Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2012

LE JUGEMENT DE SALOMON ?

Jugement de Salomon.jpg

 

Une visite chez le meilleur gynécologue. Un bébé dans ses bras, une femme très apeurée arrive au cabinet de son gynécologue et lui dit :

  "Docteur, s'il vous plaît, aidez-moi, j'ai un problème très grave. Mon bébé n'a pas encore un an... et je suis déjà à nouveau enceinte. Je ne veux pas avoir d' enfant en si peu de temps,je préfère un espacement plus grand entre l'un et l'autre."


 

Le médecin l'interroge :

"Très bien, que voulez-vous que je fasse ?" 


 

Elle répond :

"Je désire interrompre ma grossesse et je veux pouvoir compter sur votre aide."


 

Le médecin reste pensif et au bout d'un moment il lui dit :

"Je crois que j'ai une meilleure méthode pour résoudre le problème et elle est moins dangereuse pour vous."

 

La femme sourit, pensant que le médecin accepte de l'aider. Lui continua à parler :

  "Regardez Madame, pour éviter d'avoir deux bébés à la fois en un aussi court espace de temps, nous allons tuer cet enfant qui se trouve à vos bras. Ainsi vous aurez une période de repos jusqu' à ce que l'autre bébé naisse. Si, nous allons tuer, il n' y a pas de différence entre l'un et l'autre des enfants. Et il est même plus facile de sacrifiercelui que vous portez dans vos bras car vous ne courrez ainsi aucun risque."


 

La femme s' affole et dit :

"Non, docteur ! Quelle horreur ! Tuer un enfant est un crime !"

"Je pense aussi la même chose Madame, mais vous m' aviez parue si convaincue de le faire, que pendant un moment j' ai pensé vous aider." 


 

Le médecin sourit et, après quelques considérations, voyant que sa leçon produit son effet. Il convainc la mère qu' il n' y a pas la moindre différence entre tuer un enfant déjà né...et en tuer un qui va naître et qui est vivant dans le sein maternel. 

 


QUE CELA ILLUMINE LES ESPRITS !

POUR  LA  VIE !

 


Dr. Moisés Mieles Cerchar. Chirurgien Pédiatre.

Málaga. España.

10:53 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.