Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/02/2012

UN JEU POUR LES PATRIOTES FAVORISES...

Plaie mobile.jpg

19:44 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (1)

24/02/2012

MARAUDE DU 23 FEVRIER 2012.

Cliquer ICI

IMPRESSIONS DE MARAUDE...

Paul-Alexandre.JPG

 

Par Paul-Alexandre Martin,

membre de la direction nationale du FNJ

A 21 heures, accompagné de Gaétan Dirand,  je rejoins le Pasteur Blanchard et sa femme pour une première maraude : une expérience riche et qui prend aux tripes,  d’autant qu'en cette soirée de février, le thermomètre frise les -10 degrés à Paris. Nous croiserons, d'après le Pasteur, moins de malheureux qu’habituellement ; sans doute à cause du grand froid  qui oblige les sans-abri à se replier dans des centres d’hébergement ; lorsqu’ils sont en mesure d’y obtenir une place pour la nuit.

Nous nous arrêterons malgré tout assez fréquemment à la rencontre de ceux qui, malgré leur terrible dénuement tentent "d'oublier" le froid. 

C'est d'abord, ce vieil homme d’origine polonaise, surprenant tant il relativise les températures polaires. Nous lui donnons, selon ses choix, des vêtements et de la soupe. Après une discussion, nous repartons et il nous salue chaleureusement.

Au fil de nos stations, nous découvrons  parfois des solitaires, parfois des couples ou des groupes. Beaucoup d’entre eux arrivent des pays de l’Est et connaissent bien le Pasteur Blanchard et sa femme. Ils nous confient les anecdotes des précédentes maraudes dont ils conservent d’excellents ou fameux souvenirs ;nnotamment cette fois où Jany Le Pen, répondant à leurs souhaits,leur a promis une photo dédicacée.

  

Les quatre compagnons.jpg

 

L’heure tourne mais les minutes s’écoulent lentement car le froid se fait cruellement sentir, pour... nous ! Aux abords des quais de Seine, c'est la Sibérie. Quelques tentes se cachent désespérement sous un pont. La distribution de vêtements et de boissons chaudes continue. Nos hôtes nous concèdent bien volontiers  que la rigueur de l’hiver se fait sentir  mais tous semblent rester stoïques. Ce qui frappe, c’est leur capacité à se réjouir de notre visite. Ils semblent presque oublier les morsures du vent glacial.

Plus loin encore, des membres de la Croix de Malte s'évertuent à prendre en charge un groupe d’hommes et de femmes. C'est sans espoir car ceux-ci refusent de rejoindre un centre d'hébergement où ils seraient dispersés, séparés, isolés. Au vu des visages égratignés de certains, on comprend qu'ils se sont querellés entre eux  mais, ils craignent encore plus les inconnus et les vols. 

La maraude se termine rue de Rivoli : des dizaines de malheureux dorment sous les arcades. Nous leur laissons le nécessaire à proximité sans les réveiller. Au bout de la rue, un homme seulement accompagné de son chien ne souhaite rien de plus qu'une cigarette. Contrairement à beaucoup d'autres, il semble ne pas noyer son désarroi et sa misère dans l’alcool. Il se contente de marcher à la recherche d’un endroit calme, assisté de son compagnon qui le suit comme son ombre.

 

Paul-Alexandre

22/02/2012

L'OMNIPOTENCE DES SYNDICATS (1).

Deux évènements simultanés se produisent sous nos yeux et sont étroitement liés : l'entrée "officielle" de la France en récession et l'omnipotence des syndicats.

 

Le syndicat.jpg

 

La récession, faisant suite à une panne de croissance vertigineuse est le résultat de plusieurs années de gouvernements situés à gauche, non par leurs déclarations mais par leurs actions ou omissions. Elle se continuera quel que soit le résultat de l'élection de 2012,tous les programmes se ressemblent, à quelques nuances près : ils nous mènent à la ruine. Le plus étonnant est qu'Angela Merkel court aussi à cette ruine. Elle ne s'aperçoit pas ou, par idéologie, ne veut pas s'apercevoir que l'économie allemande peut, elle aussi, sombrer dans l'abîme vers lequel les vingt-sept s'engagent résolument.

