Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2019

LES MEMBRES FONDATEURS DE L'ASP...

 

 

Jean et Béatrice

Chabernaud

 

 

CH 1.jpg

 

 

 A l'époque les choses étaient tout sauf évidentes. Totalement seul, isolé, sans soutien, il fallait avoir l'âme chevillée au corps pour créer une association caritative. Dans les faits, ce fut tout sauf une sinécure. Heureusement il me restait les ondes de radio Courtoisie où l'ami Serge et ses copains m'ouvraient leurs antennes, ce qui me permit de lancer la machine.

 

 

 

 

 Pour autant, il n'y avait pas grand monde qui se bousculait au portillon pour travailler avec nous. Parmi les rares à croire à notre projet, il y a eu Béatrice et Jean, qui, de suite, sans arrières pensées, se sont totalement engagés. Ils n'ont jamais été de ceux qui volent au secours de la victoire. Il leur a fallu un certain courage pour travailler dans un projet qui semblait à court terme aléatoire. C’est grâce à quelques âmes d'élites comme eux, que, dés le début, humblement, notre projet a pris. Depuis tout ce temps ils sont restés fidèles, et sont devenus des piliers de l'association, qu'ils en soient grandement remerciés.

 

 

 

CH 2.jpg

 

 

 

Pasteur  Blanchard  

 

 

28/08/2019

Pré-maraude du 27 / 08 / 2019..............

 

 

 

 

 

27/08/2019

Un ex-djihadiste assigné à résidence dans un hôtel d’Aurillac sans que le maire soit consulté:

 

 

 

 

4052982899_ffbd9e8aa7_b-845x475.jpg

 

 

 

 

 

Le plus ancien assigné à résidence de France, une CEDH complaisante, un maire très remonté, un ministre de l’Intérieur sans égards, des habitants angoissés : mélangez le tout et vous obtenez une situation intenable voire, si elle se multiplie, explosive.

 

 

Membre d’un groupe terroriste affilié à Al-Qaïda, Kamel Daoudi est interpellé à Londres en 2001, déchu de sa nationalité française en 2002, interdit de territoire en même temps que condamné à six ans de prison en 2006 pour, finalement, être assigné à résidence en 2008. Bientôt onze ans qu’il est logé aux frais de la princesse !

 

 

 

Mais pourquoi ne pas l’expédier dans son pays d’origine, l’Algérie, cet ex-citoyen français de 45 ans ? Parce que, en 2009, la Cour européenne des droits de l’homme (CDEH) l’a interdit. Au motif qu’il risque d’y subir des « traitements inhumains et dégradants », comme il disait lui-même dans un communiqué, publié par Mediapart, en octobre 2018. Communiqué dans lequel il demandait à ladite Cour… de condamner la France ! Mais qu’est-ce qu’ils commettent, les djihadistes ? Des traitement humains et respectueux, peut-être ?

 

 

 

Ainsi, depuis bientôt onze ans, – onze ans ! -, par décisions de l’État, il est trimbalé de bourgs en villages (sept, au total) où il loge à l’hôtel avec obligation de se présenter au commissariat ou à la gendarmerie trois fois par jour – obligations tellement rasoir qu’il a fini par ne plus les respecter en arrivant en retard… Mais bon, le ministère de l’Intérieur le transfère maintenant du Couett’Hôtel de Saint-Jean-d’Angély (17) – tarif moyen : 50 euros – à un autre hôtel, à Aurillac (15). Dont le maire, Pierre Mathonier, est très remonté : « Face à une décision d’une telle importance et sur un sujet aussi sensible que le terrorisme, il me semble que le maire de la commune aurait pu être consulté » en amont et non mis « devant le fait accompli ». Tout comme de nombreux maires le sont face aux placements de migrants, en fait. Et, justement, il en accueille, apparemment sans rechigner, déjà beaucoup dans sa ville, le maire d’Aurillac… Passons. « Si, deux jours avant son arrivée, madame le préfet du Cantal n’avait pas eu la délicatesse de m’informer de sa venue, j’aurais appris celle-ci par un article du quotidien régional La Montagne« , déplore-t-il.

