Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2011

NOUVELLE CAMPAGNE DE MARAUDES... NOUS REVOILA.

Maraude d'ouverture.JPG
 
 
Nous revoilà sur le pavé parisien,

pour la première de la nouvelle campagne de maraudes,

avec Wallerand de Saint-Just  trésorier du FN

accompagné de Nathalie sa colloratrice au Carré. 

Pendant l'été,

lors de nos pré-maraudes, nous avons visité de nouveaux quartiers.

Avec le temps,

certains secteurs où nous avions coutume de trouver des SDF,

ont été désertés par ceux-ci. 

 
 
Pour autant rien n'a changé.

Au contraire, force est de constater

que Paris ressemble de plus en plus à une ville du tiers monde.

La lèpre s'étale dans les rues de la ville jusque dans les beaux quartiers.

Métro Sèvres Lecourbe,

nous retrouvons la sympathique bande de polonais patriotes,

ainsi que le légendaire gars du nord Stéphane,

celui qui a eu l'outrecuidance d'apostropher Edouard Balladur,

ancien premier ministre.

Démocratiquement,

afin de punir ce crime de lèse majesté,

celui-ci a appelé les forces de l'ordre,

et notre ami a écopé de trois mois de ballon.
 
En face de l'église d'Alésia, Ulysse, bien connu dans nos milieux,

fait toujours la manche de dix huit heures à deux heures du matin.

La recette est maigre mais les quelques euros récoltés

lui permettent de pourvoir  à ses besoins.

Son histoire est le prototype du drame que traverse notre pays :

ouvrier sur machines outils à St Etienne,

licencié suite à la fermeture de son usine pour délocalisation,

ayant connu tous les plans de restructuration, puis de réinsertion,

il a fini par se trouver en fin de droits,

et finalement sans ressource.

Il s’est retrouvé à la rue, dans l'obligation de faire la manche pour survivre.

Malgré la sauvagerie d'une telle situation,

et la grande précarité qui est la sienne,

il est surprenant de trouver chez lui une telle disponibilité,

une attitude positive face à la vie.

C’est un trait que nous retrouvons

chez la majorité de ceux à qui nous venons en aide

et c’est chaque fois pour nous une leçon de courage,

celle qui, à chacune de nos sorties,

nous est donnée par le plus démunis des nôtres.


 
Pasteur  Blanchard

Les commentaires sont fermés.