Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2017

L’Europe ne fait plus rêver. Partout, la peur a remplacé l’espoir:

 

 

 

europechocdespeurs-fixed.jpg

 

Elle n’ouvre pas un avenir, elle rend le présent angoissant.

 

3c2f2a5cf43968ace421d765cf78a765.jpeg

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Homme politique

Ancien député UMP, Président du Rassemblement pour la France, Président de La Droite Libre

 
 
 

Partout en Europe, la peur a remplacé l’espoir. L’Europe ne fait plus rêver. Elle n’ouvre pas un avenir, elle rend le présent angoissant.

 

 

La peur – qui est loin d’être un fantasme – de voir les Européens submergés par une immigration excessive venue de cultures par trop différentes et rétives à l’assimilation, la peur de n’être plus chez soi, de perdre une identité qu’on a reçue et qu’on désire transmettre, voilà qui a joué le rôle principal dans le vote des Anglais en faveur du Brexit. S’y est ajoutée la crainte de voir les étrangers occuper les emplois et, ce faisant, peser sur les salaires et le chômage.

 

Maintenant que le peuple s’est prononcé, d’autres inquiétudes se font jour sur les conséquences de ce choix. Les Irlandais du Nord redoutent de voir réapparaître la frontière avec leurs voisins du sud et de ne plus pouvoir circuler aussi facilement sur le continent. Beaucoup cherchent à obtenir la citoyenneté de la République d’Irlande. Les Écossais demandent un nouveau référendum sur l’indépendance, de peur de se trouver pris dans les difficultés économiques britanniques issues du retrait de l’Union européenne.

 

 

Les Espagnols ont élu leurs députés hier. Durant ces élections, deux peurs se sont affrontées. La première avait expliqué le recul du Parti populaire et la montée de l’extrême gauche de Podemos en décembre 2015. Ce parti a utilisé et développé une véritable phobie à l’encontre du capitalisme et de la mondialisation, en mélangeant dans son réquisitoire les soucis de justice sociale et de risque environnemental. Il est, en Espagne, le parti de la peur.

 

Mais c’est le Parti populaire qui a remporté les élections du 26 juin, plus fortement que prévu, sans toutefois atteindre la majorité. On pourrait penser que les résultats relativement bons sur le plan économique et la baisse du chômage expliquent ce succès modéré de Mariano Rajoy. Il n’en est rien. Le gain de 700.000 voix et la perte de plus d’un million d’électeurs par Podemos proviennent de la panique qui a saisi nombre d’Espagnols après le Brexit. Immédiatement, les taux d’intérêt ont bondi dans ce pays où la dette vient de franchir les 100 % du PIB, la Bourse a chuté de 12 % à Madrid. Les Espagnols ont, pour beaucoup, préféré ce qu’ils tenaient plutôt que le risque et l’incertitude d’un bouleversement politique qui pouvait aussi conduire au démembrement du pays avec le souhait d’indépendance des Catalans.

 

 

L’Europe est soumise au balancier des peurs. La chancelière allemande, madame Merkel, a joué dans ce choc des peurs le rôle essentiel. L’Allemagne a été portée par l’espoir de la réunification qu’elle a réussie. Elle est, grâce à son mark bon marché, qu’on appelle l’euro, la première puissance européenne. Elle ignore la peur beaucoup plus que les autres. La seule frayeur qui l’habite est celle de son terrible passé. Elle a donc, sans vergogne, appelé les autres États à plus de sérieux. Beaucoup ont du mal à répondre à son attente : ni la Grèce, ni l’Espagne, ni même la France n’ont pu atteindre les objectifs imposés. Elle a aussi appelé les migrants à venir chez elle, par générosité certes, par souci de se faire pardonner aussi, mais surtout devant l’effroi que suscite son hiver démographique.

 

 

Assiégée par le terrorisme, envahie par des étrangers qui ne s’assimilent pas, dépassée par les nouveaux venus de l’économie planétaire, l’Europe n’est plus gouvernée que par les peurs antagonistes. La seule révolution qui vaille serait que des hommes politiques soient capables de lui rendre l’espoir, l’espoir d’être elle-même, d’être une puissance qui protège, certes, mais qui compte dans le monde. Il faudrait, pour cela, que quelques hommes à la tête des principales puissances du continent redonnent sa vigueur au projet du général de Gaulle d’une confédération de nations. L’Europe n’a pas besoin d’autre chose.

 

09:48 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire