Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2011

La Maraude vue par la Merveilleuse Jany

 

 

 

Maraude du 21 12 2010 (13).JPG

Ce matin, 21 décembre, se clôturait la saison 2010 des « maraudes » de l’Action Sociale Populaire (ASP).

 

Pour cette occasion, nous étions réunis, à l’approche de Noël autour du Pasteur Jean-Pierre BLANCHARD avec l’espoir de venir en aide, l’espace d’une veillée, à nos compatriotes en souffrance.

 

Noël est un moment de fête et de réjouissance pour la majorité d’entre nous mais c’est encore trop souvent un temps de solitude, de froid et de faim pour un nombre croissant d’êtres humains tout proches de nous.

 

Un peu de temps consacré à chacun, des paroles simples, des confidences, quelques poignées de mains ou des embrassades chaleureuses, voilà le bien le plus précieux que nous avons apporté à nos amis, victimes souvent d’une société égoïste ouverte aux quatre vents du « mondialisme » qui ne parvient pas à assurer la subsistance à ses propres compatriotes souvent victimes, parfois lâches mais toujours vaincus. LA RUE !! Implacable caisse de résonnance des maux traversés, des logements introuvables, des « abris » essentiels à une dignité menacée qu’ils ne trouvent qu’aux abords des métros, sur les grilles réchauffées par les sous-sols et dans quelques tunnels condamnés à la circulation.

 

Nous avons rencontrés quelques femmes, beaucoup d’hommes affaiblis, avinés aussi, mais si désarmés devant les obstacles immenses d’une « réinsertion » parmi nous, leurs frères !...

 

Une circonstance majeure, nouvelle et formidable : le Secrétaire Départemental de la Moselle Eric VILAIN est arrivé à Paris avec de merveilleux cadeaux : des duvets, des tentes démontables, des chaufferettes.

 

Nous avions aussi des cafés, soupes chaudes, boîtes de sardines, chocolats et ce « petit objet superflu » qui marque l’époque des Fêtes.

 

Mais une chose nous semblait essentielle : faire la jonction avec nos amis malheureux du boulevard Auguste Blanqui, Gustave Lenoir, de Grenelle, des quais d’Austerlitz… Bercy… loin encore retrouvant autour des ronds-points quelques connaissances, barbus solitaires écrasés de paquetages intransportables, quelques dormeurs farouches, dérangés dans leur sommeil par notre sollicitude, Henri raisonneur égaré, Grégore et sa bande, Isabelle Nicolas si dévêtue, si jeune, si perdue divaguant entre les voitures.

 

Puissions-nous, maraude après maraude au fil des saisons, ne plus les retrouver ni là… ni là… ni ailleurs…

 

Cette soirée si intense s’est terminée pour nous à 4 heures du matin près de l’Opéra par un froid glacial. Fatigués… impuissants… Rois Mages sans prestige, n’arrivant que trop tard mais décidés à poursuivre derrière Jean-Pierre cette belle œuvre commencée déjà en 1994. Depuis si longtemps ?

 

 

 JANY LE PEN  MARRAINE DE L'ASP

 

 

Les commentaires sont fermés.