Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2014

UNE FORME D'OECUMENISME...

oecuménisme 1.jpg

 

Bien compris

Il arrive assez souvent que des personnes nous venant en aide souhaitent garder leur anonymat, et refusent d'être photographiées ou nommées publiquement. Bien sûr, respectant leur choix, je renonce à faire un reportage, mais parfois l'histoire est si amusante que je ne puis résister à la tentation de la conter.
 
Une fidèle et traditionaliste auditrice de Radio Courtoisie nous amène, depuis les tout débuts de l'association, du linge qu'elle récupère aux kermesses et aux grandes manifestations de la tradition Catholique. Elle arrive un jour avec un impressionnant chargement de sacs à dos du pèlerinage de Chartes, et me demande un peu gênée si je puis en faire la distribution. Le fondamentaliste protestant que je suis, opposé à toute forme d'œcuménisme, a trouvé piquant, dans le combat commun contre le cosmopolitisme et l'Islamisation de notre pays, dans la défense commune des valeurs de Chrétientés, d'accepter de distribuer des sacs avec le logo de Notre Dame du pèlerinage de Chartres à tous les SDF de la Capitale. Depuis, à tous ceux qui m'amènent des choses particulières à donner, je cite cet exemple, démonstration d'une réelle unité dans le combat temporel, pour la défense de notre terre et de notre culture.


Pasteur  Blanchard   

18/07/2014

LES MEMBRES FONDATEURS DE l'ASP...

Oscar 1.jpg

Oscar 

Membre du comité d'administration

Il fût un temps, ceux de nos débuts à la Cité du Refuge de l'Armée du Salut, au bon vieux temps de notre jeunesse, époque inoubliable, où être un travailleur social professionnel était une vocation et une véritable aventure humaine. Depuis, la machine administrative a éteint cette flamme en fonctionnarisant le secteur.

 Oscar 2.jpg

 

C’est par l'intermédiaire du blog, qu'après des décennies, nous nous sommes retrouvés. Ce qu'il y a de paradoxal dans ces retrouvailles, c’est que ce fut par l'intermédiaire d'un de nos ancien collègue, aux idées d'extrême gauche, qui, voulant dénoncer mon parcours, a permis notre rencontre. Il ignorait en effet que Oscar partageait mes valeurs, le même amour pour la France. Depuis, Oscar est de toutes nos actions, mais surtout là où il s'avère le plus utile : pour trouver de solutions à tous ceux qui font appel à nos services, afin de régler des problèmes d'hébergement ou d'orientation. Le fait qu'il soit un professionnel en activité est pour nous une aide précieuse. 

 

Pasteur  Blanchard   

11/07/2014

LES MEMBRES FONDATEURS DE L'ASP...

 Nicolas 1.jpg

 

NICOLAS PONS

Vice-président de l'ASP

Ce fut lors d'une de nos premières réunions, dans un local prêté par un ami à Vanves, que nous avons fait la connaissance de Nicolas. Il demeurait à l'époque à deux pas du lieu de réunion. C’est sur internet qu'il découvrit l'annonce de notre association, qui lui était totalement inconnue. C’est un peu par hasard qu'il fut présent à nos tout débuts.

 

Distribution de chaussettes.jpg

 

Il a été aussi pour la toute première maraude, et lors des premières saisons il fut un pilier de nos sorties. Avec le temps sa présence s'estompa un peu, mais pas son engagement au sein de l'association, dont il fut le trésorier. C’est aussi lui qui m'installa internet et m'initia à l'informatique. Comme beaucoup de gens du sud-ouest, il avait la nostalgie du pays, où il retourna suite à une mutation dans sa ville natale de Toulouse. Pour autant il reste un actif vice président de l'ASP. Le temps passant, bien des éléments de notre association disparurent, mais il est toujours bon de retrouver ceux qui sont restés fidèles, et qui depuis les temps héroïques de nos débuts, nous ont fait confiance. Nicolas est de ceux-là, et même plus : un ami véritable.

 

Pasteur   Blanchard

04/07/2014

LES MEMBRES FONDATEURS DE L'ASP...

Thierry et Michel.jpg

 

Thierry AURIAT

Les débuts de l'association furent héroïques. Nous étions seuls, complètement isolés. Toutes les portes se fermaient devant nous. Nombreux étaient ceux qui pensaient qu'après l'expérience des soupes à St Lazare, je n'avais plus d'avenir. Ce fut une dure traversée du désert. Il est arrivé même que l'on déconseille à des personnes de s'engager dans notre projet, en affirmant que je n'avais aucune chance de sortir la tête de l'eau.

