Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2011

UNE MARAUDE AVEC LE PASTEUR BLANCHARD...

Maraude du 8 novembre 2011.jpg

 

Par Olivier Perceval

Secrétaire Général de l'Action Française.

 

Mardi 8 novembre,

sortant d’une réunion plus tôt que prévu,

je m’excusais auprès des personnes présentes un peu perplexes,  

leur expliquant que je me rendais à une maraude sur Paris.

 

Porte d’Italie, il est 21h.

Je tourne et retourne dans le quartier

avec des sens interdits toujours mal placés,

tel un maraudeur,

pour trouver enfin, avec un peu de retard,

le point de rendez-vous avec le Pasteur Blanchard,

sa femme Catherine (ben quoi, c’est pas un prêtre catholique)

et Thibault de la Tocnaye,

le fils de celui qui tenait la carabine à l’attentat du petit Clamart.

 

Le Pasteur, jovial et volubile,

nous prend en charge dans sa vieille Opel break remplie de vêtements

et nous voilà parti à la rencontre de la misère nocturne parisienne.

 

Ainsi de la porte d’Italie à Saint-Lazare,

nous distribuerons  vêtements, soupe, café

et bonnes paroles à de pauvres hères couchés dehors sous la pluie

ou un peu à l’abri sous un porche.

 

Ce qui est frappant, c’est l’accueil qui nous est fait à chaque fois :

sourires et paroles de reconnaissance nous comblent

pour un pull ou une paire de chaussettes.

Certains sont déjà endormis

lorsque nous arrivons à minuit et demi ou une heure du matin,

mais le plus souvent c’est avec bonne humeur

et même une véritable joie dans le regard

que nos Seigneurs les pauvres reçoivent

en se réveillant péniblement, notre visite.

 

Le regard.jpg

 

Je garde une forte impression de cette expérience 

en direction de ceux qui "habitent" la rue.

Qu’ils soient français ou étrangers,

leur dénuement nous amène à les regarder tous de la même façon,

solidaires dans la précarité,

ils ont besoin de l’aide

de ceux qui ont un toit qui les attend chaque soir.

 

L’Action Française doit être capable

de prendre en compte sans arrière-pensée cette réalité

qui va en s’accroissant en cette période de crise

car c’est en France que cela se passe.

 

J’ai été heureux de mieux connaître ce Pasteur atypique

aux couleurs stendhaliennes, "rouge et noir"

plébéien Sorélien et Barrésien tendance Coluche,

qui a commencé son ministère

comme éducateur spécialisé à l’Armée du Salut.

 

Dans un flot de paroles, quasi-ininterrompu,

lorsque nous cherchions les SDF à bord de sa voiture poussive

mais désormais célèbre,

l’homme qui se raconte facilement nous expliqua son itinéraire

qui le conduisit de la Gauche Prolétarienne en 68

au Front-National aujourd’hui,

ce qui ne l’empêche pas de garder fort heureusement un réel esprit critique.

Personnage fort sympathique au demeurant dont l’épouse,

très présente auprès de lui et très discrète quant à elle,

semble constituer la source et le secret de son énergie.

 

Je crois que notre compagnon d’un soir Thibault de La Tocnaye,

qui était comme moi un maraudeur occasionnel

est arrivé à la même conclusion :

ces gens là font partie de ceux qu’il faut absolument connaître,

car au delà de l’affichage "idéologique",

il y a du cœur, de la spontanéité

et une profonde et salutaire générosité.

 

Olivier Perceval

Les commentaires sont fermés.