Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2012

IMPRESSIONS DE MARAUDE...

Gentleman britannique.jpg

 

Par Edith et Pascal Erre,

SD/FN de la Marne, membre du BP

et conseiller régional Champagne-Ardenne

 

Mardi 9 octobre, c'est la première fois qu'Edith participe à une "maraude". Une expérience nouvelle pour elle, en tout cas sur Paris (à Châlons-en-Champagne, nous avons déjà aidé des personnes qui dormaient sur le trottoir par un froid glacial, avec de très jeunes enfants).

Paris, la "ville lumière", oui, mais avec ses parts d'ombre : tout ce qu'on ne voit pas, ou qu'on ne veut pas voir... Des gens à la rue, nous en voyons par dizaines, un peu partout, mais dans tout Paris, il y en a certainement des centaines... Et ce soir, il pleut à torrent, ce qui n'arrange pas les choses, surtout pour les sans-logis. Beaucoup s'abritent comme ils peuvent, souvent à l'entrée des magasins.

Pendant cette maraude, nous rencontrons surtout des français, mais aussi des gens qui arrivent des pays de l'est. Mais que viennent-ils faire en France, où nous avons déjà tant de malheureux ?

Premier arrêt : Patrick, Grégor et Youri. Deux polonais et un russe. Ils sont propres et rasés, ils sont bien corrects, eux, que la France laisse dans la rue depuis plus de vingt ans, quand d'autres, à peine débarqués, obtiennent tout de suite un toit. Quand nous sommes arrivés, Patrick était perdu dans ses pensées. Edith a mis sa main sur son front : Patrick est très fièvreux. Leurs regards se sont croisés, Edith lui a dit quelques mots et on a vu des étincelles dans ses yeux... Il était si heureux qu'Edith le prenne dans ses bras  : oui, tout être a d'abord besoin de réconfort et de chaleur humaine, de ces petits gestes qui vous réchauffent le coeur.

Deuxième arrêt : un peu plus loin, Harvey, un anglais je crois, très digne, sous son parapluie. C'est manifestement quelqu'un qui avait une situation plus élevée autrefois. Harvey nous observe en train de servir Yves qui veut du thé...et réclame le nouveau testament. Harvey est à la rue mais il est exigeant, il n'accepte que des vêtements en peau, en daim ou en mouton. Et il aura les deux ! Gilles et Jimmy, deux autres SDF veulent, aussi, du daim. Ils ont de la chance, le Pasteur a encore des vestes de ce modèle.

Troisième arrêt : sous la pluie toujours, une tente habitée par deux  polonais qui ont dû partir de la rue de Rivoli. Comme tous les autres sans-abri, ils dérangent les amateurs de luxe.

 

Francis, Edith, Pascal et le Pasteur.jpg

 

Quatrième arrêt : nous retrouvons Francis, qui, ancré dans son 13ème arrondissement, se plaint des nouveaux venus  des pays de l'est "qui veulent lui prendre sa place". Il défend son pré-carré, son petit "chez soi" qu'il s'est constitué avec des cartons, un caddie, des habits et des couvertures. 

Mais, cinquième arrêt : celui qui nous fait mal au coeur, c'est Michel, Michel et son chariot,  tout ce qu'il possède. Allongé sur une bouche d'aération du métro, il tente de dormir sous cette pluie torrentielle et nous dit que les commerçants de Saint-Michel l'ont viré. Depuis, Michel passe ses journées à marcher dans Paris, avec son chariot. Michel espère encore et attend ses papiers pour la retraite.

Sixième arrêt : le coeur encore plus serré, nous l'avons  en voyant ce jeune de 18 ans dormant  sur des escaliers en marbre, froids et humides. Nous récupérons un grand carton pour le séparer du sol et nous lui donnons des couvertures. Nous lui demandons d'où il vient : il se met à pleurer. Où sont ses parents ? La famille, dernier refuge avec la Patrie, de ceux qui n'ont rien. Mais ce jeune homme a-t-il encore ses parents ? Que de malheurs et de désespoir dans ses yeux. Si jeune et déjà à la rue. Souhaitons qu'on ne le retrouvera pas un jour drogué ou mort de froid...

Bientôt l'hiver sera là...et à NOËL et le 31 décembre, ils seront seuls, comme tant d'autres.

Cette maraude ne peut que nous amener à relativiser nos problèmes, quand on voit tous ces gens à la rue. Des français abandonnés par le pouvoir alors qu'ils devraient être chez eux les premiers servis et des gens de l'est, qui croyant arriver au paradis, sont victimes de la "machine à broyer les peuples" : le mondialisme.

STOP, il faut dire STOP, à tant de misère !  Qu'on loge déjà ceux qui sont ici depuis longtemps au lieu de "laissez faire, laissez passer" !

 

Edith et Pascal Erre

Commentaires

oui d'accord avec vous lorsqu'on voit encore le chômage croitre c'est effrayant , on fait tout pour voir les gens miséreux c'est une honte de voir ces soit-disant gouvernants prendre part au problème , non il rit de nous

Écrit par : quillet | 27/10/2012

Les commentaires sont fermés.