 

 Thierry 1.jpg

 

C’est à cette époque que j'ai fait la connaissance de Thierry, par l'intermédiaire du Docteur Merlin. Thierry me connaissait de nom depuis l'époque où tous deux nous demeurions à Vitry. Dès notre première rencontre il a accepté de s'engager à nos côtés. Depuis, son soutien à nos actions est total, un dicton dit que c’est dans l'adversité que l'on reconnait ses amis. Je lui voue une éternelle reconnaissance d'avoir été un des rares, à nos débuts alors que tout le monde nous fuyait, à s’être engagé sans la moindre arrière pensée. A cette époque, son chaleureux accueil fut essentiel.

 

 Pasteur  Blanchard  

01/07/2014

NI XENOPHOBIE, NI REPLI...

Gamins.jpg
          

 Fierté !

C’est un fait : je suis un Français de souche et fier de l’être. J’ai parlé de fierté car j’aime mon pays. Fierté ne veut pas dire gloriole ou sentiment de supériorité. Mon père était breton, ma mère est auvergnate : contrées magnifiques, gens de caractère. Mon appartenance à la nation française et mon ancrage dans ses terroirs ne signifient pas xénophobie ou repli identitaire. Je me suis impliqué personnellement, psychologiquement, financièrement pour permettre l’installation en France d’une dizaine d’étrangers de race et de nationalité différentes des miennes : une famille de réfugiés cambodgiens fuyant la barbarie communiste ; une vieille dame de Shanghai – maintenant décédée – qui vivait sans nouvelles et complètement coupée de sa famille expatriée (celle-ci avait fui au moment de la révolution de 1949) ; un étudiant chinois devenu depuis lors citoyen français respectueux des lois et des valeurs de notre pays et cadre dans une grande entreprise publique. Je n’ai de leçon d’antiracisme à recevoir de personne et je ne supporte plus les antiracistes autoproclamés quand ils se mettent à pérorer leurs leçons de morale et leurs mises en demeure ou à l’index. Selon moi, le racisme est avant tout une marque d’ignorance et d’inculture, mais les Français, dans l’ensemble, s’en sortent plutôt mieux – en tout cas pas plus mal – que les autres peuples. L’antiracisme ostentatoire, germanopratin, accusateur constitue à bon compte un brevet de vertu et masque bien souvent les turpitudes de certains individus ; l’antiracisme journalistique sert d’alibi à de nombreux confrères pour pratiquer la rétention d’informations ; l’antiracisme politique ne suffit pas à faire un programme d’action et il évite à certains de nos dirigeants, à droite comme à gauche, de traiter des problèmes urgents et de faire face à des réalités difficiles. Je suis heureux qu’ait été naturalisé, à l’âge de vingt ans, un jeune Espagnol devenu récemment Premier ministre et qui sait trouver des accents lyriques pour parler de la France ; mais je le serai davantage encore s’il parvient à faire sortir de la préhistoire la gauche française et si son action donne de bons résultats pour notre pays. Je suis chapeau bas devant le nouvel élu à l’Académie française ; ce qui m’impressionne, chez lui, ce sont la qualité de ses réflexions, sa surface médiatique et son courage intellectuel plus encore que le fait qu’il soit né juif polonais… En tout cas, bravo aussi au pays qui a su l’accueillir et l’aider à parcourir un tel chemin ! Je suis navré de constater que beaucoup de jeunes de qualité fuient la France, faute d’opportunités et d’espérances… Les immigrants, officiels ou clandestins, qui arrivent en remplacement ne représentent pas forcément la même richesse ; ils peuvent même coûter cher car la France n’a plus, et depuis longtemps, les moyens d’accueillir toute la misère du monde.Je n’ai rien d’exceptionnel, beaucoup de compatriotes, sans doute, pensent comme moi et n’admettent plus que notre pays soit humilié et abaissé… Qu’il se vide de sa substance économique et humaine… Que des dirigeants dénués de courage le conduisent dans le mur, faute d’entreprendre les réformes indispensables… Que des personnes à qui la France a tant donné crachent dans la soupe et l’accusent de tous les maux, y compris – et surtout – d’être un pays raciste. 

 

09:29 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)