 

 

 

La CDEH fait la loi. L’Algérie, en ne cherchant pas à rapatrier ses ressortissants, fait la sienne. Et nous ? Nous, on a un Castaner qui justifie le retour des revenants au motif qu’« ils sont français avant d’être djihadistes », sauf que, quand ils ne le sont plus depuis dix-sept ans, l’État les héberge quand même : les déchoir de leur nationalité ne sert donc à rien ! Alors, combien d’assignés à résidence, déjà – français, plus français, binationaux -, le tout aux frais du contribuable ? Combien, demain ? Alors, combien de temps avant que la cocotte minute n’explose ?

 

 

 

C’est que, maintenant, les Aurillacois se rebiffent ! Des migrants, passait encore, mais un djihadiste ! Et on les comprend, les gens d’Aurillac ! Hormis deux pointages par jour au commissariat, Daoudi sera, le reste du temps, libre de ses mouvements ! Le maire, qui doit « gérer une anxiété compréhensible de la population aurillacoise », s’est fendu d’une lettre à Christophe Castaner. « L’attitude qui consiste d’un côté à solliciter les maires pour organiser le Grand Débat National, afin d’aider à canaliser la colère qui gronde dans le pays, et de l’autre à les mépriser sur certains autres sujets est dangereuse », souligne-t-il. Ce n’est pas faux, d’autant plus que ce ne sont pas seulement les maires mais tous les Français qui sont ainsi méprisés.

 

 

 
 

09:29 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

23/08/2019

LES MEMBRES FONDATEURS DE L'ASP...

 

 

NICOLAS PONS

 

 

N 1.jpg

 

 

 

Ce fut lors d'une de nos premières réunions, dans un local prêté par un ami à Vanves, que nous avons fait la connaissance de Nicolas. Il demeurait à l'époque à deux pas du lieu de réunion. C’est sur internet qu'il découvrit l'annonce de notre association, qui lui était totalement inconnue. C’est un peu par hasard qu'il fut présent à nos tout débuts.

 

 

N 2.jpg

 

 

 

 

 

Il a été aussi pour la toute première maraude, et lors des premières saisons il fut un pilier de nos sorties. Avec le temps sa présence s'estompa un peu, mais pas son engagement au sein de l'association, dont il fut le trésorier. C’est aussi lui qui m'installa internet et m'initia à l'informatique. Comme beaucoup de gens du sud-ouest, il avait la nostalgie du pays, où il retourna suite à une mutation dans sa ville natale de Toulouse. Pour autant il reste un actif vice président de l'ASP. Le temps passant, bien des éléments de notre association disparurent, mais il est toujours bon de retrouver ceux qui sont restés fidèles, et qui depuis les temps héroïques de nos débuts, nous ont fait confiance. Nicolas est de ceux-là, et même plus : un ami véritable.

 

 

 

Pasteur   Blanchard

21/08/2019

Pré-maraude du 20 / 08 / 2019..............

 

 

 

 

 

20/08/2019

Lois mémorielles :

 

 

 

 

 Un exemple flagrant de deux poids deux mesures

 
 

 

 

unnamed-1-845x456 (1).jpg

 

 

 

 

Un hommage vient d’être rendu, dans l’auditorium des Invalides, à Hamlaoui Mekachera, qui fut secrétaire d’État, puis ministre délégué aux Anciens Combattants auprès du ministre de la Défense entre 2002 et 2007. C’est à la Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie que l’on doit cette manifestation symbolique. Elle me conduit, à nouveau, à la réflexion sur les lois mémorielles qui sont, hélas, dans leur disparité de traitement, une preuve évidente du déséquilibre entre la gauche et la droite. La France est, intellectuellement, idéologiquement sinistrée.

 

 

 

La comparaison entre deux lois mémorielles en fait la démonstration. La première est celle que l’on doit à Mme Taubira : la loi du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité. La seconde est celle du 23 février 2005 portant reconnaissance de la nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés, dont j’avais activement soutenu l’élaboration et le vote. C’est M. Mekachera qui la présentait au Parlement.