Dans le cas particulier de la France, la toute puissance des syndicats est au coeur du problème avec leur richesse insolente dont les détails fleurissent ces jours-ci dans les médias. En 2007, ils ont reçu solennellement le pouvoir qui leur a été donné par le président sorti des urnes. Depuis lors, par lâcheté, leur omnipotence, au demeurant ancienne, a non seulement perduré mais grandit. Leur richesse et celle de leurs chefs s'est consolidée ;situation d'autant plus intolérable que leur représentativité est sujette à caution, voire plus qu'extrêmement faible.

 

A suivre...

08:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

L'OMNIPOTENCE DES SYNDICATS (2).

Omniprésent.jpg

 

A suivre...

07:50 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

L'OMNIPOTENCE DES SYNDICATS (3).

UNE BOMBE

 

Habri JPG.jpg

 

Dans ce paysage, une véritable bombe vient d'éclater. La "médiacratie" en a peu parlé laissant une large place au tour d'horizon habituel des crimes qui se produisent un peu partout.

Un rapport de sept cents pages a été réalisé sur le financement de ces syndicats suite à la création, le 8 juin dernier, au sein de l'Assemblée d'une commission d’enquête. 700 pages, ce n'est pas rien et une centaine de personnalités ont été auditionnées, non sans peine tant le terrain est miné. Le coût même du rapport doit être astronomique. La commission créée à cet effet était présidée par un député nouveau centre, Nicolas Perruchot, très connaisseur du sujet.

 

Le rapport dissèque pour la première fois les quatre milliards d’euros de financements annuels, directs ou indirects de nos syndicats, nécessaires faute de cotisations. En effet, les cotisations des adhérents n'apportent que 3 à 4 % du financement. Les spécialistes connaissent depuis longtemps ce scandale. La nouveauté est qu'un rapport officiel vient de faire éclater la terrible réalité.

  

Un peu cassé.jpg

 

Monsieur Bernard Accoyer, président de l'Assemblée a décidé qu'il n'était pas possible de publier ce rapport et, sauf erreur, une telle décision est unique dans l'histoire des rapports de l'Assemblée. Il a déclaré que la commission d'enquête terminait ainsi son existence. La bombe était si forte que son explosion aurait menacé tout le système : une chape de béton s'imposait ! Certes, il y eut certaines protestations et même du côté syndical,contre l'arbitraire de la décision. Les protestataires, présentés abusivement comme courageux, savaient très bien que la décision salvatrice était prise et qu'elle corroborait leur toute puissance quasi totalitaire. Le seul avantage du rapport est que les langues se sont déliées et que beaucoup d'informations ont circulé.

 

A suivre...

07:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

L'OMNIPOTENCE DES SYNDICATS (4).

Syndicasse.jpg 

 

DES FAITS

Voici quelques faits disparates aussi bien dans leur nature que dans leur importance : A Pékin, en Septembre 2004, cent quatre vingt dirigeants français des caisses de sécurité sociale ont séjourné dans les plus luxueux hôtels de la capitale de la Chine ; motif : participer à l'assemblée générale de l'association internationale de sécurité sociale. Le nombre stupéfia les autres délégations.

Le 8 novembre 2004, selon un présentateur de France 2, un chauffeur de la CFDT a avoué que toute sa vie, il avait été rémunéré par le Crédit Lyonnais, qu’il ne voyait que pour aller toucher sa feuille de paie.

Le président de la CGC a confié tout sourire qu’il était appointé par Total et que son trésorier l'était par les Pompes Funèbres générales ; vingt huit personnes du siège étaient rémunérées par des firmes privées.

 

Syndicasse.jpg

 

A la même époque, la télévision a déclaré à propos d'une multinationale que dès qu'un salarié était nommé délégué, il recevait une promotion, qu'il choisissait parfois lui-même. Bien mieux, il y avait aussi d’autres avantages : embauches de proches, primes et indemnités de logement de gaz et de chauffage.

C'est la mairie de Paris qui, de 1990 à 2001, soit pendant onze ans, a payé un des domestiques de Marc Blondel baptisé "garde du corps ". Le contrat a été finalisé lors d’une petite fête dans un restaurant landais de la capitale le 11 mai 1990.

