Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2014

UNE NOUVELLE CAMPAGNE DE MARAUDES...

Pour qui.jpg  

Nous revoilà

sur le pavé parisien,

Pour la première sortie de cette  nouvelle campagne de maraudes, nous saluons la présence de Bruno Gollnisch, un ami de toujours pour l'ASP. Il est accompagné de Bruno Subtil et de Gilles Clavel, fidèle soutien depuis tant d'années. 

 

Gilles Clavel.jpg

 

Lors de nos pré-maraudes, nous avons visité de nouveaux quartiers.  Car, avec le temps, l'implantation géographique des sans-logis est sujet à des variations, des dispersions et de nouveaux regroupements.

Pour autant, rien n'a changé sur le fond. Au contraire, force est de constater que Paris ressemble de plus en plus à une ville du tiers monde. La "lèpre" se répand dans les rues de la ville et déborde la nuit jusque dans les "beaux quartiers".

Au métro Sèvres-Lecourbe, nous retrouvons la sympathique petite colonie  polonaise et patriote.  Elle campe depuis plusieurs années sous le métro aérien. Mais Stéphane, le légendaire ch'ti, qui, un jour, avait oser apostropher son "voisin" de quartier, l'ancien premier ministre Edouard Balladur, écopant ainsi de trois mois de prison ferme, pour crime de lèse majesté, Stéphane n'est plus là. Il nous a quitté. Repose en paix, Stéphane.

 

Le Pasteur et son équipe.JPG

 
Au métro Alésia, c'est  Ulysse, bien connu dans nos milieux , que nous ne verrons pas. Il faisait la manche de dix huit heures à deux heures du matin. La recette était souvent modeste mais ses besoins aussi.  Les quelques euros récoltés lui permettaient  de survivre. Son histoire, l'illustration du drame que traverse notre pays. Ouvrier sur machines outils à Saint-Etienne, il est licencié à la suite de la fermeture de son usine pour délocalisation. De plans de restructuration en plans de réinsertion, il avait fini par se retrouver en fin de droits, et finalement sans ressources. Le voici à la rue avec l'obligation de faire la manche pour survivre. Malgré la barbarie d'une telle situation,  il restait disponible aux autres et courait les bibliothèques : une attitude droite face à la vie. Ses camarades d'Alésia supposent qu'il est décédé des suites d'une embolie cérébrale. Si en est ainsi, repose en paix, Ulysse.

Cette dignité se retrouve chez un certain nombre de ceux que nous aidons. Et c'est à chaque fois, pour nous, une leçon d'humilité et de courage. Une exemple que nous offre, parfois, les plus démunis des nôtres, à chacune de nos sorties. Et déjà, durant cette première maraude de la campagne 2014/2015 qui se poursuit ce soir...

 

Pasteur Blanchard  

Les commentaires sont fermés.