Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2018

Les buralistes prêts à se dévouer pour vendre du cannabis :

 

 

 Rêve ou cauchemar ?

 

 

3426298678_c7cbb2b71e_b-768x475.jpg

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 

En toute honnêteté au regard de la loi, les buralistes tirent l’essentiel de leurs revenus de la vente de produits nocifs. Ce faisant, prenant appui sur des dépendances qu’ils installent puis qu’ils s’appliquent à entretenir, ils précipitent nombre de leurs clients, selon les produits vendus, dans la maladie, la marginalisation, la déchéance physique et psychique, la ruine.

 

 

 

Parmi les produits toxiques qu’ils dispensent, citons le tabac, sous forme de cigarettes ou de tabac brut (à fumer dans une pipe ou à rouler), le tabac à priser (qui n’est plus guère prisé), le tabac à chiquer (plus assez chic pour perdurer), le papier à cigarettes, dont la version grand format n’a d’existence que pour fabriquer des « pétards » (cigarettes de chanvre indien/marijuana). Par surcroît, de nombreux buralistes tiennent également un débit de boisson qui leur permet de dispenser aussi des tasses de café (drogue bien vénielle, mais drogue tout de même), des boissons alcooliques consommées sur place (vin, bière, pastis, whisky et autres spiritueux).

 

 

Pour mémoire, rappelons que leur négoce est responsable, chaque année en France, de 79.000 morts avec le tabac et contribue aux 49.000 morts imputés à l’alcool.

 

 

Ces buralistes font aussi dans les produits des jeux, générateurs de dépendance. Ces produits peuvent, sinon mener à la ruine, du moins entretenir un état de pauvreté chronique ; ils s’adressent à des personnes qui mobilisent leurs maigres ressources sur le mode « en carrosse ou en galoche ». Des personnes plus aisées peuvent aussi être précipitées dans le dénuement.

 

 

Cette propension des buralistes à surfer sur les faiblesses humaines avec leurs pitoyables conséquences ne leur suffit plus, puisqu’ils se déclarent maintenant prêts à vendre du cannabis.

 

 

On doit continuer de leur interdire la vente des cigarettes électroniques/e-cigarettes et leurs recharges de nicotine*. La vente de ces produits est interdite aux mineurs, car ils constituent un mode d’entrée dans la dépendance nicotinique. Or, nombre de buralistes ne respectent pas l’interdiction de la vente de cigarettes aux mineurs ; on ne peut donc leur faire confiance avec cette alternative à la cigarette. De plus, il serait malencontreux que l’acheteur d’une recharge de nicotine soit confronté à l’exposition des paquets de cigarettes dont il essaie de se détacher…

 

 

Dans l’opprobre, on peut toujours faire pire ; leur demande d’être autorisés à vendre du cannabis en est une illustration. Dans Le Parisien, le président de la Confédération nationale des buralistes, Philippe Coy, vient de se prononcer en faveur de la vente de cannabis dans les bureaux de tabac si la substance venait à être légalisée, avec cet objectif : « devenir le premier réseau de référence du cannabis ». Pas moins ! Savent-ils bien que la toxicité du cannabis l’emporte de loin sur celle du tabac ?

 

 

Ils devraient, tout au contraire, diversifier leur commerce pour atténuer le poids des drogues qu’ils dispensent et qu’ils vont devoir réduire. Leur négoce devrait s’ouvrir à bien d’autres produits d’une parfaite innocuité.

 

 

De grâce, qu’ils n’aggravent pas leur image altérée par les drames auxquels ils contribuent en leur ajoutant ceux du cannabis.

 

 

Le désastre des toxicomanies en France, Jean Costentin, Éd. Docis 2018

 

09:36 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire