureusement qu'il y a des ponts à Paris, nous croisons six sdf français. L'un d'entre eux nous annonce qu'il a un cancer. Et tous nous racontent la même histoire : lorsque les policiers arrivent pour les déloger, ils ne leur donnent que cinq minutes pour faire leurs (maigres) bagages et ils sont toujours suivis de camions-benne qui embarquent systématiquement le peu qu'ils possèdent. Ce sont des français qui n'ont pas grand chose et on leur enlève le peu qu'ils possèdent. C'est déguelasse ! Le Système est fort avec les faibles et faible avec les forts...

Autre quartier, autres gens. Face à la gare d'Austerlitz, près de la brigade fluviale, cinq sans-abri viennent d'être visités par des membres d'une association locale,"Tout part du coeur" qui mise sur l'action de proximité. Elle n'intervient que sur son quartier. Tout comme les "dames de charité" du XIXème siècle, cette association a "ses" pauvres. Ce n'est peut-être pas un mauvais principe. Cela permet de mettre un peu d'humanité dans l'inhumain et dépasse souvent en efficacité les actions désincarnées des grosses bureaucraties associatives ou institutionnelles...

 

Nicolas ancien militaire.jpg 

 

Nous arrivons finalement rue de Rivoli. La pauvreté aux portes du luxe ! Le long du Louvre des antiquaires et des entreprises, des malheureux dorment contre les devantures huppées. En particulier Nicolas... Nicolas, ton nom reste gravé dans ma mémoire. Tu as fait le Liban en tant que soldat français et te voilà aujourd'hui à la rue cherchant à vendre tes dessins. Tous les soirs, tant bien que mal, tu t'aménages ton "chez toi" et tous les matins, tu dois tout remballer. Ah, qu'ils sont beaux et généreux nos gouvernants. Tu as risqué ta peau pour la France : tu es, maintenant à la rue. Quel remerciement ! Louis XIV, lui, avait créé les Invalides pour ses vieux soldats. Mais tout le monde n'est pas un Roi !

Nous roulons vers l'Opéra et je découvre une nouvelle pauvreté. Je n'avais rien vu de semblable il y a un an. Sur les boulevards des Capucines et Haussmann, j'avais le souvenir de quelques individus allongés, çà et là contre les vitrines des magasins. Cette nuit, c'est différent et il faut le voir pour y croire. Nous tombons sur des familles entières de sdf. Elles viennent des pays de l'est et sont de plus en plus nombreuses. Elles me rappellent ces familles biélorusses et arméniennes que ma femme et moi avons aidées en plein froid une nuit de janvier à Châlons-en-Champagne. A la rue, sur le trottoir, avec six jeunes enfants, sans que le SAMU ne cherche à leur trouver un endroit chaud pour les accueillir et les abriter. Cette nuit-là, il a fallu plus de quatre heures ... et la ténacité de deux "affreux" du Front National pour que la préfecture trouve enfin un endroit décent pour ces braves gens qui croyaient, eux aussi que la France était un "Eldorado"...

Nouvelle maraude, nouveaux souvenirs... Ils resteront dans mon coeur. Comment oublier de telles images ? Comment oublier tous ces gens, français ou étrangers, broyés par ce "système à tuer les peuples" ? Une réalité ignorée du plus grand nombre mais qui confirme les analyses du Front National. C'est donc bien volontiers que j'ai accepté de revenir l'année prochaine pour faire une nouvelle maraude. 

Pascal

06/04/2012

MARAUDE DU 5 AVRIL 2012.

Cliquer ICI

IMPRESSIONS DE MARAUDE...

 Maraude du 22 03 2012 Philippe Lecoq.JPG

 

Par Philippe Lecoq,

secrétaire départemental adjoint FN 45 Loiret

et conseiller régional région Centre

 

4 heures pour une réponse... Ici le 115... Un Samu Social débordé et toujours plus de demandes.Cela ne semble pas trop déranger la mairie de Paris, le désarroi des oubliés de la capitale, le calvaire des sans logis, la fuite en avant de ceux qui survivent dans ces conditions d'hygiène inacceptables.