 

 

 

 

J’avais enrichi l’article 4 de cette dernière loi de deux amendements qui aboutissaient à cette rédaction : « Les programmes de recherche universitaire accordent à l’histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu’elle mérite », ce qui ne pouvait gêner personne, puis « Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit ». Ce texte fut voté trois fois à l’Assemblée, et une fois au Sénat, et pourtant, il ne figure plus dans la loi. Avec un retard et par une procédure inhabituels, le Président Chirac le fit soumettre au Conseil constitutionnel, qui le censura. Alors que personne, dans l’opposition, n’avait émis la moindre critique pendant la procédure législative normale, une polémique fut soulevée par des historiens qui estimaient que le Parlement n’avait pas à dicter une histoire officielle. Le Parti socialiste se réveilla alors et déposa une proposition de loi d’abrogation, en justifiant notamment sa démarche par des considérations diplomatiques. Le pouvoir algérien n’avait pas aimé un texte qui remettait en cause les « horreurs » de la colonisation sur lesquelles il assoit sa légitimité historique. Le Parti socialiste avait saisi l’intérêt de s’appuyer sur les minorités d’origine étrangère dans certaines circonscriptions pour conquérir le pouvoir. C’est ce qui explique le troisième vote à l’Assemblée où la proposition de loi socialiste fut repoussée par 183 voix contre 94.

 

 

 

 

Le Parlement n’a pas à écrire l’Histoire. Il n’a pas à édicter des règles sur le contenu des manuels scolaires, car ceci est réglementaire, dépend de l’administration aux ordres du gouvernement et non du pouvoir législatif. Il n’a pas à voter des textes purement déclaratifs et qui ne sont pas des lois normatives. On peut admettre ces arguments. Mais il n’était pas anormal, dans un texte de reconnaissance envers les rapatriés, que l’on demande à l’enseignement scolaire de ne pas oublier ce que la France leur devait outre-mer, par exemple sur le plan médical. Lorsqu’un candidat à la présidence, élu ensuite, va parler de la colonisation comme un crime contre l’humanité, dans une ancienne colonie, on perçoit le déséquilibre injurieux à l’encontre des rapatriés qui règne dans notre pays.

 

 

 

 

Mais c’est la comparaison avec la loi Taubira sur l’esclavage qui est scandaleuse. Cette loi subsiste comme un tabou vénéré, alors qu’elle cumule tous les défauts. D’abord, et les historiens l’ont souligné, elle limite la traite et l’esclavage aux seules puissances occidentales dans l’Atlantique et l’océan Indien, et en évitant la Méditerranée et la capture d’esclaves chrétiens par les Barbaresques d’Alger ou de Tripoli. Ensuite, elle introduit un crime contre l’humanité par une loi rétroactive, ce qui suscite la réprobation des juristes sérieux puisque c’est parfaitement anticonstitutionnel. Encore, elle ouvre une suite pénale en limitant un peu plus la liberté d’expression encadrée par la loi de 1881. Un spécialiste de la question, M. Pétré-Grenouilleau, avait subi un dépôt de plainte, heureusement retirée. Enfin, elle intervient sur le contenu des programmes scolaires qui doivent évoquer l’esclavage.

 

 

09:14 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

16/08/2019

LES MEMBRES FONDATEURS DE l'ASP...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oscar  Wesley

 

 

 

 

Il fût un temps, ceux de nos débuts à la Cité du Refuge de l'Armée du Salut, au bon vieux temps de notre jeunesse, époque inoubliable, où être un travailleur social professionnel était une vocation et une véritable aventure humaine. Depuis, la machine administrative a éteint cette flamme en fonctionnarisant le secteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est par l'intermédiaire du blog, qu'après des décennies, nous nous sommes retrouvés. Ce qu'il y a de paradoxal dans ces retrouvailles, c’est que ce fut par l'intermédiaire d'un de nos ancien collègue, aux idées d'extrême gauche, qui, voulant dénoncer mon parcours, a permis notre rencontre. Il ignorait en effet que Oscar partageait mes valeurs, le même amour pour la France. Depuis, Oscar est de toutes nos actions, mais surtout là où il s'avère le plus utile : pour trouver de solutions à tous ceux qui font appel à nos services, afin de régler des problèmes d'hébergement ou d'orientation. Le fait qu'il soit un professionnel en activité est pour nous une aide précieuse. 

 

 

 

Pasteur  Blanchard   

 
 

13/08/2019

Il faut savoir écrire pour trouver du boulot ? Cé pa fo:

 

 

 

 

 

fountain-pen-447576_960_720-845x475.jpg

 

 

 

Alors, c’est comme ça : il faudrait une bonne orthographe pour trouver un bon job ? Non mais, allô, quoi ! C’est quoi, ce monde rétrograde aux vieilles lunes fascisantes ! Les txt et les QCM, cé kan mm pas fait pr les chiens !

