Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2015

Le « meilleur des mondes »

 

Big.gif

 

 

 

 

 c’est maintenant ?

 

 

 

 

Dans leur ouvrage Résistance au meilleur des mondes, Éric Letty et Guillaume de Prémare comparent le célèbre roman d’Aldous Huxley et la révolution anthropologique qu’ils voient naître en Occident.

 

 

 

Meilleur.jpg

 

 

" Les utopies apparaissent comme bien plus réalisables qu’on ne le croyait autrefois. Et nous nous trouvons actuellement devant une question bien autrement angoissante : comment éviter leur réalisation définitive ?... Les utopies sont réalisables. La vie marche vers les utopies. Et peut-être un siècle nouveau commence-t-il, un siècle où les intellectuels et la classe cultivée rêveront aux moyens d’éviter les utopies et de retourner à une société non utopique moins « parfaite » et plus libre. » Nicolas Berdiaeff . Avec cet épigraphe de sa célèbre dystopie, le Meilleur des mondes, Aldous Huxley mettait en garde intellectuels et scientifiques contre le danger idéologique sous-jacent à l’utopie.

 

 

Écrit en 1931, ce chef d’œuvre de la littérature d’anticipation met en scène un monde biologiquement parfait, où la génétique et le clonage sont utilisés à des fins de contrôle et de conditionnement des individus. L’homme est créé en laboratoire et y reçoit les traitements adaptés à sa future position dans la société, divisée en cinq principales castes. L’histoire a été abolie, famille et mariage sont tabous et une seule langue ne perdure, de l’anglais simplifié. Dans cette société rationalisée, qui pratique l’eugénisme de masse, une minorité d’individus « supérieurs » contrôle le reste de la société qui accepte son sort grâce à l’emploi d’une drogue euphorisante, le soma, et est encouragée à pratiquer des loisirs collectifs et coûteux.

 

 

Aldous Huxley aurait-il donc joué les Cassandre ? Pour Eric Letty et Guillaume de Prémare, l’écrivain britannique est surtout un visionnaire. À les lire, notre société possèderait de nombreuses convergences avec celle, glaçante, imaginée au début du XXe siècle. Le « Meilleur des mondes » serait pour demain.

 

 

Confrontée au naufrage de la modernité, inapte à tenir ses promesses de prospérité et de bonheur, la postmodernité chercherait, selon eux, en effet à y répondre par le secours de la technologie : « Cette parade peut se montrer redoutable : la conjonction du care et de l’ultratechnologie comme une sorte de panacée universelle porte en germe un monde orwellien de tendance totalitaire : l’État-nounou -sorte de Big Mother- soignerait les blessures causées par la modernité et le dieu Biotech’ superstar-sorte de Big Brother augmenté- apporterait une réponse à tous les désirs, à toutes les frustrations. »[...]

 

 

La suite sur Le Figarovox

 

 

Anne-Laure Debaecker

09:55 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.