A la vue de cette soirée du 22 mars dernier, de cette maraude en compagnie du Pasteur Blanchard,de son épouse Catherine et de Pascal Erre, c'est la conclusion qui s'impose. 

Nous avions rendez-vous pour accorder un moment, simplement quelques heures, à ceux qui n'ont plus rien ou presque... A ceux qui sont plongés dans la détresse morale, sociale et physique.

 

La belle équipe.jpg



Au fil des rues, je découvre que beaucoup d'entre eux sont de pauvres gens qui, attirés par le miroir aux alouettes de notre "prospérité",  se retrouvent finalement dans des conditions inhumaines.

Notre démarche durant cette maraude : essayer de les réconforter par des gestes, des paroles, un peu de gentillesse...

Créer un lien et sensibiliser à un projet de vie, le blessé, l'offensé, le pauvre ou le maladeceux que le "malheur" a poussé sur le bord de la route tel est bien le paradoxe ! Mais, on peut toujours offrir un café...

La misère cachée éclate de plus en plus dans notre société si développée et si rassasiée et qui se veut tellement celle de la solidarité...

J'accuse...

 

Philippe

29/03/2012

UNE MARAUDE DANTESQUE....

A toi chef d'équipe.jpg


A coeur Vaillant, rien d'impossible.


 
Il en est des maraudes comme de la vie, elles ne sont pas toujours un long fleuve tranquille. Et, si en général, nous sommes bien accueillis par les SDF, nos périples nocturnes ne sont pas sans tribulations, notamment d'origine mécanique.

La triste fin de notre vieille Opel en est la parfaite illustration. Un soir, quelques heures avant le début de notre action, des fumées de mauvaises augures sortaient déjà du moteur. "Une légère fuite de la pompe à eau", déclara l'un de mes collaborateurs, "On peut encore rouler ce soir sans trop de risques mais les yeux rivés sur l'indicateur de niveau".

Ah oui ! La maraude battait son plein, quand je vis l'aiguille témoin tomber. Une fois en route, à la moitié de notre périple, le niveau d'eau baissait dangereusement ! Dieu merci, j'avais dans le coffre un bidon de deux litres de liquide de refroidissement ; pourtant une forte inquiétude m'envahissait.

 

Piste en enfer.jpg

 

A juste titre, puisqu'arrivé gare d'Austerlitz je vidais d'urgence dans le circuit la totalité du bidon... qui s'évapora en un clin d'oeil ! 

Quid de la maraude et trois heures pour rentrer chez nous, en roulant à dix kilomètres à l'heure en cette nuit d'hiver. Trois heures fatales pour le joint de culasse, malgré les nombreux arrêts quand le moteur chauffait trop. Les trois dernières heures de notre chère Opel ! 

 

Que faire ? Comment marauder et mener à bien nos actions sans véhicule ? Mais l'ami Thierry (notre mécanicien amateur) avec sa gentillesse coutumière nous prêta sa voiture. Cela ne pouvait être qu'une solution provisoire.

Mais la providence faisant bien les choses, c'est à cette époque qu'arriva notre nouveau secrétaire général  Monsieur Benoît Vaillant. Il fit preuve de débrouillardise et d'efficacité : une annonce pour proposer l'Opel... qu'un collectionneur vint chercher, une Volvo V 40... trouvée en un temps record. Celle-ci remplace magnifiquement notre ancienne voiture depuis la première maraude de l'année 2012.

 

Le Prince Vaillant.jpg

 

C’est la preuve qu’à cœur Vaillant, rien n’est impossible. Merci mon cher Benoît, vous êtes un prince et nous avez déjà sorti d'une situation délicate.

 

Pasteur  Blanchard

23/03/2012

MARAUDE DU 22 MARS 2012

Cliquer ICI

IMPRESSIONS DE MARAUDE...

Les dormeurs.jpg

 

Par Jean Chabernaud,

membre du C.A de l'Action Sociale Populaire.

 

Allo ! Ici, les sapeurs-pompiers...

Ce soir, il y a pas mal de remue-ménage à Sèvres-Lecourbe, sous les voûtes du métro aérien, au croisement de la rue Lecourbe, de la rue de Sèvres, du boulevard Garibaldi et du boulevard Pasteur.

