Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2013

IMPRESSIONS DE MARAUDE...

 Maraude 16 05 13 (13).JPG

 

Par Bruno Subtil,

secrétaire départemental FN de l'Aube,

membre du bureau politique du FN,

président du groupe FN

au conseil régional Champagne-Ardenne.

 

Cette première maraude fut pour moi une expérience riche en émotions ! Récemment invité par le Pasteur Blanchard à participer à la maraude du 16 mai, c'est plein de curiosité que j'ai fermé mon agence de voyages avant l'heure habituelle pour rejoindre la capitale.

Accueilli avec gentillesse par la Pasteur et sa charmante épouse Catherine, j'ai eu aussi le plaisir de passer cette soirée avec Marie-Christine et Philippe.

Pendant cinq heures, nous avons distribué des vêtements, des chaussures, du café, du thé et de la soupe à un nombre important d'hommes et de femmes qui vivent (ou survivent ?) dans les rues de Paris. Nous leur avons  parlé, et surtout, nous les avons beaucoup écoutés.

A l'exception d'un seul des sans-abri rencontrés ce soir-là, je fus tout d'abord surpris par la sobriété de nos interlocuteurs, leur seule addiction semblant être le tabac.

 

Maraude 16 05 13 (4).JPG

 

Le monde de la rue regroupe des individus différents les uns des autres et souvent attachants. On ne sait pas trop s'ils ont vraiment choisi ce mode de vie. Du très sympathique Francis qui en est arrivé là, il y a quinze ans, suite à un accident du travail et l'apparente absence de solidarité de notre société à  l' "intello" qui dévore des livres à longueur de journées ; du côté très volubile de l'un de nos amis à la discrétion et la pudeur de certains autres, j'ai eu la chance de rencontrer des personnalités très diverses, souvent riches et toujours émouvantes.

Le militant politique que je suis en tire une seule certitude : on ne peut rester indifférent à la misère qui touche un nombre sans cesse croissant de nos compatriotes, qu'ils soient sans-abri ou en situation de précarité avec encore un logement. Une fois au pouvoir, nous devrons nous appuyer sur l'expérience de personnes comme le Pasteur qui a plus de trente ans d'actions au service des déshérités derrière lui.

Après réflexion et une nuit très écourtée, je garde particulièrement  en mémoire le gentil sourire, reconnaissant et protecteur à la fois que nous a adressé, vers 1 heure du matin, rue de Rivoli, une vieille dame à qui nous avons servi un café encore chaud. Ce sourire m'a rappelé ma grand-mère, je crois que je ne l'oublierai jamais.

 

Bruno

Les commentaires sont fermés.