Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2016

Périco Légasse :

 

 « Notre pays importe les cordes avec lesquelles nos agriculteurs se pendent »

 

 

 

 

En pleine crise agricole et à dix jours du Salon de l’Agriculture, Périco Légasse déplore les dégâts causés par la Commission européenne, la FNSEA et la spéculation boursière sur une filière jadis reine en France.

 

 

 

sans-titre-87.png

 

 

 

 

LE FIGARO. - La crise agricole est en train de prendre une tournure inquiétante. Est-on arrivé à ce fameux point de rupture dont certains experts pensent qu’il pourrait générer des chaos encore plus tragiques ?

 

 

Périco LEGASSE. - Tout porte à le croire, car les mesures décidées par le gouvernement et présentées par le Premier ministre devant l’Assemblée nationale prouvent qu’il y a, cette fois-ci, une grande inquiétude au sommet de l’Etat. Et s’il s’est décidé à passer à l’acte aussi rapidement, c’est qu’il y a urgence. Que faut-il, après les incidents de ces derniers mois, pour qu’enfin l’on comprenne à Paris comme à Bruxelles que cette crise-là n’est pas comme les précédentes ? Elle est celle de ceux qui n’ont plus rien à perdre. On sait depuis trop longtemps que certains secteurs au bord du désespoir vont basculer dans l’irréparable. Violences, suicides, affrontements.

 

 

N’empêche, des situations aussi extrêmes auraient pu être évitées bien plus tôt puisque nos dirigeants trouvent soudain les moyens de prendre la crise par les cornes. N’empêche, la méthode reste la même : on continue, à coups de millions d’euros, trouvés dieu sait où, finalement payés par le contribuable, à colmater les brèches, à panser les plaies, à mettre des rustines sur les fuites, pour repousser le problème au prochain déluge. Cette stratégie est irresponsable car elle ne résout rien sur le fond. Elle est surtout l’aveu que le gouvernement français ne dispose plus des leviers nécessaires à une réforme structurelle du mode de fonctionnement de notre agriculture. Ces leviers, c’est la Commission européenne qui les détient et nous savons de quelle agriculture rêve la Commission. Son modèle ? Les usines à cochon allemandes, avec main d’œuvre bulgare payée à la roumaine, dont la viande de porc agglomérée a donné le coup de grâce aux éleveurs intensifs bretons auxquels on avait assuré que leurs tarifs étaient imbattables. C’est ça l’Europe libérale libre et non faussée ? [....]

 

 

La suite sur Le Figaro.vox

08:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.