Je suis le Pasteur Blanchard ! Un SDF est blessé, très malade sa jambe gauche est gonflée, ulcérée, elle saigne... Pouvez-vous venir ?...

Nous arrivons !

L'homme a peut-être une phlébite, il souffre et il est agité ; nous l'aidons à s'asseoir sur une couverture. A quelques mètres, un autre sans-logis installé sur une bouche d'aération du métro, où grouillent des poissons d'argent s'entretient avec un riverain compatissant.

 Valise.jpg

 

Nous continuons à distribuer des vêtements et du café. Le Pasteur trie quelques paires de chaussures tout en gardant un oeil attentif sur le blessé.

Soudain, une voiture s'arrête ! La police ?... Non, c'est Alexandre Simonnot  qui, de retour de la pêche aux signatures pour Marine passe par hasard dans le coin et vient nous saluer. Pin pon, pin pon... Les pompiers arrivent. Nous reprenons notre route.

 

Caddie.jpg 

 

Une grande partie de l'équipe sont des anciens de l'A.S.P, dont Gérard, l'intrépide chauffeur de nos premières maraudes, de nos repérages et pérégrinations du début. 

Le temps passe et cela tourne au cauchemar. Certaines rues deviennent de véritables dortoirs. Beaucoup de personnes reposent à même le trottoir. La nuit, tout un monde hétéroclite s'agglutine ou s'isole pour dormir dans la rue.

Sur les pavés, ce n'est pas la plage.

 

Jean 

PS. 2ème jour sans facebook  pour le Pasteur Blanchard et ses "3600" amis ! ? !

22/03/2012

DISPARITION ? ! ?

WANTED

Le Pasteur.jpg

On a "perdu" la page facebook

du Pasteur Blanchard.

16/03/2012

IMPRESSIONS DE MARAUDE...

 Maraude 80312 13.JPG
 

Par Gérard Dominé,

membre historique de l'A.S.P

 

Cinq ans déjà, que l’UMPS et blabla... Non, je voulais vous parler d’une maraude avec le Pasteur Blanchard, de la maraude du 9 mars 2012. Je suis allé retrouver ce dernier et sa femme Catherine au lieu de rendez-vous convenu.

Mais cela tombe mal car ce soir j’ai le “blues”... Bon sang, c’est bien sûr ! Les séquelles de la retransmission du débat à la télé entre genre de figure et figure de genre de l’UMPS : à ma droite Rachido, pas encore larguée par Sarko, tant qu’elle peut toujours servir, (cela ne vous rappelle rien ? Duracel et Bernard Tapie...) ; à ma gauche, Hidalga et sa comparse Buffet, pour meubler confortablement l’émission. Quelques-unes qui sont bien à leurs places dans le décorum du plateau mais complètement décalées comme immigrées de service. Suivez mon regard, cela n'a rien à voir avec les pauvres qui avaient peut-être faim et froid ce soir du 9 mars ? Tiens, j’avais le blues il y a quelques minutes, lorsque la voix de Maître Collard se fait entendre à la télé... et me redonne du baume au coeur.

  

Maraude 80312 6.JPG

 

Je me remets à l’ouvrage. Vite, il faut que je termine ce petit papier pour notre cher Pasteur. Non je n’ai pas oublié Jean et Béatrice. Après cinq ans, ils n’ont -presque- pas changé. Nos “amis visités” se souviennent encore de Jean qu’ils prennaient pour l’Abbé Pierre. Sans vouloir blesser le Pasteur, sans eux, cela n’aurait été que du passé la maraude de ce soir. De moi, certains se souviennent encore, ils m’appellent “Joe le Taxi”.

 

En effet, avant mon infactus, j’étais un “Nuiteux”dans le jargon de la profession et dans celui des noctambules... A présent, je vais plagier Raffarin : “Ceux d’en Bas” et “Ceux d’en Haut” se voient sans se voir. "Ceux d’encore plus Bas” dorment d’un sommeil fiévreux car avinés et “Ceux d’en Haut se grisent à “coût” de whisky. Le jour venu, “Ceux d’en Haut” sortent des bouches du métro et “Ceux d’en Bas” s'y cachent le mieux qu’ils peuvent ; l'enfer déjà à moitié consommé et consummé.

