Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2013

REFLEXIONS SUITE A UNE MARAUDE.

 Maraude 1.jpg  

La maraude est un rendez-vous. Avant l’heure ce n’est pas l’heure mais après l’heure ce n’est plus l’heure. La ponctualité (la politesse des rois…) a son importance même si nos amis qui dorment dehors nous accueillent toujours avec le sourire. Je me dois de leur présenter mes excuses. J’ai retardé, bien involontairement, la maraude de 45 minutes avec pour conséquence de décaler la tournée.

Il faisait froid ce 3 décembre. Nous avions des vêtements chauds et un véhicule chauffé. On ne mesure pas assez ce confort. C’est facile de pousser un bouton pour avoir de la chaleur. Imaginerions-nous de dormir dans des cartons, sous une arcade ou contre un réverbère ? Cette idée revient à chaque arrêt pour distribuer soupe, café et couverture. Certains arrêts sont l’occasion de s’apercevoir que notre perception est aussi engourdie notamment quand on croit voir un sans-abri dans une cabine téléphonique (où il n’y a qu’un carton) ou deux sur un banc (deux scooters garés devant une poubelle)… Mieux vaut s’arrêter pour rien que de passer sans regarder.

 

Maraude 2.jpg

 

La rue attend n’importe qui. On y rencontre aussi des européens. A la question de Paul-Marie un Anglais répondra qu’il est venu à Paris parce que c’était la capitale. Homme discret arrivé il y a un trimestre qui ne voulait ni café chaud ni vêtement, qui veut se faire oublier quelques temps et dormait complètement enveloppé dans du plastic d’emballage. Nous n’insisterons pas.

Il y a aussi un Allemand qui nous a longuement observé avant de venir à notre rencontre malgré le barrage de la langue. Il n’avait sur lui qu’un petit sac dans lequel il y avait un simple nécessaire de couchage. Il avait besoin d’une parka avec des poches, d’un sac à dos ou de lunettes-loupe qu’il s’était fait récemment dérobées. Poussé par le chômage il avait échoué à Paris. Consternant et préoccupant. Rendez-vous a été pris le 23 pour lui apporter un sac à dos.

En cette période de l’Avent le contraste est frappant entre les vitrines des Grands Magasins, les décorations de Noël et l’alignement des cartons, chariots et sacs en tout genre. Si si des hommes et des femmes dorment là ! Cette situation n’est pas nouvelle mais elle est choquante sur l’instant.

Après une maraude chacun rentre chez soi. Nous allons retrouver avec joie un lit chaud, de l’eau courante, un frigo et quelques réserves. Tout le monde n’aura pas cette chance.

Nous rentrons lentement mais sûrement dans ce que le pasteur appelle « l’âge de fer ». Qu’il me soit permis en cette période de l’Avent et comme secrétaire général de l’ASP de lancer un appel. Que vous soyez isolé ou en groupe, si vous voulez nous aider ou vous investir dans nos actions, constituez des comités locaux qui se chargent de récolter vêtements, couvertures, duvets, produits d’hygiène et nourriture sèche. Nous ne pouvons pas nous déplacer dans toute l’Ile-de-France, nous ne disposons pas d’un vaste local de stockage. Idéalement deux ou trois relais par département de la petite et de la grande couronne parisienne pourraient s’organiser. Nous nous organiserons tournée afin de trouver une solution pour récupérer les différent dons. Je tiens ici à féliciter la section FN de la Marne qui fait preuve d’une grande motivation et récolte de nombreux vêtements. Les personnes qui souhaitent monter le réseau peuvent me contacter à l’adresse électronique de l’association.

 

Bonne fête de Noël à toutes et tous.

 

Benoît VAILLANT

secrétaire général de l’ASP 

Les commentaires sont fermés.