Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2015

Un rapport explosif:

 

 

 

Sur l’islam radical dans les prisons françaises

 

 

 

Un rapport du député UMP Guillaume Larrivé pointe des centaines d’individus dangereux dans les établissements pénitentiaires, sur un total estimé, selon lui, à « 40.000 détenus de culture ou de religion musulmane ».

 

 

 

 

 

 

Prière en cellule à la maison d’arrêt d’Osny, dans le Val-d’Oise, en compagnie d’un aumônier musulman. Crédits photo : GEORGES MERILLON/Le Figaro Magazine

 

 

« Alors qu’environ 60 % de la population carcérale en France, c’est-à-dire 40.000 détenus, peuvent être considérés comme de culture ou de religion musulmane, la radicalisation islamiste est aujourd’hui susceptible de concerner plusieurs centaines de détenus. » C’est le constat établi par le député UMP de l’Yonne, Guillaume Larrivé, dans un rapport « pour un plan d’action anti-radicalisation islamiste en prison » dont Le Figaro publie les meilleurs extraits.

 

L’élu, qui a travaillé sur le budget de l’administration pénitentiaire pour 2015, préconise une thérapie choc : « création d’Unités spécialisées anti-radicalisation (USAR) pour les détenus de retour du djihad », « sonorisation des prisons », « rétablissement des fouilles » et « blocage des portables non autorisés »

.

Guillaume Larrivé rappelle que, dans les prisons aujourd’hui, les « signes extérieurs de radicalisation ont presque totalement disparu, laissant la place à une radicalisation et à un prosélytisme beaucoup plus discrets et, partant, plus difficiles à repérer. » Il ajoute : « Cette stratégie de dissimulation ou de camouflage est théorisée par certains radicaux sous le nom de Taqyia.[....]

 

La suite sur Le Figaro.fr

 

 

Les commentaires sont fermés.