 

 

C’est « l’autre » information qui fait l’actualité : dans l’air du jour, il y a l’antisémitisme ET l’orthographe. Comprenez celle, désastreuse, de la grande majorité de nos concitoyens, lesquels sont à 20 % « en situation d’illettrisme », rappelons-le. Alors, entre rien du tout et pas grand-chose, ça fait beaucoup de monde, forcément…

 

 

Et, comme toujours, on découvre l’eau tiède. Révélation du jour : un employeur emploiera de préférence un employé qui écrit

 

correctement la langue de son pays. Ouhhhh, ça c’est une info, coco !

 

 

Notez bien, voilà quelques années qu’on tire la sonnette d’alarme. Sans succès, sinon pour les entreprises qui font commerce des stages et autres remises à niveau à la sortie des écoles ou au boulot, histoire de combler les lacunes en forme de gouffre creusées dans les cerveaux par l’Éducation nationale.

 

 

Je retrouve, ainsi, les résultats d’une étude de 2015 : « Selon la plus grande base de données concernant l’orthographe et les Français, du collégien au salarié, le niveau a sensiblement baissé entre 2010 et 2015. » Établies à partir du Projet Voltaire, alors « premier service en ligne personnalisé de remise à niveau », les utilisateurs du logiciel maîtrisaient, en 2010, 51 % des 84 règles d’orthographe de référence. En 2015, ils n’étaient plus que 45 % sur un panel de 85.000 personnes. Encore ceux-là étaient-ils conscients de leurs lacunes et volontaires pour l’exercice…

 

 

Le Projet Voltaire annonce, aujourd’hui, 5 millions d’utilisateurs, 3.000 établissements d’enseignement et 1.000 entreprises partenaires. Depuis les classes préparatoires aux grandes écoles en passant par les établissements de prestige jusqu’aux grandes entreprises, c’est la grande foire du rattrapage scolaire.

 

 

Commentaire, en 2015, d’une sociologue : « On n’a jamais autant écrit qu’aujourd’hui, on ne peut plus vivre sans taper sur son clavier. Autrefois, c’était plutôt réservé aux gens instruits. Forcément, on voit plus de fautes. » Analyse bidon. L’année 2014, centenaire de la Grande Guerre, a vu la publication des courriers des poilus. Il faut les lire, comme je lisais, enfant, les cahiers de composition de ma grand-mère… C’est édifiant !

 

 

Aujourd’hui – quelle nouveauté ! –, on s’avise, comme titre le Huff, que « plus qu’une maniaquerie (sic) de recruteur, une orthographe exemplaire est un critère déterminant aux yeux de votre employeur, futur ou présent ». On pourrait ajouter des ongles propres, un langage soutenu et une tenue décente…

 

 

C’est, cette fois, la maison Bescherelle (notre vieil ami à la couverture orange devenu « coach en orthographe ») qui s’est offert un sondage OpinionWay. Conclusion stupéfiante, s’il en est : « Si 52 % des 200 DRH interrogés ont déclaré avoir déjà écarté une candidature à cause de fautes d’orthographe dans le CV ou la lettre de motivation, cela va plus loin qu’un critère de sélection et peut même devenir une entrave à la progression d’un parcours professionnel. »

 

 

Ainsi, « 44 % des DRH reconnaissent que le faible niveau en orthographe d’un collaborateur a pu “susciter des remarques” et 15 % que de telles failles ont pu “freiner une promotion”. Pour pallier les difficultés de certains employés, plus de la moitié des DRH (54 %) seraient prêts à financer des séances de remise à niveau. »

 

 

Merci qui ?

 

 

Merci les méthodes d’enseignement au primaire qui, depuis des décennies, fabriquent des handicapés de l’orthographe et de la grammaire (on en connaît, hélas, parmi les enseignants eux-mêmes !) et nous font, chaque année, reculer dans les classements internationaux… ouvrant ainsi une voie royale au business très florissant de la remise à niveau.

 

 

Encore une fois, cherchez l’erreur…

 
 
 

09:03 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

09/08/2019

Pré-maraude du 8 / 08 / 2019..............

 

 

 

 

 

06/08/2019

Bataille d’idées : la légalisation du cannabis ? Parlons-en !

