Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2014

Impressions de maraude de Jacky RENARD trésorier FN de la Marne (51)

Maraude 2.jpg

Maraude 1.jpg

 

 

Pardonne-moi si mes oreilles n'ont pas retenu la douce mélodie de ton prénom : Zouhan, Zowang, Son-Han ? Qu'importe ! Tes yeux brillaient d'un éclat que je n'ai pas reconnu de prime abord. Le grain de ta peau avait du mal à cacher le masque imposé par une vie d'errances et d'obstacles. Mais tu m'as dit : "Je tiens à garder une éternelle jeunesse au fond de mon coeur".
 
 
 
Cette lumière, c'était cela : le feu d'une éternelle jeunesse.
 
 
 
Puis j'ai vu tes mains fines, racées, aux doigts recourbés propres aux danseuses indonésiennes. A cette remarque tes mains et tes poignets se sont mis d'eux-mêmes à reproduire ces gestes séculaires avec une grâce incomparable. Merveilleux instants où la grâce et la tradition l'emportent sur le froid du pavé; J'ai pris ces mains dans les miennes, puis, comme le chante un troubadour de la chanson : "moi, j'ai trouvé les mains d'une reine, et je les ai gardées". Puis, j'ai vu tes ongles, délicats, joyaux ornés d'un vernis soigneusement étalé, sans éclaboussures, sans aucune écaille à l'inverse de ton quotidien si aléatoire. A ce moment, tes paroles ont été celles-ci : "Je tiens à garder ma féminité". Sois remerciée, petite fleur, pour cette leçon de courage et de respect de Soi. Qui se respecte, respecte autrui.
 
 
 
Petite fleur poussée entre deux pavés, rose de Sharon,, rose de Jéricho, rose des sables dont les doux reliefs rendent moins âpre le vent du désert, rose parmi les épines, petite fleur poussée sur les ruines de la grande ville qui cache sa laideur sous les lumières criardes des néons et les devantures tapageuses des boutiques de luxe, et je dédie ces quelques lignes d'un écrivain un peu poète, un peu idéaliste aussi, qui avait encore foi en l'humanité : "C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante à tes yeux" (Le Petit Prince, Antoine de Saint Exupéry) *.
 
 
 
Dors tranquille, petite fleur, petite soeur, la Providence veille sur toi.

 
Jacky
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.