Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2014

ENTRETIEN AVEC...

Les ombres.jpg

 

Alain de Benoist

 

Les politiques tous pourris ?

Non, c’est le système qui l’est…

 

S’il faut en croire les gazettes, l’un des arguments majeurs des « populismes », quelle que soit la définition qu’on puisse donner de ce terme, c’est le fameux « Tous pourris ! » Il y a certes des « pourris » chez les politiciens, mais leur proportion est-elle véritablement si importante 
 
Sans doute pas plus que dans bien d’autres professions. Tous les hommes politiques ne s’appellent pas Balkany, Cahuzac ou Guérini, même si beaucoup d’entre eux manifestent une indéniable propension à excuser ou masquer les turpitudes de leurs « moutons noirs ». La classe politique française est dans son ensemble très médiocre, ses représentants disent rarement la vérité, ils emploient systématiquement la langue de bois. Mais il y a parmi eux des hommes honnêtes et même intègres, n’en déplaise aux commentateurs pour qui la réflexion politique se réduit à l’éructation d’injures électroniques.
Ce que l’on peut dire, en revanche, c’est que la vie politique est plus propice que beaucoup d’autres sphères d’activité à des formes actives ou passives de corruption. Les milieux de pouvoir ont toujours été proches des milieux d’argent. La tentation est grande de passer entre les deux des « arrangements » qui tombent sous le coup de la loi. Pour le dire autrement, on peut être honnête en politique, mais il est peut-être plus difficile de le rester que lorsqu’on exerce un autre métier. Le « Tous pourris ! » (ils sont « tous nuls », il n’y en a « pas un pour racheter l’autre », etc.) exprime une présomption de culpabilité plus encore qu’il ne procède d’un constat.
 

 Populaire.jpg

 

Ne serait-ce pas l’actuel « système » qui serait pourri, tel ce communisme jadis donné pour « intrinsèquement pervers » par le pape Pie XI ? 

Les gens aiment bien avoir des boucs émissaires. C’est la raison pour laquelle ils imputent souvent à des hommes (ou à des catégories d’hommes) des défauts ou des vices propres au système dont ceux-ci ne sont que les représentants. D’une façon générale, ils ont beaucoup de mal à comprendre que les systèmes relèvent par définition d’une analyse systémique. Il est plus facile, par exemple, de dénoncer les méchants « banquiers » (ou les « grands initiés » qui « tirent les ficelles » en coulisses) plutôt que de faire une analyse critique du système de l’argent ou des mécanismes par lesquels les marchés financiers ont pris le contrôle des États. 

Les gens de droite, qui sont en général idéologiquement peu structurés, sont particulièrement portés à poser les problèmes en termes de personnes. Ils sont comme ces parents de victimes qui, pour « faire leur deuil », ont besoin qu’on leur désigne des « coupables ». Malheureusement, il n’y a pas toujours de coupables ou de responsables qu’on puisse identifier nommément. Et quand il y en a, on réalise vite qu’ils ne sont eux-mêmes que des pièces d’un dispositif beaucoup plus vaste. Les arbres ne doivent pas masquer la forêt.

L’expression « Tous pourris ! » prend en effet tout son sens si on la rapporte à un système. Ce système est un ensemble de mécanismes qui fonctionnent « tout seuls », c’est-à-dire en raison de la dynamique qui leur est propre. Le monde de l’économie et de la finance est comme celui de la science ou de la technique : chaque pas en avant confirme et accélère le mouvement. Les hommes y jouent un rôle, mais à titre secondaire : tout responsable qui disparaît est immédiatement remplacé. En quoi ce système est-il « pourri » ? Il l’est d’abord en raison de son caractère contraignant. Le système limite la liberté de manœuvre des hommes politiques dans des proportions qui n’ont cessé de croître. 

Arriver au pouvoir, aujourd’hui, c’est découvrir l’ampleur des contraintes de structure et l’étendue de son impuissance. À l’échelle de l’Union européenne, cette impuissance va jusqu’à la paralysie. Mais le système est surtout « pourri » en ce qu’il repose sur des postulats intrinsèquement nocifs – l’économie comme destin, le primat des valeurs marchandes, l’égalitarisme, le mythe de l’autosuffisance des individus, le mépris du peuple, etc. – qui renvoient eux-mêmes à toute une anthropologie, où l’homme est conçu comme un être seulement préoccupé de maximiser son intérêt personnel.

 

Ce qui est sûr, c’est que la classe politique dans son ensemble paraît aujourd’hui discréditée. Si la corruption n’est pas la cause majeure de ce discrédit, comment doit-on l’expliquer ? 

Il s’explique tout simplement par le fait que la classe politique se refuse à répondre aux aspirations du peuple, non parce qu’elle est incapable de les entendre – contrairement à ce que disent ceux qui se contentent de plaider pour plus de « proximité » entre les citoyens et leurs élus –, mais parce qu’elle est acquise à des idées opposées. La classe politique estime que le peuple « pense mal », et c’est pourquoi elle aspire à gouverner sans lui.

Le fossé qui s’est creusé entre le peuple et la gauche, qui se flattait naguère d’en être la meilleure représentante, en est l’une des illustrations les plus frappantes. Le « Tous pourris ! » veut dire ici que le peuple a cessé de croire à l’alternance. Depuis au moins trois décennies, il voit se succéder des gouvernements « de droite » et « de gauche » qui font plus ou moins la même politique, ne répondent jamais à ses attentes et, plus grave encore, ont amené le pays au bord de la faillite.

Tous les sondages le montrent, les gens ne savent plus ce qui distingue aujourd’hui la droite et la gauche. Ils ne savent plus ce que ces mots peuvent encore vouloir dire. Ils réalisent que tous les grands problèmes actuels créent des clivages transversaux qui ne se laissent plus analyser en termes de droite ou de gauche. C’est la raison pour laquelle ils se réfugient dans l’abstention ou reportent leurs derniers espoirs sur des formations « populistes » qui ont jusqu’ici été exclues du pouvoir. « Tous pourris ! » est un cri du cœur. S’il ne correspond pas à la réalité, il exprime quelque chose de bien réel : les gens n’en peuvent plus.

 

Entretien réalisé par Nicolas Gauthier

Les commentaires sont fermés.