 

 

 

 

 

 

joint_kindle_grass_cannabis_smoking_marijuana_intoxicant-1194572.jpgd_-845x475.jpeg

 

 

 

 

D’abord, ce rappel : les criminologues n’ont pas à fixer les règles sociales, fussent-elles pénales, ni à distribuer injonctions et leçons de morale. Ils doivent, en revanche, éclairer les débats à thème criminel ; préciser, corriger, fournir des faits de leur compétence ; bien sûr, informer l’opinion.

 

 

Informer : tâche délaissée par les médias « d’information », désormais voués à vanter la merveilleuse mondialisation, le reste étant censuré ou dénoncé comme « fausses nouvelles » et cris de « haine ». Sur l’inepte « haine », d’abord : le criminologue ne « hait » pas plus son sujet d’étude que le biologiste ne « hait » le virus sous son microscope. Car, pour citer le grand écrivain anglais G. K. Chesterton, « le bon soldat ne combat pas par haine de qui est devant lui, mais par amour de ceux qui sont derrière ».

 

 

Passons à la légalisation du cannabis dont, aux États-Unis d’abord, les médias font une panacée : vider les prisons d’anodins fumeurs de joints qui y croupissent ! Les cartels de la drogue au chômage ! Des milliards de taxes pour les États légalisateurs ! Baisse de la criminalité ! La fumette, moins nocive que l’alcool ! Sur le papier, le scénario est alléchant, mais qu’en est-il de la réalité ? Allons voir sur le terrain car, bien sûr, Libé ou Le Monde font silence radio.

 

 

Prisons pleines de fumeurs de joints : quand débute (2013) la campagne pour y légaliser le cannabis, il y a, en Californie, 134.000 détenus, dont 441 pour vente ou possession de cannabis. Idiot, bien sûr – mais est-ce le goulag de masse ?

 

 

Effondrement du crime violent : c’est l’inverse : Alaska, Colorado, Oregon, Washington – les quatre premiers États ayant légalisé le cannabis récréatif – connaissent tous, depuis lors (dit le FBI), une nette augmentation des homicides et vols avec violence.

 

 

Jackpot du cannabis légal taxé : en Californie (sixième État légalisateur du cannabis), il se vend, en 2018, 2,5 milliards de dollars de cannabis légal – 500 millions de moins qu’en 2017, à l’ère du cannabis médical. Sa taxation (de janvier à septembre 2018) rapporte 234 millions de dollars; sur un an, 2,1 % du budget californien (recettes fiscales 2019 : 143 milliards de dollars). Quelle « mine d’or » ?

 

 

Cannabis : de quoi parle-t-on ? Sous le nom de « marijuana », on vend, aux États-Unis, d’anodins vins de table et de violents poisons. Chiffres officiels du Colorado : le cannabis du hippy du coin contient de 10 à 20 % de principe intoxicant (THC, tétrahydrocannabinol). Or, en 2018, les clients exigent du concentrate au taux de THC passé de 57 % (2014) à 69 % (fin 2017). À 70 % de THC, l’ultra-puissant concentrate est un hallucinogène type LSD dont l’usage massif (25 % du marché fin 2017, +100 % sur 2014) compromet la santé publique, la sécurité routière, etc. Fin 2018, au Colorado, 208 McDonald’s, 392 cafés Starbucks et… 491 débits de cannabis – légaux, ou bien ouverts au culot par des narcos, bien sûr.

 

 

Effets sanitaires du cannabis

 


L’agence fédérale Healthcare Research and Quality alerte : en 2006, les urgences psychiatriques signalent 30.000 cas psychotiques post-cannabis ; en 2014, 90 000 – avant que le cannabis ne soit légal dans divers États. Aux États-Unis, en France, les services d’addictologie soulignent de nets risques, d’abord chez les trentenaires, pour usage régulier du cannabis, seul ou (cas fréquent) associé à l’alcool : anxiété, dépressions, voire suicides, accidents vasculaires cérébraux, vomissements, tachycardie, etc.

 

 

 

Fin du narcotrafic ? Là aussi, c’est le contraire. La très agricole Californie exporte 85 % de son cannabis : vers le Mexique (troc marijuana-cocaïne avec les cartels) mais surtout… vers les États américains le prohibant encore. Juteux profits pour les narcos – prix moyen de 500 grammes de cannabis : 1.183 dollars en Californie, 3.044 à Chicago. Ainsi, légalisée ou pas, la « guerre à la drogue » perdure aux États-Unis même.

 

 

Tout ceci, bien sûr, occulté dans Libé et Le Monde – « censure » oblige.

 

 

09:37 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)