Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2011

LE POUVOIR D'ACHAT

 

 

Philosophie E (1).jpg

La question du pouvoir d'achat est de nouveau sur la sellette, chacun des candidats potentiels à la future l'élection présidentielle prenant la posture sur ce sujet en s'efforçant bien entendu de se démarquer de la posture des autres. Le premier ministre vient de déclarer : « la question du pouvoir d'achat est aussi une priorité du gouvernement même si en la matière nous n'avons pas de baguette magique ». Dans la même intervention le premier ministre a fait à nouveau la promotion de la prime obligatoire de 1000 € dont nous avons décrit le caractère catastrophique. Un autre a pris un langage martial pour parler de donner « un coup de poing contre la hausse des prix » ! En 2008 Madame Christine Lagarde fut dépêchée dans un supermarché pour faire ses courses crayon en main et démontrer que le camembert n'avait pas augmenté ! Nous allons montrer qu'en fait, s'il n'y a pas de baguette magique, c'est parce que le gouvernement lui-même est à l'origine de la dégradation de ce pouvoir d'achat et que pour l'arrêter il faudrait qu'il se renonce à lui-même.

Cette question du pouvoir d'achat n'est qu'un aspect parmi d'autres de la paupérisation générale du peuple français. Celle-ci s'exprime de diverses façons comme le chômage, l'insuffisance des logements, la faiblesse des retraites allant parfois jusqu'à une vraie misère et bien d'autres manifestations. Un étalon de mesure se trouve dans la prospérité des restos du cœur : ces gens qui pilonnent l'économie française, soit pour détruire les industries et services, soit pour les chasser ailleurs, ont au moins une production qui marche bien c'est justement celle des restos du cœur.

L'Insee dans son étude annuelle sur les revenus montre qu'un Français sur deux vit avec moins de 1580 € par mois. Évidemment ces chiffres sont très difficiles à interpréter : il est plus facile d'être pauvre à Paris lorsque l'on a peu de revenus qu'en province avec les mêmes revenus. Les familles monoparentales souffrent bien davantage que les familles stables et unies ; il est remarquable également que les immigrés récents souffrent plus que d'autres.

 

LES CAUSES

Les causes de la dégradation du pouvoir d'achat sont bien connues des économistes. Elles se ramènent toutes à leur source commune, c'est-à-dire la socialisation générale du pays, entreprise et poursuivie par les gouvernements de toutes sortes depuis plusieurs décennies, quelles que soient les couleurs apparentes qu'ils se donnent pour gagner leurs élections.

Cette socialisation se traduit par l'interventionnisme abusif de l'État dans tous les domaines de la vie publique et privée ; les conséquences sont le poids des impôts et le déluge de réglementations polluant toute activité créatrice de richesse.

A signaler à ce sujet l'Autorité de la concurrence créée le 4 août 2008 pour succéder au Conseil de la concurrence qui, parait-il, ne faisait plus l'affaire. Le motif de la création était précisément le pouvoir d'achat, une concurrence accrue étant censée le favoriser. Les Autorités indépendantes, naviguant pratiquement sans contrôle véritable, sont l'une des causes de la paupérisation du peuple français et elles comptent parmi les moyens pour les prédateurs publics de s'enrichir indûment. La vogue des « observatoires » dont le nombre exact ne sera jamais connu se rattache à la même logique.

Ce qui domine le paysage c'est l'immensité de la richesse que les prédateurs publics captent à leur profit et qui en pesant lourdement sur l'économie écrase davantage les pauvres que les riches lesquels peuvent toujours trouver des solutions. Le calcul de ce prélèvement abusif est extrêmement difficile à faire. La socialisation met dans les mains de l'État des sommes d'argent et de moyens presque sans limite. C'est ce que j'ai appelé dans un livre aujourd'hui épuisé : « La République Fromagère » (R.F. pour les intimes ! ). Tous les jours et parfois plusieurs fois par jour, l'on voit dans le journal se manifester l'avidité des prédateurs publics pour arracher à leur profit telle ou telle partie du butin étatique.

Cela se traduit en particulier par la création de postes nouveaux et parfaitement inutiles pour les recalés du suffrage universel ou les ministres débarqués lors d'un énième remaniement ministériel. C'est aussi la création de structures abusives comme les Autorités indépendantes citées plus haut. Dans la gestion courante de ces dinosaures publics se trouvent d'innombrables parlottes qui brassent du vent et s'accompagnent de fêtes diverses. Quoi de plus confortable que de faire régulièrement la fête avec des amis !

Des calculs montrent qu'environ dix % du PIB s'évaporent ainsi chaque année. Les deux décentralisations, avec des structures parfaitement inutiles et même nocives sur tout le territoire national, ont déclenché une course fabuleuse en vue de dérober pour usage privé le butin des collectivités territoriales. Les projets insensés du Grand Paris et de la création de « Métropoles » s'inscrivent dans cette logique dépensière avec à la clé de confortables fromages républicains pour lesquels la bataille est déjà commencée : l'effet de paupérisation est garantie avec ces projets

 

LA MARGE DE MANOEUVRE

L'absence prétendue d'une marge de manœuvre est une des légendes répandues par les pouvoirs socialisants depuis des décennies. C'est complètement faux et la légende a pour but de permettre aux prédateurs publics de continuer la « danse devant le buffet », l'orchestre médiatique répétant à l'envi la légende. Les données énoncées plus haut montrent que la marge de manœuvre est considérable, puisqu'elle correspond exactement au degré de socialisation du pays.

Pour bénéficier de cette marge de manœuvre il faut détruire le socialisme morceau par morceau.

Destruction des dépenses publiques d'abord en choisissant les plus scandaleuses, les plus idiotes, les plus inutiles, les plus néfastes. Nous parlons bien de destruction et non pas de diminution. Les pouvoirs publics nous chantent perpétuellement l'utilité d'une simple diminution de ces dépenses : c'est une mauvaise chanson. Que signifie la suppression de quelques fonctionnaires si par ailleurs l'on crée une kyrielle de structures nouvelles pour gâter les camarades ? Le bon chemin est de supprimer des services entiers, ce qui supprime les bureaux, les palais, les dépenses de communication, les contentieux et les réglementations.

Parallèlement il faut évidemment supprimer des impôts. Dans cette action, comme dans les dépenses la bonne pratique n'est pas d'écorner simplement les impôts : cela ne servira à rien car l'impôt réduit renaîtra inévitablement de ses cendres. Il est nécessaire de détruire complètement certains impôts grands ou petits : plus de déclarations, plus de bureaux, plus de contentieux.

Pour utiliser la marge de manœuvre et retrouver la prospérité perdue, il faut donc bien renoncer au socialisme, cette vache sacrée, et amorcer un cercle vertueux qui élargira encore plus la marge de manœuvre.

A cette fin et pour gagner entre autres la bataille du pouvoir d'achat, les gouvernants doivent être clairs dans leur tête ce qui n'est pas gagné d'avance.

Michel de Poncins

10:50 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.