Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2015

LA LAÏCITE EST-ELLE VRAIMENT...

 port royal-2.JPG

Une valeur

de la République ?

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen énonce dans son article 10 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre établi par la loi. » Puis, un peu plus d’un siècle plus tard, la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État dans son article 1er déclare : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes … »

La laïcité prend sa source juridique dans ces deux textes. Elle est le résultat d’une continuelle déreligiosité aboutie finissant dans une libéralisation des esprits. Cependant, parce qu’elle est une neutralisation spirituelle de la société, elle propose une vision éclatée et donc horizontale du monde qui, parce qu’elle s’échappe de toute transcendantalité, brise l’unité des hommes. En effet, en leur laissant le choix de l’appréhension du sens ontologique de leur destinée, elle crée leur dispersion, pour ne pas dire leur désunion. Mais aussi, en se mettant à l’écart des religions qui, jusque-là, se confondaient avec la force politique en place, elle ouvre les portes, sur le territoire où elle s’exerce, par l’indifférence due à sa neutralité, à l’invasion possible d’autres religions. De par sa faute, elle a laissé ainsi, sans controverses possibles, s’épanouir dans notre pays cette religion récente et d’importation pour nous : l’islam. Et en ce sens, on peut dire que la laïcité n’est absolument pas une valeur de la République mais plutôt la mère de notre vulnérabilité, pour ne pas dire, demain, de notre esclavage. Et cela d’autant plus qu’elle a été tout logiquement et parallèlement un facteur contributif non négligeable du déclin du christianisme qui, longtemps, a participé à notre identité.

Il est temps que nous criions haut et fort notre priorité civilisationnelle sur notre terre de France.

La laïcité, alors, est-elle condamnable ? Peut-être pas tant que cela, en fait. Car le principe total de liberté d’expression qu’elle contient suppose bien évidemment une discrétion, une retenue de la part des fidèles dans la pratique de leur religion et non pas des comportements intempestifs et ostentatoires nuisant à la tranquillité de tous les autres citoyens, sinon ce serait vite revenir à l’avant-laïcité. Souvenons-nous que l’article 10 de la Déclaration de 1789 précisait sans détour : « … pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. » C’est sans ambiguïté. Alors, si les politiques voulaient réellement appliquer la laïcité dans les faits et jusqu’au bout, ils devraient faire arrêter sur le champ l’élévation continue de mosquées, interdire, conformément à l’alinéa 1er de l’article 2 de la loi de 1905, leur financement par les collectivités territoriales, interdire également, bien sûr, les prières dans les rues et rester de marbre face à toutes ces requêtes déposées par les musulmans auprès de nos institutions pour qu’elles se plient à des pratiques qui relèvent en droite ligne d’une religion.

Il est temps que nous criions haut et fort notre priorité civilisationnelle sur notre terre de France car nous avons, quand même, pour nous notre antériorité historique et la légitimité de ce que nous avons été et de ce que nous sommes encore en propre aujourd’hui. C’est notre préservation qui est en cause. Seule une laïcité appliquée sans restriction aucune peut nous prémunir de la lâcheté que les pouvoirs publics nous ont infligée jusqu’à ce jour et qu’ils veulent encore plus nous infliger en cherchant à réviser la loi de 1905 pour justement lui extraire le devoir de discrétion naturel à la laïcité, en permettant le tapage toujours plus fort de l’islam alors que nous, hier encore chrétiens, nous nous sommes mis depuis longtemps en conformité avec ledit devoir.

 

09:52 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.