Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2016

Contre la pensée unique, revenir à la normalité:

 

 

 

J’ai écrit, il y a peu, que j’étais civilisationniste français. J’ai pu constater avec plaisir que vous étiez nombreux, comme moi, à l’être également. De tout temps, cette attitude, partagée d’ailleurs par les citoyens de nombreuses autres nations, a été considérée comme un état d’esprit normal.

 

 

 

 

 

Or, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, est apparue une infection des esprits proprement iconoclaste : la pensée unique. Œuvre, parmi d’autres, de la propagande marxiste, elle a joué de la répugnance causée aux peuples par les excès fous du nationalisme issu la peste brune. Profitant de cette aubaine, elle est parvenue, usant d’un artifice de dénaturation et de salissement de la normalité, à ce que toute expression d’amour ou tout simplement de respect et d’attachement pour son pays soit une manifestation de dégénérescence, de malhonnêteté intellectuelle, pour ne pas dire de déviance psychique. Bref, la normalité devenait anormalité. En d’autres termes, la nation devenait objet d’opprobre et l’antre du diable. Avant tout instrument de domination des esprits, cette stratégie permettait la réalisation d’une fragmentation de la nation pour que celle-ci s’efface en se fondant dans la globalisation en construction de la patrie bolchevique mondiale. Combien d’esprits s’y sont laissés prendre ! Mais ce n’est pas tout. La pensée unique a eu recours, pour affermir sa stratégie, à une malversation intellectuelle. Elle s’est, en effet, insérée dans une sorte d’humanisme hypocrite englobant des valeurs chrétiennes telles que la charité, la compassion, l’aide aux malheureux de ce monde, et cela, bien sûr… dans cet esprit d’universalité faisant fi de l’intérêt national.

 

 

Depuis, l’Union soviétique s’est effondrée et, avec elle, les communistes, et de leur côté les socialistes – marxistes hybrides – se sont convertis à la religion du libéralisme. Or, le problème, c’est que nous souffrons encore des séquelles de cette tentative totalitaire, tout simplement parce que la pensée unique s’est transformée en un mécanisme cérébral, qu’elle est incrustée dans un encore trop grand nombre d’esprits. Elle est devenue, même, un réflexe. Si elle n’est plus aujourd’hui réduite qu’à n’être une immense sensiblerie, il n’en demeure pas moins qu’elle continue à être nuisible parce qu’elle détruit l’unité nationale et, partant, la vitalité nationale.

 

 

Il est donc urgent, avant qu’il ne soit trop tard, de nous débarrasser de ces oripeaux qui nous collent à la peau afin de revenir à notre normalité nationale. Un exemple : nous devons refuser avec la plus grande fermeté cette injonction de l’Europe nous contraignant à accueillir plus de 9.000 migrants… parce que cela nuit à l’intérêt de notre pays. Ce n’est pas plus compliqué que cela ! D’ailleurs, que recherchent les migrants eux-mêmes ? Se mettre au service du pays qui les accueille ? Ou servir leurs propres intérêts en sauvant leur peau ? Autre exemple : nous devons refuser carrément l’islam et ses manifestations sur notre sol… car l’islam ne relève pas de notre civilisation. Ce n’est pas plus compliqué que cela ! Allons-nous, nous Français, imposer au Pakistan la chrétienté ou même la laïcité ? Ne nous a-t-il pas été fait, justement, le reproche d’avoir imposé l’évangélisation ailleurs que chez nous ! Il s’agit là de simples évidences. Cela n’a rien à voir avec de l’égoïsme.

 

 

Enfin, et cela, il faut le crier partout et très fort parce que ça n’est jamais dit – ce qui est vraiment surprenant, d’ailleurs : aimer et défendre les intérêts de son pays n’est en aucun cas manifester de la haine, du mépris et encore moins, faire preuve de xénophobie ou d’un quelconque racisme, comme le martèlent, hypocrites, les tenants vieillots de la pensée unique uniquement pour abattre leurs adversaires de la normalité, mais tout simplement assurer sa propre préservation comme toute personne normalement constituée le fait dans sa vie de tous les jours. Mais c’est aussi être ouvert sur le monde et, pourquoi pas, fraternel, même. C’est cela aussi, être civilisationniste français, sain dans sa tête, comme aurait pu l’écrire Montaigne.

 

 

 

 

09:38 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.