Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2017

L’immigration portugaise n’a rien à voir avec l’invasion musulmane:

 

 

 

 

 

Un lecteur occasionnel nous adresse cette missive fort « aimable » à laquelle il convient d’apporter une réponse adéquate, du moins nous allons essayer :

 

 « Je suis tombé par hasard sur votre site, l’article qui m’y avait amené avait attiré ma curiosité avec son titre accrocheur (Mon mari musulman me dit : « va te faire enculer » : que dois-je faire ?) alors je l’ai exploré et lu quelques articles.

 

 Ceci n’est pas un mail d’éloges sur la qualité de votre journalisme, ni un bombardement d’insultes que vous vous empresseriez d’éviter. Non, je me disais juste que je ne pouvais pas passer aussi proche d’un trou noir d’ignorance sans vous exprimer à quel point cet aperçu de votre intellect m’a rendu triste.

 

 Je suis triste que des gens comme vous continuent de nous tourner les uns contre les autres, en utilisant le mot laïcité ! Je me sens sali par vos mots, et  je n’ai plus envie de parler de laïcité ou de mon amour pour la France, ce pays qui a accueilli mes parents, de peur d’être associé à toutes les déjections que vous osez pondre sur votre site.

 

 Honnêtement, si je laisse parler ma colère, je ne peux que vous souhaiter du mal, que vous vous brisiez une jambe ou que vous marchiez dans la merde, comme une sorte de punition divine pour ce poison qui coule au bout de vos doigts. Mais je suis parfaitement athée, je n’attends rien du divin, mais une chose est sûre, avec ce genre de pensées vous devez avoir le cœur bien sec, ça fait de vous quelqu’un qui mourra dans l’aigreur, sûrement seul, et à cause de ça, je ne peux que ressentir de la pitié envers vous. »

 

 Alexandre De Oliveira

Bonjour Monsieur De Oliveira,

Vous écrivez l’article qui m’y avait amené avait attiré ma curiosité avec son titre accrocheur. Comme je le dis souvent : dès que l’on touche en dessous de la ceinture, cela attire, vous en êtes la parfaite démonstration ! Vous avez mordu à l’hameçon. Mais pour ma part voyez-vous, j’avoue que cela n’est pas ma tasse de thé… Je ne défendrai donc pas ce titre. Mais pour la suite c’est différent.

 

Vous dites : « Je ne pouvais pas passer aussi proche (hum…aussi près serait, il me semble, plus approprié, mais passons) d’un trou noir d’ignorance[…] Je suis triste que des gens comme vous continuent de nous tourner les uns contre les autres en utilisant le mot laïcité, je n’ai plus envie de parler de laïcité ou de mon amour pour la France, ce pays qui a accueilli mes parents, de peur d’être associé à toutes les déjections que vous osez pondre sur votre site. »

 

Ceci nécessite plusieurs mises au point à différents niveaux, d’abord sur la laïcité. Sur Riposte Laïque, la laïcité n’est pas une fin en soi, mais un moyen de lutter contre l’islamisation de notre pays, laïcité que l’islam s’est empressé d’utiliser à son profit pour revendiquer toujours plus d’accommodements (dé)raisonnables ! Premier point.

 

Second point, vous parlez de votre amour pour la France, ce pays qui a accueilli vos parents. Votre patronyme laisse supposer que vous êtes un Français d’origine portugaise, et l’amour que vous dites éprouver pour ce pays est tout à votre honneur. C’est ce qui fait la différence.  Je crois comprendre (ai-je bien compris ?) que vous vous identifiez –à tort- à l’immigration actuelle qui n’a strictement rien à voir avec celle qui a vu arriver dès le début du  XXe siècle : Russes, Polonais, Italiens, Espagnols, Portugais, j’en oublie sûrement, tous Européens, et celle que nous subissons actuellement en provenance d’Afrique et du  Maghreb, essentiellement de confession musulmane, qui n’aime ni la France, ni les Français.

 

Notre but n’est pas, comme vous le prétendez, de « tourner les uns contre les autres » mais de défendre, autant que faire se peut, notre identité, notre patrimoine, nos coutumes, en un mot notre pays face à une communauté envahissante qui ne rêve que de nous imposer sa loi : la charia, et de nous soumettre à son mode de vie moyenâgeux, rétrograde et mortifère. Notre but est d’alerter, d’ouvrir les yeux des naïfs, de ceux qui sont dans le déni des réalités.

 

Troisième point, non le moindre, vous parlez de « trou noir d’ignorance », de « déjections ». Je ne sais à quelle ignorance vous faites allusion ? Rien qu’à titre d’information, sachez que, parmi nous, il y a d’anciens professeurs, des médecins, des avocats, des islamologues et d’autres professions plus modestes. Des catholiques, des juifs, des ex-musulmans, des apostats de l’islam, des athées. Aucune barrière.

 

Je crains que le trou noir, ce ne soit vous par – je le subodore – votre ignorance profonde et totale de l’islam, sa dangerosité, et je ne parle pas seulement des attentats subis et de ceux que nous subirons encore, mais par sa nature même. Vous faites sans doute partie de la bobocratie pour qui «  tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ». Vous faites partie du camp du bien. Enfin, tant que vous n’êtes pas directement touché dans votre chair ou dans vos biens !

 

Surtout ne vous inquiétez pas pour notre intellect, il va très bien !

 

Ah ! Un conseil pour terminer, achetez un Coran, c’est très instructif, totalement soporifique, mais instructif, lisez des livres écrits par des apostats, cela ne manque pas. En un mot évitez de mourir idiot.

 

Oriana Garibaldi

 

08:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bonjour
Suite a cet article et le message de Mr de Olivera.
Vos parents ont aimes la France .Ils en avaient une tres bonne impression..la Preuve ils sont venus pour y travailler et prosperer.Si notre pays etait si raciste...negatif...plein de faschistes...ils ne seraient pas venus et vous ne seriez pas ne ici.
Nous sommes tellement tolerant que nous avons accepte pres de 10 millions d'etraneges .....Alors soyez heureux d'etre chez vous chez nous.

Écrit par : Belot claudius | 02/05/2017

Les commentaires sont fermés.