Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2011

Impressions de Maraude

A Igor, Zoltan et Anna

Maraude du 27 01 2011 (3).JPG

 

Face à ses hommes et ses femmes venus de Pologne, de Russie ou de Roumanie j’ai la douloureuse impression de revenir un siècle en arrière.

1918, la France manque cruellement  de bras et recrute des volontaires à l’Est. Zoltan et sa femme Anna font partie de ces migrants-là…

Mais pour eux, pas de longues nuits exposés à tous les vents sur la bouche du métro recrachant son trop plein de chaleur, pas de mendicité ou de dépendance au SAMU social. Qu’est ce qui a bien pu changer en 100 ans ?  Le prix du toit sur sa tête ? Ils étaient pourtant si pauvres qu’Anna attendait à la sortie des usines Renault, pour vendre des torchons propres aux ouvriers et cuisinait chez elle des gâteaux slaves pour les revendre aux restaurants parisiens…toujours dignes, toujours propres, s’appliquant scrupuleusement à perdre cet accent hongrois qui les différenciait des autres. Mais ils avaient un logement, minuscule, mais un logement tout de même. Ils ont échappé à l’humiliation de recevoir les vêtements des autres et le regard des autres…

Alors pourquoi Igor dort-il dans sa tente Quechua en plein centre de Paris ? S’il travaille, s’il est bien portant, pourquoi ne trouve-t-il pas une place dans la cité ? Pourquoi des fonctionnaires de la ville de Paris dorment-ils dans leur voiture ? Pourquoi Isabelle préfère-t-elle les trottoirs parisiens aux foyers disponibles en appelant  le 115 ? Beaucoup trop de questions pour une seule soirée, une seule maraude.

L’intégration des migrants travailleurs ou la non-exclusion des français « de souche » relève d’une même impérieuse nécessité. Nous devons leur permettre de se loger décemment, de s’insérer dans notre société respectueusement, pour qu’ils soient fiers de s’en être sortis et fiers d’être devenus Français comme l’ont toujours été Zoltan et Anna… mes grands-parents.

 

Isabelle

Les commentaires sont fermés.