Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2010

Le Tea Party ou le visage de la nouvelle droite américaine

 

Croix Huguenotte.gif

 

 

Le mouvement Tea Party est un mouvement populaire des États-Unis d’Amérique, partisan du moindre État, dont l’émergence a eu lieu au début de la présidence Obama. Son nom fait référence à la Tea Party de Boston, un événement historique qui a marqué les débuts de la Révolution américaine contre la monarchie anglaise au XVIIIe siècle.

Le mouvement a pour origine des manifestations organisées en réaction aux plans de sauvetage du secteur bancaire, suite à la crise financière de 2008, et plus particulièrement contre le plan de relance fédéral de 787 milliards de dollars proposé par le gouvernement de Barack Obama et adopté par le Congrès des États-Unis.

On attribue généralement à une blogueuse de Seattle, Keli Carender, l’organisation d’une des premières manifestations du mouvement. Carender a convaincu 120 personnes de participer à une manifestation contre le plan de relance économique de 787 milliards de dollars que Barack Obama devait promulguer le lendemain. Le 19 février 2009, Rick Santelli, journaliste de la chaîne financière CNBC, proposa sur YouTube de protester contre la décision du président de débloquer 75 milliards de dollars pour aider les propriétaires endettés à éviter la saisie de leur maison en organisant un « Tea Party » à Chicago.

Le mouvement a gagné de l’ampleur lors de la révélation au public du montant des primes versées aux dirigeants d’AIG, renfloué par le premier plan de relance du gouvernement. Il a encore gagné de l’importance lors des débats sur la réforme de santé menée par Barack Obama et a apporté un soutien décisif à l’élection du républicain Scott Brown au Sénat des États-Unis pour l’un des deux sièges du Massachusetts.
Il devrait encore avoir de l’influence lors des élections de mi-mandat de novembre 2010 et pourrait envisager de présenter des candidats sous ses couleurs et concurrencer le Parti républicain.

A l’approche des élections de mi-mandat, le poids croissant du courant populiste.

 Les hautes sphères du Parti républicain se sont longtemps réjouies de l’offensive du mouvement Tea Party, ultraconservateur et hostile aux réformes de Barack Obama. Mais voilà que ces rebelles populistes, nombreux parmi les militants républicains, ont profité, le 14 septembre, des élections primaires au sein du parti pour imposer leurs candidats. Certains sont des novices et la plupart semblent condamnés à perdre lors des élections partielles à mi-mandat, le 2 novembre prochain. Mais ils symbolisent un renouveau de la droite américaine, plus populaire et plus enracinée. Une rupture avec le courant néoconservateur qui s’est imposé ces dernières années.

Dans l’Etat du Delaware, par exemple, le républicain Michael Castle, réélu neuf fois au Congrès depuis 1993, a été écrasé aux primaires par une dénommée Christine O’Donnell, qui effraie les électeurs centristes avec sa campagne incessante en faveur des valeurs morales…

“L’establishment républicain s’aperçoit qu’il a sous-estimé le mouvement Tea Party, reconnaît Mark McKinnon, ancien stratège de George W. Bush. D’autant que ces nominations augurent de celles de l’élection présidentielle de 2012, et – pourquoi pas ? – d’une candidature de Sarah Palin.

Tea Party: le poujadisme made in america ?

18% d’Américains soutiennent le Tea Party, jeune mouvement de génération quasi spontanée.

« C’est un homme. Il est blanc, marié, il a plus de 45 ans et il se déclare volontiers républicain. La crise économique ne l’effraie pas particulièrement et il ne craint pas de descendre dans l’échelle sociale ».
C’est le portrait type d’un membre des Tea Party brossé par un sondage du New-York Times et de CBS.
Deux autres caractéristiques distinguent les 18% d’américains qui soutiennent ce mouvement : ils passent leur temps à vitupérer contre la pression fiscale et qualifient Obama de valet des multinationales.

Le Tea Party n’est pas un parti politique. C’est un mouvement de contestation populaire aussi puissant que mystérieux dans sa composition et ses buts, mais dont la structure reste largement rudimentaire notamment du fait de son absence de leader. Selon Kate Zernike, journaliste du New York Times qui vient de faire paraître Boiling Mad, un livre sur le Tea Party, l’attention de la grande majorité des militants est monopolisée par son anti-étatisme, la question de la dette, la contestation fiscale et la constitutionnalité des lois fédérales.

Professeur d’histoire française à l’Université de Houston, l’historien américain Robert Zaretsky comparait le mouvement au poujadisme : «Dans les deux cas, le désespoir et la déconnexion avec le politique est réel, tout comme cette tendance qui veut fournir des solutions simples à des problèmes complexes» note Robert Zaretsky qui conclut sur le fait que les deux mouvements «n’apportent rien au débat électoral sinon la colère ». Reste à voir si, comme le mouvement de Pierre Poujade, le Tea Party se révèlera un feu de paille, si passée la crise, son discours deviendra obsolète ou s’il se transformera en parti politique offrant aux Américains une véritable alternative

 

 

18:20 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.