Après ces "menus" faits, voici plusieurs sources de la "rivière argentée " : La formation professionnelle des adultes ou FPA,le paritarisme avec le patronat dans une foule d'organismes comme les caisses de retraites, le dialogue social, les comités d'entreprises, le conseil économique, social et environnemental, avec ses succursales.

La Cour des comptes, dans un rapport publié le 6 décembre de cette année, vise le comité d'entreprise de la RATP et demande l'ouverture d'une enquête pénale : appels d'offres douteux, doubles facturations, dépenses somptuaires. La charge du comité d'entreprise représente cent treize euros par agent. Il s'y ajoute la subvention aux oeuvres sociales qui multiplie d'une façon importante la manne financière du syndicat. Cette étude est tombée sur la RATP mais aurait pu aussi tomber ailleurs. En effet, si la Cour des comptes ne se dérange pas, l'omerta est la règle. Depuis la loi Waldeck Rousseau de 1884, les syndicats n'avaient pas de comptes à fournir. La loi d'août 2008 sur leur représentativité les y oblige désormais, mais personne n'est vraiment pressé !

 

A suivre...

07:20 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

L'OMNIPOTENCE DES SYNDICATS (5).

Frime.jpg

 

RUINE

ET DESTRUCTION

La ruine infligée au peuple français par cette situation ne vient pas seulement de la formidable captation d'argent dont les dirigeants sont les principaux bénéficiaires mais aussi de la destruction des entreprises et de l'usage perpétuel et abusif de la grève.

Dans cette action meurtrière, les chefs syndicalistes forment une alliance de fait avec les politiques dont certains responsables détournent aussi beaucoup d'argent.

 

Une élite.jpg 

 

Le plus grave, peut-être, est que ces fausses élites se livrent publiquement à des actes immoraux ; ce qui explique, en autres causes, le mépris qu'elles encourent de la part de la population. 
 

Madame Thatcher arrivée au pouvoir se trouva devant des syndicats encore bien plus puissants que les syndicats français d'aujourd'hui. Elle sut les briser et les péripéties du combat méritent d'être connues et analysées.
 

Michel de Poncins

07:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

20/02/2012

MISE A JOUR DU 13 FEVRIER 2012...

Identité et âge                               Date et ville du décès         

 

Prénom

Nom

Age

Jour

Mois

Année

Ville

 

Un homme

 

1

1

2012

Lille

 

Un homme

30 ans

3

1

2012

Strasbourg

 

Un homme

50 environ

4

1

2012

Cavaillon

José

Landre

48 ans

5

1

2012

Lavelanet

Macie

Mazurkiewicz

43 ans

6

1

2012

Paris

 

Un homme

40 environ

11

1

2012 

Venette

 

Un homme

 

12

1

2012

Saint-Ouen

 

Un homme

 

13

1

2012

Auberville-la-Renault

 

Un homme

66 ans

14

2012 

Bassens 

José 

Droit 

64 ans 

16 

2012 

Paris 10ème 

Vincent 

 

34 ans

16 

2012 

Beauvais 

 

Un homme 

55 ans

17

1

2012 

Mont-Saint-Aignan 

Patrice 

Le Floch 

51 ans 

17 

2012 

Lorient 

Ahmed 

Odjilali 

55 ans 

 

2012 

 

 

Une femme 

46 ans 

17 

2012 

Le Kremlin-Bicêtre 

Bruno 

Letuddier 

50 environ 

17 

2012 

Paris 

 

Un homme 

58 ans 

18 

2012 

Montans 

Christian

Loinsard

56 ans

18

1

2012

Paris 15ème

Johnny

Cleris

30 ans

19

1

2012

Lyon

Laurent

Gavois 

44 ans

19

2012 

Lyon 

Philippe

Bigoin

48 ans

19 

2012 

Lyon 

Guy

Herrero

66 ans

20

2012 

Paris 14ème 

 

Une femme

 

21

1

2012 

Versailles 

 

Un homme

56 ans

21

1

2012

Argenteuil

 

 

 

 

Prénom

Nom

Age

Jour

Mois

Année

Ville

 

Un homme

29 ans 

22 

2012 

La Séguinière 

Gérard 

Vernerez 

58 ans 

24 

2012 

Paris 

 

Un homme 

 

25 

2012 

Menton 

 

Une femme

 