Je me souviens quand je travaillais, je repassais par le même chemin pour rentrer chez moi au petit matin. Combien de fois j’ai pleuré en voyant Isabelle ! Pardonnez-moi d’être trivial, Isabelle qui dormait sur un matelas, “cul nu”, je dis bien “cul nu”.

  

Maraude 80312 16.JPG

 

Cette nuit du 8 mars, Isabelle n’était plus là. J’ai posé la question à mes compagnons... Le silence s'est fait lourd ! J’avais compris...

 

Le “blues” me revient, j’ai les lunettes embuées. Je me plonge sur “le Meilleur des Mondes”, d’Aldous huxley. Et blablabla....ZZZZ... Demain sera un autre jour.

 

Gérard

09/03/2012

MARAUDE DU 8 MARS 2012.

Cliquer ICI

IMPRESSIONS DE MARAUDE...

 Maraude du 23 02 2012.JPG

 

Par Pascal Aberlen,

secrétaire départemental FN de Seine et Marne

 

Le rendez vous était pris depuis longtemps et le Pasteur Blanchard me le rappelait régulièrement. Le jeudi 23 février, je participe donc à ma première maraude.

J’avais bien en tête quelques souvenirs de jeunesse où, habitant Paris je donnais quelques fois des conserves, du chocolat et de la confiture aux sans-logis de mon quartier de la poterne des peupliers, dans le treizième arrondissement.

Mais je ne savais pas trop ce qui m’attendait aujourd'hui. A 21h00 précises, je retrouve Porte d’Italie, le Pasteur qui m’attend avec sa femme et Céline. Nous partons tous les quatre, le coffre de la voiture rempli de vêtements, de conserves, de café et de soupe.

Le contact avec les sdf se fait tout naturellement. Aidé par les conseils du Pasteur, nous distribuons, Céline et moi, du café, de la soupe, des vêtements, et quelques paroles de réconfort à des gens qui ont presque tout perdu. Je dis presque, car certains d’entre eux, en plus de leur honneur ont gardé le désir de choisir comment ils souhaitent être habillés ; le type de chaussures qu’on leur propose, un tee-shirt plutôt qu’une chemise ou la couleur d’un pantalon.

  

Capucines.jpg

 

Dans la nuit, nous voyons beaucoup de personnes, des hommes très différents mais aussi des femmes : la misère peut frapper tout le monde. Bien sûr, comme beaucoup, j’ai souvent entendu dire que ce sont des fainéants ou des ivrognes et qu'ils n’ont que ce qu’ils méritent. Je ne partage pas cette pensée et les rencontres que j’ai fait cette nuit-là me rappellent que la frontière entre le confort et la rue est très fragile.

De cette maraude, je garderai deux souvenirs. Celui d'un maghrébin qui, après avoir accepté du café et quelques paroles de soutien, est venu nous raccompagner à la voiture ; il m’a ouvert la porte et m’a embrassé en m’appelant "mon nounours". Je garderai surtout le souvenir du Pasteur Blanchard en pleine action sur le terrain. L’équipe qu’il forme avec sa femme, force le respect. Lui conduit. Elle surveille les moindres recoins de rues  où sont susceptibles de se trouver des gens dans le besoin. Et cela ne manque pas.

A chaque arrêt, nous nous approchons d’eux. Souvent, ils reconnaissent le Pasteur et lui font part de leur joie de le retrouver une nouvelle fois car, pour beaucoup, ce sont des habitués. Le Pasteur les connaît et les appelle tous par leur prénom.

La maraude se termine et nous n’avons plus rien à distribuer. Nous avons déposé Céline et le Pasteur me laisse à ma voiture. Sa femme et lui descendent pour me saluer et me remercier. Je les remercie également et reprend la route vers la Seine et Marne où un bon lit bien au chaud m’attend.

Un grand merci au Pasteur Blanchard pour ces moments d’humilité qu’il m’a donné à vivre. Mais aussi et surtout, pour tout ce qu’il apporte à ces êtres en grande détresse.

 

Pascal