Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2011

LE POUVOIR ET LA PRESSE (2).

Quel jobard.jpg

Cliquer ICI

 

Comment la presse nationale et internationale

observe sur ordre des gouvernements

le silence sur certains sujets qu’il est préférable de ne pas diffuser ?

 

Le futur pape Jean XXIII, Monseigneur Roncalli,

nonce apostolique à Istanbul,

durant la dernière guerre mondiale, prévient le Vatican

sur la menace que fait peser l’avance nazie

sur les milliers de juifs installés en Salonique.

Expulsés d’Espagne en 1492 par les Rois Catholiques,

ils ont cependant gardé d’étroits contacts avec leurs seuls parents,

les Marranes, restés sur la péninsule ibérique

et semblant s’être convertis au catholicisme.

Sollicité par le Saint-Siège, Franco répond :

«Pour moi ils sont toujours espagnols

et je suis prêt à les accueillir

mais je n’ai pas les moyens matériels d’aller les chercher.»

 

Accrédité auprès du Saint-Siège,

Georges-Albert Salvan, agencier de l’AFP,

retrouve en 1974 dans les archives du Vatican

un document prouvant le dédain des comités juifs internationaux

et notamment celui de New York.

Alertés aussitôt, ils ont fait la sourde oreille

se désintéressant totalement du sort fatal

qui était réservé à leurs frères de Salonique.

Des milliers de juifs sont morts ainsi en camps de concentration.

La diaspora ne s’est pas rassemblée pour tenter de les sauver.

 

Il est vrai que ni les juifs, ni les pays en guerre contre le nazisme,

ni la France et le gouvernement de Philippe Pétain installé à Vichy

ne pouvaient imaginer une seule seconde

la solution finale envisagée par Hitler.

Cela n’excuse pas tout mais réclame un peu d’indulgence.

Il est très facile de condamner… «après».

 

Manuel  GOMEZ

07:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.