 

2012 

Annemasse 

 

Un homme 

 

28 

2012 

La Défense 

 

Un homme 

30 environ 

28 

2012 

Poitiers 

Hayette 

Allag 

40 ans 

 

2012 

Versailles 

Véronique 

Mahot 

 

 

2012 

Beauvais 

Jamel 

 

49 ans 

 

2012 

Beauvais 

 

Une adolescente 

17 ans 

3

2012 

Avignon 

Henrik 

Piatek 

45 ans 

2012 

Paris 10ème 

Marie-France 

Pause 

43 ans 

2012 

St-Denis/Réunion 

 

Un homme 

56 ans 

2012 

Champigny 

 

Un homme 

61 ans 

2012 

Villetaneuse 

Muriel 

Lassalle 

46 ans 

2012 

Compiègne 

Constantin 

Fudalache 

55 ans 

2012 

Paris 10ème 

 

Un homme 

53 ans 

2012 

Dunkerque 

 

Un homme 

60 environ 

2012 

Montauban 

 

Un homme 

50 environ 

2012 

Toulouse 

 

Un homme 

20 ans 

10 

2012 

Epinal 

 

Un homme 

32 ans 

12 

2012 

Marcq-en-Baroeul 

 

Francis 

 

13 

2012 

Paris 16ème 

Jaroslaw 

Turniak 

50 ans 

14 

2012 

Paris 8ème 

 

" Décès de personnes ayant vécu à la rue

dont nous avons appris la mort depuis le début de l'année2012."

 

Sources →

09:17 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

17/02/2012

IMPRESSIONS DE MARAUDE...

Maraude du 9 02 2012.JPG

 

Par Gaétan Dirand,

 secrétaire départemental FN 49

 

Rendez-vous pour ma première maraude,

à 21 heures Porte d’Italie, par un froid glacial, 

avec le pasteur Blanchard et son épouse.

Brève présentation du déroulement de la soirée, répartition des rôles

et nous partons dans le break de l’ASP

bourré de sacs de vêtements, de sardines et de soupe,  

à  la rencontre des SDF de la capitale.

 

Les premiers sans-abri que nous rencontrons

sont de vieilles connaissances du Pasteur

qui échange avec eux des plaisanteries

et prend des nouvelles de ceux que l’on ne voit plus.

Un peu plus loin, nous rencontrons un groupe de polonais

qui ne semblent pas trop souffrir du froid,

habitués à des températures bien plus rudes dans leur pays d’origine.

Que sont ils venus chercher en France ? Une vie meilleure ?

Fuyaient-ils quelque chose ? Un amour à oublier ?

S’imaginaient-ils terminer là, sous ce métro aérien ?

Je ne leur poserai pas de questions…

Je me contente de leur tendre un bol de soupe et une cigarette,

de leur proposer quelques vêtements chauds ou de la nourriture.

 

Nous poursuivons vers les quais de Seine

où nous croisons cette fois-ci des allemands

qui ont trouvé refuge dans des locaux techniques désaffectés.

Ils vivent là, à six ou sept, organisés en petite communauté,

au milieu d'un mobilier récupéré ici et là.

Ce qui m’a troublé lors de ces différentes rencontres,

c’est la bonne humeur générale de ces gens

quasiment tous européens de souche.

Ce n’est pas la joie de vivre qui se lit dans leurs yeux

lorsque l’on vient à leur rencontre,

mais plutôt la joie d’être toujours vivant.

Ils sont entre eux et refusent les hébergements d’urgence,

peuplés, d’après eux de drogués et où règne la violence.

Quant à l’aide alimentaire, toujours selon eux,

elle est prise d’assaut par les familles de sans-papiers

dont le nombre explose depuis les révolutions arabes.

 

Rivoli.jpg

 

Nous remontons la rue de Rivoli :

des dizaines de malheureux dorment sous les arcades

emmitouflés dans des manteaux et des couvertures.

Cela tranche avec la majesté des lieux.

Cela jure avec la jeunesse dorée qui sort des restaurants

à la recherche d'un lieu branché pour terminer la nuit.

Ne voulant pas  réveiller nos amis à cette heure tardive,

nous nous contentons de déposer près d’eux quelques vêtements chauds.

  

Gaétan