Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2012

RECONQUERIR LES BANLIEUES (3).

 

 

QUE FAIRE ?

 

Certes, l'urgence absolue serait de résoudre les grands problèmes de la société française comme le chômage, la paupérisation, l'illettrisme, le désordre de la justice. Ces problèmes bouchent l'horizon. Ils expliquent le quasi silence de la campagne présidentielle sur le sujet ; personne ne sachant vraiment comment faire et les candidats principaux craignant à juste titre de se trouver confrontés à leurs propres turpitudes.

La situation, compte tenu de l'historique, n'est pas facile à appréhender car elle est extrêmement variable. Le trait dominant est la véritable "sécession" de ces territoires, d'où la nécessité d'une "reconquista". Ce terme est justifié car à des siècles de distance, il y a des ressemblances significatives.

Faire des opérations "coups de poing" ? Les dirigeants de la police sont sceptiques. Une opération de ce type ne déstabilise la fourmilière que pendant une demi-journée et les dealers reviennent à nouveau. Ne pas oublier également que, quand la police fait son travail, la justice ne suit pas. En France, chaque année quatre vingt dix mille décisions de justice ne sont pas exécutées !

Frapper les dealers au portefeuille ? Ce serait la voie royale. Les moyens et les renseignements existent selon les syndicats de policiers eux-mêmes. Ces dealers iraient tout simplement exercer leurs activités dans d'autres pays. Il est surprenant que, sauf quelques timides tentatives, cette méthode n'ait pas eu lieu à grande échelle et cela conduit à imaginer d'étranges complicités éventuelles !

Quelle que soit la stratégie imaginée, il y a une règle absolue : pas de "coups de poing ", mais une reconquête morceau par morceau. Un territoire reconquis ne devant plus jamais être abandonné.

 

Michel De Poncins

06:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.