Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2011

La maraude vue par Philippe LOISEAU Secrétaire départemental FN d'Eure-et-Loir

Maraude du 7 04 2011 (17).JPG

Une maraude, voilà une expérience qui ne laisse pas indifférent. Cela fait partie de ces moments de la vie qui nous poussent à relativiser ce que nous croyons être important dans notre quotidien. Et on peut s’estimer heureux… On ne se rend pas compte de ce que vivent ces êtres humains… on passe devant ces fantômes tous les jours, sans les voir… mais quand on s’arrête un instant, quand on pose un regard sur eux, et surtout quand on leur parle, on se demande dans quel monde on vit ! Toutes celles et tous ceux que j’ai pu rencontrer ne demandent qu’à parler et que quelqu’un s’intéresse enfin à eux. Mais ce que j’ai ressenti est difficilement descriptible. Cet homme, par exemple, la trentaine, cheveux longs, barbu, hirsute, qui ne s’exprime que par geste, refusant de parler, quel avenir pour lui ? Aucun… c’est ça le pire ! J’ai rencontré le désespoir…

Malgré toutes nos difficultés, nos peines, nous qui vivons du bon côté, nous pouvons nous dire dans un élan d’optimisme, ça ira mieux demain, car nous pouvons compter sur la famille, les amis… Pas eux… C’est déjà difficilement compréhensible de voir en 2011, dans notre pays, riche, des hommes dans la rue, mais quand on y voit aussi des femmes et surtout des enfants, là, le choc est terrible. Nos gouvernements qui ne cessent de pondre des lois, pour tout et pour rien, qui ne cessent d’en appeler aux Droits de l’Homme, ne sont pas capables d’appliquer le plus élémentaire des droits : celui de ne pas accepter de voir des enfants dans la rue, non pas parce qu’ils traînent, mais parce qu’ils vivent dans la misère, sans toit. Ceci est proprement scandaleux. Je n’oublierai pas cette expérience. J’ai la chance d’avoir pu rencontrer ces êtres perdus… tout en rentrant chez moi le soir. Je ne vais pas les oublier même si je ressens comme un sentiment d’impuissance. Que puis-je faire pour eux ? Une chose est sûre, je mènerai mon combat politique au Front national en pensant toujours à ces compatriotes sans espoir !

Philippe LOISEAU Secrétaire départemental FN d'Eure-et-Loir

Président du groupe FN, au Conseil régional Centre

 

 

 

Les commentaires sont fermés.