Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2011

IMPRESSIONS SUR MA PREMIERE MARAUDE...

Maraude du 25 octobre 2011.jpg

 

Par le Professeur SULZER

membre du bureau politique  du FN.  

 

Porte d'Italie, le 25 octobre à 21 heures :

je retrouve le Pasteur, son épouse,

ainsi que Stéphane, un jeune militant dévoué.

 

Nous voilà partis

et mon rôle est de servir la soupe et le café :

les thermos seront vite épuisés.

Stéphane vous a déjà narré ses impressions sur le site

et je partage entièrement ses constats.

 

 Cliquer ICI

 

Permettez-moi donc de ne vous décrire que les faits frappants.

D'abord et surtout,

nous n'avons rencontré que des européens de souche,

à l'exception d'un maghrébin émèché .

En clair, les minorités visibles protègent les leurs.

Il est probable que leurs familles s'entassent

dans des logements à la salubrité douteuse

mais aucun des leurs n'est obligé de dormir à la belle étoile.

 

Seul, l'Européen blanc est obligé de coucher dans la froidure.

Au vu de cela, il ne faudra pas nous étonner

de la montée en flèche des communautarismes.

J'ai découvert ce soir là une vraie question.

D'ailleurs, les SDF eux mêmes vivent en groupes

afin sans doute d'éviter les agressions.

 

Gaulois en détresse.jpg 

Les SDF que nous avons rencontrés

sont d'abord des compatriotes françaises et  français.

Le dialogue avec ces concitoyens, affectueux, sans agressivité

et parfois assez cultivés

montre les ravages de la désindustrialisation dans notre économie.

Leur galère est jalonnée de fermetures d'usine :

il est temps de protéger nos frontières .

 

Nombreux sont également les femmes

et les hommes venus des pays de l'Est.

Ils ne pensaient pas trouver un eldorado français.

La raison de leur présence est toute autre :

pour un miséreux, la France est un pays de cocagne

où le froid nocturne ne tue pas.

 

Ce qui donne une idée de la détresse sociale

qui règne à l'Est de l'Europe.

Et pourtant Bruxelles a versé des milliards d'euros

aux anciens pays communistes.

Où est donc passé l'argent du Fonds Social Européen ?

Et pourtant, la France s'est lourdement endettée

pour engraisser sans doute des oligarques corrompus.

Et quid du principe de libre circulation

des personnes dans l'espace Schengen ?

L'UMPS a eu tout faux.

 

Le dîner.jpg

 

Reste enfin l'accueil chaleureux qui nous a été réservé.

La centaine de personnes

que nous avons secourues ce soir-là

étaient heureuses de pouvoir retisser un lien humain :

la joie se lisait dans leurs yeux.

Mais, en même temps, nous n'avons pas pu rencontrer

les dizaines de milliers de leurs compagnons d'infortune ;

lesquels peuplent les boulevards des Maréchaux

ainsi que les départements de petite ceinture.

Aucune structure caritative ou publique ne peut plus traiter

le cas de ces milliers de malheureux.

 

Ressaisissons nous les Amis !

Car cette effroyable montée des dérives individuelles

pourrait bien être le signe avant coureur d'un naufrage collectif .

 

Professeur Jean Richard SULZER

CREFIGE

Université Paris Dauphine

Les commentaires sont fermés.