Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2011

LE PANIER DE CRABES MARSEILLAIS DU PARTI SOCIALISTE

Jean-Noël GUERINI a été réélu président du conseil régional des Bouches du Rhône et cela malgré le rapport explosif confié à Martine AUBRY par l’un des prétendants socialistes à la présidence de la république M. Montebourg. Celui-ci dénonçait la collusion de ce triste personnage avec son frère l’entrepreneur Alexandre Guérini mis en examen pour détournements de fonds et de biens publics, recel, blanchiment, abus de biens sociaux, corruption active et trafic d’influence (excusez du peu…)

 

 

Voici un extrait de ce rapport : « Ce sont des pratiques effrayantes qui reposent sur un système de pouvoir et de captation d’argent, d’utilisation de l’argent public, de pressions sur les élus et sur les fonctionnaires. L’intimidation et la peur  étant l’arme quotidienne des deux frères. Les liens avec le grand banditisme sont dans le dossier judiciaire ».

 

 

Ce rapport est accablant et pourtant Martine Aubry ne veut pas en entendre parler, elle refuse de prendre en considération les preuves, elle le rejette. Après avoir prétendu l’avoir perdu elle a ajouté « qu’il n’y avait rien dedans » !!. Elle a préféré que le parti socialiste conserve la présidence du conseil régional même au prix d’un système mafieux dénoncé par un haut responsable de son propre parti.

Ne peut-on pas supposer qu’elle-même en ait peur et que les frères Guérini détiennent quelques fichiers brûlants concernant des procédés identiques dans la région Nord ?

M. Montebourg n’a pas avalé la pilule et il est certain que ce sujet reviendra très bientôt sur le tapis au cours des « primaires » du PS.

Que les électeurs socialistes marseillais se fassent rouler dans la farine par les deux frères c’est leur problème mais que le Parti Socialiste et Martine AUBRY ferment les yeux sur de telles accusations et nous proposent cette image de la « Nouvelle France », celle de demain, nous n’en voulons pas.

 

Manuel GOMEZ

 

 

Philosophie (21).jpg

 

Les commentaires sont fermés.